Document 3333-I
notation: +1+x

Paramètres de mission : Reconnaissance initiale de SCP-3333.

Membre du personnel : D-4f68a

Informations Supplémentaires : D-4f68a a été équipé d'appareils d'enregistrement audiovisuels d'exploration standards. L'exploration a été supervisée par le Docteur Williams et une équipe de soutien localisée dans un poste d'observation temporaire dans la tour d'observation de Fermont.

[DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT]

Docteur Williams : Test, test. Pouvez-vous m'entendre ?

D-4f68a : Oui ? Allo? [Courte pause] Docteur ?

Williams : Excellent. Progressez dans SCP-3333 s'il vous plaît.

Il y a un bref moment d'écho à cause de la proximité entre le Dr. Williams et D-4f68a. D-4f68a monte l'échelle vers SCP-3333.

Williams : Décrivez ce que vous voyez s'il vous plaît.

D-4f68a : C'est—Et bien—Je viens de sortir de là, mais—mais attendez, c'est vide, et comment ça a pu—

Williams : Excellent. Merci. [Courte pause] Arrêtez de parler s'il vous plaît.

Pause

Williams : Merci. Continuez de monter s'il vous plaît.

D-4f68a monte dans SCP-3333 pendant environ une heure.

Williams : Très bien, j'aimerais essayer quelque chose. D-4f68a, si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous essayer d'ouvrir la porte et d'aller à l'extérieur ?

D-4f68a : D'accord, Docteur.

D-4f68a ouvre la porte. Un vent puissant souffle la porte dans la pièce, projetant D-4f68a contre le mur opposé et bougea les meubles. D-4f68a luttait pour traverser la pièce, pour finalement réussir à refermer la porte. Il enleva par réflexe sa main loin de la poignée de porte.

D-4f68a : [Essoufflé] Oh mon Dieu, c'était quoi ça ? Pourquoi c'était si chaud ?

Williams : [Tousse] Il est probablement préférable que vous restiez à l'intérieur pour le moment.

D-4f68a : Je—Je vois. Ouais, d'accord.

D-4f68a continue de monter dans SCP-3333. Le vent se fait entendre. Il n'y a aucun changement à l'intérieur de SCP-3333. D-4f68a continue pendant environ trois heures. D-4f68a effectue un test cognitif basé sur des multiplications toutes les dix itérations de SCP-3333. Aucun changement par rapport aux résultats témoins n'a été détecté.

Plusieurs heures plus tard, D-4f68a se repose et mange quelques rations.

D-4f68a : Docteur Williams, regardez. Vous voyez ça ?

Williams : Qu'est-ce ?

D-4f68a : Ça ressemble à- enfin, ça ressemble à de la fourrure animale, c'est plus long cependant, mais rêche. Ce truc est blanc et, heu- blanc et orange. Il n'y en a pas beaucoup, juste quelques petites touffes par là. [S'arrête] Mince, comment un animal a-t-il pu monter jusque là ?

Williams : C'est une bonne question. [S'arrête] Maintenant cela semble être le bon moment. J'aimerais que vous fassiez ce test à nouveau, D-4f68a.

D-4f68a : Très bien, Docteur.

D-4f68a effectue lui-même le test cognitif. Aucun changement par rapport aux résultats témoins n'a été détecté. D-4f68a est monté par 184 itérations de SCP-3333, correspondant à environ 673 mètres de gain vertical. Alors que de subtiles différences d'élévations sont observables, ce résultat est bien en dessous de celui attendu.

D-4f68a : Docteur ?

Williams : Oui ?

D-4f68a : …à quoi ça sert ?

Williams : Le test ? [S'arrête] Et bien, je pense que ça ne peut pas faire de mal. C'est pour tester—c'est pour tester la raréfaction de l'air.

D-4f68a : Comment ?

Williams : Quand l'air de raréfie, vous—[soupire]—et bien, votre cerveau ralentit, en gros.

D-4f68a : Hum—d'accord. Est-ce que—ça va me faire mal ?

Williams : Non, non. Les résultats du test sont les mêmes que si vous étiez en-bas. Vous n'allez pas aussi haut que ce que vous devriez.

D-4f68a : Oh. Merci, Docteur.

Williams : Pas de problème. [S'arrête, tousse] Continuez l’ascension s'il vous plaît.

D-4f68a continue grimper pendant une autre heure. Arrivé à la 245ème itération, D-4f68a s'arrête.

D-4f68a : Docteur! Vous—vous voyez ça ?

Williams : Quoi ?

D-4f68a : Par là-bas—sur ce pic—ce sont des gens là haut ?

Sur une crête au sud-ouest de SCP-3333, deux silhouettes vaguement humanoïdes sont visibles. Elles sont immobiles. Ces silhouettes ne peuvent être vues que depuis la perspective de D-4f68a ; elles ne sont pas visibles depuis le camp de base.

D-4f68a : Y a-t-il des jumelles ici ? Je dois voir—

Williams : Montrez-nous avec la caméra aussi—nous devons zoomer—

D-4f68a : Je les ai trouvé !

D-4f68a regarde les silhouettes aux travers des jumelles. Le camp de base tente de zoomer vers les silhouettes avec la caméra de D-4f68a ; cependant, la résolution est trop basse et rien ne peut en être tiré.

D-4f68a : Je ne peux pas les voir—ils sont juste flous—oh merde !

La caméra chute. Le camp de base dé-zoome. Il semble que D-4f68a ait plongé sous le rebord de la fenêtre.

D-4f68a : Ils ont vu la réflexion des jumelles.

Williams : En êtes-vous sûr ?

D-4f68a : Ils—ils m'ont regardé. [S'arrête] Je pense que l'un d'eux m'a pointé du doigt.

Williams : Je vois.

D-4f68a : Vous pensez que je—devrais donner un meilleur coup d’œil ?

On entend le son étouffé de la conversation. Le camp de base discute de la marche à suivre. Pendant ce temps, D-4f68a tente de regarder à nouveau à travers la fenêtre.

D-4f68a : Ils n'ont pas bougé. Je ne peux pas voir leur visage. Ils sont tout noir—de la tête aux pieds. Ils ont le soleil dans le dos—c'est difficile de voir.

Williams : Ne bougez pas. [S'arrête] Montez au prochain étage.

D-4f68a : Je pense qu'ils attendent juste.

D-4f68a : Non—attendez, l'un d'entre eux a posé quelque chose au sol.

D-4f68a : Ils descendent de la crête.

Williams : Arrêtez de parler. Montez. Ne regardez pas en arrière.

D-4f68a se retourne et s'avance vivement vers l'échelle. Il la monte rapidement. En haut, D-4f68a s'exclame. Il plonge sous la table et remonte ses genoux sur son torse, respirant bruyamment.

D-4f68a : Ils sont là, doc. Je les ai vu. Ils sont là.

Williams : Où sont-ils ?

D-4f68a : Au même endroit qu'avant. Ils m'ont suivi. Ils sont à nouveau en route.

Williams : Tournez votre caméra vers eux.

D-4f68a : Je n'ose pas regarder. Oh—oh non.

Williams : Qu'y a-t-il ?

D-4f68a baisse la tête, montrant ses deux mains à la caméra. Des touffes de fourrure orange sont coincée sur ses paumes. La fourrure est mélangée avec une substance noire qui semble être de la boue ou des cendres. Tandis que la caméra se concentre sur les ombres, sa balance des blancs s'ajuste automatiquement ; le sol est couvert de fourrure orange.

D-4f68a : C'est encore chaud. Quelque chose ne va pas.

Williams : S'il vous plaît-levez-vous pour que nous puissions étudier cela plus en détail.

D-4f68a : Les gens—la crête—je n'ose pas—

Williams : D-4f68a, vous allez vous lever et jeter un coup d’œil dehors.

D-4f68a gémit. Il lève ses deux mains vers la caméra et la détache de son support. Précautionnieusement, il glisse là où la table rencontre le mur et lève la caméra vers un angle tordu. Sa main tremble énormément. Au loin, le vent recommence à souffler.

D-4f68a : Voilà. [S'arrête] C'est bon ?

Le camp de base ajuste manuellement les réglages de la caméra. Le ciel est orangé à cause des réglages de la luminosité. La crête où les silhouettes se tenaient se situe en haut à gauche de l'image. Rien d'intéressant n'y est visible.

Williams : Gardez la caméra immobile.

Le camp de base tente de zoomer sur la partie visible de la crête. La caméra bouge trop pour y voir clair.

D-4f68a: Doc. S'il vous plaît. C'est bon ?

Des coups se font entendre. Il est incertain s'ils viennent de la porte ou du sol.

D-4f68a : Doc ?

La caméra tombe sur le sol. Les coups se font entendre à nouveau. Ils semble venir de deux sources différentes.

D-4f68a : Doc, je n'aime pas ça.

Williams : Qu'est-ce ? Quel est ce bruit ?

D-4f68a : Doc, je crois que ça vient de l'étage au dessus.

Le bruit de coup s'intensifie.

D-4f68a : Doc ? Doc !

Williams : Orientez la caméra. Prenez-la ! Que voyez-vous ?

On entend le son de l'ouverture de la porte avant. Le vent s'engouffre dans la pièce, balayant les touffes de poils au sol.

D-4f68a : Ah !

On entend une faible voix. La caméra de D-4f68a et son microphone se coupent simultanément.

Williams : Quoi ? D-4f68a ? D-4f68a ! Que vient-il de se passer ? A-t-il coupé les enregistreurs ? Que s'est-il passé ?

[FIN DE L'ENREGISTREMENT]

Conclusion : Une analyse de l'enregistrement vidéo de D-4f68a n'a pas suffi à établir les causes de la coupure de communication. L'hypothèse d'une défaillance de l'équipement a été écartée. Suite aux circonstances de l'environnement de D-4f68a lors de sa disparition, ainsi que la possibilité de la présence d'un objet ou d'une entité anormal inconnu dans les portions plus hautes de SCP-3333, une autre expédition a été proposée et approuvée.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License