SCP-268-FR
notation: +16+x

Objet # : SCP-268-FR

Niveau de menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-268-FR est actuellement confiné dans une cellule pour humanoïde standard comportant uniquement un lit. Sa cellule doit être surveillée à tout moment au moyen de caméras.
Toute personne entrant en contact avec SCP-268-FR doit impérativement porter un masque et s'exprimer le moins possible. Dans le cas où une personne entrerait en contact avec SCP-268-FR en ayant le visage découvert, cette dernière doit recevoir un nouvel emploi du temps personnel afin de ne pas se trouver endormie lors d'une période de sommeil de SCP-268-FR. À l'heure actuelle, les personnes concernées par cette mesure sont :

  • le Dr Mirale
  • D-0168
  • D-0169
  • D-1768
  • D-1890
  • D-3444
  • D-3879
  • le Dr Deroy
  • Eurydice R███

Une alimentation composée uniquement d'escargots et de limaces doit être apportée dans la cellule de SCP-268-FR une fois par jour. Un entomologiste doit contrôler de façon hebdomadaire la population de Lampyris noctiluca par des moyens non-invasifs afin de prévenir toute survenue d'une maladie susceptible de décimer l'essaim.

Description : SCP-268-FR est une entité humanoïde et androgyne, d'environ un mètre quatre-vingt douze (1 m 92) et pesant trente-deux kilogrammes (32 kg). Les membres de SCP-268-FR sont plus longs que ceux des êtres humains non-anormaux et sa peau est légèrement bleutée. L'entité est dépourvue de tête et son cou se termine par une protubérance sphérique d'origine et d'utilité inconnue.
Sur celle-ci se trouve une colonie de Lampyris noctiluca femelles, toutes stoppées au stade larvaire comme leurs congénères non-anormaux. En revanche, les individus occupant la protubérance sphérique de SCP-268-FR émettent de la lumière verdâtre en permanence, leurs voies de biosynthèse de la luciférase et de la luciférine1 semblant fonctionner de façon constitutive. Autour de cette protubérance sphérique se trouve un essaim d'individus mâles de l'espèce Lampyris noctiluca, eux aussi non-anormaux, mais luisants en permanence. Les conclusions du Dr Deroy, spécialiste en entomologie anormale, précisent que ces lampyres gravitant autour de SCP-268-FR "ne sont pas immortels" et "possèdent un mode de reproduction normal, les œufs étant pondus sur le "cou" de SCP-268-FR". Le nombre d'individus total est estimé à un millier deux milliers cinq milliers environ dix milliers.

SCP-268-FR possède un cycle veille-sommeil réglé de façon absolue, c’est-à-dire que l'entité alterne des périodes de veille et de sommeil de douze (12) heures chacune. Il est impossible de perturber celui-ci, des expériences ayant été menées afin de vérifier si l'absence d'exposition ou l'exposition continue à une lumière, ainsi que des réveils nocturnes, ont un impact sur l'alternance de ces périodes : celles-ci se sont toutes soldées par des échecs.

Il a été observé que, lorsque SCP-268-FR entre en période de sommeil, toute personne ayant été en contact visuel direct avec l'entité dans les dernières 24 heures et se trouvant elle aussi en état de sommeil au même moment que SCP-268-FR, sera présente dans les rêves de l'entité. Du point de vue de la personne qui rêve, les sensations se rapprochent d'un rêve lucide, le rêveur étant libre de ses mouvements et possédant son libre arbitre. En revanche, l'environnement du rêve et les événements qui s'y déroulent ne peuvent être influencés par le rêveur et sont l'œuvre de SCP-268-FR.

Lors d'un rêve partagé entre le sujet et SCP-268-FR, ce dernier tentera toujours d'établir un contact avec le rêveur s'il l'aperçoit ; il s'approchera alors du sujet en émettant des vocalises n'appartenant à aucune langue connue et dont la source n'a pu être déterminée. En effet, l'entité ne possède ni cordes vocales ni organes ou appendices permettant de produire des sons.
Lorsque SCP-268-FR est remarqué par le rêveur, l'entité subit alors une modification morphologique au cours de laquelle la protubérance sphérique à l'extrémité de son cou croît de façon anormalement rapide (entre deux et cinq secondes), afin de prendre la forme d'un visage humain — au hasard, le plus souvent inconnu du sujet — déjà entré en contact avec SCP-268-FR. L'entité s'exprime alors dans une langue intelligible, bien qu'utilisant un vocabulaire limité ainsi qu'une structure, une syntaxe et une grammaire sommaires voire incorrectes. La langue utilisée n'est pas obligatoirement compréhensible par le rêveur, mais celui-ci peut tout de même tenter de converser avec l'entité. On ignore encore si l'entité est capable de ce changement morphologique hors des rêves.


SCP-268-FR a été découvert le 17/09/20██, au domicile de Charles M█████████, un professeur italien de Biologie non-affilié au monde de l'anormal. Sa femme avait alerté la police après que son mari ait subitement disparu en pleine nuit, remplacé par SCP-268-FR. Des agents de la Fondation se rendirent sur place et récupérèrent l'entité. Avant que celle-ci ne reçoive une dose d'amnésiques, une interview de Mme M█████████ fut également réalisée, au cours de laquelle la jeune femme expliqua avoir reconnu l'entité : son mari la lui avait décrite la veille, affirmant avoir conversé avec SCP-268-FR dans un de ses nombreux rêves lucides. Une enquête dans l'entourage du Pr M█████████ révéla qu'une de ses étudiantes, Nora R███, possédait chez elle plusieurs croquis de l'entité. La jeune femme étant décédée, des recherches plus étendues sont en cours.



Incident SCP-268-FR-1 :
Le 19/09, le Dr Mirale tenta de converser avec SCP-268-FR dans sa cellule, mais l'entité ne répondit pas. Dans la nuit du 19/09 au 20/09, l'Agent Chevallier, qui avait surveillé cette expérience à visage découvert, disparut alors qu'il dormait. L'entité fut retrouvée au domicile de l'agent, puis reconfinée sans incident, celle-ci ne se montrant pas hostile.






Addendum suite aux expériences effectuées par le Dr Mirale entre le 28/09/20██ et le 13/10/20██ :
Suivant le contexte et le déroulement de la discussion entre l'entité et le rêveur (si discussion il y a), SCP-268-FR peut devenir agressif : il essayera alors d'agripper le visage du sujet avec ses doigts et montrera de plus en plus de signes de violence à mesure qu'il échoue. Son agressivité se traduit à l'extérieur du rêve par une agitation de l'essaim de Lampyris noctiluca mâles proportionnelle à la violence des gestes de SCP-268-FR.
Si l'entité parvient à agripper le visage du rêveur de ses deux mains, toutes les personnes présentes dans le rêve se réveilleront, à l'exception de la personne tenue par SCP-268-FR. L'entité se matérialisera alors quelques minutes plus tard à l'emplacement où se trouvait le sujet lors de son endormissement. Aucun des sujets ayant subi cet événement avec succès n'a pu être retrouvé à ce jour, mais une manifestation immobile et non-réceptive aux stimuli peut être trouvée dans les rêves partagés avec SCP-268-FR.

En croisant les réactions de SCP-268-FR lors des rêves et le comportement de l'essaim lors du sommeil de l'entité, on peut noter que chaque fois que SCP-268-FR occasionne la disparition d'un rêveur, la population voit son taux de natalité augmenter d'un facteur important (de deux à cinq), bien au-delà de celui des individus Lampyris noctiluca non-anormaux. De même, le comportement de l'essaim semble corrélé avec le comportement intra-onirique de SCP-268-FR. De plus amples expériences sur l'existence théorique d'une conscience collective au sein de la population d'insectes de SCP-268-FR doivent être menées.

En revanche, suite à l'Incident du rêve 268-FR-8, l'entité semble ne plus porter qu'un seul visage, celui de la jeune femme caucasienne identifiée ultérieurement par un proche comme étant Nora R███, et ce, peu importe le sujet entrant en contact avec SCP-268-FR. Les expériences avec SCP-268-FR sont donc suspendues pour une durée indéterminée.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License