SCP-370
notation: +3+x
Glowing.gif

La seule photographie non-contagieuse connue de la phase terminale de SCP-370-c.

Objet # : SCP-370

Classe : Keter

AVERTISSEMENT : SCP-370 est une infection mémétique hautement contagieuse. Aucun cas de membre du personnel infecté par la simple lecture de ce rapport n'est à recenser à ce jour, mais néanmoins, par précaution, ce document ne doit être lu que dans un environnement contrôlé doté de mécanismes permettant l'élimination le lecteur aux premiers symptômes. Toute diffusion d'information relative à SCP-370 par la parole justifie une élimination immédiate.

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-370 lui-même est fondu dans une lamelle de plomb solide qui est contenue dans une boîte en acier sans ouvertures et dotée de parois épaisses de 50 centimètres. SCP-370 ne doit être sorti de sa boîte ou de sa lamelle de plomb sous aucun prétexte. Si SCP-370 est partiellement ou complètement exposé, des membres du personnel préalablement aveuglés par un bandeau seront chargés de le localiser grâce à un détecteur de métaux. Un électro-aimant sera ensuite utilisé pour transférer SCP-370 dans un petit moule rempli de plomb en fusion. Une fois que celui-ci aura durci, la lamelle de plomb contenant SCP-370 sera replacée dans sa boîte en acier et la boîte replacée dans sa chambre forte de confinement.

Cette boîte est conservée dans une chambre forte spécifiquement désignée sur le Site-██. SCP-370 ne requiert absolument aucune maintenance et aucune procédure de recherche n'est autorisée. Une volonté d'ouvrir cette chambre forte pour procéder à une étude de SCP-370 ou pour toute autre raison est un symptôme d'une infection par SCP-370. Tout membre du personnel présentant ce symptôme ou tout autre symptôme doit être immédiatement placé en quarantaine et éliminé si les symptômes persistent.

La vulnérabilité de SCP-370 n'est pas connue. Aucun test de cette nature n'a été effectué et aucune procédure de test future n'est permise en raison du risque extrême de contamination du personnel impliqué.

Le personnel de classe D avec des tendances remarquables à la violence ou au sadisme doivent être privilégiées dans toutes les interactions avec SCP-370 ou des données contaminées par SCP-370.

Toute capacité d'émission de signaux en direct doit être supprimée sur tout Site de la Fondation manifestant des signes de la présence de SCP-370 et rétablie une (1) année après le dernier événement SCP-370.

Tout membre du personnel assigné à SCP-370 qui manifeste un bien-être global soudainement accru doit être placé en quarantaine et privé de sommeil. Si les sujets continuent de manifester des symptômes de “bonheur” malgré cette mesure, l'élimination sera autorisée.

Description : SCP-370 est une clef. La taille, la forme, la composition et l'apparence générale de SCP-370 sont inconnues. La connaissance de ces caractéristiques est le vecteur principal de propagation de la maladie SCP-370. En conséquence, toutes les archives soupçonnées de contenir ces informations ont été détruites sans vérification.

La maladie causée par SCP-370 a trois ensembles distincts de symptômes désignés SCP-370-a, b et c. Chez un sujet donné, la forme que prend la maladie semble être déterminée principalement par sa personnalité.

• SCP-370-a se manifeste le plus fréquemment chez les sujets caractérisés par leurs pairs comme égocentriques ou peureux. C'est la forme qui se manifeste le plus souvent. Les sujets souffrant de SCP-370-a ne manifestent aucun symptôme immédiatement à l'infection. Cependant, ces sujets se suicideront dès qu'ils auront l'occasion de le faire avec un minimum de souffrances (par exemple, des victimes de SCP-370-a se jetteront d'une hauteur ou se tireront une balle dans la tête à l'aide d'armes à feu, mais ne se couperont pas les veines ou ne se pendront pas).

À l'instant où toute activité cardiaque cesse chez le sujet, le cadavre infecté brillera violemment et subira une transformation inconnue. La connaissance détaillée de cette transformation est une vecteur d'infection, de même que le contact visuel direct avec la lumière produite. Aucune trace d'aucune partie du cadavre d'un sujet n'a jamais été récupérée à la suite de cette transformation.

• La majorité des sujets victimes de SCP-370-b sont communément décrits comme étant à la fois extravertis et altruistes. Cependant, SCP-370-b se produit de la même manière chez des individus aux fortes tendances violentes ou sadiques. Les sujets infectés par SCP-370-b commencent par devenir très calmes. Cette phase dure quelques secondes et est suivie par une attaque soudaine injustifiée contre n'importe qui se trouvant à portée du sujet, qui procède ensuite à l'exécution d'une tuerie de masse sans distinction de victime. Les personnes tuées par le sujet infecté brilleront violemment et subiront une transformation inconnue, supposément la même ou une similaire à celle des suicidés.

Initialement, le sujet infecté n'est pas plus dangereux qu'un être humain ordinaire. Cependant, après avoir tué entre deux (2) et trois (3) victimes, le corps du sujet commencera à irradier une lumière jaune. Cette lumière semble inhiber les réponses du nerf sympathique chez les victimes du sujet, rendant toute riposte difficile. Après approximativement cinq (5) à six (6) meurtres réalisés avec succès, la lumière triple en intensité et tout contact cutané direct avec le sujet devient létal. À partir de ce moment, tout contact visuel avec la victime devient un facteur de contagion.

Après le meurtre d'une moyenne de douze (12) victimes (les sujets qui étaient considérés violents avant l'infection peuvent nécessiter jusqu'à cinquante (50) meurtres pour atteindre cette phase), le sujet cessera soudainement les hostilités et entrera dans la phase finale de l'infection SCP-370-b. Les sujets lèveront leurs bras vers le ciel et hurleront grâce à une fois légèrement amplifiée : “████ ramène-moi à la maison !” Le son produit semble passer à travers les murs insonorisés et les casques antibruit de qualité industrielle, n'étant qu'à peine étouffé par eux.

L'infection de tous les êtres humains à portée du cri est virtuellement assurée, exceptée dans le cas d'une surdité sensorielle. Après ce cri, un tube de radiations dans le spectre visible se forme autour du sujet qui lévitera environ un mètre au-dessus du sol avant de [CENSURÉ] et disparaître. De même que pour les victimes de SCP-370-a, aucune trace des sujets disparus n'a jamais été retrouvée.

• SCP-370-c se manifeste chez des sujets au Q.I. élevé dont la personnalité est de type analytique ou contemplative. Il s'agit de la forme la plus dangereuse des trois phénomènes. Malheureusement, la majorité du personnel de recherche de la Fondation est susceptible de contracter SCP-370-c. Lors de l'infection, les sujets fermeront leurs yeux et resteront volontairement immobiles et silencieux pendant une période d'environ trente (30) secondes. S'ils sont questionnés à ce propos, les sujets affirmeront qu'ils “ont prié”. Toute détection d'un sujet infecté ayant atteint cette phase doit résulter en une élimination immédiate par tous les moyens nécessaires.

Après l'infection, les sujets se comporteront de façon normale mais manifesteront une amélioration significative de leur “état de bien-être”. Ce système persiste même quand le sujet est soumis à des situations déplaisantes. Les sujets infectés semblent posséder des connaissances contagieuses liées à SCP-370, notamment l'apparence et la nature exacte de SCP-370, qu'ils aient été préalablement ou non exposé à ces informations. Les sujets tenteront activement et discrètement de répandre l'infection SCP-370, ciblant en particulier des victimes qui manifesteront probablement SCP-370-a ou SCP-370-c. Leurs efforts seront probablement dirigés vers ces actions, sans s'y limiter :
- Mentionner des informations contagieuses de SCP-370 dans une conversation conventionnelle.
- Tenter de faire sortir SCP-370 de son confinement pour de la recherche ou une tentative de destruction.
- Intégrer des vecteurs d'infection de SCP-370 à des notes de recherche de la Fondation ou d'autres documents, cette page incluse.
- Tenter de diffuser des matériaux infectieux à grande échelle.

Après environ cinquante (50) infections réussies, SCP-370-c entre dans sa phase terminale. Pendant cette phase, l'air autour du sujet irradie une légère quantité de lumière visible, créant un faible halo jaune autour du sujet. Ce halo produit chez ceux qui l'observent une réponse parasympathique de “calme” et a █% de chances de provoquer une infection à chaque minute de contact visuel.

À peu près un jour après qu'apparaisse cette radiation, peu importe s'il y a de nouvelles infections effectives, une [DONNÉES EXPURGÉES] enflammée laisse des marques de brûlures sur toute surface touchée ou traversée, sans laisser de trace du sujet infecté. Cet événement laisse derrière lui un périmètre invisible d'espace contagieux qui infecte quiconque la traverse. Ce périmètre semble disparaître après approximativement sept (7) jours mais par mesure préventive, devrait être évité pendant une période de deux (2) semaines complètes.

Il est apparu que l'infection par SCP-370-c a été utilisée par certains membres du personne comme excuse pour tourmenter et assassiner des collègues de la Fondation. Les individus responsables ont été relégués à la classe D. Toutefois, étant donnée l'énorme menace posée par SCP-370-c, le protocole de confinement ci-dessus ne sera pas révisé. Dr. ███████

Addendum 370-a :

Les circonstances de la récupération originale de SCP-370 ne sont pas connues. Il a été trouvé dans les ruines du Site-█, une base reculée de la Fondation dans la région est de ████. Ont été retrouvées dans une chambre forte scellée : ces procédures de confinement dans leur forme originale et la boîte en acier déjà décrite ainsi qu'un unique cadavre, identifié comme étant le Dr. █████, un sataniste avéré, et le journal personnel du docteur, qui s'est révélé être un facteur de contagion pour SCP-370. Le reste du site avait été abandonné et pas d'autre corps n'a été retrouvé, bien que des signes de lutte aient été omniprésents. Le reste des données relatives à SCP-370 stockées sur le site ont été effacées ou détruites, bien que quelques notes utiles sur d'autres SCPs aient été retrouvées, notamment SCP-███.

Plusieurs occurrences d'infection ont eu lieu lors des efforts de récupération. Celles-ci ont été confinées avec extrême préjudice et l'infection a été supposée éradiquée. SCP-370 a brièvement été désigné “Sûr”. Toutefois, à la lumière de récents [DONNÉES EXPURGÉES], la désignation Keter a été restaurée et la sécurité anti-mémétique a été renforcée sur tous les sites de la Fondation.

Addendum 370-b :

Le journal du Dr. █████ a été purgé avec succès de son infectiosité mémétique et a été confirmé disponible à la consultation par le personnel autorisé. Les mêmes précautions décrites pour la lecture de cet article s'appliquent pour le journal.

INCIDENT 370-A

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License