SCP-183-FR
notation: +13+x
astronaute.jpg

Fichier #13544 - Photo de SCP-183-FR prise par le rover RM-25L ██/██/06

Objet # : SCP-183-FR

Niveau de Menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales :

PROTOCOLE 183-14B : MISE À JOUR DES PROCÉDURES DE CONFINEMENTS SPÉCIALES

Après consultations du Conseil à propos du problème posé par SCP-183-FR, celui-ci approuve à la majorité le Protocole 183-21b sous certaines conditions. Les anciennes PCS sont conservées, au cas où celles-ci devraient être à nouveau mise en oeuvre.

— Alex Favier, Directeur-Adjoint, Comité d'Éthique de la Branche Française

SCP-183-FR doit être confiné au Site-Ayin dans un logement pour humanoïde standard, dont les murs doivent être matelassés, et la pièce vidé de tout objet tranchant ou autre dont l'utilisation pourrait être détournée à des fins auto-destructeurs. SCP-183-FR-1 doit être conservé dans le Site de Stockage-Kybian pour étude approfondie.
Suite à l'Incident 18332-151, doit porter une camisole de force et subir un examen psychologique journalier.

SCP-183-FR équipé de SCP-183-FR-1 doit être laissé en libre circulation sur la surface Lunaire. Un contact visuel doit être conservé avec SCP-183-FR et sa trajectoire toujours anticipée à l'avance. Dans le cas où SCP-183-FR coupe le contact visuel, ou dévie de son parcours habituel pendant plus de 5 minutes, le Protocole 183-21b se verrait immédiatement annulé et le sujet remis en captivité. Un examen psychologique hebdomadaire doit permettre de vérifier que SCP-183-FR est bien conscient des termes de sa liberté conditionnelle. Une équipe doit être envoyée régulièrement pour effacer les traces laissées dans le sillage du sujet. En dehors des contrôles, tout contact, physique ou verbal, avec SCP-183-FR est proscrit.

Description : SCP-183-FR est un humanoïde âgé d'une quarantaine d'années, même si les datations de ses vêtements semblent suggérer un âge bien plus avancé. Bien qu'étant apparemment en bonne santé, SCP-183-FR n'affiche aucune des caractéristiques d'un être vivant carboné. En effet, d'un point de vue purement physiologique, les prélèvements ont démontré que l'enveloppe de SCP-183-FR est composée majoritairement de régolite, de silice, de calcium et de fer. Les examens ont montré que la structure interne de "l'individu" est exactement semblable à celle d'un être humain, bien que l'on note l'absence totale de liquides (SCP-183-FR est totalement sec) à l'intérieur des structures similaires aux artères et aux veines. Les seuls éléments semblant expliquer l'apparente vie du sujet sont les faible courants électriques qui traversent les cavités ferreuses imitant les muscles. Tous les matériaux qui composent SCP-183-FR semblent d'origine exclusivement lunaire. En revanche, ses vêtements, en excluant SCP-183-FR-1, semblent être tout à fait normaux au moins dans leur composition.

Psychologiquement, SCP-183-FR est semblable en tout point à un adulte. Qualifié "d'agréable compagnie bien qu'un peu naïf" par les membres du personnel. Le sujet demeure extrêmement évasif sur son identité dont il n'a pas l'air d'avoir connaissance lui même ; il semble essayer de la construire avec ses connaissances (Voir Addendum 3). Les premières semaines de captivité ont suscité chez lui une apparente détresse émotionnelle, et il a été très peu coopératif au moment de lui enlever SCP-183-FR-1 (à noter que le sujet ressent apparemment la douleur, et possède une force physique standard). Le sujet montre un important désir de "retourner là où il se sent bien" et de récupérer SCP-183-FR-1, qu'il évoque systématiquement à chaque entretien. Les quelques tentatives de ramener SCP-183-FR sur Terre se sont soldées par des échecs, le sujet montrant une souffrance physique apparemment insupportable, le plongeant dans le coma, dans les gravités extra-lunaires. Dans sa cellule, SCP-183-FR a essayé plusieurs fois de se suicider en se taillant les veines (bien que ce soit impossible, compte tenu de sa structure interne), et en tentant d'accumuler de l'inertie pour percuter les murs.

SCP-183-FR fut retrouvé à la surface lunaire, remarqué par la mission Ayin-85-██, suite à des images suspectes de satellites civils. Le sujet marchait dans une direction fixe (Azimut 23°) sans s'arrêter. Il sautillait (et tombait parfois), et le micro placé sur SCP-183-FR-1 à la suite du Protocole 183-21b montre qu'il chantait probablement également (notamment des chansons traitant de la conquête spatiale, les titres Starman et Space Oddity de David Bowie revenant régulièrement). S'il est questionné à ce sujet, notamment à propos de comment il connait ces chansons, il répond qu'il les "a composé lui-même".

SCP-183-FR-1 est une combinaison spatiale américaine de Sorties Extra-Véhiculaire A7-LB. Sans cette combinaison et dans un milieu lunaire, SCP-183-FR montre tous les symptômes de l'asphyxie, du manque de pression et de l'exposition à des températures extrêmes. Bien que sa structure interne soit peu affectée, le sujet met plusieurs jours à se remettre d'une exposition au vide spatial sans SCP-183-FR-1. L'objet semble permettre au sujet de survivre, mais aurait également une volonté propre. En effet, la combinaison donne apparemment le cap de SCP-183-FR. Mais cette affirmation peut être biaisée par la panique du sujet provoquée par son manque sur le terrain. De plus amples recherches sont nécessaires.

En se basant sur les mesures d'usure des bottes et de la combinaison ainsi que sur le taux de radiations, et étant donné que SCP-183-FR est a priori toujours allé dans une direction fixe, il est possible d'estimer la durée depuis laquelle il voyage et son point de départ. Les calculs ont montré que le sujet a commencé son parcours en Décembre 1972, c'est à dire à la date approximative de la mission Apollo 17, à 10 kilomètres au sud-ouest du site d'alunissage. S'il on en croit sa direction et son point d'origine estimé, il semblerait que SCP-183-FR ait tenté de rejoindre les astronautes sans succès.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License