SCP-2810
notation: +2+x

Objet # : SCP-2810

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Les cultures de SCP-2810 sont confinées dans des bouteilles en verre scellées sous vide dans le laboratoire des matériaux infectieux du Site-42. Les instances de SCP-2810-1 capturées pour étude doivent être confinées dans des Cellules de Confinement pour Dangers Biologiques de Niveau 4, avec un maximum d'une instance par cellule. Les Forces d'Intervention Mobiles Beta-7 (Chapeliers Fous) et Lambda-12 (Exterminateurs) sont chargées de traquer et neutraliser toute instance sauvage de SCP-2810-1.

Description : SCP-2810 est un agent pathogène non-identifié, initialement découvert en Sibérie, qui infecte les organismes multicellulaires et force les cellules de l'organisme à se transformer en des versions miniatures de l'organisme d'origine (ex : les cellules d'un être humain deviennent des êtres humains de la taille d'une cellule, les cellules d'un tournesol deviennent des tournesols de la taille d'une cellule). Ces organismes composites tentent de perpétuer les fonctions corporelles d'une manière analogue aux cellules d'origine. Par exemple, des poumons humains seront composés d'humains miniatures qui inhalent et exhalent, tandis que des feuilles de plantes seront composées de minuscules plantes pliées de manière à ce que seules leurs feuilles soient exposées au soleil. Un examen microscopique révèle que ces entités composites de la taille d'une cellule sont elles-mêmes composées d'entités encore plus petites, à l'infini. Les entités composites ne répondent à aucune tentative de communication bien qu'elles répliquent le réseau neuronal et nerveux de leur organisme hôte. En dépit de la taille des entités composites excluant la possibilité d'une fonction cellulaire dans de nombreux cas (tel que les échanges gazeux), les organismes infectés (désignés SCP-2810-1) et leurs composites sont capables de survivre et de se reproduire, bien qu'ils soient en très mauvaise santé.

SCP-2810 se propage par contact physique et par transfert de fluides corporels. Les organismes n'ont en général pas conscience de la conversion de leurs cellules, et deviennent totalement infectés au bout de deux mois environ. Aucun traitement n'a pu être découvert pour le moment. Les symptômes de l'infection varient selon les instances de SCP-2810-1.

Les animaux infectés présentent parfois une tendance à la dermatophagie et à la dermatillomanie, qui évoluent ensuite souvent en autophagie ; ils présentent également des capacités cognitives réduites, une faible endurance et des difficultés de coordination. Par exemple, les instances humaines comprennent initialement qu'elles sont malades, jusqu'à ce qu'elles atteignent les derniers stades de l'infection et commencent à nier être malades. Les instances animales deviennent peu à peu plus coopératives et sociales les unes envers les autres, même dans le cas d'espèces habituellement solitaires. Les plantes infectées produisent très peu de fruits, et le peu de fruits produits a tendance à ressembler à de mauvaises imitations du fruit d'une plante non-infectée. Les champignons et les protistes ont des parois cellulaires affaiblies, et ont tendance à être stériles. Cependant, en dépit de leur mauvaise condition mentale et physique, les instances de SCP-2810-1 deviennent totalement immunisées contre tous les autres mutagènes, maladies et toxines connus, et ont une espérance de vie plus longue que la normale.

Addendum : Incident 2810-2 : Le ██/██/██, La Force d'Intervention Mobile Lambda-12 rencontra un moustique d'une envergure de dix mètres chassant un troupeau de zèbres dans une réserve africaine. L'entité était insensible aux mesures traditionnelles à base d'insecticide, et tenta de se nourrir de la FIM. Lambda-12 utilisa des lances-flammes pour tuer l'entité, qui s'avéra être composée de millions d'instances de SCP-2810-1.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License