SCP-201
notation: +8+x
005.jpg

SCP-201 lors de sa récupération.

Objet # : SCP-201

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Aucun membre du personnel ne doit s’approcher à moins de quarante mètres de SCP-201. Toute opération sur SCP-201 doit être effectuée par un drone contrôlé à distance. Tout membre du personnel entrant dans la zone de confinement doit être accompagné de deux membres de la sécurité. Tout le personnel de la zone de confinement doit porter un harnais attaché au mur par une corde de sécurité. La longueur de la corde doit permettre de s’approcher à trois mètres de la zone de sûreté minimale. Excéder cette distance entraînera le retrait physique du membre du personnel de la zone de confinement et des mesures disciplinaires.

La date et l’heure de l’exposition, la disparition et la réapparition des personnes affectées par SCP-201, ainsi que toute information personnelle, doivent être consignées dans le Registre ███████. Les sujets réapparaissant doivent être récupérés le plus tôt possible par les Agents et débriefés immédiatement.

Description : SCP-201 est une très vieille pièce d’équipement médical, ressemblant en apparence à un porte-perfusion, mais comportant plusieurs autres objets en verre et en métal attachés dessus. SCP-201 mesure 1,8 m placé debout et a une masse de 36,5 kg. Les portions métalliques sont constituées d’acier et de laiton, et plusieurs parties sont connectées par des tuyaux de caoutchouc. Les deux "sachets de perfusion" sont en porcelaine et ouverts au sommet.
SCP-201 a été récupéré dans l’Hôpital ████████████████, dans une pièce de stockage depuis longtemps à l’abandon. Aucune référence à SCP-201 n’apparaît dans les registres de l’hôpital.

S’approcher à moins de trente mètres de SCP-201 peut avoir pour effet de transporter le sujet dans une réalité alternative. Cet effet se produit apparemment au hasard, certains sujets n’étant jamais affectés après exposition à SCP-201. Ceux qui sont affectés cesseront d’exister dans notre réalité entre une et quarante-huit heures après l’exposition initiale. La durée de cette disparition peut aller de quelques heures à huit ans. Le temps passé dans cette réalité alternative peut considérablement différer du temps s'étant réellement écoulé dans la nôtre.

Ce monde alternatif semble identique au nôtre, avec les exceptions suivantes :

  • Il est apparemment dans un état de crépuscule perpétuel, sans que le soleil ou la lune ne soient visibles.
  • De larges bancs de brouillard gris très dense circulent très près du niveau du sol. Ces bancs de brouillard ne sont pas affectés par le vent, et laissent sur la peau exposée une sensation de saleté collante.
  • Il n’y a ni vie végétale ni vie animale où que ce soit. Toutes les habitations, y compris les grandes villes, semblent avoir soudainement été désertés de toute vie au même moment.
  • La plupart, sinon la totalité des systèmes électriques semblent hors d’usage ou déconnectés.
  • L’air peut parfois prendre une teinte gris-brun, accompagné d'un vent fort.

Les sujets transportés dans cet “autre monde” rapportent leur surprise initiale et leur curiosité, qui sont rapidement remplacées par de très forts sentiments de solitude et de peur. La sévérité des symptômes varie considérablement d’un individu à l’autre et selon la durée de l’expérience. À la fin de l’expérience, le sujet réintègre notre monde, ce qui peut causer un choc, en particulier dans un environnement urbain. La plupart des sujets qui restent plus de trois mois dans cette réalité alternative souffrent de dommages psychologiques durables similaires à ceux observés chez les personnes ayant vécu un long emprisonnement en cellule d’isolement.

Il a également été fait mention de [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Il n’est pas déterminé s’il s’agit de véritables [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Des tests seront effectués si des échantillons viables peuvent être récupérés.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License