SCP-2678
notation: +3+x
blank.png

Objet # : SCP-2678

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Le point d'accès a été rescellé et dissimulé sous la forme d'un rayon de bibliothèque. Toutes les explorations auparavant programmées ont été annulées.

Description : SCP-2678 est un espace extra-dimensionnel uniquement accessible à des individus disposant de croyances catholiques, par une porte auparavant condamnée dans le sous-sol de la cathédrale de Sienne, en Italie. Une plaque en métal à côté de la porte indique "Département des Anormalités de la Fondation SCP". Les individus entrant par la porte émergeront dans un petit avant-poste bâché construit autour de la sortie autoporteuse. À l'intérieur de l'avant-poste se trouvent :

  • Un réfrigérateur biomédical de laboratoire rempli d'échantillons de sang et d'os récupérés dans SCP-2678.
  • Plusieurs enregistreurs audio, allant de bandes de cire miniatures à des machines à bande magnétique.
  • Un terminal informatique demandant des accréditations de la Fondation. Toutes les tentatives visant à y accéder ont conduit à un refus en raison d'accréditations insuffisantes.
  • Une partition pour un prélude choral intitulé Sul Golgota.
  • Le squelette incomplet (l'os hyoïde, l'os iliaque et les deux avant-bras manquent) d'un mâle préadolescent couvert d'un drap sur une table en acier. Cause de la mort inconnue.

L'avant-poste est situé à la périphérie d'une ville de 324,6 km² au style architectural gothique italien et exclusivement composée de cathédrales, de palais et d'églises flottant dans un vide rouge-orange. Une pluie torrentielle perpétuelle composée de sang humain couvre la ville depuis sa découverte initiale, retardant les efforts de navigation et teintant les bâtiments de rouge. Bien que semblant être du marbre, l'analyse chimique du matériel utilisé pour les structures de la ville a révélé que tous les bâtiments étaient faits d'un matériau osseux récupéré sur des enfants mâles d'entre sept et douze ans.

Aucune vie humaine ou non-humaine n'a été observée exister à l'intérieur de SCP-2678. Malgré cela, tous les visiteurs ont rapporté avoir entendu une mélodie discordante et aiguë résonner faiblement depuis quelque part dans le labyrinthe de bâtiments. L'équipement d'enregistrement audio dysfonctionne à l'intérieur de SCP-2678 ; il perçoit uniquement le son du sang tombant à un volume extrêmement haut.

Les explorateurs qui suivent la mélodie pourront la pister jusqu'à une réplique exacte de la Cathédrale de Sienne (disposant des changements environnementaux précédemment cités). La cathédrale est entièrement vide, à l'exception d'un unique orgue à tuyaux dont les tuyaux les plus longs ont été coupés en deux et dont les pédales correspondantes ont été arrachées.1

La pression d'une touche engendrera l'imitation de la note par une voix masculine juvénile (allant d'approximativement sept à douze ans), chaque touche disposant de sa propre voix correspondante. De même qu'avec un orgue à tuyaux ordinaire, les notes peuvent être tenues aussi longtemps que la touche est pressée ; cela résultera cependant en ce qui est rapporté comme une voix de plus en plus paniquée lorsque la touche est maintenue pressée pendant une période de temps étendue.

Lorsque l'orgue joue une note, la pluie de sang se transmutera en eau par des moyens inconnus. Les bâtiments resteront tâchés peu importe combien de temps l'orgue est utilisé.

Des tests à long terme sur des explorateurs et membres de l'équipe de recherche ont révélé plusieurs changements comportementaux, provisoirement supposés être liés à l'écoute de la musique de l'orgue dans SCP-2678. Ces changements incluent :

  • Une plus grande appréciation de la musique de chœur
  • Une plus grande croyance en la religion structurée
  • Une plus grande foi dans les figures d'autorité
  • De plus hauts niveaux de doute envers ceux disposant d'un statut social ou économique moindre.
  • Une réticence à rapporter les crimes commis par d'autres membres de la Fondation.

Les symptômes ne semblent pas s'estomper avec le temps.

Addendum : Des tests sur l'orgue ont été conduits le 20/12/2019 afin de déterminer la limite maximale de sa longueur de note, aucun réservoir de vent joint n'ayant été trouvé.

Le test enregistré d'une touche le plus long dura 23 minutes, après quoi la touche C7 vola en éclats et ne put de ce fait continuer à être utilisée. Il fut noté que les fragments de celle-ci saignèrent pendant plusieurs jours.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License