SCP-1844
rating: +2+x
capsule.jpg

La capsule Alpha, avant d’entrer en service

Objet # : SCP-1844

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Au moins douze membres de la Force d’Intervention Oméga-144 doivent être constamment stationnés au Site-308, et au moins trois membres de la force d’intervention doivent conduire leurs propres protocoles de confinement en parallèle au sein d’une capsule en position. Le protocole de confinement doit être mené comme suit :

  1. L’intégrité de la protection thermique de la capsule doit être inspectée en profondeur et réparée si nécessaire. La capsule doit être approvisionnée en nourriture, en eau potable, en air respirable et en équipement requis1 pour la conduite des protocoles de confinement des membres de la force d’intervention concernés.
  2. Cinq membres de la force d’intervention doivent rentrer et être enfermés dans la capsule.
  3. La capsule doit être déposée à l’intérieur de SCP-1844 par hélitreuillage. Lorsque possible, la capsule existante au sein de SCP-1844 doit être récupérée. Le placement de la capsule, incluant la position de la capsule au sein de SCP-1844 et l’orientation de l’axe de son dôme parabolique, doit être conforme aux instructions fournies par le bureau de calcul de la Fondation2.
  4. Lorsque la capsule chargée est sur place, au moins trois des cinq membres de la force d’intervention dans la capsule doivent conduire leur protocoles de confinement respectifs en parallèle, en continu, et avec conviction d’une voix claire et forte pour la durée de leurs tours respectifs. Ces membres doivent fonctionner en rotation afin de pouvoir se reposer chacun leur tour.
  5. La capsule doit rester en place jusqu’à ce que la capsule suivante soit prête à prendre sa relève. Tout doit être fait pour s’assurer qu’aucune capsule ne reste en place pendant plus de 960 heures.
  6. Lorsque la capsule est relevée, elle doit être récupérée de SCP-1844 par hélitreuillage (en prenant en compte que la récupération de la capsule ne doit pas être tentée avant que le placement de la capsule lui succédant ne soit confirmé) et les membres de la force d’intervention doivent en être sortis. Les membres de la force d’intervention doivent bénéficier d’un temps de récupération avant de reprendre leur service, lorsque cela est possible.
pin.jpg

Capsule Charlie (détail interne : magnification d’un capuchon vissé de 0.7 mm de diamètre)

Chaque capsule doit être construite selon les spécifications du Document 28.3.GEH, en prenant en compte les critères de tolérance à la chaleur et d’isolation sonore. Le dôme de la capsule doit être composé d’argent de pas moins de 995 de fin (de préférence tiré d’équipement sacramental recyclé), et doit être de forme parabolique. Les surfaces métalliques internes de la capsule doivent être microgravées des textes appropriés. Les capsules doivent être mises hors service lorsqu’elles ne sont plus capables de maintenir les critères de tolérance exigés.

Le personnel composant la Force d’Intervention Oméga-144 est constitué des individus listés dans le tableau ci-dessous. Ce tableau identifie également le protocole de confinement devant être effectué sur place, dans la capsule, par le membre de la force en question :

Description : SCP-1844 est un cratère situé à 31.7███° N, 35.1███° E. Le cratère a un diamètre moyen actuel d’environ 70 mètres et une profondeur typique d’approximativement 260 mètres, bien que son fond soit parcouru de fissures étroites de profondeur indéterminée. Les alentours du cratère sont protégés en tant que lieu sécurisé sous couverture d’être une zone de décharge militaire où des munitions non-explosées présentent un danger public.

crater.jpg

SCP-1844 (inspecté par le Dr. Garcia)

La température au fond du cratère varie normalement entre 2700 °C à 4700 °C, avec des pics occasionnels à 9300 °C. La source de cette chaleur n’est pas totalement comprise. L’atmosphère au sein du cratère contient de hautes concentrations de monoxyde de carbone, de soufre, et d’autres composants méphitiques.

Le cratère, ou un espace extra-dimensionnel accessible via le cratère, contient un nombre indéterminé d’entités hostiles, dont la sortie est empêchée par l’équipe de confinement. Sous des conditions ordinaires, ces entités sont supposées être désincarnées. En raison de l’efficacité du protocole de confinement, SCP-1844 a été classifié comme danger théoeschatologique de Type-II.

Il a été prouvé que l’existence de SCP-1844 était connu pendant une longue période de temps avant le début du contrôle du site par la Fondation, et qu’une forme de protocole de confinement (bien que plus primitif et loin d’être aussi rigoureux et efficace que celui maintenu par la Fondation) avait été entrepris sur une base plus ou moins continue pendant au moins trois mille six cent ans. Ci-joint est fournie une documentation partielle de son historique de confinement :

Date ou référence Remarques
v. 1600 av. J.-C. Date approximative des plus anciennes traces écrites référençant le site de SCP-1844. Ces traces consistent en rouleaux de papyrus datant du règne de Sésostris II (pharaon égyptien, XIIe dynastie) chroniquant une campagne militaire égyptienne au Levant. Les textes indiquent que l’armée égyptienne avait pour ordre de garder intouché un "culte du temple" ayant lieu sur un site correspondant à la description de SCP-1844.
v. 70 apr. J.-C. Référence à SCP-1844 dans une lettre du général Vespasien au commandant de la Légion X Fretensis au cours de la Première Guerre Judéo-Romaine. Vespasien commande aux armées de ne pas interférer avec les activités rituelles ayant lieu sur le site.
v. 636 apr. J.-C. Lettres de Khalid ibn al-Walid à Umar, le Calife Rashidun, décrivant SCP-1844 et demandant aux autorités religieuses islamiques d’inspecter le site afin que les activités qui y ont lieu soient intensifiées. Les lettres font référence à un "cercle de Chrétiens et de Juifs pieux qui se tiennent en ronde autour du trou fumant et prient afin que le "Chuchoteur du Mal" (شيطان) ne puisse pas en venir."
v. 1208 apr. J.-C. Journaux de Geoffrey de Villehardouin, chroniquer de la Quatrième Croisade, décrivant l’ampleur d’une brèche de confinement de SCP-1844. Ces textes expliquent qu’un monastère bénédictin et une médersa musulmane avaient été construits près du cratère, et qu’un "vent de feu" avait jailli du cratère, détruisant les deux édifices et empêchant les moines et les prêtres musulmans de mener à bien leurs activités de confinement pendant plusieurs jours, au cours desquels des entités décrites comme étant des "démons" ou des "diables" furent relâchés en liberté. Il est à noter que Geoffrey ne s’est sans doute pas rendu sur le site, mais a compilé ce témoignage grâce à des sources de seconde main.
1529 Lettre du Pape Léo X au Sultan Soliman I faisant référence à SCP-1844 et confirmant qu’en dépit de la guerre en cours entre l’Empire Ottoman et les pouvoirs catholiques, les activités conjointes sur le site de SCP-1844 continueraient.
1799 Napoléon Bonaparte visite le site au cours de l’invasion française du Levant. Napoléon envoie son chef ingénieur, le colonel Picard de Phélippeaux, étudier le site et y appliquer les principes de "philosophie naturelle" afin d’augmenter les procédures de confinement traditionnelles.
1873 Début du contrôle du site par l’ancêtre de la Fondation. Un enregistrement rigoureux des activités du site commence à cette date.
1906 Le Directeur du Site Casimir débute le programme d’étude contrôlée des révisions du protocole de confinement, mesurant l’efficacité de diverses procédures.
1921 Organisation formelle de l’ancêtre de la FI Oméga-144. Il est démontré que l’efficacité du protocole de confinement d’un membre de la force d’intervention varie en fonction de la distance de ce membre par rapport au fond du cratère.
1923 Brèche de confinement de SCP-1844 pendant vingt-huit minutes. Une entité ressemblant à un spécimen juvénile malformée d’Ovis aries doté de cornes et d’yeux surnuméraires émerge du cratère et attaque le personnel de confinement avant d’être détruit.
1932 Les améliorations cumulatives du protocole de confinement mènent à une baisse de 20% des activités sismiques et de 15% des incidences de dommages psychologiques attribuables à SCP-1844.
1935 Introduction de l’équipement de confinement à protection thermique permettant d’effectuer le protocole de confinement dans SCP-1844 plutôt qu’à proximité. L’efficacité du confinement augmente de 30%.
1938 Introduction d’un système de rotation régulier parmi les membres du personnel de confinement qui réduit le taux de suicide au sein de la force d’intervention de 6%.
1939 Brèche de confinement de SCP-1844 pendant soixante-douze minutes. Une entité ressemblant à un humanoïde émacié monté sur un spécimen albinos d’Equus ferus caballus émerge du cratère et s’échappe.
1952 L’introduction du module de confinement en capsule augmente l’efficacité du confinement de 20%. Le personnel de confinement rapporte que le système de modules clos, qui permet à ses membres de maintenir la proximité avec SCP-1844 sans pour autant établir une connexion visuelle, réduit la distraction due aux "images blasphématoires" fréquemment associées à l’intérieur de SCP-1844, bien qu’ils continuent à se plaindre de nausées, de vertiges et d’hallucinations réalistes et persistantes après chaque intervention.
1955 Une brèche de confinement mène à la perte d’une capsule et de son personnel3. Les mesures de confinement secondaires empêchent plusieurs entités de s’échapper de l’intérieur de SCP-1844.
1964 L’introduction du système de réduction sonore dans les capsules réduit davantage la distraction du personnel de confinement, et fait diminuer de 15% le taux de suicide au sein du personnel de confinement.
1978 Une irrégularité dans le respect du protocole de confinement résulte en l’endommagement d’une capsule occupée. Le membre de la force d’intervention JPI-265 (HH A. Luciani) est blessé, se retire du service et retourne à Rome.
1986 Une amélioration cumulative de 30% de l’efficacité du confinement est attribuée aux avancées de la protection thermique, à une meilleure sélection des membres de la force d’intervention et aux améliorations ergonomiques des protocoles de confinement pratiqués par des membres spécifique de la force d’intervention.
1994 O5 approuve la reclassification de SCP-1844 en "Euclide".
2011 Le Directeur de Site Zafarul félicite l’équipe de confinement suite à ses 200 jours consécutifs sans incident de Classe-C ni décès parmi les membres de la force d’intervention sur place.
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License