SCP-229-FR-EX
notation: +20+x
hh.jpg

3 instances de SCP-229-FR-EX

Objet # : SCP-229-FR-EX

Niveau de Menace : Rouge

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-229-FR-EX-2, contenant SCP-229-FR-EX-1, doit être isolé dans une cellule de confinement standard pour humanoïdes. Toute personne entrant dans la cellule devra s'équiper d'un simple masque FFP3.

La cellule de confinement doit comporter une petite armoire contenant divers analgésiques et une boite de pansements. Le défibrillateur et les autres médicaments sont conservés en dehors de la cellule.

Dans le cas où le sujet serait gravement malade à cause d'un agent pathogène extérieur, deux membres du personnel doivent constamment se trouver dans la cellule, équipés d'une combinaison de protection biologique de type 3, d'un masque FFP3, et d'un écran de protection oculaire et facial. Ils doivent se tenir prêt à réagir dans l'éventualité où SCP-229-FR-EX-1 émettrait une requête.

Depuis le 01/05/2017, le sujet est autorisé à sortir de sa cellule 2 heures par jour, accompagné d'au moins un agent et un médecin. Les tests ont déterminé que SCP-229-EX-FR-1 n'est pas contagieux.

Description : SCP-229-FR-EX-1 est contenu dans SCP-229-FR-EX-2, un humain caucasien de 25 ans, français, 1m64, se nommant ██████ ███████. Il a été récupéré dans la région du ███, après une hospitalisation ayant révélé des symptômes anormaux et incohérents entre eux.

SCP-229-FR-EX-1 regroupe l'ensemble des bactéries, nommés Bacillus sapiens, contenues dans SCP-229-FR-EX-2. Ces bactéries ont développé, grâce à l'évolution, une intelligence comparable à celle d'un humain et ont formé entre elles une société proche de la nôtre.

Le système de mémoire de ces bactéries a été expliqué indirectement grâce aux travaux menés sur le Physarum polycephalum, par la chercheuse Audrey Dussutour au Centre de Recherches sur la Cognition Animale, à Toulouse. Elle a réussi à prouver que cet être unicellulaire peut apprendre, se souvenir et oublier, mais aussi résoudre des problèmes complexes. Les bactéries utilisent approximativement le même système de mémoire que le Physarum polycephalum, et peuvent aussi écrire et lire des brins d'ADN qu'elles stockent dans des bibliothèques génétiques.

Grâce à leur intelligence et leur conscience de ce qui les entoure, les bactéries peuvent déplacer les cellules déjà présentes afin de les réarranger en bâtiments divers. SCP-229-FR-EX-2 ne semble subir aucun contrecoup physique notable de ces manipulations.

Liste des infrastructures bâties par SCP-229-FR-EX-1 :

  • Divers refuges construits à plusieurs endroits du corps, souvent près des veines ou artères. Ces refuges sont utilisés par les bactéries pour s'abriter lors d'une apparition de SCP-002-BS, mais aussi pour stocker du dioxygène.
  • Centre de stockage de brins d'ADN vierges, placé près du cerveau, dans l'artère carotide interne.
  • Une bibliothèque comprenant des brins d'ADN codés, placée près du cerveau, dans l'artère carotide interne.
  • Centre de stockage de diverses ressources, principalement du dioxygène, pour permettre aux bactéries de survivre en cas de pénurie.
  • Poste de surveillance, placé dans l'aorte.

Les bactéries utilisent les veines et artères comme des autoroutes reliant les diverses structures.

La communication avec les bactéries se fait par le biais d'un séquenceur/synthétiseur ADN.
Ce séquenceur/synthétiseur, de la taille d'une clé USB et implanté sur la veine jugulaire externe de SCP-229-FR-EX-2, permet d'établir un contact direct avec les bactéries et d'être notifié de tout message reçu.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License