SCP-2280
notation: +1+x

Objet # : SCP-2280

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-2280 est conservé dans un enclos dédié d'une superficie de 1 km² sur l'Aire de Recherche Biologique-12, entouré par une zone tampon de 10 m. Cet enclos est formé de murs de béton renforcé de 4 m de haut ainsi que de caméras infrarouges installées tous les 10 m sur tout le périmètre. Un approvisionnement automatique en eau et en compléments alimentaires est fourni à SCP-2280. Tous les autres soins, y compris les soins vétérinaires, doivent être satisfaits par des robots de téléprésence.

Aucun animal vertébré n'est autorisé à moins de 8 m de SCP-2280 en dehors des expériences. Si un animal devait être affecté par les propriétés de SCP-2280, les efforts doivent porter sur la récupération de son corps avant que SCP-2280 ne puisse terminer de le consommer. Si ces efforts devaient échouer, de la mousse extinctrice à base de fluoroprotéine doit être vaporisée sur SCP-2280 5 minutes avant le prochain lever du soleil et ce jusqu'à ce que l'effet final se soit achevé.

Description : SCP-2280 est un Bos taurus adulte femelle qui absorbe 100% de toutes les radiations électromagnétiques dont la longueur d'onde est comprise entre 370 nm et 770 nm1. Par conséquent, SCP-2280 est vu comme une silhouette d'un noir pur depuis tout angle, sans détails visibles. En dépit de cela et des effets anormaux additionnels décrits ci-dessous, SCP-2280 est génétiquement et fonctionnellement identique à une vache non anormale, y compris pour son régime alimentaire et sa signature thermique.

Lorsqu'un animal vertébré d'une masse supérieure à 2 kg s'approche à moins de 5,25 m de SCP-2280, il y a une probabilité d'environ 50 % pour qu'il soit victime d'une paralysie neuromusculaire. Lorsque cela se produit, SCP-2280 approchera l'animal paralysé et le consommera en 1,5 heure au plus, bien qu'il soit en temps normal herbivore. Lorsque la créature est trop grande pour que SCP-2280 puisse l'avaler entièrement, il utilisera ses sabots et incisives afin de séparer les tissus souples du système squelettique en morceaux de taille comestible, ainsi que pour casser ou écraser les grandes structures osseuses en parties plus facilement consommables.

Au lever du jour suivant, SCP-2280 se mettra à travailler et mettra bas une instance de SCP-2280-1, un animal dont la morphologie est identique à l'animal consommé, si ce n'est qu'il émet une lumière d'une intensité de 100 000 lux uniformément sur l'intégralité du spectre entre 370-770 nm. Approximativement 95 % des instances de SCP-2280-1 sont mort-nées, et leur luminescence diminue rapidement jusqu'au point où elles sont apparemment identiques à l'animal que SCP-2280 a consommé. SCP-2280 ignorera ces instances, qui peuvent être récupérées pour des analyses ultérieures. Les 5% de SCP-2280-1 restants se lèveront immédiatement après être nés et se mouvront pour téter après SCP-2280, indifféremment de l'espèce de l'animal dont ils sont issus. Après avoir tété pendant 15 minutes au plus, l'instance de SCP-2280-1 s'éloignera de SCP-2280, augmentera sa température à plus de 1000°C en 0,4 secondes, et sautera directement vers le haut. Il accélérera ensuite vers le haut à approximativement 37 m/s² avant de disparaître brusquement à 1,7 km au-dessus du sol.

Les instances de SCP-2280-1 résultant du personnel Classe-D n'ont pas répondu aux tentatives de communication, mais ont été entendues marmonnant dans une langue inconnue. L'analyse linguistique n'a pas réussi à traduire leur discours, mais a relevé des similarités avec les langues de la famille chamito-sémitique, notamment l'Égyptien Copte.

Source : SCP-2280 | Auteur original : : DrewbearDrewbear

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License