SCP-199-FR
notation: +14+x

Objet # : SCP-199-FR

Niveau de Menace : Blanc o/Rouge

Classe : Keter

Procédures de Confinement Spéciales : En raison de la nature des instances de SCP-199-FR, celles-ci ne peuvent -et ne pourront en aucun cas- être confinées. Diverses mesures doivent cependant être prises afin d'éviter la prise de conscience civile de ces entités. Celles-ci sont détaillées ci-après :

  • Politique de désinformation complète relative au fonctionnement et à la structure du cerveau humain à l'aide de tous les moyens médiatiques possibles (revues, émissions radiophoniques et télévisuelles, internet …). Le modèle factice de l'encéphale HBFM doit être popularisé, dans tous les pays et dès le plus jeune âge, afin de masquer la réalité structurelle de l'aire de Kalen, détaillée plus bas. L'utilisation du système scolaire est nécessaire.
  • Arrêt de toute expérimentation non autorisée sur le cerveau humain concernant l'aire de Kalen. Dans le cas d'une éventuelle publication des recherches, celle-ci doit être stoppée ou censurée, et la source doit être neutralisée. Les autres recherches, à but informatif ou médical, sur l'encéphale sont autorisées, après examen du dossier par les services de la Fondation affiliés.
  • Exploration constante de l'activité internet afin de déceler des éventuelles fuites d'information. Les équipes techniques HBS2 et HBS3 sont affiliées à ce projet, et assistées par les programmes CellSeed et Bean (activité toujours non détectée). Dans le cas où une fuite d'information serait découverte, la censure, la fermeture (temporaire ou définitive) du site concerné et la neutralisation de la source de l'information seront des priorités pour les services d'interventions affiliés à SCP-199-FR.
  • Déploiement d'un membre de la Fondation sous couverture affilié à SCP-199-FR pour toute intervention médicale incluant l'utilisation d'appareils pouvant permettre la détection de SCP-199-FR et concernant une zone de l'encéphale voisine ou incluse dans l'aire de Kalen. Le relevé des dossiers médicaux mentionnant ce type d'intervention est assuré par le programme CellSeed.
KalenZone.png

Localisation de l'aire de Kalen.

Description du HBFM (modèle factice de l'encéphale) :
Modèle actuellement connu par la communauté scientifique, similaire à près de 99% à l'encéphale humain. La zone différant du point de vue structurel est l'épithalamus (comportant l'aire de Kalen), siège de SCP-199-FR. Ce dernier n'est visible que par l'utilisation d'un équipement adapté, ce qui permet déjà d'éliminer de nombreux risques liés aux pratiques médicales. Du point de vue fonctionnel, les activités de trois hormones doivent être masquées (répertoriées AJS-226; DDH-115; groupe PCA).

Paraimg.jpg

Observation en fausses couleurs de SCP-199-FR. Celui-ci est aisément repérable à sa forme circulaire.

Description : SCP-199-FR est un parasite filamenteux circulaire, d'un diamètre de deux micromètres (2μm) et d'une longueur de vingt micromètres (20μm) en moyenne. Ce parasite est présent chez tous les êtres humains, et est situé dans le cerveau, précisément dans l'aire dénommée "aire de Kalen" (voir schémas ci-dessus).
Ce parasite possède une durée de vie équivalente à celle de son hôte, son intégrité structurelle ne semblant que dépendre de la santé de ce dernier. Ce parasite exploite principalement les ressources en glucose et dioxygène dispensées par le sang, et ne semble rejeter, outre trois types d'hormones, que de l'eau et du dioxyde de carbone. Celui-ci semble, dans le but de se reproduire, contrôler la génération d'une partie de son code génétique dans les gamètes de son hôte (se manifestant par la présence de plasmides dans ces gamètes). Son processus de reproduction est détaillé plus loin.
Le projet de séquençage complet du génome est encore à l'étude par les équipes affiliées et le comité d'éthique.
La relation particulière qu'entretient le parasite avec son hôte est symbiotique, à tel point que la vie de l'un ne peut être maintenue normalement sans la bonne santé et une connexion constante à l'autre. L'interface de connexion exploitée est d'ailleurs un réseau complexe de synapses formé autour de l'aire de Kalen, et dont l'organisation change de manière fréquente. Les éléments permettant alors de différencier SCP-199-FR d'une autre cellule nerveuse du corps humain sont sa structure, ainsi que son code génétique, plus important que celui de l'homme.
SCP-199-FR semble intervenir dans plusieurs fonctions vitales du corps humain, décrites ci-dessous.

Méthode de reproduction :

  • La méthode de reproduction de SCP-199-FR diffère en fonction du sexe de son hôte : Chez un homme, la synthèse de DDH-115 sera effectuée de manière constante, tandis que chez la femme, cette synthèse sera effectuée à chaque début de cycle menstruel, avant la production des gamètes.
  • Les hormones DDH-115, conjointement à une stimulation de l'aire de communication de l'aire de Kalen, permettront au niveau de l'hypothalamus la production des diverses hormones permettant la production des gamètes. Celles-ci sont connues du public. Cependant, la stimulation nerveuse de cette zone permet la création fragmentée de plusieurs protéines, par un processus encore mal compris. Il est supposé que les DDH-115 sont désolidarisées en fonction des signaux nerveux perçus, amenant à la création de ces protéines.
  • Les protéines sont amenées dans les organes reproducteurs de façon similaire aux hormones, c'est-à-dire par voie sanguine. Les taux sont cependant trop faibles pour être décelés si l'on n'y mène pas un examen approfondi.
  • Il se produit une période de stase durant laquelle les protéines n'interviennent pas dans le processus de production des gamètes, et seront juste réarrangées de façon à produire une enzyme très similaire à la transcriptase inverse produite par certains virus.
  • Une fois le processus de méiose achevé (formation des cellules reproductrices), l'enzyme va s'intégrer dans les gamètes et autoriser le passage des protéines jusqu'ici en stase.
  • L'enzyme va synthétiser une plasmide (ensemble d'ADN extérieur au noyau de la cellule) dans chaque gamète, avec un taux de réussite observé proche de 100%.
  • L'enzyme va se dégrader, laissant la plasmide en stase.
  • Lors de la reproduction, les gamètes vont fusionner, créant une cellule-œuf humaine à deux plasmides. Ceux-ci vont s'échapper de leur cellule-hôte huit jours après la fécondation, et reformer un cas distinct de SCP-199-FR en dehors de l'embryon.
  • Lorsque l'embryon a formé son système nerveux, l'entité, va s'intégrer au sein de l'encéphale. La croissance de celle-ci est synchronisée avec l'embryon.

Tableau récapitulatif des fonctions de SCP-199-FR :

Fonction Description fonctionnelle Expérience témoin
Réponse émotionnelle Production d'hormones AJS-226 et DDH-115 localement et de façon constante, la quantité variant en fonction des stimuli extérieurs et de l'état émotionnel du sujet. SCP-199-FR agit comme une sorte de processeur, traitant les informations extérieures et fournissant des indications quand à l'état émotionnel à adopter au moyen de la libération d'hormones. La DDH-115 agit notamment sur la production de sérotonine. Utilisation de divers stimuli sur cinq sujets de classe-D, dans le but de leur faire ressentir la colère, la tristesse, la douleur et la joie, tout en mesurant les taux de production de DDH-115 et des hormones impliquées dans l'état émotionnel connues. Le choix des stimuli a été laissé à l'équipe de test.
██████████ Production d'un large panel d'hormones défini comme le groupe PCA, en faible quantités, et variant de façon apparemment anarchique au cours du temps. Ces hormones semblent pouvoir stimuler l'interface de l'aire de Kalen, et de là faire transiter l'information dans le reste du système nerveux. Retrait chirurgical du parasite chez trois sujets de classe D. Ceux-ci avaient à leur réveil perdu l'usage de la parole, rencontraient des difficultés motrices importantes, et semblaient insensibles à la quasi-totalité des stimuli qui leur furent soumis. Ceux-ci ont cependant gardé des réflexes primaires en réponse à la douleur, et sont toujours capables de s'alimenter. Le niveau d'intelligence des sujets a été estimé à celui d'un jeune primate.

Addendum #1 - Extraits du journal de recherche du Dr. Helias :

- Les recherches sur SCP-199-FR débutent aujourd'hui. Étrange, tout de même, qu'une telle chose n'ai pas été repérée avant. Un parasite vivant au sein même du cerveau humain. Il s'agit de vérifier si celui-ci est bien présent chez tout le monde, et s'il peut-être potentiellement dangereux. Vu la nature instable de l'information, il est logique que nos supérieurs veuillent laisser cette affaire au domaine public, pour éviter d'instaurer une nouvelle politique de désinformation quant à ce parasite.

- Nous devons savoir si ce parasite est présent chez chaque humain. En réalité, vu sa localisation, il sera très dur de le vérifier, pour ne pas dire impossible, sans risquer la vie du patient. Le comité d'éthique est sur le coup, et nous cherchons un moyen détourné pour prouver son existence.

- Nous avons le feu vert du comité d'éthique. Les expérimentations sont accordées sur les sujets de classes D et E volontaires, cependant l'équipe médicale chargée des tests ne nous est pas connue. Cela reste tout de même étonnant que tant de moyens soient mis en œuvre pour vérifier cette information. Le temps doit presser, on doit craindre une découverte civile.

- Les chiffres sont unanimes. Sur cent quarante-trois patients testés actuellement, tous sont infectés par SCP-199-FR. Nous avons reçus les souches des patients décédés, les expérimentations commencent pour notre équipe.

- Chose incroyable, toutes les souches congelées se sont dégradées. Ce parasite semble ne pas vouloir se laisser étudier, ni même se laisser prendre. Nous allons devoir réfléchir à d'autres moyens de vérifier les fonctions de SCP-199-FR.

- Nous avons été avertis que nous étions dans la possibilité d'obtenir des sujets de classe-D dépossédés de leur SCP-199-FR. Cela pourrait être fort utile pour observer les différences de comportement entre des sujets témoins et ces classe-D, dans l'espoir de déterminer les fonctions du parasite. Aussi, un rapport complet de l'équipe médicale nous décrit parfaitement l'interface neurale entre le parasite et le cerveau humain, ainsi que ses divers rejets. Aucune toxine n'est décelable parmi ceux-ci, cependant certains composés se rapprochent énormément de la structure moléculaire des hormones humaines. Nous prévoyons d'inhiber la production de ces molécules séparément dans un prochain test.

- Nous avons obtenu l'autorisation d'utiliser cinq membres du personnel de classe-D pour nos premiers tests. Ceux-ci vont se voir administrer diverses toxines mises au point par notre équipe, et pouvant normalement inhiber la production des composés AJS-226 de SCP-199-FR.

- Les sujets ont répondu de manière vraiment très intéressante. Ceux-ci ont semblé rentrer en état de choc peu après l'administration des toxines, et les signes d'agitation présents avant le début de l'expérience cessèrent immédiatement. Nos psychologues les étudièrent pendant une brève heure et nous demandèrent l'autorisation de les mettre en diverses situations suscitant des réponses émotionnelles basiques, comme la peur, la tristesse, la joie, la colère, etc … Au cours de ces tests, les sujets semblèrent neutres, comme dépossédés de toute émotion, de tout sentiment. Il semble donc que SCP-199-FR possède un rôle dans l'activation des sentiments humains, de leur régulation. Peut-être est-ce dû au fait que l'entité produise des composés chimiques permettant l'assemblage de divers hormones telles que la sérotonine ? Nous allons devoir tester ceci en inhibant les composés DDH-115, la fois prochaine.

- La production de DDH-115 a cette fois été inhibée. Les même résultats ont été observés. Nous avons cette fois observé les variations des taux d'hormones impliquées dans la réponse émotionnelle chez les sujets de test. Nous nous sommes aperçus, non pas que ceux-ci s'abaissaient jusqu'au zéro, mais qu'ils se stabilisaient. Cela signifie donc que les composés AJS-226 et DDH-115 ne sont pas nécessaires à la production de ces hormones, mais qu'ils les régulent. Cela pourrait signifier que la réponse émotionnelle humaine n'est pas le fruit de notre volonté propre, mais plutôt de celle d'un autre être, en symbiose totale avec lui. Parallèlement à cela, l'équipe médicale nous a informé que SCP-199-FR ne rejetait définitivement aucun élément toxique pour l'humain, et que sa consommation énergétique ne différait pas de celle d'une cellule nerveuse classique. Ils prévoient de déterminer sa méthode de reproduction, ensuite, leurs rapports nous serons transmis.

- Nous avons retiré les SCP-199-FR de cinq patients. Nous les avons observés. Les conclusions que nous en avons tiré nécessitent de nouvelles mesures. Je dois écrire à nos supérieurs.

Addendum #2 - Lettre du Dr. Helias au commandement O5 :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License