SCP-196-FR
notation: +10+x

Objet # : SCP-196-FR

Niveau de menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales: Compte tenu de leur nature, il est actuellement impossible de confiner SCP-196-FR-1 et SCP-196-FR-2.
Cependant, des précautions ont été prises permettant de pister le phénomène par GPS. Des membres de la FIM Alpha-16 ("Les Gourmets") devront être en permanence assignés à SCP-196-FR-1, afin de recueillir des échantillons, empêcher un quelconque danger par la distribution de pâtisseries basiques et intercepter les instances possibles de SCP-196-FR-1.

Dans le cas où la population serait atteinte, des amnésiques peuvent être administrés aux personnes ayant été témoins des effets anormaux de SCP-196-FR.
Les personnes touchées par les effets anormaux de SCP-196-FR devront être placées en quarantaine durant un minimum de 48 heures. Au-delà de ce délai, si aucune mutation n'a eu lieu, la quarantaine sera levée et l'individu sera relâché après la prise d'un amnésique. En revanche si une mutation a lieu, les individus touchés seront renommés en tant qu'instances de SCP-196-FR et seront logés dans le bâtiment C zone C-3 jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée pour inverser le phénomène.

Les instances de SCP-196-FR devront être confinées dans des cellules individuelles de 9 x 9 x 2,5 mètres et nourries 2 fois par jour à l'aide d'aliments provenant de SCP-196-FR à partir de la 4e semaine. Les instances dont la durée de mutation est inférieure à 4 semaines devront être nourries avec des aliments normaux et recevoir des injections de M-15 4 fois par jour.

À partir de la phase 3, les instances seront alimentées par des produits issus de SCP-196-FR par le biais d'une sonde gastrique. Une entrave sera également mise en place à la fin de la première semaine pour empêcher le sujet de se blesser et des poches de nutriments seront prescrites; il a été découvert que les nutriments ne provenant pas des aliments produits par SCP-196-FR n'étaient plus absorbés par l'organisme du sujet.

Description : SCP-196-FR-1 est un tourniquet bleu avec en son centre une tête de singe mécanique. Toutefois, les dimensions de SCP-196-FR-1 dépassent largement celles d'un tourniquet basique, l'objet mesurant 4 mètres de hauteur, 2 mètres de diamètre et le marchepied permettant de rejoindre une section se trouve surélevé à 20 centimètres du sol.
SCP-196-FR-1 est divisé en 4 parties égales et chaque quart du manège est séparé par des plaques en aluminium de 3 centimètres d'épaisseur obligeant ainsi l'utilisateur à descendre du manège pour accéder à un autre quart.

SCP-196-FR-1 apparaît au hasard dans les parcs pour enfant avec une multitude de friandises et pâtisseries organisées comme un étal dans chaque quart le composant. La durée de stationnement de SCP-196-FR-1 est estimée à ce jour comme allant de 1 à 3 jours et l'objet n'a été aperçu qu'en France métropolitaine, en Suisse et en Belgique. SCP-196-FR-1 est façonné comme un char, ce qui lui permet de se mouvoir à l'aide de roulettes placées sous la structure. À son approche, la musique "Greensleeves", utilisée par de nombreux marchands de glace, se fait entendre. À ce jour aucun moyen d'entraver la marche de SCP-196-FR-1 n'a été trouvé ; toutes les tentatives de bloquer les roues ou de démonter la structure ont eu pour conséquence des électrisations. D'autres tentatives comme la mise en place d'une vitre en verre ou, l'encerclement à l'aide de véhicules de la Fondation ont été avortées ; SCP-196-FR-1 se met en mouvement ou tente de détruire ce qui l'entoure en roulant dans la direction de ou des obstacle(s). La vitesse maximale de SCP-196-FR-1 a été mesurée à 300 Km/H.
La raison pour laquelle il se manifeste dans un parc plutôt qu'un autre est encore indéterminée. On peut cependant supposer que cela est dû à la fréquentation du lieu ou encore à l'âge des enfants présents.

SCP-196-FR-2 est un homme caucasien d'approximativement 25 ans, ne présentant aucun effet anormal et se désignant lui-même comme étant un "vendeur" se nommant "Hercules". Il se dit être alimenté par des aliments provenant de SCP-196-FR-1 mais, différents de ceux qu'il vend. Après une étude chimique des plats consommés par SCP-196-FR-2, aucune anomalie n'a été trouvée. Il semble être présent à chaque apparition de SCP-196-FR-1 et toutes les tentatives de séparer SCP-196-FR-2 de SCP-196-FR-1 se sont soldées par un évanouissement de SCP-196-FR-2. Les équipes médicales sur place ont défini son état comme étant un coma de stade 3. Après interview (voir addendum), le personnel a appris que SCP-196-FR-2 est retenu contre son gré depuis une période inconnue et semble subir des pressions psychologiques pour vendre ses produits. Un accord a été passé entre SCP-196-FR-2 et la Fondation pour limiter l'action de SCP-196-FR-1.
Toutes les tentatives visant à sortir SCP-196-FR-2 de SCP-196-FR-1 sont suspendues jusqu'à la découverte d'un moyen permettant l'arrêt ou l'inversion de la mutation.

Les effets anormaux de l'objet se déclenchent lorsqu'un des aliments produit par SCP-196-FR est consommé. Selon les organismes et la quantité de pâtisseries ingérée le temps de mutation de l'instance peut varier. Celle ci se déroule suivant 4 phases :

  • Phase 1 : entre 3 et 6 heures suivant l'ingestion, le sujet commencera à dégager l'odeur de la friandise ou pâtisserie consommée.
  • Phase 2 : entre 1 et 3 jours suivant l'apparition de l'odeur, le sujet ayant ingéré un des aliments de SCP-196-FR se mettra à développer les caractéristiques de la pâtisserie consommée. Après des tests sanguins et la réalisation d'un caryotype, il est ressorti que la source de cette modification est d'ordre cellulaire avec la mutation d'un ou plusieurs chromosomes suivant la pâtisserie consommée. On note également une modification hormonale importante à l'origine de l'odeur dégagée.
  • Phase 3 : il a été observé qu'entre 1 et 2 semaines après la consommation des pâtisseries les sujets commencent à s'entre-dévorer. Si le sujet est seul dans une pièce il aura tendance à faire preuve d'auto-cannibalisme. Les instances atteignent à ce moment la phase 3 et provoqueront chez les autres êtres humains une une envie irrépressible de consommer ces dernières.
  • Phase 4 : Il semble que malgré le fait que les instances de SCP-196-FR soient nourries et abreuvées, au bout de 10 semaines, et quelque soit les soins apportés, les instances décéderont des suites d'une overdose de glucose ou dans 5% des cas d'une prolifération anarchique des cellules mutées.

Après analyse des pâtisseries présentes dans SCP-196-FR, il semble que celles-ci soient composées de substances psychoactives en plus d'une substance inconnue, ci-après désignée M-15. Après une nouvelle étude du caryotype des sujets infectés il semble que le chromosome 15 soit touché par une mutation due à la substance M-15 provoquant les changements physiques cités antérieurement chez les sujets. À ce jour tous les essais visant à inverser le processus de mutation ont échoué.
Suite aux tests menés sur la substance M-15, il semble qu'administrée seule, celle-ci ne provoque pas l'effet de dépendance du sujet infecté et semble allonger la durée entre l'ingestion de la pâtisserie et les premiers signes de cannibalisme du sujet ou d'un individu extérieur à 8 semaines.
Dans le cas où la substance M-15 est injectée seule et régulièrement au sujet dans les 2 heures suivant l'ingestion initiale, la manifestation des pulsions cannibales chez les instances, et les êtres humains en contact avec eux, est retardée. Le facteur provoquant cette pulsion est théorisé comme étant d'origine hormonale et contraint toute personne à dévorer une instance de SCP-196-FR. La raison du cannibalisme à la phase 3 chez les sujets n'ayant pas reçu les unidoses de M-15 semble être due à la dépendance aux produits de SCP-196-FR.
De plus l'injection seule de M-15 ne semble pas ralentir ni modifier la progression de la mutation et les nutriments restent impossibles à absorber pour le sujet à partir de la phase 3 ; le sujet doit donc entreprendre une alimentation à partir des produits issus de SCP-196-FR.

Addendum-01 :
SCP-196-FR-1 a été découvert sur une route dénuée de toute circulation fréquemment empruntée par la Fondation. Une équipe composée de 6 agents a emprunté cette route à bord d'un 4x4 Hawkei et a rencontré le ██/██/19██ SCP-196-FR circulant sur celle-ci.
N'ayant pas conscience de sa nature, ils ont dans un premier temps aperçu un homme qui n'était autre que SCP-196-FR-2 évanoui à bord du "véhicule". L'agent Mesta est monté à bord du véhicule pour récupérer SCP-196-FR-2, déclenchant le phénomène d'électrocution.
Le caractère anormal fortement suspecté de SCP-196-FR a été retransmis par radio à la Fondation et des renforts supplémentaires comptant 25 hommes ont rejoint l'équipe initiale.
SCP-196-FR a accéléré jusqu'à une vitesse proche de 260 Km/H avant de stationner dans un parc pour enfants proche d'Orléans, visité à ce moment par environ 15 enfants et 20 parents.
La Fondation a dès lors évacué le parc, sous prétexte que les structures du parc était dangereuses car endommagées, avant d'interroger SCP-196-FR-2.

Il s'est avéré que le précédent lieu de stationnement de SCP-196-FR se trouvait à Bordeaux dans un parc similaire. Une équipe avait déjà été dépêchée sur place quelques jours avant, suite au signalement de plusieurs cas de cannibalisme, récupérant ainsi 24 instances de SCP-196-FR-1. Aucun témoin n'était présent sur les lieux et toutes les instances récupérées étaient en phase 3, ce qui entrainait des difficultés de communication. Ces éléments ont provoqués des difficultés pour retrouver la source du phénomène
Il semblerait que les premiers cas de cannibalisme remontent à 1 mois avant la rencontre avec SCP-196-FR. Il n'y a actuellement aucune piste concernant son activité et sa localisation antérieure à cette date.

Addendum-02 :
Ce qui suit est l’extrait d’une interview effectuée avec SCP-196-FR-2 le ██/██/19██, après la découverte de SCP-196-FR.

Agent Wolfer : Bonjour, SCP-196-FR-2. Nous vous avons suivi sur toute la route et les effets que possède ce véhicule sont pour le moins intrigants. Pouvez-vous nous expliquer ?
SCP-196-FR-2 : SCP-196-FR-2 ? Moi c'est Hercules, monsieur. Le véhicule comme vous dites, c'est ma boutique. Je suis arrivé là un jour, je sais plus trop quand, peut-être un mois ou deux. Je suis resté ; il faut dire que je peux pas trop partir non plus, vous voyez.
Agent Wolfer : Vous ne pouvez pas partir ?
SCP-196-FR-2 : Ouais, quand je m'éloigne je suis pris de vertige allant jusqu'à m'évanouir parfois. Au bout de 2 semaines de migraines vous comprenez que la seule chose à faire c'est travailler.
Agent Wolfer : Vous avez des supérieurs ou de la famille ? Comment se fait-il que vous vous soyez évanoui pendant le trajet ?
SCP-196-FR-2 : Mes supérieurs… Jamais rencontrés. Je sais juste que si je fais pas ce que l'on me demande, ça va barder pour moi. Ils communiquent par la tête de singe quand il n'y a personne. Pour ce qui est de ma famille j'en avais pas trop, un oncle ou une tante lointaine par-ci par-là, sans plus.
Agent Wolfer : D'après nos renseignements les gâteaux que vous vendez provoquent de graves troubles chez les personnes qui en consomment. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
SCP-196-FR-2 : Je sais juste que je dois les vendre, je les fabrique pas, le stock est fourni directement par la tête de singe, j'y accède par l'escabeau, ensuite je range. J'ai vu les effets mais je ne peux rien y faire. Au bout d'un moment on s'habitue à voir les gens dans des états étranges vous savez.
Agent Wolfer : Vous les avez donc vu s'entretuer et vous n'avez pas agi ?
SCP-196-FR-2 : S'entretuer ? Ah non ! Absolument pas ! J'ai uniquement vu qu'ils changeaient physiquement, mais rien de plus. La structure ne reste jamais longtemps au même endroit.
Agent Wolfer : Bien, je vous propose d'établir un échange de bons procédés : nous achetons vos pâtisseries à chaque fois que vous vous manifestez, et ainsi la population se portera bien, au même titre que vous.
SCP-196-FR-2 : Très bien, mais je veux aussi sortir d'ici, s'il vous plait. Trouvez un moyen. Je ne veux pas être complice de ça.
Agent Wolfer : Dès qu'un moyen de neutraliser l'entité sera en notre possession, vous en serez informé.

L'interview prend fin avec la mise en mouvement de SCP-196-FR.
Il semble que SCP-196-FR-2 ne subisse pas de pression morale concernant le sujet de l'interview de la part de ses "employeurs" ; cela pourrait vouloir dire que SCP-196-FR-1 est seulement capable de communiquer avec SCP-196-FR-2 mais que l'ouïe et la vue lui sont inaccessibles. L’hypothèse actuelle est que la détection de la vente de pâtisserie serait ressentie par SCP-196-FR-1 ou analysée en fonction du poids de la structure. Après plusieurs tests, il a été confirmé que les plateaux sur lesquels reposent les pâtisseries sont équipés d'un système permettant de peser les pâtisseries et ainsi de savoir si elles sont vendues.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License