SCP-247-FR
notation: +18+x
blank.png
whale.jpg

SCP-247-FR lors de sa récupération sur l'Île Stewart.

Objet # : SCP-247-FR

Niveau de Menace : Vert

Classe : Hiemal

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-247-FR doit être conservé dans une des trois chambres de confinement certifiées NAPOLÉON1 du Site-He-247.

Le Site-He-247 a été spécialement construit afin de faire face à de potentielles attaques du GdI-842 "Le Royaume d'Univers'Île" dont les forces seraient susceptibles d'émerger de l'Objet SCP. Dans le cas où sa chambre de confinement subirait des dommages importants suite à une attaque du GdI-842, une fois l'attaque repoussée, l'Objet SCP devra être transféré dans une des deux salles de remplacement prévues à cet effet. À l’heure actuelle, aucun individu inconnu n’est sorti de SCP-247-FR.

SCP-247-FR doit être maintenu au centre de sa chambre de confinement, contre le sol, au moyen de cordes de rétention de manière à ce que la surface du liquide contenu dans sa mâchoire inférieure reste à tout moment plane et horizontale. Le sol de la chambre de confinement est recouvert de grilles de récupération reliées à un système de siphons et à un conteneur. Ce système a été mis en place afin de restaurer le volume de liquide initial contenu à l'intérieur de l'Objet SCP en cas de pertes.

Tout membre du personnel entrant à l'intérieur de SCP-247-FR sans l'approbation du personnel de recherche se verra rétrograder provisoirement dans l'attente d'une sanction administrative. Seul le bathyscaphe LANTERNE est pour l'heure autorisé à entrer à l'intérieur de SCP-247-FR, l'usage d'un autre engin sous-marin étant interdit.

Aucun membre du personnel de l'équipe d'exploration n'est autorisé à entrer à l'intérieur de la salle contenant SCP-247-FR-GOU.

Description : SCP-247-FR est le cadavre d'une baleine bleue femelle adulte récupéré dans les décombres d'un village Maori sur l'Île Stewart, en Nouvelle-Zélande, le 02/06/2000 (voir Découverte). L'Objet SCP mesure 24 mètres de longueur pour une masse de 1,7 tonnes2, il ne présente aucune trace de blessure. Son évent, son anus ainsi que son orifice sexuel sont obstrués par des particules de sable et de pétrole solide. Son orifice buccal contient un mélange d'eau de mer et de pétrole dont la hauteur ne dépasse pas sa mâchoire inférieure. Il s'agit de l'unique accès à un vaste espace ovoïde - présentant des proportions plus importantes que SCP-247-FR - immergé d'eau de mer et de pétrole, désigné comme SCP-247-FR-1. L'exploration de SCP-247-FR-1 n'a été rendue possible qu'à partir de 2002, année marquant la finalisation de la construction du bathyscaphe LANTERNE, un engin sous-marin se présentant en trois parties séparées pouvant s'assembler entre elles automatiquement lorsqu'elles sont plongées dans un liquide aqueux. De ce fait, la taille de l'engin ne se limite pas à celle de la gueule de l'animal - qui est trop petite pour accueillir un engin sous-marin.

Une quantité considérable de déchets flotte au sein de SCP-247-FR-1. Les plus récurrents sont :

  • des bouteilles en verre.
  • des morceaux de plastique.
  • des mégots de cigarette.
  • des paquets de chips et de bonbons.
  • des cordages.
  • des filets de pêche.
  • des bidons d'essence et de pétrole.

Il est également possible d'y trouver en plus petit nombre des magazines sur l'environnement. Tous ceux qui ont été retrouvés à l'heure actuelle présentent des articles à propos de catastrophes environnementales connues - à savoir qui se sont déjà produites dans le monde - ou inconnues ainsi que des parodies de critiques de l'Homme sur le plan écologique. Il est important de noter que lesdits articles décrivent les catastrophes connues comme bien plus destructrices qu'elles ne l'ont été en réalité. Quant aux catastrophes inconnues, il a été supposé qu'elle se sont produites dans d'autres réalités.

Le nombre de magazines flottant à l'intérieur de SCP-247-FR-1 semble augmenter de manière exponentielle au fil du temps. Selon les estimations, de 2002 à 2005, le nombre moyen de magazines retrouvés est passé de 30 à 75. D'autre part, les catastrophes présentées dans les magazines les plus récemment apparus semblent être systématiquement plus dévastatrices que toutes celles des magazines précédents.

De courtes descriptions du contenu de magazines trouvés de 2002 à 2004 sont disponibles dans le tableau ci-dessous :

Année Description
2002 Les pages du magazine retrouvées présentent une catastrophe s'étant produite le 14/01/2018. Un pétrolier iranien a fait naufrage entre la Chine et le Japon et la marée noire résultant de l'incident est passée d'une taille de 101 km2 à 332 km2 en quatre jours. Au vu de l'ampleur de la catastrophe, il est impossible qu'elle se produise réellement un jour.
2003 Les pages retrouvées présentent une catastrophe fictive ou s'étant produite dans une autre réalité. Les personnes qui ont écrit l'article semblent être dans une station spatiale. La planète où ils vivaient auparavant est constituée uniquement de forêts. Ils peuvent la voir brûler à travers les hublots de leur station. L'article décrit leur frustration et leur peur face à cet incendie qu'ils ne peuvent matériellement pas arrêter.
2004 Les pages retrouvées présentent New York sous une pluie de couronnes royales. Les hommes semblent tous être attirés par les objets et s'entretuent pour en avoir le plus.

La taille de SCP-247-FR-1 diminue proportionnellement au volume de liquide qu'il contient ; de ce fait, aucune poche d'air ni surface ne peut se former à l'intérieur de l'Objet SCP. Il semble cependant impossible d’augmenter ses proportions avec un autre liquide que celui contenu initialement. Chaque tentative s’est soldée par une augmentation du niveau de liquide dans la mâchoire inférieure de l’animal ou un débordement, ce qui ne s’est encore jamais produit avec le liquide initial.

Le centre de SCP-247-FR-1, désigné comme SCP-247-FR-2, est enveloppé d'une épaisse couche de pétrole formant un dôme. Aucun type de lumière connu ne semble pouvoir passer au travers de ladite couche. Il est d'ailleurs impossible pour un objet ou un organisme initialement situé à l’intérieur de SCP-247-FR-1 de passer à travers la couche de pétrole, il réémergera systématiquement à son point d’entrée.

Bien qu'enveloppé par un épais dôme de pétrole, SCP-247-FR-2 est constitué d’une eau de mer pure, claire et immiscible au pétrole qui se nettoie elle-même. Le sol est composé, pour sa part, de sable, de roches et d’algues luminescentes d’espèce inconnue produisant une lumière jaunâtre. SCP-247-FR-2 abrite également en son sein un bâtiment délabré s’apparentant à un théâtre néo-classique. Le lieu comprend cinq salles de spectacle ; quatre salles de théâtre classiques à ses extrémités et une, circulaire et de taille plus importante, au centre. Le théâtre est habité par une espèce anormale de maquereaux, désignée comme SCP-247-FR-MAQ.

Les instances de SCP-247-FR-MAQ, bien que physiquement proches des maquereaux communs (Scomber scombrus), ont une taille adulte moyenne allant de 50 cm à 60 cm pour un poids de 700 g à 1,2 kg et portent pour la plupart des chapeaux (voir ci-dessous). Pour porter leur chapeau, les instances peuvent manifestement créer un courant d'eau anormal au-dessus de leur tête de sorte à ce qu'ils soient toujours attirés vers leur crâne - tous les chapeaux présentent des proportions adaptées aux crânes des poissons. Les entités ont la capacité de produire une lumière jaunâtre - comparable à celle des algues mentionnées précédemment - grâce à leurs écailles afin de se repérer dans l’obscurité3. La lumière que produisent les SCP-247-FR-MAQ n’est pas affectée par les effets d'absorption de lumière du dôme de pétrole. Ce phénomène permet aux maquereaux de nager dans le pétrole et de mener le LANTERNE à l'intérieur de SCP-247-FR-2. Il s’agit là du seul moyen actuellement connu4 pour entrer à l’intérieur du lieu. Par conséquent, bien que les instances aient toujours fait preuve d'une grande empathie et d'une gentillesse à toute épreuve à l’égard du personnel d'exploration, il est important de s'assurer que cette attitude ne change pas en entretenant des relations positives.

Pour communiquer entre eux, les membres de l'espèce SCP-247-FR-MAQ utilisent une langue anormale, l’aquamental5. La majorité des informations concernant les instances de SCP-247-FR-MAQ ont été obtenues à partir de 2014, année durant laquelle les Drs Hinault et Salmon furent autorisés à participer aux recherches sur SCP-247-FR et, par conséquent, intégrés à l’équipe d’exploration en tant qu’interprètes. En effet, le premier est capable de communiquer en aquamental et les deux se comprennent parfaitement en quelque langue que ce soit.

Au cours des nombreuses interviews et observations menées, il pu être constaté que les instances de SCP-247-FR-MAQ sont organisées en société. Il est possible de distinguer deux types d’instances, celles qui portent des chapeaux et celles qui n’en portent pas. Celles qui n’en portent pas sont exclusivement des mâles et jouent un rôle d’éclaireur, passant la majorité de leur temps hors du théâtre, notamment pour surveiller le dôme de pétrole ou collecter du plancton. Celles qui en portent restent la plupart du temps à l’intérieur du théâtre. L'unique objectif de chacune est d'acquérir le chapeau le plus populaire du théâtre. Pour ce faire, elles réalisent des échanges ou utilisent les scènes pour se donner en spectacle afin d'augmenter leur popularité et donc celle de leur chapeau ou de convaincre les instances spectatrices de leur échanger plus facilement leur couvre-chef. Plus une instance est populaire, plus son chapeau l'est aussi aux yeux des autres instances porteuses de chapeau. Il arrive très souvent que des instances collaborent pour organiser des spectacles à plusieurs. Il est à noter que les entités ne semblent pas comprendre le concept du vol. Il a aussi été déterminé lors d’une exploration que tous les chapeaux provenaient initialement d’une salle de rangement du théâtre, aujourd’hui vide.

Seules les quatre salles situées aux extrémités du théâtre sont utilisées, la salle circulaire, quant à elle, est inaccessible, toutes ses portes sont barricadées par des planches en bois. Les instances semblent éviter de s’en approcher et ne manifestent aucune envie d’y entrer. Contrairement aux autres salles, celle-ci est plongée dans l’obscurité, ne contenant pas autant d’algues luminescentes que les autres. Au centre de la salle, sur la scène, se tient un mannequin en bois pendu par une corde attachée à un crochet au plafond, sous une douche de lumière créée par des algues accrochées au plafond, désigné comme SCP-247-FR-GOU. Plusieurs parties de son corps sont abîmées ou criblées de balles métalliques. L’Objet SCP possède une barre de gouvernail à la place de la tête. Pour plus d’informations, veuillez consulter l’Addendum 247-FR.02.

Depuis 2002, les systèmes radar du LANTERNE ont détecté à plusieurs reprises une structure inconnue d’une taille nettement supérieure à celle dudit batyscaphe. À chaque fois que l’équipe d’exploration a tentée de s’en approcher, des courants marins sont apparus et les ont repoussés. Du fait de la nature anormale de ces courants et de la taille de la structure, et compte tenu des évènements s’étant produits sur l’Île Stewart en 2000, il a été supposé de 2003 à 2015 qu’il s’agissait d’un véhicule sous-marin appartenant au GdI-842 "Le Royaume d’Univers’Île". Cette hypothèse a été confirmé en 2015 suite à la découverte qu'a fait l'équipe d'exploration (Voir Addendum 247-FR.03).

Découverte : SCP-247-FR a été découvert le 02/06/2000, suite au signalement de plusieurs phénomènes anormaux provenant de l'Île Stewart, en Nouvelle-Zélande, par le Satellite de Reconnaissance SCRANTON XI. Sur place, les opérateurs ont découvert les décombres d'un village récemment détruit, anciennement habité par une population maori, ainsi que les corps de ses habitants, présentant tous des brûlures et des fractures importantes sur différentes parties du corps. Seuls deux d'entre eux ont été retrouvés vivants et sans aucune blessure, dans une ferme à quelques kilomètres de l'ex-village : Maevarau Sheraton et Hoani Day, deux agriculteurs d'une quarantaine d'années.

Les deux hommes ont été envoyés au Site-Aleph pour passer un interrogatoire. Maevarau Sheraton, alors en état de paranoïa, était incapable de répondre aux questions de l'Agent Sevestre. Seul Hoani Day a pu être interrogé.

Interrogatoire 247-FR.01

Interrogé : Hoani Day - δ

Interrogateur : Agent Sylvain Sevestre - γ

Avant-propos : La conversation suivante, originalement en anglais, a été sous-titré oralement en français.

<Début de l'enregistrement>

γ entre dans la pièce.

δ : Bonjour… Écoutez, ça fait déjà deux longues heures que j'attends dans cette pièce, sans renseignements, sans même savoir où je suis. Je me doute que nous sommes dans une francophonie, au vu des accents que j'entends, et que vous faites parti d'une sorte d'agence d'enquête, mais pourriez-vous me donner plus d'informations ?

γ : Navré, M. Day, mais c'est impossible. Vous serez cependant bientôt remis en liberté si vous répondez à mes questions.

δ : Pas avant de savoir où est mon collègue. Nous avons été séparés en arrivant ici, je ne comprends pas vos méthodes.

γ : M. Sheraton est à l'infirmerie, il ne se sentait pas bien. Ne vous inquiétez pas, il est entre de bonnes mains. Je sais que c'est compliqué de repenser à tout ça, mais essayez de vous détendre. Plus tôt nous aurons fini, plus tôt vous retrouverez votre ami.

δ acquiesce.

γ : Bien ! Vous n'êtes pas sans savoir que votre village a été détruit la nuit du 1er au 2 février. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus à ce sujet ?

δ : Oui… oui, bien sûr. Surtout ne retenez pas vos mots. C'est tout aussi important de dire qu'il n'y a plus d'habitants.

Un temps.

δ : Tout s'est passé très rapidement. On était encore au village quand ces deux types sont arrivés de la forêt. Avec Maevarau, nous devions aller à la ferme parce que j'y avais oublié les clés de ma maison. Au final, nous n'avons pas vu grand chose… et heureusement.

γ : Heureusement, en effet. Pouvez-vous me décrire comment ils étaient ?

δ : Du peu que j'ai vu, ils étaient dans de drôles de combinaisons, elles les recouvraient de la tête aux pieds. Elles étaient à la fois faites de métal et de tissu. Une sorte de laine, c'est ça.

γ : Je vois. Je suppose que vous vous êtes rendus rapidement à la ferme lorsque vous avez entendu les explosions ?

δ : À vrai dire, c'était plus inquiétant que ça. Nous n'avons entendu aucun bruit d'explosion, mais plutôt les cris de nos frères et de nos sœurs. Nous étions encore tout prêts du village quand ça s'est produit.

γ : D'accord, d'accord. L'un d'entre vous s'est rendu au village à l'aube pour voir l'étendue des dégâts, n'est-ce pas ?

δ : Exactement. Et c'est Maeravau, vous comprenez mieux pourquoi il est dans cet état là.

γ : Oui, effectivement, ce n'était pas très beau à v-

δ coupe la parole de γ.

δ : Oh ! Attendez, plus important encore. En revenant du village, après avoir vu le… massacre, Maevarau m'avait dit que le hangar d'une des baleines échouées6 avait été ouvert. La baleine avait été déplacée sur une plage, un peu plus éloignée du village. Il disait avoir vu des traces de pas qui s'arrêtaient juste devant la gueule de l'animal.

γ : Hm. Merci pour le renseignement. Vous avez d'autres choses à ajouter ?

δ : Je crois que c'est tout.

<Fin de l'enregistrement>

Une fois l'interrogatoire terminé, des amnésiants de Classe A ont été administrés aux deux individus. Les opérateurs les ont ensuite informés que leur village a été détruit par une tempête, en guise de couverture. Les deux rescapés ont alors été envoyés dans un village de l'île du Nord où la Fondation leur a acheté une nouvelle ferme.

Le cadavre de baleine a par la suite été récupéré puis classifié SCP-247-FR au vu de ses propriétés anormales. Il a été transféré au Site-He le plus proche de l'Île Stewart. Ce Site-He a été réaménagé spécialement pour SCP-247-FR en 2005.

Depuis les découvertes faites lors de l'Incident 247-FR.34, il est très probable que les deux inconnus ayant détruit le village fassent partie du Royaume d'Univers'Île. Il est supposé qu'après avoir décimé les habitants, ils soient entrés à l'intérieur de SCP-247-FR-1 pour y faire apparaître - au moyen de technologies de portail - un engin sous-marin.

Addendum 247-FR.01 :

Comme mentionné précédemment, il n'est possible de communiquer avec les instances de SCP-247-FR-MAQ seulement depuis 2014. Le 05/08/2014, les docteurs Hinault et Salmon menèrent leur première interview à l'intérieur de SCP-247-FR-2, accompagnés de l'Agent Dreyfus :

Interview 247-FR.01

Interviewé : Paulo, une instance mâle de SCP-247-FR-MAQ

Intervieweur : Dr Hinault

Avant-propos : La conversation suivante, originalement en aquamental, a été sous-titré oralement en français à partir des informations communiquées par le Dr Salmon. Étant donné que le Dr Hinault a traduit chacune des réponses de l'instance au Dr Salmon, seules les parties où il parle avec ont été gardées.

<Début de l'enregistrement>

Le Dr Hinault se dirige vers une instance. Elle porte un chapeau melon.

Dr Hinault : Bonjour monsieur ! Je me présente, docteur Hinault ! Vous auriez un petit peu de temps à m'accorder ? Ce ne sera pas long.

Paulo : Oh euh oui, bien sûr. C'est toujours enrichissant de pouvoir échanger avec des étrangers. Moi c'est Paulo, enchanté.


Dr Hinault : Parfait ! Nous allons pouvoir commencer. Tout d'abord, les humains souhaitaient savoir si le simple fait que des étrangers rentrent à l'intérieur du théâtre, juste derrière vous, vous dérange.

Paulo : Absolument pas, voyons. Enfin, nous laissons passer seulement ceux qui ont un cœur pur. Il est déjà arrivé que des personnes impures tentent de venir ici. Pour en revenir au théâtre, nous y organisons quelques spectacles de temps en temps, vous devriez venir nous voir !

Dr Hinault : Oh ! Vous jouez des pièces romantiques ? On pourrait venir voir ç-

Le Dr Hinault se fait rappeler à l'ordre.


Dr Hinault : Excusez-moi pour les humains, ils ont tendance à me couper la parole. Qu'est-ce qui fait que le cœur d'une personne soit pur ou impur, au fait ?

Paulo : Je ne me suis jamais vraiment posé la question… Je suppose que c'est en fonction des intentions de la personne, si elles sont positives ou non. Peut-être que nous pouvons les percevoir. Je vous aurais bien pris les nombreuses fois où ces gens dans la grande machine ont essayé d'entrer en exemple, mais je n'ai jamais été éclaireur, je ne peux pas vous dire.

Dr Hinault : C'est pas grave, nous demanderons tout ça à l'un d'entre eux une prochaine fois.


Dr Hinault : Bien ! Les humains de l'équipe de recherche se demandaient pourquoi certains d'entre vous nagent à longueur de journée dans le pétrole, là-haut. Est-ce pour venir en aide à ceux qui se perdent dans les déchets ?

Paulo : Oui, les éclaireurs ! S'ils sont là dedans, c'est avant tout pour nous prévenir en cas de dangers. Parfois, les proportions de l'endroit qui nous abrite diminuent. Je pense que tout le monde a peur ici que ses proportions atteignent notre théâtre. Cela causerait notre perte à tous.

Un temps.

Paulo : Sinon, oui. Tout le monde ici vous apprécie donc les éclaireurs vous laissent passer. On aime bien avoir de la visite.


Dr Hinault : Eh bien, eh bien. Je ne vais pas prendre plus de votre temps, nous repasserons sans doute pour poser d'autres questions à d'autres personnes ici. Merci beaucoup !

Paulo : Il n'y a pas de quoi, merci à vous aussi !

Il a alors pu être conclu que la présence de l'Homme à l'intérieur de SCP-247-FR-2 ne dérange pas les instances de SCP-247-FR-MAQ, au contraire. L'instance dénommée Paulo s'est montrée amicale et ouverte. D'autre part, elle a invité le Dr Hinault à assister aux spectacles qui se déroulent à l'intérieur du théâtre. Il est important de poursuivre les interviews dans la même voie.

Il est très probable que la longue machine dont Paulo fait mention appartienne au GdI-842.

Addendum 247-FR.02 / Incident 247-FR.16 :

Le 12/04/2006, l'Agent Marin eut pour mission de pénétrer à l'intérieur de la salle centrale du théâtre. Il avait en sa possession, dans sa combinaison, un dictaphone directement connecté à un disque dur rangé dans un casier hermétique à l'extérieur de ladite salle, dans un couloir du théâtre.

L'Agent Marin n'a pas pu être retrouvé après l'exploration. Toute tentative d'accès à la salle centrale est interdite depuis cet incident.

Addendum 247-FR.03 :

Le 16/05/2015, tandis que le LANTERNE ramenait l'équipe d'exploration au Site-He-247, les systèmes radar ont détecté le présumé sous-marin Univers'Îlien à une distance anormalement plus proche que d'habitude. Il a ainsi été possible de l'approcher et d'entrer à l'intérieur.

Sur place, les hypothèses le concernant ont pu être confirmées et l'engin exploré. Seul une entrée dans la base de donnée du sous-marin a été trouvée et récupérée. Un cadavre était aussi présent sur les lieux, présumément celui de l'auteur de l'entrée retrouvée.

Archive des Journaux de Bord

Navire Sous La Mer L'Espire


Erreur Système : Connexion aux serveurs impossible
(1) Journal de Bord datifié du 23/02/2015 disponible


C'en est fini pour l'Espire.

Je viens de briser le chemin de lumière qui mène au Royaume. Et par la même occasion, j'ai signé mon arrêt de mort.

Le chemin de lumière, au fond de la salle des commandes, était l'unique moyen pour les forces de Zéniterre de venir ici. Ce n'est plus qu'une question de temps avant que cette prison abyssale ne prenne ma vie.

L'artefact qui gît en ces lieux serait bien trop dangereux entre les mains de la Famille Royale. Aujourd'hui, je sacrifie ma personne pour que des milliers d'autres puissent continuer à vivre en paix. La Terre ne doit pas être un endroit que l'on souhaite voir tomber sous les flammes. Hélas, nombreux sont encore les sacrifices à rendre, les montagnes à gravir, les personnes à rassembler pour voir naître enfin une union.

Une union entre ceux qui vivent dans la lumière et ceux qui croient vivre dans la lumière. Notre paradis n'est qu'illusoire, seule la réalité terrestre est bénéfique. Chaque jour, nous jouons avec le feu, chaque jour nous nous rapprochons un peu plus de notre perte. L'Homme ne dominera jamais l'anormal et les Univers'Îlien ne l'ont pas compris.

Le Royaume n'est pas peuplé seulement de gens endormis, il regorge d'éveillés qui souhaitent plus que tout réaliser leurs rêves. Celui de voir un jour l'aube d'une nouvelle ère.

Les systèmes de répulsions ont été désactivés, puissent des bienfaiteurs voir ce message.

— Javier Boulanger


Mise à Jour du 18/01/2018 : La catastrophe du magazine de 2002 mentionnée précédemment dans le tableau s'est réellement produite le 14/01/2018.

Prions pour échapper à la fin que nous avons nous-mêmes écrite.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License