SCP-2513
notation: +5+x
794px-Ilid%C5%BEa_-_Roman_bridge.jpg

SCP-2513 après son confinement.

Objet # : SCP-2513

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-2513 doit être placé sous constante surveillance par des membres du personnel armés ayant reçu l'ordre d'incarcérer toute personne cherchant à traverser SCP-2513. Un périmètre de sécurité de 10 km2 autour de SCP-2513 doit être mis en place sous la forme d'une réserve naturelle, pour empêcher toute utilisation de ce dernier par la population civile.

Compte tenu du faible volume d'informations concernant SCP-2513, les archives historiques existantes n'ont pas besoin d'être falsifiées. Toutes les données historiques de SCP-2513 n'ayant pas encore été répertoriées doivent être signalées au chef du projet SCP-2513.

Description : SCP-2513 est un pont situé à approximativement 7 km au nord de la cité de Raguse, en Italie. Initialement construit par la République de Rome et restauré en 2006 par l'Association du Patrimoine de Raguse, la structure montre plusieurs signes de détérioration en raison de son ancienneté. SCP-2513 est à l'origine d'une haine soudaine et irrationnelle envers la République de Carthage lorsqu'il est traversé du sud vers le nord, cette dernière étant une cité-état ayant existé jusqu'en 146 avant J.-C. en Tunisie actuelle.

Des tests plus poussés ont déterminé que les personnes n'ayant jamais eu connaissance de la cité de Carthage manifesteront une aversion générale envers le centre de l'Afrique du Nord et ses habitants actuels. Les individus testés n'ayant pas conscience de l’existence du continent africain n'ont montré que peu voire aucune manifestation des effets de SCP-2513. Cependant, les individus n'ayant pas conscience de l'existence de la cité de Carthage commenceront à démontrer les effets habituels de SCP-2513 quand ils auront été informés de son existence.

Il a été démontré que la prononciation de phrases simples comme “Je viens de Carthage” ou “Carthage existe” suffisait à la manifestation des effets de SCP-2513. Bien que les effets tendent à diminuer au fil du temps, seule la traversée du pont dans le sens nord-sud est capable de supprimer totalement ces effets.

SCP-2513 fut construit en 253 avant J.-C. par la République de Rome. Il a vraisemblablement été construit pour faciliter le passage d’habitants de la cité de Raguse pour aider la République de Rome dans diverses batailles s’étant déroulées en Sicile. Cependant, après la construction de SCP-2513, la cité de Raguse changea d’allégeance, aidant les forces carthaginoises occupant l’île. En 251 avant J.-C., la cité de Raguse changea de nouveau d’allégeance pour la République de Rome. Contrairement à de nombreuses autres cités siciliennes durant le reste de la guerre, ce fut le dernier changement d’allégeance enregistré pour la cité de Raguse.

Vers 132 avant J.-C., les routes menant à SCP-2513 n’étaient plus considérées comme la méthode principale pour passer du sud de la Sicile au reste de l’île. Très peu d’archives historiques concernant SCP-2513 suivant cette période existent, à l’exception d’une note dans un récit historique de Vincentius Bonajutus parlant d’un tremblement de terre en Sicile en 1693. Une simple note de bas de page parlant de la destruction du pont est inclus dans ce récit qui fut publié dans le journal Philosophical Transactions of the Royal Society.

À noter qu’il existe plusieurs traités non publiés écrits par Bonajutus sur les dangers de la renaissance de la République de Carthage (incluant des critiques principalement dirigées contre le règne de la dynastie Muradid). Il est convenu qu’il s’agit là de la plus ancienne manifestation des effets de SCP-2513 enregistrée.

Des pierres possédant des gravures représentant le dieu romain Janus taillées par un maçon inconnu ont été retrouvées dans la zone entourant SCP-2513. SCP-2513 contient plusieurs de ces pierres au sein de sa construction. Des tests plus poussés concernant ces pierres sont considérés comme une priorité pour une compréhension plus approfondie de l'objet.1

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License