SCP-360-FR
notation: +16+x
niveaubeta.jpg

Le Dr S. Bern inspectant des ossements d'instances de SCP-360-01-FR dans l'une des galeries du Niveau Beta.

Objet # : SCP-360-FR

Niveau de Menace : Indéterminé

Classe : Neutralisé

Procédures de Confinement Spéciales : L'ancienne zone d’effet de SCP-360-FR doit être placée sous l’autorité administrative de la Fondation pour les Sites Culturels Puniques. Cette dernière doit étudier rigoureusement les divers projets de chantiers publics ou civils, les demandes de fouilles archéologiques ainsi que les différents circuits touristiques traversant la zone avant toute autorisation éventuelle.

Toutes les différentes issues permettant d'accéder à l'Emplacement d'Intérêt EdI-360 doivent être soigneusement condamnées. Des agents de la Fondation camouflés en commerçants civils et en officier de police doivent être postés à proximité de ces issues pour éviter tout risque d’intrusion. Les explorations des galeries d'EdI-360 sont possibles moyennant une Autorisation de Niveau 2 délivrée par le responsable du projet d’étude de SCP-360-FR (actuellement, le Dr S. Bern).

Les ossements et restes des instances de SCP-360-01-FR et de SCP-360-02-FR, les divers éléments retrouvés dans l'EdI-360 et toutes les archives en lien avec SCP-360-FR doivent être conservés dans la salle de stockage N-909 du Site Kybian.

Description : SCP-360-FR désigne collectivement un phénomène s’étant reproduit à au moins à huit reprises entre le IIème siècle av. JC et le 28/09/1934 – date de sa neutralisation supposée – dans une zone d’une dizaine de kilomètre englobant la ville de Carthage en Tunisie. Ce phénomène avait pour effet de provoquer l’enlèvement et l’asservissement par un groupe d’entités anormales (désignées collectivement SCP-360-01-FR) de tous les individus premiers-nés de leurs fratries respectives se trouvant au sein de la zone d'effet du phénomène (désignés collectivement SCP-360-02-FR).

Avant sa neutralisation supposée, il n’existait aucun moyen de prévoir avec certitude l’imminence ou la durée d’un cycle de SCP-360-FR. En se fondant sur les archives historiques de la région, les historiens de la Fondation sont néanmoins parvenus à relever divers éléments permettant d’établir une estimation approximative de ces facteurs. Il semblerait ainsi que chacun des cycles de SCP-360-FR ait été précédé par les événements suivants :

  1. Un contexte militaire et géopolitique agité : La totalité des cycles de SCP-360-FR se sont en effet produits alors que la zone d’effet se trouvait sous la menace ou l’occupation d’une force militaire étrangère et perçue comme hostile par la population locale.
  2. Un exode massif et inexpliqué de la population locale : Événement se produisant généralement quelques heures avant le début d’un cycle. Selon le Pr T. Myaszaka, il aurait existé un lien entre les deux premières phases. SCP-360-FR agirait en effet comme un mécanisme défensif pour la population locale contre d’éventuels agresseurs. L’évacuation soudaine de la zone serait ainsi une manœuvre inconsciente - et probablement induite par SCP-360-FR - de la population destinée à préserver cette dernière des effets néfastes de SCP-360-FR (cf. Symbiose Anormales, Dr Steven Oten, Journal des Sciences Cachées et Paranormales n°546 (Juillet-Août 201█)
  3. Une invasion massive de rongeurs : Ces derniers investissaient la zone d’effet par groupes de centaines de milliers d'individus depuis un réseau de galeries souterraines (désigné Edi-360). Parmi lesdits rongeurs se trouvaient également mêlés plusieurs centaines, voire milliers, d’instances de SCP-360-01-FR. À partir de l'apparition de ces dernières, on considère qu’un cycle de SCP-360-FR vient de se déclencher.

Les instances de SCP-360-01-FR avaient l’apparence de gros rongeurs muridés mesurant entre 70 et 80 cm du haut du crâne à la racine de la queue. Leurs mâchoires inférieures étaient munies de canines très développées et d’une paire de glandes sécrétant un venin hautement toxique. Les instances de SCP-360-01-FR étaient bipèdes et les nombreux éléments retrouvés dans l'EdI-360 semblent indiquer en outre qu’elles possédaient un degré relativement avancé de conscience et d’intelligence. Il semblerait enfin que les instances aient été capables de communiquer entre elles ainsi qu’avec les instances de SCP-360-02-FR infectées par leur venin. La dernière instance connue de SCP-360-01-FR, capturée par le Bureau Africain des Affaires Occultes en 1934 avant d'être confiée à la garde de la Fondation en 1962, est décédée de mort naturelle au Site-Yod le 19/05/197█.

SCP-360-02-FR désigne collectivement les victimes directement ciblées par les instances de SCP-360-01-FR. Il s’agissait d'individus de tous âges, sexes et conditions se trouvant être les enfants premiers nés de leurs fratries respectives présents au sein de la zone d'effet de SCP-360-FR lors du déclenchement d’un cycle1. Lorsqu’une instance de SCP-360-01-FR leur infligeait une morsure, cette dernière leur injectait un venin provoquant une hypertrophie des ganglions lymphatiques sur le torse, l’aine, la gorge et les aisselles des sujets mordus, très semblables aux symptômes provoqués par une infection de Yersina Pestis. Le venin attaquait en outre les terminaisons neurales des sujets infectés, provoquant chez ces derniers une dégénérescence de leurs facultés mentales, cognitives et mémorielles. Les instances de SCP-360-02-FR devenaient alors très réceptives à la suggestion et aux injonctions autoritaires tout en manifestant une inhibition totale de leurs instincts de préservation logique face à des situations potentiellement dangereuses. Il a également été constaté que les sujets SCP-360-02-FR affectés développaient une capacité à comprendre et interpréter les gestes, couinements, ou encore les phéromones émises par les instances de SCP-360-01-FR. Les scientifiques de la Fondation et du BAAO ont estimé que le taux de létalité du venin était de l’ordre de 2 à 3 % chez les sujets SCP-360-02-FR contre 70 à 95 % chez les sujets normaux.

Addendum 360-a : Historique

4roi.jpg

Militaires du 4ème ROI bombardant la zone d'effet de SCP-360-FR lors du cycle de septembre 1934.

Après une longue période d’inactivité tout au long du XIXème siècle, le dernier cycle de SCP-360-FR s’est déclenché vers le début du mois de septembre 1934 lors des répressions organisées par l’administration française du Protectorat de Tunisie contre des mouvements indépendantistes locaux. Le cycle de 1934 fit près de ████ victimes et plus de ███ disparus. Les individus les plus touchées furent les colons européens, ainsi que les militaires et agents français chargés de traiter l’affaire. On estime à l’heure actuelle que la majorité des décès ont été provoqués par les tentatives du Bureau Africain des Affaires Occultes, principal organe sous-traitant du Ministère des Affaires Occultes dans les colonies africaines, pour endiguer le phénomène.

  • Le 6 septembre 1934, alors que les dégâts et les pertes humaines provoquées par SCP-360-FR atteignent leur paroxysme, le BAAO ordonne l’évacuation immédiate des derniers civils encore présents dans Carthage et dépêche sur place le 4ème Régiment Occulte Inter-arme pour éradiquer la menace2.
  • Le 7 septembre, le secteur de la ville est bouclé par les fantassins du 4ème ROI qui procède alors au bombardement de la zone à l’aide d’obus au Bromure de Xylyle, un gaz de combat extrêmement toxique, malgré la présence de nombreux colons et agents du BAAO encore présents dans la zone.
  • Le 9 septembre, le bombardement se poursuit jusqu’au matin et provoque la destruction presque complète de la vieille ville de Carthage.
  • Tout au long des journées des 9, 10 et 11 septembre, les fantassins du 4ème ROI vont nettoyer les ruines de la zone et les galeries où les instances de SCP-360-01-FR ont été aperçues en faisant un usage massif de lance-flammes et de dispositifs incendiaires, de gaz de combat et de matériel militaire anormal (cf. Addendum 360-c). Lors de cette manœuvre, surnommée l’Opération "Pipeau de Hamelin", les agents du BAAO vont collecter plus de 2000 cadavres d’instances de SCP-360-01-FR.
  • Le 13 septembre 1934, le BAAO déclare la menace neutralisée. La zone bombardée est déclarée inhabitable sous prétexte de l’explosion d’une usine chimique militaire. Une couverture impliquant une épidémie de choléra est utilisée pour couvrir la disparition des victimes.
  • Le 31 Décembre 1962, suite à la dissolution de son Bureau Africain, le Ministère des Affaires Occultes est contraint de céder une partie de son stock d’anomalies, y compris SCP-360-FR, à la Fondation SCP faute de moyens pour les conserver efficacement.

Addendum 360-b : Cycles notables de SCP-360-FR


Addendum 360-c : Synthèse descriptive - Emplacement d'Intérêt EdI-360-FR

Avant propos : L'Emplacement d'Intérêt EdI-360 désigne le nid original des instances de SCP-360-01-FR. Entièrement souterrain, il est situé sous la vieille ville de Carthage et recouvre une aire à peu près équivalente à celle de la zone d'effet de SCP-360-FR, soit environ 55 km2 de galeries, de tunnels et de cavernes aménagées. EdI-360 est accessible depuis la surface depuis ██ issues situées dans les caves, égouts, citernes et sous-sols divers de la ville.

Pour plus de commodité, EdI-360 a été subdivisé en trois Niveaux différents :


Addendum 360-d : ACCÈS RESTREINT - Autorisation de Niveau 4/360 nécessaire
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License