SCP-252
notation: +1+x

Objet # : SCP-252

Classe : Euclide Sûr

humbo.jpg

Image fixe d'un SCP-252 en cours de transformation de la caméra de confinement Gamma-7.

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-252 doit être contenu dans un aquarium de 150 m3, renforcé par un blindage d'acier hautement résistant. Les gardiens doivent être formés aux techniques de combat en milieu aquatique et équipés de fusils-harpons B74H. Ceux-ci seront armés de sorte à pouvoir délivrer de lourdes décharges électriques. Le réservoir est équipé de 15 charges explosives de profondeur activables sur commande, devant se déclencher simultanément en cas de brèche de confinement imminente. Un couple d'individus est gardé sous la direction du Dr. ███████, biologiste marin. Il est déconseillé aux membres du personnel d'approcher le réservoir de confinement à moins d'avoir été préalablement préparé aux effets anormaux des animaux.

Il se peut que d'autres spécimens de SCP-252 existent à l'état sauvage. En raison de leur nature destructrice, leur capture est considérée comme prioritaire. Etant donné les problèmes inhérents à la taille des spécimens, il est autorisé de les abattre si les risques de voir leur existence révélée deviennent trop élevés. Les spécimens actuels sont considérés comme suffisants, et de nouvelles acquisitions ne sont pas prioritaires. Le confinement des informations relatives à leur rencontre consiste en l'Histoire Standard de Couverture n°53 "Marin ivre" et l'administration d'amnésiques si nécessaire.

Description : SCP-252 est une sous espèce de Dosidicus gigas. Les spécimens adultes sont bien plus petits que la moyenne, n'atteignant pas plus d'un (1) m de longueur et pesant un maximum de quarante (40) kg. La dissection révèle l'absence de poche d'encre et une densité augmentée de chromatophores (environ vingt (20) fois la moyenne pour un adulte).

Le comportement des instances est pour l'essentiel identique aux spécimens normaux, excepté en chasse ou lorsqu'ils sont menacés. Quand un membre de SCP-252 repère une proie, il manifeste un comportement agressif, et fond sur sa cible à vitesse maximale tout en faisant tournoyer ses chromatophores. Ces mouvements de couleurs ont un effet hypnotique sur les proies animales entrant en contact visuel, provoquant une cessation de tout comportement défensif et de tentative de fuite jusqu'à la capture.

Lorsqu'un spécimen de SCP-252 est menacé par un prédateur, il se métamorphose rapidement en une forme de vie aquatique non identifiée de taille démesurée et de physiologie indéterminée, avec un comportement extrêmement destructeur. A ce stade, ses attributs physiques sont en constante évolution. La taille varie entre cinquante (50) et soixante-quinze (75) mètres de longueur, avec jamais moins de cinquante (50) et parfois près de deux-cents (200) appendices de natures variées. Les appendices changent constamment entre des tentacules munies de ventouses d'une longueur moyenne de cinq (5) mètres de longueur, des membres insectoïdes terminés par des pinces hérissées, et des bras et jambes humanoïdes dotes de griffes. Les détails et positions de ces appendices sur le corps varient aléatoirement, avec pour seule constante un amalgame de tentacules autour de la tête masquant la zone buccale. On ignore à l'heure actuelle comment cette croissance rapide se produit. En raison du risque d'une brèche de confinement, aucune recherche sur le sujet n'est actuellement autorisée. Toute vie animale à l'exception des autres SCP-252 et les espèces classiques de calamars tentera de fuir la proximité immédiate du sujet par le chemin le plus direct possible. Cette réponse générée par la peur peut conduire les cibles à se blesser elles-mêmes, compte tenu du fait qu'elles fuient vers des milieux dangereux ou se heurtent de façon répétée aux parois de l'aquarium. Approximativement 95% des sujets rencontrant un SCP-252 agressif développent une phobie à l'égard des céphalopodes. Nous ne savons pas s'il s'agit là d'un effet anormal supplémentaire ou une réaction naturelle au traumatisme vécu.

Suite au visionnage d'un enregistrement de sécurité, le Dr. ███████ a déterminé que la "métamorphose" de SCP-252 n'est qu'une puissante hallucination induite par les motifs changeants formés par les chromatophores. Ces hallucinations font voir aux victimes SCP-252 comme une créature marine titanesque dotée d'un nombre excessivement grand de tentacules. Les détails précis varient grandement d'un sujet à l'autre, mais la créature hallucinatoire se présente toujours comme une caricature de céphalopode dotée d'un enchevêtrement de tentacules autour de la zone buccale, avec des appendices supplémentaires, munis de griffes et/ou de pinces, et l'impression générale que tous ces traits sont fluctuants et changent aléatoirement. Les sujets écartés du contact visuel avec SCP-252 demeureront convaincus que leur hallucination était un véritable "monstre marin" et tenteront de rationaliser toute contradiction logique inhérente à leur délire, tel qu'un monstre d'une centaine de mètres nageant dans un réservoir clos de dix (10) mètres de côté. Cette rationalisation et la phobie persistante semblent être une forme de suggestion post-hypnotique.

Les sujets visionnant une vidéo d'un SCP-252 agité n'y ayant jamais été exposé directement éprouvent une réaction de peur bien moins intense et sont capables de percevoir le calamar malgré les hallucinations. Les sujets décrivent le monstre illusoire comme "factice" et "insensé" mais admettent le trouver assez inquiétant. Après exposition indirecte, les sujets développent une immunité partielle aux effets d'une exposition directe. Un contact direct réitéré après "l'inoculation" par vidéo atténue davantage les effets. Les sujets acclimatés peuvent développer une immunité totale à l'effet de peur et ne ressentir que de très vagues manifestations hallucinatoires.

Addendum : SCP-252 a attiré l'attention de la Fondation après de nombreux rapports concernant un "monstre marin" aperçu par des pêcheurs de commerce au large de la côte de █████. L'agent ██████ a sécurisé un spécimen malgré un immense danger pour sa personne. Une décoration pour l'exploit susmentionné est recommandée . L'agent ██████ s'est lui même exposé aux effets de SCP-252 au cours du premier contact. Les procédures de confinement initiales étaient basées sur son rapport concernant la taille et les capacités physiques du spécimen, conduisant à une dépense de ressources excessive. Une sanction disciplinaire est recommandée, après approbation de la hiérarchie.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License