SCP-2254
notation: +3+x
blank.png
Objet # : SCP-2254 Classifié
Classe : Euclide Niveau 3/2254

littleriver.jpg

Little River Canyon près de Fallon en Alabama, site principal des manifestations de SCP-2254.

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-2254 est confiné dans la ville de Fallon en Alabama. Étant donné que la nature intangible de l'entité la rend difficile à conserver à long terme dans une chambre de confinement, l'exposition entraînée par le cantonnement de SCP-2254 à l'intérieur de Fallon a été évaluée comme acceptable au regard du confinement permanent de l'entité.

Les agents de la Fondation infiltrés dans les forces de l'ordre locales doivent identifier les grossesses anormales qui découlent de l'ingérence de SCP-22541 et introduire des quantités appropriées de mifépristone et de prostaglandine dans l'eau bue par les sujets affectés de manière à provoquer des fausses couches. Grâce à ce protocole, le taux d'apparition de SCP-2254-1 a considérablement baissé depuis la découverte de SCP-2254.

L'application continue du protocole Mardi Noir est nécessaire au confinement durable de SCP-2254.

Description : SCP-2254 est une gigantesque entité hostile et intangible confinée dans la ville de Fallon en Alabama. SCP-2254 est invisible à l'œil nu et ne peut être observé qu'au travers de caméras infrarouges. Sa silhouette est celle d'un humanoïde monstrueusement déformé, haut d'environ 12,8 m, avec des bras extrêmement distendus et six jambes2, une nuque et un visage malformés, des cheveux mi-longs épais et des appareils génitaux sévèrement déformés3. La peau de SCP-2254 est sombre et mouchetée, et son visage est lisse hormis six yeux disposés en deux colonnes de trois de chaque côté, sans nez ni bouche. La seule autre caractéristique identifiable de SCP-2254 est un pictogramme représentant la lettre "J" au-dessus d'un cœur, qui semble avoir été marqué sur son front.

jack.jpg

Image éditée de SCP-2254 prise par une caméra infrarouge.

SCP-2254 est apparemment capable d'influencer le processus de décision humain en altérant la réflexion et en poussant les jeunes humains (généralement en dessous de 20 ans) à s'accoupler, alors qu'ils n'auraient pas été inclinés à le faire en temps normal. Les rapports font référence à un "état de rêverie" dans lequel les sujets semi-conscients se rapprochent dans des états de suggestivité et d'excitation élevés4 afin d'avoir des rapports sexuels. Ces unions se terminent généralement par une insémination, bien que l'influence de SCP-2254 puisse être dissipée par l'usage d'agents lacrymogènes (comme le gaz lacrymogène) ou de vapeurs d'ammoniaque. Les sujets tirés hors de l'influence de SCP-2254 pendant l'acte de copulation présentent habituellement une légère confusion et de l'hostilité à l'égard de la source de la perturbation, hostilité qui se dissipe après un certain temps. Les sujets affectés n'expriment aucun regret concernant la relation sexuelle en question, bien que l'étendue de l'influence de SCP-2254 sur cette question soit inconnue.

SCP-2254 se manifeste habituellement aux chutes de Little Rock Canyon près de Fallon, mais pas de manière régulière. Il semblerait que SCP-2254 ait plus de chances de se manifester la nuit lorsque davantage de cibles d'âge approprié disposées à interagir sexuellement les unes avec les autres sont présentes, bien que cela n'ait pas été confirmé. Après son apparition, SCP-2254 se dirigera en direction de n'importe quel groupe de cibles, incitant potentiellement les cibles sur son chemin à se rapprocher d'autres cibles de manière à pousser plus de sujets à engager des relations sexuelles.

Dès qu'au minimum un couple de sujets s'est rapproché et a commencé à interagir sexuellement, SCP-2254 baisse son visage jusqu'au niveau du couple (ou du groupe) et observe sans ciller jusqu'à la fin de l'acte. Lors des rares occurrences qui ne se terminent pas par une insémination, SCP-2254 s'attarde au-dessus du couple pendant un moment, pendant lequel les partenaires interagissent très peu. Après un certain temps, SCP-2254 baisse à nouveau son visage, et l'acte sexuel recommence. Il n'y a pas eu de cas pour lequel l'insémination n'a pas eu lieu la seconde fois. Bien que les probabilités qu'une conception ait lieu de cette manière ne soient pas différentes que d'habitude, il y a une chance significative (> 68 %) que la mère tombe enceinte d'un fœtus anormal, classifié en tant qu'instance de SCP-2254-1.

Les sujets qui se retrouvent anormalement enceints à la suite de l'influence de SCP-2254 expérimentent une croissance rapide de la structure fœtale de SCP-2254-1, qui prendra rapidement des caractéristiques non-humaines. Le profil génétique de ces fœtus ne correspond entièrement à aucun des deux parents, et ressemble plutôt à un hypothétique proto-humain ou à un ancêtre humain primitif, avec beaucoup des mêmes caractéristiques malformées de SCP-2254. Lors de leur développement, les instances de SCP-2254 prennent de plus en plus de ressources à leurs mères, les affamant afin d'accélérer leur propre croissance expéditive. Malgré cela, les instances de SCP-2254-1 affectent négativement la réflexion de leur mère porteuse, qui devient fanatiquement défensive de l'instance de SCP-2254-1 alors même qu'elle la dévore de l'intérieur.

fetus.jpg

Une instance de SCP-2254-1 lors d'une dissection, approximativement huit jours après la conception.

Habituellement, les instances de SCP-2254-1 ne tuent pas leur mère porteuse avant de se faire accoucher, bien qu'elles provoquent effectivement des dégâts considérables lors de l'accouchement, qui peuvent mener à la mort de la mère par hémorragie du canal vaginal. Malgré une gestation et un accouchement qui laissent la mère épuisée et extrêmement sous-alimentée, les mères affectées sont généralement incapables de se rendre compte de la nature anormale des instances de SCP-2254-1 et s'en occupent comme s'il s'agissait de nouveaux-nés humains normaux, y compris en les allaitant. Les instances de SCP-2254-1 sont extrêmement violentes sexuellement et tentent de violer, mutiler et dévorer tout être vivant qui les dérange lorsqu'ils sont avec leur mère.

Les mères continuent habituellement à allaiter les instances de SCP-2254 (en principe, deux ou trois naissent en même temps) jusqu'à ce qu'elles meurent, généralement de malnutrition ou d'une crise cardiaque, ou que les instances arrivent à maturité. Dans le cas où leur mère meurt, les instances de SCP-2254-1 dévorent le cadavre, puis disparaissent dans une zone protégée proche et disponible, comme des bâtiments abandonnés, des forêts, des décharges, etc. Les instances non-confinées de SCP-2254-1 sont supposément responsables de pas moins de trente meurtres sexuels ces quinze dernières années.

Addendum 2254.1 : Découverte

SCP-2254 fut découvert après qu'un photographe amateur de Fort Payne, en Alabama, en a accidentellement pris un cliché avec un appareil photo équipé d'une lentille infrarouge. Les employés de la Fondation ont rapidement sécurisé un périmètre autour de la ville, après quoi une période de quatre mois d'enquête et de recherche débuta. Il fut déterminé que SCP-2254 n'était pas confinable par les moyens habituels, et après que SCP-2254 eut été traqué jusqu'à Birmingham en Alabama alors qu'il suivait un natif de la ville qui avait récemment déménagé en métropole, des programmes furent mis en place afin de décourager le départ des personnes affectée hors de Fallon. De plus amples informations à ce sujet peuvent être trouvées dans l'Addendum 2254.2.

Addendum 2254.2 : Protocole Mardi Noir

Le Protocole Mardi Noir a été mis en place afin de délibérément et efficacement handicaper l'économie locale de Fallon en Alabama, de manière à retenir la population locale et à contrôler l'exposition à SCP-2254. Le Protocole Mardi Noir consiste en cinq principes fondamentaux :

  1. Réduire les allocations étatiques aux écoles locales et aux autres programmes éducatifs
  2. Réduire l'exposition aux médias qui idéalisent ou glorifient le mode de vie urbain
  3. Augmenter l'exposition à l'héroïne et aux autres opiacés
  4. Abaisser le prix de l'alcool et du tabac
  5. Promouvoir une politique de "priorité familiale" fondée sur la doctrine chrétienne évangélique qui privilégie une structure familiale dans laquelle l'éducation des enfants revient aux membres les plus âgés alors que les membres les plus jeunes sont libres de continuer à procréer.

Le Protocole Mardi Noir impose également d'entretenir continuellement cinq femmes de Fallon qui n'y vivent plus mais qui sont régulièrement visitées par SCP-2254. Toutes ces femmes, âgées de 16 à 29 ans, se voient administrer dans leur adduction d'eau le mélange susmentionné de mifépristone et de prostaglandine afin d'inhiber les grossesses. Elles ne sont pas conscientes de ce traitement, et bien que l'incapacité à concevoir un enfant pèse lourdement sur leur santé mentale, le protocole a considérablement amoindri leurs chances de concevoir une instance de SCP-2254-1 et a réduit le nombre d'instances nées hors de Fallon à zéro.

Addendum 2254.3 : Entretien

Ce qui suit est un entretien entre l'Agent Lamiere, se présentant comme un journaliste d'investigation, et une femme autochtone nommée Kate Barnett. Mme Barnett a remarquablement été par deux fois le sujet d'une conception anormale sous l'influence de SCP-2254, dont la première a donné naissance à deux instances de SCP-2254-1 et la deuxième a été interrompue conformément aux mesures de confinement actuelles.

[DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT]

Agent Lamiere : (Silence) …ok, ça enregistre. Merci de prendre le temps de cet entretien avec moi, madame… ?

Mme Barnett : Oh, c'est Kate. Kate Barnett. Mais mon nom de jeune fille est Kate Forrest.

Agent Lamiere : Parfait, parfait. Donc quand je vous ai appelée au téléphone, je vous ai posé des questions à propos de quelques éléments qui étaient apparus dans votre historique médical.

Mme Barnett : Vous parlez de mes bébés.

Agent Lamiere : Oui. Combien d'enfants avez-vous dit avoir ?

Mme Barnett : Ben, il y a Daniel5, et Bub6, et les jumeaux7, et puis la petite June qui est décédée8. J'ai été enceinte d'un autre mais il n'a pas survécu non plus9.

Agent Lamiere : Oui, c'est parfait. Pouvez-vous me parler de quelque chose d'inhabituel que vous auriez pu avoir remarqué chez les jumeaux ? Quelque chose de bizarre à propos de la manière dont ils ont été conçus, je veux dire.

Mme Barnett : Vous voulez dire, sur leur père ? C'est un bon-à-rien. On a eu une stupide nuit de beuverie où il m'a mise en cloque et puis il s'est enfui10. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec lui. J'aurais été foutue s'il n'y avait pas eu Jack.

Agent Lamiere : Jack ?

Mme Barnett : Ouais. Jack est le meilleur père qu'ils aient eu. C'est tout aussi bien, parce qu'il est un père bien meilleur que Mason l'aurait jamais été.

Agent Lamiere : Qui est Jack ?

Mme Barnett : C'est- (elle hésite) vous avez déjà vu quelque chose dans un rêve, et après vous le voyez plus tard dans la vraie vie et vous savez que c'est la même chose ? Ça, c'est Jack. Il est venu la nuit où Mason m'a engrossée, et il est si mignon avec ses cheveux blonds et ses yeux. Il sait comment s'occuper comme il faut d'une femme. Je lui ai dit que Mason était parti et que je pensais que j'étais enceinte de lui, et Jack m'a dit de ne pas m'inquiéter. Qu'il serait là pour s'occuper de tout.

Agent Lamiere : Comment avez-vous su que vous étiez enceinte ?

Mme Barnett : Oh, c'est juste de l'intuition maternelle. Des fois, ce sont des choses qu'on sait. Je savais, et Jack le savait aussi. Mais il m'a dit que tout allait bien se passer et qu'il prendrait soin de mes bébés.

Agent Lamiere : Je vois. Depuis combien de temps connaissez-vous Jack ?

Mme Barnett : Ben… depuis que je suis toute petite, je crois. Peut-être depuis que je suis en 3ème, quand Daniel est né. Jack était là à l'époque. Il n'a pas dit grand-chose, alors, seulement que j'étais sa préférée et qu'il allait être là pour longtemps. Il n'a pas été très présent quand Dan grandissait, mais il l'était quand les jumeaux sont nés et aussi quand j'ai eu la fausse couche. Mon dieu - (elle renifle) il était si triste. J'ai pleuré et pleuré et il a simplement tenu ma main en disant : "Là, là, tout va bien. Tu es toujours ma préférée."

Agent Lamiere : Êtes-vous la seule personne qui connaisse Jack ?

Mme Barnett : Mmmmmm… Je ne pense pas. Je pense que toutes les filles par ici connaissent Jack. Il est tellement attentionné, vous savez ? Genre, c'est comme s'il savait ce que c'est de vouloir être mère, et il est là pour que ça se passe bien. Pour certaines, vous savez, c'est juste Jack, mais… (elle rit) entre vous et moi, c'est mon Jack.

Agent Lamiere : Je vois. Y-a-t-il autre chose que vous voudriez ajouter ?

Mme Barnett : Je ne crois pas. (elle s'arrête) Hé, vous qui semblez tout savoir à propos de ça. Vous avez déjà vu les frères de Jack ?

Agent Lamiere : Ses frères ?

Mme Barnett : Ouais. Je crois qu'ils s'appellent tous Jack, mais ils sont, genre, tous différents. Jack a peur d'eux. Moi aussi, mais je ne les ai jamais vus. Rien qu'à la manière dont il parle d'eux, vous savez qu'ils sont mauvais.

Agent Lamiere : Mauvais ? Comment ça, mauvais ?

Mme Barnett : Je ne sais pas. Je sais juste que Jack sourit tout le temps, sauf quand il parle de ses frères. Alors il ne sourit plus du tout.

[FIN DE L'ENREGISTREMENT]

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License