SCP-323
notation: +1+x
blank.png
323

SCP-323 dans une chambre de test temporaire.

Objet # : SCP-323

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-323 doit être conservé dans une cellule de confinement en béton de 17 m x 17 m x 17 m au Site-19. L'objet doit être contenu au centre de la cellule dans une boîte de 1 m3 en vitre sans tain d'un côté blindée transparente d'une épaisseur de 8,8 cm, équipée d'un (1) port d'accès verrouillé électroniquement. Cette boîte doit être éclairée continuellement de l'intérieur, avec la cellule moins éclairée afin de faciliter l'observation par le vitrage sans tain. La cellule doit être constamment inspectée, et tout signe d'activité doit être signalé.

Aucun membre du personnel ne doit entrer dans la cellule de confinement de SCP-323 sauf pour vérifier l'intégrité des mesures de confinement de SCP-323. Les mesures de confinement doivent être examinées deux fois par semaine, et tout signe de détérioration doit être réparé immédiatement. Tout membre du personnel qui entre dans la cellule de confinement de SCP-323 doit être accompagné d'un garde armé. Les membres du personnel ne doivent pas demeurer dans la cellule de confinement de SCP-323 plus de quarante-cinq (45) minutes, et toute communication effectuée aux alentours de SCP-323 doit être écrite ou énoncée dans une langue autre que l'anglais ou le français.

Dans le cas où SCP-323 briserait son confinement et qu'une instance SCP-323-1 venait à se former, les membres du personnel doivent évacuer le Site-19 et le site doit être condamné. Des unités télécommandées doivent être déployées pour détruire le corps de SCP-323-1, suite à quoi des membres du personnel armés pourront être envoyés pour rétablir le confinement de SCP-323.

Description : SCP-323 est le crâne d'un cervidé non-identifié mesurant 55 cm de long, 27 cm de large, et 31 cm de haut, avec une paire de bois mesurant 35 cm de haut et 46 cm d'un bout à l'autre, poussant à gauche et à droite de SCP-323. SCP-323 présente des signes d'usure témoignant d'une exposition à l'extérieur, sa surface étant recouverte par des aspérités régulières, des fissures et des marques d'érosion, un blanchiment sur la surface supérieure et la mâchoire inférieure manquante. L'arrière du crâne comprend une cavité ovoïde quasiment centrée, mesurant 25 cm de haut et 23 cm de large, donnant accès à un espace interne de 16 cm de profondeur. Cette cavité présente des marques caractéristiques de l'utilisation d'outils, ce qui indique qu'elle a été creusée manuellement, peut-être avec une pierre.

SCP-323 se montre capable de réagir à des stimulus oraux, tactiles, et visuels. Des tests ont révélé que SCP-323 semble posséder un champ visuel similaire à celui des autres cervidés, et a répondu a des stimulus visuels jusqu'à 50m de distance. Le fait que l'entité cible des membres du personnel spécifiques, effectue à plusieurs reprises des tentatives de brèches de confinement et ait des réactions violentes envers les personnes parlant le français et l'anglais, suggère un certain degré de sapience ; cependant, cela n'est pas confirmé.

SCP-323 est capable de se déplacer de façon limitée, généralement par des petits mouvements et des vibrations. Dans la plupart des cas, SCP-323 ne se déplace qu'en réaction à des stimulus variés, comme s'éloigner quand il est touché ou se tourner quand des membres du personnel sont présents dans la chambre de confinement. SCP-323 s'est avéré capable de faire des mouvements plus importants, comme se précipiter vers les membres du personnel et tenter de façon répétée de se frayer un chemin à travers les moyens de confinement.

SCP-323 a une influence dans un rayon s'étendant jusqu'à 15 m autour de lui. Les individus se trouvant dans ce rayon commenceront à ressentir des pensées et des pulsions cannibales, des accès de violence, ainsi que des jugements altérés après approximativement une (1) heure d'exposition continue. Environ 74 % des personnes qui atteignent ce stade tenteront de placer leur tête au travers du trou présent à l'arrière de SCP-323, en faisant attention de garder leur bouche découverte. Si une personne est incapable de passer sa tête au travers du trou, elle tentera de se frapper violemment la tête contre une surface dure à proximité jusqu'à ce qu'elle puisse y rentrer, que la personne perde conscience, ou décède. Une fois que la personne a réussi à passer sa tête dans SCP-323, la personne sera classifiée en tant que SCP-323-1.

Dans les dix (10) minutes après avoir mis SCP-323, SCP-323-1 subira des modifications physiques radicales. SCP-323-1 va subir des pertes rapides de graisse corporelle, de poils, et de pigmentation, suivies de la rupture de ses phalanges distales aux mains, une poussée de dents anormales, et un noircissement des extrémités pouvant s'apparenter à de la gelure. De plus, SCP-323-1 semble posséder une plus grande force et résistance à la douleur qu'un humain normal. Cependant, SCP-323-1 a l'air d'être autant susceptible aux blessures physiques qu'avant son contact avec SCP-323.

L'activité du métabolisme de SCP-323-1 va augmenter de façon drastique, nécessitant un apport calorique constant, l'inanition pouvant survenir n'importe quand dans un laps de temps allant de quinze (15) à trente (30) minutes si aucun effort d'auto-préservation n'est fait. Afin de sustenter son métabolisme avancé, le sujet va activement rechercher et dévorer d'autres individus pour se sustenter jusqu'à sa mort. Dans le cas où SCP-323-1 est incapable de trouver de quoi se nourrir, SCP-323-1 va tenter de subvenir à ses besoins, par le biais entre autres de mouvements limités, un rationnement de la nourriture disponible, et de l’auto-cannibalisme. SCP-323-1 ne se nourrira que d'humains ; il est supposé que SCP-323-1 est capable de recevoir de la nourriture venant d'autres sources, mais choisira de ne pas le faire, malgré les disponibilités ou facilités d'accès. Lorsqu'il poursuit des individus, SCP-323-1 a été observé faisant occasionnellement des remarques variées en Severn Ojibwe, Potawatomi, ainsi qu'en langue Cree, ainsi que dans la langue maternelle de l'instance. Les chercheurs ne savent pas encore si ces phrases et la connaissance de ces langues sont le résultat de l'influence anormale de SCP-323 ou si elles viennent de SCP-323 lui même.

SCP-323 a été retrouvé le 12/09/97 dans la réserve Bittern Lake une partie du Lac La Ronge First Nation dans le Saskatchewan, au Canada. ██████ █████, une petite communauté non-enregistrée, a nourri une instance active de SCP-323-1 en assassinant quotidiennement des individus et en les abandonnant pour "apaiser" l'instance. L'enquête a révélé que ██ personnes étaient impliquées, lesquelles ont été interrogées et se sont vues administrer par la suite des amnésiques. Une histoire fabriquée de toutes pièces à propos d'un tueur en série non-identifié a été propagée. SCP-323-1, que l'on pensait alors être l'anomalie, mourra de faim durant son transfert vers le Site-91.

Le nombre de décès recensé n'a pas l'air cohérent avec la durée d'une instance de SCP-323-1. Il est théorisé que SCP-323 soit passé par plusieurs instances de SCP-323-1 avant son confinement ; cependant, aucune preuve irréfutable démontrant la longévité de SCP-323-1 n'a été découverte.

Entretien SCP-323-A : James Namagoose, une personne impliquée dans les meurtres et le nourrissage de SCP-323-1 avant son confinement, a été amené pour être questionné à propos de SCP-323-1. M. Namagoose resta inhabituellement calme pendant et après l'entretien.

Après l'entretien et le confinement de SCP-323, des amnésiques ont été administrés à M. Namagoose et il a été réintroduit au sein de sa communauté.

Dr. ███████ : Veuillez dire votre nom pour l'enregistrement, s'il vous plaît.

Namagoose : James Namagoose.

Dr. ███████ : Veuillez préciser votre implication dans les meurtres.

Namagoose : J'ai aidé à déplacer les corps pour que le wendigo mange.

Dr. ███████ : Que savez-vous à propos de l'objet ?

Namagoose : Il existe une histoire parlant des hommes Cris, à l'époque où les combats étaient monnaie courante, qui tentèrent de contrôler le wendigo afin de donner un avantage à leur peuple. C'était juste une histoire. Les anciens en savaient plus, mais nous étions à l'abri, alors nous n'avons pas posé de questions.

Dr. ███████ : Quand avez-vous rencontré l'entité pour la première fois ?

Namagoose : Une nuit j'ai entendu crier tout autour du village. Un homme déformé marchait hors de la forêt, tuant nos amis juste sous nos yeux. Parfois il se contentait de nous fixer plutôt que de nous attaquer, il essayait même de nous parler. Il m'a chuchoté, "pe misto", "viens et mange"'. Cela m'a glacé les os.

Dr. ███████ : Et ensuite ?

Namagoose : Ensuite j'avais l'impression de pouvoir comprendre l'homme déformé, le wendigo, et que nous pouvions partir avec lui comme nous le faisons tous quand nous nous transformons/mourons (?). Quand j'ai été choisi pour tuer, j'y ai repensé et ça m'a calmé. Je n'ai pas fui.

M. Namagoose ferme ses yeux et expire lentement. Après une minute, il reprend son explication.

Namagoose : Parfois il me regardait. Je pouvais l'entendre dans mon esprit, je pouvais le sentir me regarder au travers de mes propres yeux. Cela m'a aidé à regarder ces personnes mourir, et j'espère que cela puisse se transmettre à ma famille.

Dr. ███████ : Merci M. Namagoose.

Note Finale : Pour le moment aucun effet mental similaire à ceux décrits par M. Namagoose n'a été rapporté par les membres du personnel ayant interagi avec SCP-323 ou SCP-323-1. De plus amples recherches ne sont pas prévues ; cependant, les membres du personnel sont encouragés à rapporter toute pensée ou sentiment atypique éprouvé pendant leurs travaux.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License