SCP-1780
notation: +2+x
SCP-1780.jpg

Objet récupéré AO-1780-3

Objet # : SCP-1780

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1780 est confiné dans le casier de stockage pour objet anormal de grande valeur n°0097 sur le Site-17. L’accès est autorisé aux membres du personnel possédant une accréditation de niveau 4, à la discrétion du Superviseur des objets du BCMD (actuellement le Dr. Iliza Schrader). Les expériences avec SCP-1780 et toutes ses sous-désignations sont suspendues pour une durée indéterminée. La procédure ci-dessous est conservée à titre d'archive et pour les situations d’urgence.

L’exploration de SCP-1780-1 est réservée uniquement aux membres du personnel de Classe-D et aux véhicules de reconnaissance robotique. L’entrée de SCP-1780-1 doit être gardée par au moins trois (3) membres du personnel de sécurité de niveau 3 en toutes circonstances lors de son activation. Les objets anormaux découverts à l'intérieur de SCP-1780-1 doivent être confinés selon le protocole standard de Classe-E, jusqu’à ce que des procédures de confinement spéciales soient mises en œuvre, ou qu’ils soient placés dans l’entrepôt des objets anormaux de faible valeur, selon les besoins. Les objets anormaux récupérés à l’intérieur de SCP-1780-1 peuvent être placés dans l’entrepôt des objets anormaux de faible valeur ou détruit, à la discrétion du Superviseur des objets du BCMD. Un membre du personnel de sécurité de niveau 3 du Site-17 doit manuellement tenir la porte de SCP-1780-1 ouverte en toutes circonstances lorsque des membres du personnel ou du matériel de la Fondation sont à l’intérieur.

Quel que soit le nombre ou le type d’instances de SCP-1780-2 se manifestant, l’entrée de SCP-1780-1 doit être scellée et SCP-1780 doit être immédiatement désactivé. L’usage de la force létale pour confiner SCP-1780-2 est autorisé. Les instances de SCP-1780-2 récupérées lors des précédentes expéditions peuvent être confinées selon les Protocoles de Confinement pour Humanoïdes standards (PCH-1).

Une copie papier de SCP-1780-3 est archivée dans le coffre de stockage des documents anormaux de grande valeur n°0053. SCP-1780-3 doit rester dans une pochette plastique dissimulant son verso en toutes circonstances. Les membres du personnel surpris en train de lire le verso du document sans autorisation doivent être supprimés immédiatement. A l'avenir, les copies complètes de SCP-1780-3 qui seront découvertes doivent être incinérées.

Description : SCP-1780 est une plaque de bureau en plastique du même type que celles utilisées par la Fondation entre 1990 et 2003. L’objet ne présente pas de résistance particulière aux dommages ou à l’usure du temps et son état laisse suggérer qu’il a été enterré pendant plusieurs décennies, jusqu’à sa découverte en 19██. Il est inscrit dessus “████████ █████, Ph. D/ Président : Département des Anomalies Temporelles”, suivi de l’emblème de la Fondation. Il n’existe ni individu de ce nom dans le registre des employés de la Fondation, ni aucune trace d’un Département des Anomalies Temporelles.

SCP-1780 est inactif, à moins qu’il ne soit placé dans un support pour plaque de bureau de taille appropriée. Lors de son activation, SCP-1780 fait apparaître une anomalie spatio-temporelle verticale derrière la porte la plus proche dans un rayon de 3 m, désignée SCP-1780-1. La photographie à haute vitesse de l’apparition de SCP-1780-1 à travers des portes ou des baies vitrées a révélé que l'effet était aussi proche de l'instantané que ce qui pouvait être mesuré. De plus, le mécanisme de cette transformation est inconnu. L’espace présent à l’origine derrière cette porte reste accessible lorsqu’il est approché depuis les autres issues ou via la destruction des murs. Cependant, la porte soumise aux effets de SCP-1780 reste indestructible et ne peut être ouverte de l’intérieur par un quelconque moyen, tant que SCP-1780 est actif.

SCP-1780-1 a l’apparence du bureau CB-████, situé au █████ étage de l’aile d’expérimentation des objets Euclide du Site 1711. Lors des observations suivantes, SCP-1780-1 est apparu dans différents états d’abandon et de négligence, mais contenait toujours les objets suivants :

  • Des fournitures de bureau de la Fondation correspondant à l’équipement acquis lors de la rénovation du Site-17 de 1995.
  • Plusieurs tableaux blancs contenant divers colonnes de texte et d’équations mathématiques (Voir [DOCUMENTION A CARACTERE DANGER-INFO SUPPRIMÉE])
  • Un fusil à pompe Remington modèle 870 de calibre 12, chargé.
  • Une copie du dictionnaire d’anglais intégral d’Oxford. Une note de l’éditeur laisse suggérer que l’impression date de 2███.
  • Trois (3) copies du Time Life sur Les Grands Ages de l’Homme : Une histoire des cultures du Monde, dont une seulement est en accord avec l’Histoire connue.
  • Au moins une (1) instance de SCP-1780 et un (1) support de plaque de bureau en aluminium.

Les expériences avec des instances supplémentaires de SCP-1780 ayant été récupérées2 ont révélé que plusieurs instances de SCP-1780-1 peuvent se manifester simultanément. L’effet que produit chaque manifestation sur les autres reste encore à déterminer. Le suivi GPS et [SUPPRIMÉ] ont indiqué que bien que toutes les instances occupent le même emplacement physique, celles-ci sont séparées par un intervalle de temps inconnu. Les expériences utilisant des chronomètres, des appareils de surveillance audio ou vidéo et des drones robotiques dissimulés pour déterminer la nature de ce déplacement temporel se sont révélés peu concluantes. Dans tous les cas, les chronomètres récupérés avec succès semblent être restés à l’intérieur de SCP-1780-1 pendant plus d’un milliard (1 x 109) d’années, ceci laissant supposer un échec des tentatives expérimentales. Les autres objets ou membres du personnel laissés à l’intérieur de SCP-1780-1 après que l’entrée se soit renfermée ne seront plus présents lorsque SCP-1780-1 sera ouvert à nouveau et doivent être considérés comme irrécupérables. Toutefois, SCP-1780-1 maintiendra une relation temporelle normale avec notre univers aussi longtemps que la porte de la salle restera ouverte. Voir Addendum 1780-1 pour une liste des objets et documents notables ayant été découverts.

Environ une manifestation de SCP-1780-1 sur dix (~10%) contiendra un certain nombre d’entités humanoïdes, désignées SCP-1780-2. Les apparences et les comportements de ces entités sont différents, mais celles-ci déclareront toujours être des employés de la Fondation. Jusqu’à ce jour, toutes les instances de SCP-1780-2 ont déclaré appartenir à un élément de la liste suivante :

  • Des membres du personnel de sécurité du Site-17 affectés à SCP-1780. Ces instances se sont montrées coopératives avec le reste du personnel du Site-17.
  • Des agents de terrains ou des chercheurs affectés à une l’équipe d’un projet spécial inconnu de la Fondation, nommée "ERC-Δt", s’occupant des anomalies temporelles. Ces instances sont imprévisibles et peuvent être hostiles envers les membres du personnel du Site-17. Les membres de cette "équipe de confinement" sont réputés pour s’auto-supprimer lorsqu’ils sont confinés.
  • Le Dr. ████████ █████. Cette entité (SCP-1780-2a) a catégoriquement refusé de divulguer des informations concernant ses origines, ses objectifs ou sa nature, et est parvenue jusqu’à ce jour à échapper avec succès à toutes les tentatives de capture. Le comportement de cette entité semble indiquer une certaine familiarité avec les tactiques de confinement pour les humanoïdes hostiles.

Sur les ██ entités de SCP-1780-2 observées, ██ ont été supprimées, confinées ou abordées par d’autres moyens avec succès. Voir Addendum 1780-2 pour consulter les incidents notables en rapport avec les manifestations de SCP-1780-2. Aucune manifestation de SCP-1780-2a ne s’est jamais manifestée en dehors des expériences avec SCP-1780, et les futures tentatives de confinement ont été jugées inutilement risquées.

SCP-1780-3 est un document régulièrement trouvé à l’intérieur de SCP-1780-1, imprimé vers 1998 sur une lettre avec l’en-tête de la Fondation, et apparemment rédigé par SCP-1780-2a. L’exposition accidentelle de l’agent B████ et les tests ultérieurs avec des membres du personnel de classe-D ont révélé que les propriétés anormales étaient présentes sur le verso uniquement et qu'il fallait une lecture et une compréhension complète pour que les propriétés anormales se manifestent. L'essentiel du contenu de SCP-1780-3 consiste en une "lettre de bienvenue" et d’orientation pour l’équipe d’un projet spécial inconnu de la Fondation, nommée "ERC-Δt".

D’après les rapports, lorsqu’il est lu depuis le début, le verso de SCP-1780-3 décrirait en détail la nature des "flux de tachyon" [DOCUMENTATION A CARACTERE DANGER-INFO SUPPRIMÉE] le boson "T" qui contrôle le niveau et la direction du temps.

Les membres du personnel ayant lu des extraits du verso du document ne comprenant pas le paragraphe 'déclencheur' ont rapporté que les autres portions sont composées d’expressions mathématiques indéchiffrables et de jargon technique. Ces personnes ne sont pas soumises aux effets de l’objet3. Jusqu'à ce jour, tous les membres du personnel ayant lu SCP-1780-3 dans son intégralité ont disparu immédiatement, y compris ceux placés sous une observation permanente. Le procédé de cette disparition est actuellement inconnu. (Voir Addendum 1780-3 pour plus d’informations)

Les membres du personnel de niveau 4 peuvent accéder au Document 1780-WL pour une transcription des portions non anormales de SCP-1780-3.

Addendum 1780-1 : Objets récupérés

Ces objets ont été récupérés à l’intérieur de SCP-1780-1 lors de son activation et ont été jugés suffisamment importants pour justifier leur récupération et leur étude.

  • Un (1) pistolet semi-automatique non-identifié, conçu pour accueillir du 9mm Luger4.
  • Trois (3) montres à remontoir automatique portant l’insigne de la Fondation, affichant toujours l’heure correcte.
  • Les restes de deux (2) humains, manifestement morts d’inanition. Les restes étaient équipés de protections corporelles non-identifiées portant des insignes similaires à ceux du personnel de sécurité de la Fondation5.
  • Plusieurs fragments de poteries et couteaux de cérémonies, ornés de caractères runiques inconnus. Les lames se sont avérées impossibles à émousser ou ébrécher.
  • Plusieurs publications périodiques datant de 1900 à ████, aucuns des évènements décrits ne sont entièrement concordants avec l’Histoire moderne.
  • █████ (█) objets SCP, y compris [DONNÉES SUPPRIMÉES]

Addendum 1780-2 : Résumé des incidents notables

Incident 1780-01 : 08/01/1990
Le sergent Michael Hadley était en train d’inspecter une arme à feu inconnue trouvée à l’intérieur de SCP-1780-1 lorsque l’entrée s’est refermée brusquement. La configuration de SCP-1780-1 était différente lorsqu’il a été ouvert à nouveau et contenait une unique instance de SCP-1780-2. Cette instance s’est rendue immédiatement, s’identifiant comme le caporal Gregory Thompson, et a fourni des justificatifs de sécurité incorrects, mais systématiquement cohérents lorsqu’ils lui ont été réclamés. L’entité a été placée en détention pour les besoins de l’enquête. Les procédures de confinement ont été modifiées pour requérir des mesures destinées à prévenir un isolement non planifié de SCP-1780-1.

Incident 1780-02: 24/05/1990
Première apparition enregistrée de SCP-1780-2a. L’entité a demandé aux membres du personnel de quitter immédiatement SCP-1780-1 et a commencé à ouvrir le feu sur les membres du personnel en service, provoquant la fermeture prématurée de SCP-1780-1. Aucun projectile n’a été retrouvé dans la salle d’expérience à la suite de cet incident. Il est supposé que SCP-1780-2a a tiré sur les chercheurs en utilisant des balles à blanc. Les procédures de confinement ont été modifiées pour requérir la présence d’un agent de sécurité armé dans la salle d’expérience en toutes circonstances.

Incident 1780-07: 04/04/1997
Six instances identiques de SCP-1780-2 correspondant à la description de SCP-1780-2a ont été trouvées à l’intérieur de SCP-1780-1. Les entités ont exprimé de la confusion, ont refusé de se soumettre aux ordres de l’officier de sécurité en service, et ont ouvert le feu, blessant trois (3) chercheurs. SCP-1780-1 a été scellé avec succès. Les procédures de confinement ont été modifiées pour requérir la présence d’au moins 3 membres armés du personnel de sécurité.

Incident 1780-09: 06/12/2003
Cinq instances de SCP-1780-2 présentes lors de la manifestation se sont immédiatement mises à couvert et ont commencé à dialoguer avec les membres du personnel de sécurité en service. Les instances se sont identifiées comme des membres de l’ERC-Δt et ont réclamé un accès au Site-17, prétextant une brèche de confinement imminente de SCP-███. Les instances de SCP-1780-2 ont toutes été capables de fournir des justificatifs de sécurité valides. L’une d’entre elle s’est avérée être le sergent ███████ ██████, présent parmi les membres du personnel de sécurité en service. Les instances de SCP-1780-2 ont baissé les armes et ont été appréhendées par la sécurité. Toutes les instances se sont auto-supprimées lors de leur confinement par des moyens inconnus. Le sergent ██████ a été soumis à la procédure [SUPPRIMÉ], s’est fait administrer un amnésique de classe C et est retourné au service actif. SCP-███ n’a pas rompu son confinement et aucune tentative d’accès non-autorisée n’a été enregistrée.

Incident 1780-12: 13/06/2006
Le caporal Gregory Thompson a violé le protocole en tentant de récupérer un drone robotisé défectueux. La cale en bois utilisée pour maintenir ouverte l’entrée de SCP-1780-1 s’est délogée, permettant à la porte de se refermer. La configuration de SCP-1780-1 était différente lorsqu’il a été ouvert à nouveau et contenait une unique instance de SCP-1780-2. L’instance s’est rendue immédiatement, s’est identifiée comme le sergent Michael Hadley (porté disparu le 08/01/1990), et a présenté des justificatifs de sécurité valides lorsqu’ils lui ont été demandés. Un examen administratif des précédentes rencontres avec les instances de SCP-1780-2 a permis de découvrir le caporal Thompson en confinement sur le Site-17. Les deux membres du personnel de sécurité ont été placés en confinement pour une durée indéterminée suite à leur exposition à SCP-1780, pour empêcher une contamination croisée des objets SCP.

Addendum 1780-3 : Interview de l’agent B████

Avant-propos : L’agent B████ a été exposé accidentellement à SCP-1780-3 le 22/04/1992 et a été présumé mort suite à sa disparition. Le 14/08/2006, une instance de SCP-1780-2 s’est manifestée à l’intérieur de SCP-1780-1, s’est identifiée comme étant l’agent B████ et a présenté des justificatifs de sécurité valides lorsqu’ils lui ont été demandés. Il est à noter que l’apparence de l’agent B████ n’a pas changée, comme on s’y serait attendu après quatorze (14) années d’absence. L’interview a été effectuée par le Dr. Iliza Schrader, sous la surveillance du sergent-chef Donald Cohen.

Dr. Schrader : Bon retour parmi nous, ████. Je suis désolée que nous ne puissions pas nous rencontrer en des circonstances plus favorables. Il est dit ici que vous—

Agent B████ : Est-ce qu’on peut abréger s’il vous plait ?

Dr. Schrader : …Très bien. Selon vous, combien de temps êtes-vous parti ?

Agent B████ : Trois ans, vingt-et-un jours, huit heures, quarante-cinq minutes… A peu près.

Dr. Schrader : C’est terriblement précis. Vous en êtes sûr ?

Agent B████ : Oui. J’en suis sûr.

Dr. Schrader : Avez-vous calculé cela d’une manière ou d’une autre, ou bien… ?

Agent B████ : Non. [Le sujet commence à frapper en rythme sur la table. Les coups sont espacés de très exactement une seconde. Il est à noter qu’aucune horloge n’est présente dans la pièce.] J’ai compté.

Dr. Schrader : Pardonnez-moi, mais j’ai beaucoup de mal à y croire. Vous n’avez jamais perdu le compte ? Pas une seule fois ?

Agent B████ : [Le sujet arrête de frapper] J’ai dit "à peu près", non ? Ça fait parti de mon travail… Ecoutez, c’est exactement ce pourquoi je suis revenu, d’accord ?

Dr. Schrader : Faire des déclarations douteuses sur votre capacité personnelle à mesurer le temps ne semble pas très—

Agent B████ : Stop. Juste stop. Je sais que vous êtes fière de votre éducation et que vous êtes sans doute une femme très intelligente. Mais écoutez-moi : vous allez à l’encontre de vos intérêts personnels.

Dr. Schrader : Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?

Agent B████ : Supposons, que la Fondation prenne connaissance d’un évènement anormal qui aura lieu dans un mois exactement et qui coûtera… Je ne sais pas, disons un million de vies humaines. Selon vous, serait-il de notre devoir de trouver comment l’en empêcher et de sauver ces personnes ?

Dr. Schrader : Bien sûr que oui. Qui d’autre le ferait ?

Agent B████ : Tout juste, et j’approuve. Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est pourquoi la réponse est tellement controversée lorsque l’évènement en question s’est produit un mois auparavant.

Dr. Schrader : Mais si c’est déjà arrivé, alors nous ne pouvons rien y faire. Nous ne serions pas en mesure de le connaitre à moins que nous soyons déjà en train d’en vivre les conséquences. Toute autre façon de le découvrir serait anormale, ce qui serait contraire au protocole général et à la charte de la Fondation. D’ailleurs, il n’y a aucun moyen de savoir que nos efforts pour l’en empêcher ne le provoquerait pas en premier lieu, ou que nous ne soyons pas informés par un enne—

Agent B████ : D’accord ! D’accord… Alors laissez-moi vous le présenter comme ça : Supposons, que je sache qu’un évènement anormal aura lieu dans exactement trente-et-un jours civils à partir de [le sujet reste silencieux pendant environ 4 secondes] …maintenant. Que je sache que cela coûtera un million de vies humaines. Que je sache cela parce que je suis arrivé ici depuis le futur, où ça c'est déjà produit. Et que je sache que la Fondation pourrait empêcher cet évènement si elle le voulait. Alors laissez-moi vous poser cette question simplement en supposant. Qu’est-ce que vous feriez pour empêcher cela ?

Dr. Schrader : Je ne vous croirais pas : vous êtes une anomalie. Il n’y a pas de raison pour moi de croire que vous dites la vérité, et toutes les raisons de croire que vous mentez afin de manipuler la Fondation.

Agent B████ : Bien sûr… Une bonne chose ça aussi.

Dr. Schrader : Je vous demande pardon ?

Agent B████ : Que nous parlons en supposant, parce que vous n’êtes toujours pas consciente que vous allez à l’encontre de vos propres intérêts. Mais je ne m’en inquiéterais pas pour autant. Heureusement, ce n’est pas à vous de décider.

FIN DE L'ENREGISTREMENT

Suite à cette interview, l’agent B████ a été placé en confinement permanent pour prévenir une possible contamination d’autres objets SCP. Aucun évènement anormal de l’échelle décrite n’a été enregistré dans les 90 jours suivant cette interview.

Addendum 1780-4 : Notes récupérées

Les notes manuscrites suivantes, supposées écrites par SCP-1780-2a, ont été récupérées à l’intérieur de SCP-1780-1. Les tentatives d’utilisation de notes similaires pour communiquer avec SCP-1780-2a se sont révélées infructueuses. Objets classés par ordre de récupération.

140 @ 13h00 le 20██/██/██ dans le Segment 036. VA réécrire 001 à 198!
FAITES TOURNER CETTE NOTE.

De rien, mais c’est votre dernier avertissement.

Alerte ! Ne pas tenir compte de la prochaine note !

Fausse alerte. Merci de ne pas tenir compte de la dernière note.

Un segment inconnu a envoyé des éléments hostiles ; au moins 2 d’entre eux @19h53.
Tenez-vous prêt. Faire tourner Message.

Fondation(s) alternative(s) :
S’il vous plait arrêtez de prendre mes Lettres de Bienvenue.
C’est devenu de plus en plus difficile de faire autoriser leur impression.
J’ai au moins 20 personnes qui ont toujours besoin d’être contactées.

Je suis désolé… Vous auriez fait de même.

Agents █████ et ███████ @23h01, Bilan.
Qui continue d'utiliser la boucle type doughnut ?!

Fondation(s) Alternative(s) :
Remplir de la paperasse pour vos équipements de caméra me fait perdre mon temps et vos ressources.
Vous ne les récupérerez pas, merci d'arrêter d’essayer.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License