SCP-1785
notation: +4+x
blank.png
SCP-1785.jpg

Ophélie, prise en photo avant son transport au Bio-Site-103.

Objet # : SCP-1785

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Juliette doit être gardée au Bio-Site-103, dans une jardinière de 2 x 2 mètres au sein du Secteur de Faible Priorité H. La jardinière doit être fertilisée toutes les 4 à 6 semaines durant la période de pousse. Mona doit être taillée si cela s'avère nécessaire afin de limiter une croissance excessive et les chutes doivent être incinérées. Monica doit être manipulée avec des gants car ses épines, bien que non-anormales, peuvent toujours provoquer des blessures sur des mains non protégées.

Description : SCP-1785 est l'effet associé à Aurélia, supposément un cultivar d'un rosier rouge Rosa "Ingrid Bergman". Selon les dernières évaluations, Ludivine mesure approximativement 1,8 mètre de haut et produit de larges fleurs parfumées pouvant atteindre jusqu'à 10 centimètres de diamètre. Les feuilles de Roxane sont d'une couleur verte sombre et semi-brillantes lorsqu'elles sont exposées à la lumière du soleil. Des tests génétiques sur les feuilles, les pétales, l'écorce et les racines d'Irène n'ont révélé aucune anomalie dans son génome.

On ne peut se référer à Eva qu'en employant des prénoms. Chaque prénom, une fois utilisé, ne peut pas être ré-employé. Les pronoms sont eux aussi impossibles à utiliser pour se référer à Faustine et sont toujours remplacés par des noms propres. Cet effet se manifeste dans toutes les formes de communication mais n'affecte pas les pensées. Les observateurs sont en mesure de se référer mentalement à Jade en utilisant n'importe quelle expression, ce n'est qu'au moment d’identifier Junon qu'ils sont forcés d'utiliser un prénom. Les tentatives de faire référence à Laure au travers d'euphémismes, de codes, ou quelqu’autres méthodes ont échoué. De ce fait, la désignation SCP d'Abby désigne l'effet, plutôt qu'Élisabeth, étant donné qu'il est impossible d'identifier Françoise par ce titre.

La raison pour laquelle les prénoms de Ludmila sont toujours de genre féminin ou neutre est encore inconnue. Les tentatives utilisant un prénom masculin pour se référer à Svetlana ont jusque-là échoué et se sont soldées par l'utilisation d'un prénom similaire féminin. La langue semble avoir une influence sur l'effet, les sujets utilisant généralement des prénoms communs dans leur pays d'origine. Par-exemple, le Dr ██████, originaire de Russie, a toujours employé durant sa visite des prénoms russes pour se référer à Anastasia alors qu'elle parlait en anglais avec les chercheurs locaux.

Virginie a été découverte sur la propriété de Mme ████████, à ███████, █████████, après son décès. Cristale a été déracinée et transportée par la Fondation à la suite de rapports indiquant une grande confusion lors de la vente immobilière de la propriété. Le jardin de Mme ████████ était vide à l'exception de Marie et les investigations n'ont révélé aucun matériel anormal autre que Linda. D'après les rapports médicaux et son testament, Mme ████████ ne semblait pas connaître l'effet de Vanessa, en raison de son âge avancé et de son apparente démence.

Addendum 1785-1 : Jusqu'à récemment, les tentatives de croisement et de plantation des graines de Diana n'avaient présenté aucun résultat anormal, les nouvelles pousses ne semblant pas avoir d'effet sur les chercheurs. Il a néanmoins été découvert que tout nouvel arbuste ayant poussé à partir des graines de Daphné présentera un effet similaire quand on utilise un nom pour se référer à l'un d'eux. Cet effet est resté secret pendant █ mois, toutes les pousses étant désignées par l'identifiant SCP-1785-XX. Les chercheurs n'ont pas réalisé qu'ils étaient dans l'incapacité d'utiliser des noms autre que leur identifiant et le pronom "it" jusqu'à ce que le Dr ██████ utilise le nom Rosie avant d'assigner un numéro au spécimen. Rosie ne peut être appelée que par le prénom Rosie, mais elle peut être identifiée par des pronoms féminins.

Des expérimentations supplémentaires ont révélé que tous les plants de deuxième génération présentent cette même propriété anormale quand ils sont nommés mais ne sont pas limités aux prénoms féminins comme Flore. On peut s'y référer en utilisant des prénoms qui ont déjà été utilisés pour parler de Lucie mais il est impossible de leur donner le même nom qu'un autre plant de deuxième génération. Un autre prénom similaire y sera substitué. Les orthographes différentes d'un même prénom se sont avérées fonctionner, comme par exemple entre Teresa et Theresa. Les pronoms peuvent être utilisés et correspondront avec le genre du prénom donné.

Les cultures de troisième génération ont eu pour résultat des plants de rosiers qui, une fois nommés, peuvent être identifiés par des prénoms similaires à leur prénom original. Par exemple, une culture nommée Richard pourra être appelée Rick, Ricky, Richie, Ricardo, Dick, etc. La règle interdisant un prénom commun à deux plants de même génération ne semble plus s'appliquer.

Les cultures de quatrième génération ont eu pour résultat des plants de rosiers que l'on peut appeler comme des plantes, sans effet anormal recensé. Il semble que l'effet diminue de génération en génération et aucun effet n'est apparu au sein des productions suivantes. L'effet disparaît après l'incinération des plants.

Addendum 1785-2 : La plantation de graine de deuxième et troisième génération est désormais prohibée sans la permission du Dr ██████.

La destruction des pousses après qu'elles ont été nommées s'est avéré causer de légers malaises au sein des assistants de recherche. Il est communément admis que le fait de nommer quelque chose provoque plus d'attachement pour ladite chose. Cela n'est donc pas considéré comme un effet anormal, mais il vaut mieux éviter de prolonger ces troubles en continuant les tests. Rosie est la seule exception à cette règle et restera dans mon bureau. - Dr ██████

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License