SCP-314-FR
notation: +13+x
blank.png

Objet # : SCP-314-FR

Niveau de Menace : Bleu

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-314-FR-A doit être confiné dans un local de stockage sécurisé de taille adaptée. SCP-314-FR-B doit être confiné dans la musicothèque anormal du Site-Aleph, dans un étui à disque et des conditions atmosphériques adaptées. Les deux objets ne doivent se trouver dans la même pièce que lors des expériences destinées à provoquer volontairement SCP-314-FR-C.

Les tests sur l'anomalie doivent se dérouler dans une enceinte insonorisée et verrouillée de l'extérieur. Un garde ayant une formation de secouriste doit se trouver à l'intérieur de l'enceinte avec le sujet afin de veiller à sa sécurité lors du test. Tout le personnel participant à l'expérience doit être pourvu de protections auditives, y compris celui restant à l'extérieur de l'enceinte. Les protections auditives doivent être vérifiées deux fois par deux procédés différents avant chaque test. Dans le cas où un ou plusieurs membres du personnel seraient malgré tout exposés, ils doivent être considéré comme des sujets de test et traités comme tel.

À la fin de l'expérience, le sujet doit être envoyé dans un secteur spécialisé de l'infirmerie du site où a eu lieu l'expérience jusqu'à son réveil. Il est recommandé d'ajourner les tests si une brèche de confinement importante ou une attaque d'envergure sur le site a eu lieu dans la semaine précédant l'expérience afin de ne pas distraire le personnel médical des blessés plus urgents. Une fois le sujet réveillé, celui-ci doit être interrogé par un des responsables des expériences sous la surveillance d'au moins un garde.

Mise à jour du 08/11/1946 : Le sujet doit rester entravé de la fin de l'expérience jusqu'au moment où un psychologue agréé certifie qu'il ne représente aucun danger pour les autres et surtout pour lui-même. Le garde présent dans la cellule ne doit pas être pourvu d'un armement létal. Dans le cas où un membre du personnel serait exposé, il doit être amnésié et renvoyé à la vie civile dès la fin des tests sur sa personne.

Du fait de ses vertus pacificatrices, SCP-314-FR peut être utilisé afin de permettre un meilleur contrôle sur certains Classe-D particulièrement violents, notamment ceux ayant reçus un entrainement militaire. Chaque proposition doit être examinée par le comité d'éthique avant d'être validée. Le nombre de sujets exposés hors test scientifique est limité à ██ par ans. Toute exposition volontaire d'un membre du personnel ou d'une personne étrangère à la Fondation de la part d'un ou plusieurs membres du personnel est passible d'une rétrogradation en Classe-D du ou des responsables.

Description : SCP-314-FR-A est une statue en plâtre grandeur nature représentant le buste d'un soldat allemand de la première guerre mondiale. L'uniforme est extrêmement bien reproduit et a permis de dater la représentation aux premiers mois de la guerre, à savoir entre juillet et novembre 1914. La statue est entièrement faite en plâtre, à la manière des modèles préliminaires à une sculpture en bronze, à l'exception notable des yeux et d'une partie du socle. En effet, les iris de la statue sont constitués de disques de pierre aux propriétés optiques semblables à la labradorite et les pupilles de pâte de verre uniformément noire, peut-être de l'obsidienne. Le socle est pourvu d'une fente fermée par une petite porte en laiton, à la manière d'une boîte aux lettres. En dehors de l'évènement SCP-314-FR-C, il a été impossible de d'accéder à l'intérieur de SCP-314-FR-A, ni même d'affirmer avec certitude si l'objet est creux ou plein. Au-dessus de la fente se trouve une inscription en lettres dorées en Allemand "Eine Nachricht von jeder Mutter auf der Erde" pouvant se traduire par "Un message de toutes les mères de la Terre". La statue en elle-même ne présente pas de propriétés anormales flagrantes, si ce n'est que la majorité des humains ont tendance à regarder instinctivement vers ses yeux quand ils se trouvent en sa présence.

SCP-314-FR-B est un disque 78 tours dont la capacité de stockage a été augmentée par un procédé anormal. En effet, alors que la grande majorité des disques de ce type peuvent contenir une musique de 5 minutes maximum par face, la face 1 de SCP-314-FR-B contient une boucle de 31 minutes et 54 secondes du Dies irae de Giuseppe Verdi. La face 2 est gravée avec un arrangement pour piano et violon de Sarabande d'Haendel qui ne présente aucune propriété anormale. Il semblerait que ce soit un des deux morceaux qui étaient présents à l'origine sur le disque, la face 1 ayant été regravée par un moyen inconnu. Les deux morceaux peuvent être joués sur un tourne-disque standard et ne présentent aucune propriété anormale notable, si ce n'est un effet anxiogène qui peut éventuellement être attribué à la musique en elle-même.

L'évènement SCP-314-FR-C a lieu quand la face 1 de SCP-314-FR-B est joué en présence de SCP-314-FR-A et qu'un humain conscient regarde dans les yeux de SCP-314-FR-A. Le sujet reste alors le regard fixé sur la statue durant toute la durée du morceau. Pendant ce temps, celui-ci est totalement insensible à tout stimuli extérieur, un sujet s'étant même pris une balle dans le genou sans sourciller alors qu'il était sous l'emprise de SCP-314-FR-C. Malgré tout, au fur et à mesure de l'évènement, le sujet commencera à manifester les signes d'une terreur intense comme une sudation accentuée, des pupilles dilatées, des yeux écarquillés et le souffle court. Il arrive même à certains sujets de gémir, hurler ou se faire dessus au cours de l'évènement. Au bout de 31 minutes et 54 secondes, le gramophone diffusant SCP-314-FR-B va dérailler, arrêtant ainsi la musique. Le sujet retrouvera alors l'usage de ses sens et perdra connaissance dans 80% des cas. Il est à noter que le comportement du sujet ou la suite des évènements ne changera pas si l'on cache SCP-314-FR-A ou si l'on arrête manuellement la diffusion de la musique.

Lors de sa transe, le sujet se retrouve transporté à l'intérieur de la tête d'un autre humain, généralement à une autre époque. La durée ressentie dans la vision (notée SCP-314-FR-C-année du test-numéro du test) n'est pas proportionnelle à la durée de la transe, certains sujets rapportant y avoir passé des heures alors même que le temps de 19 minutes et 14 secondes n'a pas été dépassé. Dans la grande majorité des cas, ces visions auront lieu en temps de guerre, bien qu'elles ne se déroulent pas systématiquement sur un champ de bataille. Ainsi, SCP-314-FR-C-1972-160 montre la mort par crucifiement d'une adolescente arménienne par des soldats turcs aux alentours de 1916, selon toute probabilité dans le cadre de la tentative de génocide perpétrée par les autorités turques envers ce peuple au cours de la décennie 1910. De plus, la vision ne semble pas dépendre du sexe, de l'âge ou de l'origine ethnique du sujet (ainsi dans le cas de SCP-314-FR-C-1972-160, le sujet était un homme de 34 ans de nationalité franco-tchadienne). Néanmoins, il a été observé que la vision n'était pas totalement aléatoire. En effet, sur les 237 évènements CP-314-FR-C ayant eu lieu entre 1919 et la dernière mise à jour de ce rapport (22/04/2███), 120 présentent des scènes se déroulant sur une période de temps comprise entre 1914 et 1919, soit une proportion près de 50%. La deuxième période la plus représentée est le XVIIIème siècle avec 43 occurrences (soit 19%), puis le XIXème siècle avec 32 occurrences (14%). Les 40 occurrences restantes (17%) couvrent des évènements isolés compris entre -1274 et 1700. À ce jour, aucun évènement datant d'avant -1274 ou d'après 1919 n'a été relevé.

C'est à la fin de l'évènement SCP-314-FR-C qu'une ou plusieurs cartes en papier cartonné de 20 cm sur 40 sortiront de la fente située sur le socle de la statue. Le recto de ces cartes portera une description détaillée de la vision vécue par le sujet durant sa transe. L'écriture de ces cartes est manuscrite et l'expertise graphologique a montré qu'il s'agit de celle d'une seule et même personne. De plus, le papier utilisé est d'une excellente qualité et la datation au carbone 14 a permis de découvrir que toutes les feuilles archivées depuis le confinement de l'objet proviennent d'arbres abattus entre 1900 et 19301. Le nombre de cartes apparaissant à la fin de l'évènement ne semble pas limité et il en apparait toujours suffisamment pour que l'histoire soit entièrement écrite2. Dans le cas où plusieurs sujets seraient atteints en même temps, les cartes décrivant leurs expériences sortent les unes après les autres par ordre de contamination. Par ailleurs, le texte aura un style particulier et relativement constant bien qu'atypique peu importe la langue choisie. En effet, pour les langues en étant pourvues, la personne principale est systématiquement la deuxième personne du singulier sans aucune marque particulière de respect. D'autre part, les phrases sont généralement courtes avec une forte prédominance du présent de l'indicatif, encore une fois pour les langues qui en sont pourvues. Le rapport Uniform-314-FR détaillant les spécificités d'usage dans les documents des douze langues y étant apparues à ce jour est disponible en annexe. Enfin, on peut noter que le texte se termine systématiquement par "Et maintenant on est mort", même si le personnage principal ne meurt pas pendant la vision.

Le réveil du sujet sera généralement suivit d'une phase de mutisme complet durant en fonction des sujets entre 2 heures et 15 semaines. Par la suite le sujet montrera des changements à long terme sur sa personnalité. En premier lieu, il éprouvera une grande révulsion à l'égard des symboles militaires comme les uniformes, les armes3 ou tout métier en rapport avec la violence envers d'autres êtres humains. Cette sensation de révulsion peut mener les sujets atteints à menacer leur intégrité physique pour ne pas avoir à être mis en contact avec les objets susnommés (voir Addendum-314-FR-A). D'autre part, il est fréquent que les sujets s'investissent dans des actions politiques pacifistes ou ayant une finalité voisine (désarmement nucléaire, soutien aux réfugiés…). Il est à noter que ce pacifisme n'implique pas forcément la docilité. Même après l'exposition, le sujet gardera son libre arbitre ainsi qu'une tendance à la rébellion similaire à celle qu'il avait a posteriori. Cependant, il répugnera à utiliser la violence dans ses actions.

On peut noter qu'un sujet ne peut être victime de SCP-314-FR-C plus d'une fois. Une exposition conjuguée supplémentaire à SCP-314-FR-A et SCP-314-FR-B ne causera donc pas de réaction particulière de la part du sujet. L'effet du phénomène persiste même après la prise d'amnésiques.

Récupération : La première apparition de SCP-314-FR a eu lieu le 11 novembre 1922 à la Blaugalerie d'Hambourg, une galerie d'art contemporain tenue par M. Igor Klarsfeld. Celui-ci avait autorisé une de ses proches amies, Käthe Schwalbe (née Schrapp) à exposer sa nouvelle sculpture. Mme Schwalbe était à l'époque une sculptrice reconnue dans le milieu artistique hambourgeois, notamment pour ses œuvres abstraites, et suspectée d'avoir appartenu au mouvement "Et Maintenant On Est Cool ?" entre 1910 et 1914. Socio-démocrate convaincue, celle-ci approuve néanmoins l'entrée en guerre de son pays en 1914, en grande partie à cause de l'enthousiasme nationaliste de son fils unique, Karl. Celui-ci est un des premiers à s'engager dans la Reichwehr et part vers le front de l'Ouest en septembre 1914. Il est tué le 2 juin 1917 lors de la bataille du Chemin des Dames par une salve d'artillerie alliée. Très peu d'informations nous sont parvenues sur les agissement de Mme Schwalbe entre la mort de son fils et l'exposition à la galerie de M. Klarsfeld à part sa dépression nerveuse suivant la mort de son fils et le décès de son mari, le professeur de philosophie Johann Schwalbe, en 1918 de la grippe espagnole.

La révélation de la sculpture est censée avoir lieu à 21h30 en petit comité. Une vingtaine de personne sont présentes dans la galerie, aucune sauf M. Klarsfeld ne connaissant Mme Schwalbe en dehors de son travail. Parmi eux se trouve le capitaine Von Ritterburg, officier supérieur de Karl durant la guerre et invité par Mme Schwalbe elle même. La sculptrice arrive avec un quart d'heure de retard, prétextant avoir dû aller chercher des aiguilles de gramophone, les ayant toutes usées lors des précédents essais. Les témoignages indiquent que la révélation a lieu à 22h. Les convives sont retrouvés le lendemain matin par la concierge dans un état d'hébétude prononcé. Il semblerait que toutes les personnes présentes aient été frappées par SCP-314-FR-C en même temps, ce qui en fait à ce jour la plus grande manifestation connue de ce phénomène. Seuls manquent à l'appel Mme Schwalbe et le capitaine Von Ritterburg, dont aucune trace n'a été trouvée à ce jour.

Addendas-314-FR :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License