SCP-362
notation: +1+x

Objet # : SCP-326

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-326 est confiné dans la Zone de Bio-Confinement 14. En raison de l'importante iatrophobie de SCP-326, les membres du personnel qui interagissent avec sont vus par SCP-326 ne doivent pas porter de blouse. À cause du syndrome de stress post-traumatique de SCP-326, de sa tendance à subir des crises de panique, et le danger grandissant qu'il représente auprès du personnel durant ces épisodes, SCP-326 ne doit jamais être hors de portée d'une salle de sûreté dans laquelle il peut se réfugier ; le chemin entre SCP-326 et la salle de sûreté la plus proche doit rester dégagé.

Des tranquillisants doivent être ajoutés à la nourriture de SCP-326 quotidiennement pour réguler son stress ; dans l'éventualité où SCP-326 devrait être transporté hors du site, il doit être placé sous sédatifs jusqu'à ce qu'on lui fournisse une nouvelle salle de sûreté.

SCP-326 est sourd, et communique en écrivant en chinois ; des traducteurs se doivent d'être disponibles à tout moment. Toutes les communications avec SCP-326 doivent être archivées.

Description : SCP-326 est une femme âgée d'approximativement 65 à 70 ans,1 qui a été sujette à des modifications physiques importantes, par une technologie anormale. Lorsqu'elles sont inactives, ces modifications sont détectables uniquement par la masse anormale du sujet (230 kg, malgré un physique qui devrait correspondre à un poids approchant les 45 kg), et par la présence d'importantes cicatrices chéloïdiennes le long de ses bras, jambes, mains, pieds, et de sa colonne vertébrale. Quand le sujet devient agité, les cicatrices s'ouvrent dans le sens de la longueur, et les composants d'une structure émergent ; cette structure ressemble à un exosquelette fait d'os humains, et octroie à SCP-326 une force et une vitesse améliorées. Le degré d'amélioration de sa vitesse et de sa force est inconnu, du fait de sa réticence à participer à des tests quantitatifs ; toutefois, il a démontré (lors d'une crise de panique) la capacité à lancer deux gardes de 100 kilogrammes à une distance supérieure à 4 mètres, et à parcourir les 20 mètres jusqu'à sa salle de sûreté en 2,8 secondes. À cause de difficultés logistiques pour prélever des échantillons (non seulement son exosquelette est extrêmement résistant, mais son accessibilité est également limitée aux moments où SCP-326 est en état de panique), la composition physique de cet exosquelette reste encore inconnue, tout comme sa connexion avec la musculature et le système nerveux de SCP-326. L'acquisition d'images radiographiques a été gênée par la réaction phobique du sujet aux machines à rayons-X.

SCP-326 est sourd,2 s'étant délibérément percé les deux tympans, quelques temps avant d'entrer sous la garde de la Fondation ; il a affirmé que son but était d'éviter "d'entendre des gros mots". Les questions plus poussées à ce sujet entraînent une agitation et une angoisse chez SCP-326.

Historique : SCP-326 prétend avoir été ouvrière agricole du village de [CENSURÉ], dans la province de [CENSURÉ], en République Populaire de Chine, du temps de la campagne du Grand Bond en Avant de Mao Zedong. Il dit avoir été approché par "quelques jeunes hommes de [CENSURÉ]" qui l'ont amené à participer à une procédure "pour la révolution". Cette procédure était "très secrète" et impliquait de "méchants docteurs", de la "méchante magie" et "beaucoup de morts" ; cependant, "les jeunes hommes cessèrent finalement de venir", et SCP-326 fut "laissée dans une chambre froide".3

En 20██, une brèche de confinement causée par SCP-████ mena à l'effondrement de █ bâtiments dans la ville chinoise de [CENSURÉ]. Les équipes de nettoyage de la Fondation découvrirent SCP-326 errant dans les gravats du bâtiment [CENSURÉ], l'identifièrent comme anormal, et le capturèrent.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License