SCP-2278
notation: +4+x
Rhin.JPG

Le Rhin au-dessus du point d'origine de SCP-2278.

Objet # : SCP-2278

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Le confinement in situ de SCP-2278 a été approuvé le 21/06/1996. Toutes les consignes standard du protocole Genius Loci sont applicables. La surveillance à distance du périmètre de confinement doit respecter les clauses particulières applicables aux anomalies à faible niveau de menace.

Un contrôle direct de l'insonorisation du périmètre de confinement doit être mené annuellement ; L'accès en conditions de routine à la caverne dans laquelle se trouve SCP-2278-A nécessite un équipement de plongée standard, un lingotin d'or fin de 5 g et un casque à réduction de bruit active.

Des campagnes de communication visant à orienter la perception populaire des légendes locales vers leur version la moins inquiétante devront être régulièrement conduites et évaluées.

Description : SCP-2278 est une émission sonore présentant un danger-sensitif, prenant source dans une grotte située aux coordonnées 50° 08′ 22″ N, 7° 43′ 44″ E près de la ville de Sankt Goarshausen en Allemagne. Le lieu est réputé depuis des siècles pour son écho, mais n'a été largement connu que depuis le début du XIXe siècle. Le danger-sensitif n'est pas lié à la source originale du son et les enregistrements causent les mêmes effets délétères. Cependant, les tests ont prouvé que filtrer la bande de 6 à 8 kHz rend ce son inoffensif, que ce soit en direct ou via un enregistrement, ce qui tend à prouver que le danger-sensitif est probablement causé par des harmoniques à ces fréquences.

  • Enregistrement de maintenance (extrait audio) - SCP-2278/15-08-1996-M-1

L'extrait qui suit a été enregistré lors de la première maintenance planifiée du périmètre de confinement. Il est représentatif de l'activité actuelle de SCP-2278. Les harmoniques de la bande 6-8 kHz ont été filtrées et l'écoute ne présente pas de danger particulier.

Dans la zone accessible au public la plus proche, la pression acoustique du signal était en moyenne de 35 dB avant l'insonorisation de la grotte et était difficile à distinguer du bruit de fond. L'exposition à SCP-2278 dans ces conditions présentait un danger-sensitif mineur, causant une désorientation et un malaise, et dans le cas de sujets dépressifs, une idéation suicidaire. Ces effets étaient seulement temporaires, disparaissant concomitamment à l'arrêt de l'exposition au signal. Le danger-sensitif dans la partie extérieure du site a cessé suite à l'insonorisation de la grotte en 1996.

L'exposition directe à SCP-2278 dans la grotte cause des effets plus prononcés, les plus notables étant un état catatonique et une perception significativement dilatée du temps. Les effets secondaires peuvent persister plusieurs mois, sous forme d'une dysthymie ou d'une mélancolie clinique mineure. La pression acoustique à la source est variable mais atteint régulièrement 130 dB, ce qui en fait un risque physique.

La nature anormale de SCP-2278 n'a été découverte que lorsque des progrès dans le domaine de l'analyse statistique ont révélé une mortalité supérieure à la normale dans les environs. Plusieurs noyades et naufrages de péniches, considérés comme accidentels dans un premier temps, ont été depuis requalifiés.

La source du signal a été identifiée par chance lors d'une enquête concernant la disparition inquiétante de plusieurs plongeurs dans les environs immédiats. Après que le contact radio avec l'agent L██████ ait été perdu, sa balise a continué d'émettre depuis un endroit situé à l'intérieur du rocher. L'équipe de recherches ne trouvait pas d'accès à la position de la balise, lorsque l'agent D██████ s'engagea dans un tunnel ennoyé préalablement invisible. Des tests conduits depuis ont montré que l'entrée est masquée par un éboulis impénétrable pour quiconque ne porte pas d'or sur lui. Les agents L██████ et D██████ portaient tous deux une chevalière en or.

Après un court siphon, le tunnel d'entrée conduit dans une caverne de forme irrégulière de 47 m (L) sur 23 m (l) sur 27 m (h) dans ses dimensions les plus grandes. La plus grande partie de la salle est occupée par une charogne depuis laquelle SCP-2278 émane, gisant dans une eau rougeâtre. La carcasse, désignée SCP-2278-A, ressemble à un spécimen de Balaenoptera musculus dans un état de décomposition avancée. Plusieurs caractéristiques physiques rappellent Homo sapiens : deux bras et deux jambes malformés, une crinière de cheveux blonds fins et un visage féminin d'apparence humaine.

La nécropsie de SCP-2278-A a donné des résultats génétiques aberrants, avec une correspondance extrêmement limitée avec les génomes de B. musculus et H. sapiens. Les tissus analysés sont lourdement contaminés par des polluants organiques : composés organophosphorés, dinitro-o-crésol, endosulfan, éthoxyéthyl-hydroxyde de mercure, colorants et autres composés toxiques. Le profil chimique correspond à la fois à celui de l'eau rougeâtre prélevée dans la grotte et à celui de la pollution accidentelle du Rhin suite au sinistre de Schweizerhalle en 1986.

37 corps humains ont été récupérés dans la grotte, dans divers états de décomposition. L'autopsie des plus récents indique une mort par hypothermie et déshydratation. Des vivres non consommés ont été retrouvées, ce qui tend à prouver l'hypothèse selon laquelle SCP-2278 causerait une forme aiguë et profonde de mélancolie clinique. Aucun des objets retrouvés ne prédatait le second quart du XIXe siècle.

Étant donné la nature touristique du site, l'extraction non-destructive de SCP-2278-A n'est pas envisageable. Le confinement in situ, le classement provisoire au niveau Euclide et l'application du protocole Genius Loci ont été demandés le 11/05/1996 et subséquemment approuvés. Des panneaux ISO 7010-W003 ont été installés sous l'eau près de l'entrée du tunnel pour décourager l'accès. Un double sas sécurisé a été construit pour empêcher l'accès au tunnel lui-même. La caverne principale a été insonorisée par l'application à basse pression d'une couche de 50 cm de mousse polyuréthane.

Addendum : Circulaire interne - DoE/LdC/18-04-1996-Ci-1 :

Complet et non dérangé. Quel beau site para-archéologique. Heine, 1824. Rien de ce que nous avons trouvé n'est beaucoup plus vieux que son poème. Ça n'est pas la première anomalie que nous trouvons qui ait été créée par la manifestation de croyances. Mais c'est la première fois que nous avons de solides preuves matérielles appuyant cette hypothèse. Seul le temps dira si le protocole Genius Loci peut modifier ces anomalies suffisamment pour les rendre inoffensives. Mais SCP-2278 est le cobaye parfait.



Louise de Chavialle,


Directrice,
Département d'ethnographie.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License