Rapport d'expériences #178-E
notation: +1+x

Toutes les expériences effectuées sur SCP-178 doivent être consignées dans ce document. – Dr.██████████

Expérience 178-e-1

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Le membre du personnel de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable, via vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d'un système d'enregistrement audio et vidéo. Il sera demandé au sujet de classe D d'enfiler SCP-178 et de décrire les éléments observés.

Résultats : Le sujet D-17831 (Homme de 41 ans sans troubles mentaux apparents) est placé dans la salle de test et il lui est indiqué qu'il doit poser SCP-178 sur ses yeux. Le sujet n'a pas été informé de la nature de SCP-178. Le sujet s'exécute avant d'exprimer vivement sa détresse en jetant SCP-178 et en couvrant ses yeux en hurlant. L'équipe de recherche demande au sujet d'expliquer les raisons de sa réaction. Le sujet ne répond pas. L'équipe de recherche tente de calmer le sujet. Le sujet répond en ôtant les mains de son visage et regardant autour de lui avec la même détresse. L'équipe de recherche demande à nouveau au sujet d'expliquer les raison de sa réaction. Le sujet explique qu'il a été surpris par la présence d'une entité inconnue proche de son visage lorsqu'il a enfilé SCP-178. L'équipe de recherche demande au sujet de décrire l'entité. Le sujet décrit l'entité comme étant "laide" avec "beaucoup trop d'yeux". L'équipe de recherche demande au sujet de décrire l'entité avec plus de détails. Le sujet indique qu'il n'a pas pu apercevoir plus d'éléments avant de retirer SCP-178. L'équipe de recherche demande au sujet de réitérer l'opération mais le sujet refuse. L'équipe de recherche le menace d'effectuer l'opération sous peine d'être immédiatement éliminé mais le sujet refuse. Le test est suspendu et le sujet est placé sous surveillance pour analyser de possibles effets secondaires à l'exposition de SCP-178. Le sujet a fait preuve de symptôme de paranoïa modéré pendant deux jours avant de retourner à son état normal. La surveillance prend fin 30 jours plus tard et le sujet est éliminé.

Note : Eh bien, ça n'a pas été très instructif mais au moins cela confirme qu'il s'agit bien d'un objet présentant une anomalie.


Expérience 178-e-2

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Le membre du personnel de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable à travers une vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d’un système d’enregistrement audio et vidéo. Il sera demandé au sujet de classe D d’enfiler SCP-178 et de décrire les éléments observés.

Résultats : Le sujet D-63164 (Femme de 31 ans sans troubles mentaux apparents) est placée dans la salle de test et il lui est indiqué qu’elle doit poser SCP-178 sur ses yeux. Le sujet a été informé préalablement de la vraie nature de SCP-178. Le sujet obéit et immédiatement, profère des injures en reculant jusqu’au mur de la salle de test, le regard fixé sur quelque chose face à lui. L’équipe de recherche demande au sujet de décrire ce qu’il voit. Le sujet presse son dos contre le mur et indique apercevoir une entité debout au milieu de la pièce en train d’observer le mur. L’équipe de recherche demande au sujet de décrire l’entité. Le sujet la décrit comme bipède, possédant deux appendices supérieurs supplémentaires se terminant en pointes et possédant une tête fine. L’équipe de recherche demande au sujet de fournir plus de détails. Le sujet commence à décrire l’entité avant de soudainement exprimer un sentiment de panique : "Oh mon dieu, ça me regarde !". Le sujet s’écroule en se tenant au mur de la salle de test tout en fixant le même point. L’équipe de recherche demande au sujet d’indiquer si l’entité est de nature hostile ou non. Le sujet explique que l’entité est immobile mais l’observe. L’équipe de recherche informe le sujet qu’il peut retirer les lunettes mais le sujet refuse, expliquant qu’il se méfie de l’entité. L’équipe de recherche rappelle au sujet qu’un comportement non-coopératif entraînera son exécution. Le sujet retire SCP-178 et regarde la salle avec détresse en précisant qu’elle ne voit plus l’entité. Le sujet remet SCP-178 sur son visage, à la demande de l’équipe technique, et indique que l’entité est toujours en train de l’observer. L’équipe de recherche demande de faire part de tout changement dans le comportement de l’entité. Au bout de 2 minutes et 37 secondes, le sujet indique que l’entité s’est détourné et regarde de nouveau le mur. Aucun changement durant les 17 minutes et 55 secondes suivante. Fin du test.

Notes : Il parait étrange que la chose vu par le sujet semble si désintéressée, vu la manière dont l’objet est arrivé dans les mains de la Fondation. Nous n’avons pas pu recueillir des informations pertinentes avec l’équipement non plus, je me demande si cette entité est vraiment là où si ce n’est qu’une illusion générée par l’objet.


Expérience 178-e-3

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Le membre du personnel de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable à travers une vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d’un système d’enregistrement audio et vidéo. Une image fractale bleue et rouge est placée sur l’un des murs de la salle de test et une poubelle en plastique contenant dix balles de tennis standards est placée sur le mur opposé. Le sujet est informé que SCP-178 est une expérience next-gen "lunettes 3D" et qu’il lui est possible d’observer des images en trois dimensions s’il regarde l’image fractale. Il sera demandé au sujet de classe D d’enfiler SCP-178 et de décrire les éléments observés. Si le sujet aperçoit une entité, il lui sera demandé de lui jeter une balle.

Résultats : Il est demandé à D-51441 (Homme de 27 ans, auteur d’incendie volontaire et de meurtre, sans troubles mentaux apparents) de se tenir près du mur opposé à l’image fractale et de poser SCP-178 sur son visage. Le sujet s’exécute et exprime de la surprise et de l’inconfort. Le sujet rapporte qu’il aperçoit deux entités dans la pièce : une (désignée comme Entité 1) à côté de l’image fractale tourné dos à sujet et l’autre (désignée comme Entité 2) traversant la pièce de gauche à droite. Le sujet ajoute que la personne en charge de "l’animation" est mentalement perturbée. Il est demandé au sujet de décrire la démarche de Entité 2. Le sujet explique qu’elle utilise ses deux jambes mais aussi ses deux appendices supérieurs et le compare à quelque chose proche du gorille "comme si quelqu’un avait construit son squelette dans le mauvais sens". L’équipe de recherche demande au sujet si les deux entités sont similaires. Le sujet précise qu’hormis leurs tailles, les deux entités sont globalement similaires. La description de l’entité faite par le sujet concorde avec l’Expérience #178-e-2. Il est demandé au sujet de prendre une balle de tennis et de la jeter en direction de Entité 2. Le sujet s’exécute. L’équipe de recherche et l’équipement d’enregistrement audio observent le mouvement de la balle ininterrompu à travers la salle jusqu’au mur opposé. Le sujet exprime de la surprise et de la panique, esquissant un geste de fuite pendant 0.7 seconde avant l’apparition de de profondes lacérations sur son corps. L’apparition de lacérations se poursuit pendant 4.7 secondes jusqu’à la mort supposée du sujet à cause de la trop grande perte de sang. L’autopsie du sujet révèle que le corps a été mutilé par trois objets contondants, épais et estimés à environ 17 centimètres de longueur et 4 centimètres de largeur. L’analyse de la balle a montré uniquement des traces de transpiration d’origine humaine, identifiée comme celle du sujet D-51441.

Notes : [DONNÉES SUPPRIMÉES] de [DONNÉES SUPPRIMÉES]! Ces choses n’aiment pas qu’on les dérange. Mais bon, cette balle jetée à travers la pièce comme si rien ne s’y trouvait et la mort du sujet ne nous indique pas si la créature était sur la trajectoire de la balle ou non. C’est loin d’être concluant mais les traces de lacérations correspondent à celles que nous avons relevé sur le lieu de récupération de l’objet, donc il est facile de comprendre que cet objet est dangereux. Il est intéressant de noter que l’apparence de ces entités restent la même malgré les différents sujets de test. Je me demande si une interaction non-violente entre un sujet et une entité est possible.


Expérience 178-e-4

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Le membre du personnel de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable à travers une vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d’un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infra-rouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Une image fractale bleue et rouge est placée sur l’un des murs de la salle de test. Le sujet est informé que SCP-178 est une expérience next-gen « lunettes 3D » et qu’il lui est possible d’observer des images en trois dimensions s’il regarde le l’image fractale. Il sera demandé au sujet de classe D d’enfiler SCP-178 et de décrire les éléments observés. Si le sujet aperçoit une entité, il lui sera demandé de lui parler.

Résultats : Il est demandé à D-84291 (Femme de 19 ans sans troubles mentaux apparents) de se tenir près du mur opposé à l’image fractale et de poser SCP-178 sur son visage. Le sujet s’exécute et exprime immédiatement un sentiment de dégoût. Il est demandé d’expliquer ce qu’il voit. Le sujet décrit une entité similaire à celles rencontrées précédemment, positionnée approximativement à deux mètres en train de l’observer. Il est demandé au sujet d’essayer de parler avec la créature. Le sujet semble confus à l’idée de parler à une image animée. L’équipe de recherche réitère la demande. Le sujet semble irrité et déclare "Salut, truc bizarre. Comment ça va aujourd’hui ?" d'un ton ennuyé. Des lacérations apparaissent sur le torse et l’abdomen du sujet 0.2 seconde après la fin de sa phrase et son bras droit est sectionné depuis le coude après 2.4 secondes. Les lacérations et les cris du sujet stoppent environ 8.4 secondes plus tard, lors de la mort présumée du sujet. L’autopsie du sujet révèle le même genre de lacérations causées par des objets contondants d’environ 21 cm de longueur et de 5 cm de largeur.

Notes : J’imagine qu’on peut en conclure que toutes tentatives de communication avec les entités provoquent une réaction hostile. Et rien non plus du côté des capteurs. On est en train de dresser un mode opératoire, mais la grande question demeure : la mort du sujet est causée par l’objet ou par les entités ? Je me demande si des sujets qui n’utilisent pas l’objet peuvent être affectés.


Expérience 178-e-5

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Deux membres du personnel de classe D sont placés dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable à travers une vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d’un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infrarouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Les deux sujets sont informés des propriétés de SCP-178. Il est demandé au un sujet (désigné Sujet 1) d’utiliser SCP-178 et de décrire à l’autre sujet (désigné Sujet 2) l’emplacement et l’apparence de toute entité dans la salle de test. Sujet 2 devra alors tenter d’interagir avec les entités.

Résultats : Sujet 1 (D-61955, femme de 35 ans, trois condamnations pour meurtre et agression, sans troubles mentaux apparents) et Sujet 2 (D-57321, femme de 27 ans sans troubles mentaux apparents) sont placés dans la salle de test. Il est demande à Sujet 1 d’utiliser SCP-178. Sujet 1 exprime son ressenti envers l’équipe de recherche, appuyé par Sujet 2. L’équipe de recherche rappelle aux deux sujets qu’un comportement non-coopératif sera sanctionné par l’élimination. Sujet 1 enfile SCP-178 et laisse échapper des jurons et Sujet 2 exprime sa méfiance et demande des explications à propos de la réaction de Sujet 1. Sujet 1 déclare "Il y en a un juste derrière toi !". Sujet 2 se retourne et répond qu’il ne voit rien d’inhabituel. L’équipe de recherche tente de calmer les sujets en assurant que les entités perçues sont inoffensives et demande à Sujet 1 d’aider Sujet 2 à entrer en contact avec les entités. Sujet 1 explique qu’une entité se tient "juste devant" elle et que sa tête fait "plus d’un demi-mètre" de plus que la sienne. Sujet 2 désigne l’emplacement indiqué par Sujet 1 qui répond à l’affirmative. Sujet 2 tente de se calmer puis regarde dans la direction où semble se trouver la tête de l’entité et dit "Euh, coucou ?". Des lacérations apparaissent immédiatement sur le torse et le visage de Sujet 2, 0.9 secondes avant que son cou soit sectionné. Sujet 1 pousse un hurlement et se jette en direction de la porte de sortie de la salle de test. Sujet 1 tente d’enfoncer la porte sans succès pendant 5 secondes avant de se tourner et de lancer à l’entité observée "Non ! Va-t’en !". Des lacérations apparaissent sur l’abdomen et le torse de Sujet 1. Tous mouvements, blessures et hurlements cessent en même temps après 17.3 secondes. L’autopsie sur les sujets révèlent deux mode opératoire différents. Les quelques blessures subies par Sujet 2 coïncident avec des lacérations causées par trois objets contondants d’environ 27 cm de longueur et 8 cm de largeur alors que celles infligées à Sujet 1 révèlent trois objets contondants d’environ 14 cm de longueur et 3 cm de largeur.

Notes : Nous ignorons toujours si les entités sont réelles ou une simple illusion causées par SCP-178 mais maintenant nous savons que ces effets peuvent toucher des personnes qui ne porte pas SCP-178. Ça veut dire que l’objet est potentiellement beaucoup plus dangereux qu’on le supposait. Assez intéressant, les deux sujets ont montré différentes formes de lacérations comme si elles avaient été infligées par différentes entités. Dommage qu'on n'ait pas demandé à Sujet 1 combien il y en avait dans la salle de test, on fera mieux la prochaine fois. Par contre, le sujet aurait peut-être pu s’en sortir indemne si elle ne s’était pas adressée directement à l’entité. Ça vaut le coup de vérifier.


Expérience 178-e-6

Identité : Dr ██████████ assisté du Dr. █████ et du Dr. ███████

Date : ██/██/19██

Procédure : Deux membres du personnel de classe D sont placés dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La chambre de test est observable à travers une vitre pare-balle, depuis une salle de contrôle adjacente équipée d’un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infra-rouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Les deux sujet sont informés des propriétés de SCP-178. Il est demandé au un sujet (désigné Sujet 1) d’utiliser SCP-178 et de décrire à l’autre sujet (désigné Sujet 2) l’emplacement et l’apparence de toute entité dans la salle de test. Sujet 2 devra alors tenter d’interagir avec les entités et il est expressément indiqué à Sujet 1 qu’il ne doit ni parler ni interagir avec les entités peu importe les circonstances, sous peine d’élimination.

Résultats : Sujet 1 (D-83616, homme de 44 ans, sans troubles mentaux apparents) et Sujet 2 (D-36176, homme de 52 ans sans troubles mentaux apparents) sont placés dans la salle de test. Il est demandé à Sujet 1 d’utiliser SCP-178. Sujet 1 non-coopératif. Il est demandé à nouveau à Sujet 1 d’utiliser SCP-178. Sujet 1 non-coopératif. Sujet 2 presse Sujet 1 de coopérer par peur des mesures punitives. Sujet 1 enfile SCP-178 et exprime de la surprise et du dégoût. L’équipe de recherche demande à Sujet 1 d’indiquer le nombre d’entités. Sujet 1 déclare qu' "ils sont [DONNÉES SUPPRIMÉES] de partout, Doc’. Il y en a neuf en tout avec nous." Sujet 1 se retourne vers la vitre pare-balle qui le sépare la salle de test avec la salle de contrôle et ajoute "et il y en a trois là avec vous, regardez, il y en a un qui se penche par-dessus votre [DONNÉES SUPPRIMÉES] Voir Rapport d’Incident #178-14-Alpha pour plus d’informations.

Notes : Suite à la perte de la totalité de l’équipe de recherche lors de l’Incident #178-14-Alpha, les mesures de confinement ont été révisées. - O5-7


Expérience 178-e-7

Identité : Dr ████ assisté du Dr. █████

Date : ██/██/20██

Procédure : Le sujet de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178. La salle de test est divisé en deux parties séparées par une vitre pare-balle dotée d’un petit trou couvert d’une grille en métal permettant le passage des sons. La salle de test est observable par un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infra-rouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Le sujet est informé de la nature de SCP-176 et qu’il doit tenter d’établir une communication avec les entités de la deuxième partie de la salle de test.

Résultats : Le sujet D-1362 (homme de 52 ans, viol et double homicide, sans troubles mentaux apparents) est placé dans la salle de test et il lui est demandé de mettre SCP-178. Le sujet exprime son manque de motivation mais s’exécute. Il est demandé au sujet de décrire ce qu’il voit. Le sujet compte quatre entités dans la deuxième partie de la salle de test. Le sujet indique qu’elles ont l’air dociles : deux d’entre elles cognent les murs et les deux autres l’observent à travers la vitre. L’équipe de recherche demande au sujet si des entités sont présentes dans la partie de la salle où il se trouve. Le sujet regarde autour de lui et indique qu’aucune ne se trouve avec lui. Il est demandé au sujet d’établir une communication avec les entités. Le sujet exprime son désir "d’en finir vite fait bien fait". Le sujet dit, vraisemblablement aux entités, "Bonjour, vous pouvez m’entendre ?" avant de reculer brusquement. L'équipe de recherche demande pourquoi le sujet s’est éloigné. Le sujet explique que les entités ont commencé à marteler la vitre avec leurs appendices supérieurs. L’équipe de recherche demande si des dommages sont causés à la vitre. Le sujet répond que non. L’enregistrement audio ne parvient pas à relever de son, hormis ceux produits par le sujet. L’équipe de recherche demande au sujet s’il peut entendre les entités frapper la vitre. Le sujet parait perplexe et répond à la négative. Aucun changement n’est enregistré pendant 10 minutes et 14 secondes. L’équipe de recherche annonce la fin du test. Le sujet exprime son soulagement et retire SCP-178 avant de le poser sur le sol. La salle de test est ouverte et deux membres de la sécurité (Agents [DONNÉES SUPPRIMÉES]) demandent au sujet de les suivre, probablement pour être ramené jusqu’aux cellules de classe D. Le sujet se retourne et obéit lorsque des lacérations apparaissent sur son visage, torse et partie supérieure de ses bras. Le sujet hurle et les deux membres de la sécurité reculent en jurant. L’Agent [DONNÉES SUPPRIMÉES] transmet l’alerte de rupture de confinement par radio. L'Agent [DONNÉES SUPPRIMÉES] ouvre le feu dans la salle de test, tuant le sujet 2.1 secondes après les premières lacérations. L’équipe de confinement sont envoyées dans la zone de test et le secteur est bouclé. Après 1 heure et 4 minutes sans nouvel incident, les chercheurs concluent que la menace est neutralisée et l’accès est rétabli. SCP-178 est retrouvé à l’emplacement où le sujet D-13627 l’a laissé.

Notes : [DONNÉES SUPPRIMÉES], ça aurait pu être catastrophique. C’est la première fois qu’on mène une expérience sur SCP-178 et tout le secteur a été bouclé. La direction va pas être contente, nous devrions élaborer des expériences moins risquées dans le futur. J’en conclus que tout utilisateur de SCP-178 établissant un contact avec les entités peut mourir à tout moment après avoir retiré les lunettes. Il est intéressant de noter que l’Agent [DONNÉES SUPPRIMÉES] n’a souffert d’aucun effet malgré le fait qu’il ait tiré "sur" l’entité. Je pense que c’était dû au manque d’informations relatives aux entités en sa possession


Expérience 178-e-8

Identité : Dr ████ assisté du Dr. █████

Date : ██/██/20██

Procédure : Le sujet de classe D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178 et une caméra connectée à un écran. La salle de test est observable par un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infra-rouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Il est demandé au sujet de positionner SCP-178 devant la caméra et d’expliquer ce qu’il voit sur l’écran. La caméra est connectée au moniteur de la salle de test et à un système d’enregistrement externe. L'équipe de recherche demandera ou non l’accès à l’enregistrement en fonction du résultat de l’expérience.

Résultats : Le sujet D-16286 (femme de 28 ans, 15 inculpations pour agression, 2 inculpations pour meurtre, sans troubles mentaux apparents) est placé dans la salle de test et il lui est demandé de placer SCP-178 devant la caméra. Le sujet s’exécute et positionne SCP-178 à une vingtaine de centimètres de la caméra. Il est demandé au sujet de positionner SCP-178 de manière à ce que la caméra puisse "voir" à travers. Le sujet demande quelle lunette elle doit choisir. Il est demandé au sujet de positionner la lunette rouge devant la caméra. Le sujet s’exécute. L’équipe de recherche demande au sujet si quelque chose d’inhabituel apparaît à l’écran. Le sujet répond par la négative. Il est demandé au sujet de positionner la lunette bleue devant la caméra. Le sujet s’exécute et indique que l’écran n’indique toujours rien d’inhabituel. Il est demandé au sujet de laisser la caméra et d’enfiler SCP-178. Le sujet s’exécute. Le sujet laisse échapper un bref cri de panique alors qu’il recule en fixant l’écran. L’équipe de recherche lui demande d’expliquer sa réaction. Le sujet rapporte la présence de 3 entités penchées devant l’écran en train de l’observer. Le sujet retire SCP-178 après demande de l’équipe de recherche. Fin du test.

Notes : Il semblerait que l’objet fonctionne de manière similaire à des lunettes 3D classiques qui nécessitent deux ''yeux'', ou alors l’effet n’est uniquement optique. Il y a moyen de vérifier ça.


Expérience 178-e-9

Identité : Dr ████ assisté du Dr. █████

Date : N/A. Proposition le ██/██/20██

Procédure : Le sujet de classe-D est placé dans la salle de test sécurisée contenant SCP-178 et deux petites caméras simulant une paire d'yeux humains connectés à un écran qui fusionne les deux images pour en n’en créer qu’une seule, selon le même processus de vision humaine. La salle de test est observable par un système d’enregistrement audio et vidéo, de caméra infra-rouge, de capteurs de radiations électromagnétiques et de détecteurs de mouvements. Il est demandé au sujet de positionner SCP-178 devant la caméra et d’expliquer ce qu’il voit sur l’écran. La caméra est programmée pour sauvegarder l’enregistrement. L’équipe de recherche demandera ou non l’accès à l’enregistrement en fonction du résultat de l'expérience.

Proposition de test en attente de validation par un membre du personnel de Niveau 4 ou plus.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License