SCP-177-FR
notation: +14+x
Nemo%205.png

Deux (2) exemplaires de SCP-177-FR sur le mur du couloir principal du quatrième étage du bâtiment B du Site Aleph (photographie confirmée sûre).

Objet #: SCP-177-FR

Niveau de Menace : Rouge

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Tout membre du personnel découvrant un texte commençant par les mots "A vous qui lisez ceci, qui que vous soyez" sur n'importe quel support physique ou électronique doit immédiatement déclencher une alerte de sécurité dite "Code Vert : Némo".

Le personnel de sécurité doit établir un périmètre d'un minimum de douze (12) mètres de rayon autour du support du texte ainsi qu'autour de tout individu ou objet ayant été en contact visuel ou physique avec le support du texte, puis contacter un membre du personnel de niveau 4 possédant l'accréditation "Ruche" afin que celui-ci prenne des mesures appropriées et fasse intervenir la Force d'Intervention Mobile dite "FIM", spécialisée dans le confinement des objets créés par le Groupe d'Intérêt "Némo et le Nautilus".

Tout membre du personnel devenu une instance de SCP-177-FR-1 doit se voir administrer un Amnésique de Classe C après que chaque instance de SCP-177-FR ait été neutralisée via le Protocole Ruche.

Description : SCP-177-FR est une lettre de revendication reçue via des moyens divers par certains Sites de la Fondation à des intervalles irréguliers. L'objet se présente généralement sous la forme d'une image de format A4 contenant un texte typographié en Arial sur un fond dégradé vert comportant huit (8) déclencheurs mémétiques graphiques avérés (dont trois (3) devenant inopérants si les cinq (5) premiers sont masqués). Un exemplaire de l'image (sous une version non-mémétique neutralisée grâce au protocole Ruche) ainsi qu'une transcription du texte de SCP-177-FR sont consultables dans le Document annexe 177-FR n°1.

Depuis l'apparition de la première instance de SCP-177-FR, reçue par messagerie électronique interne le 06/08/2006 par l'ensemble des chercheurs affectés au projet ███████ du Site ██, de nouvelles instances de SCP-177-FR ont été envoyées à des employés de la Fondation par les moyens suivants :

  • reçues en pièce jointe (format PDF) de mails internes non-anormaux,
  • ajoutées à l'intérieur de correspondance papier interne non-anormale,
  • distribuées à des employés de la Fondation directement à leur domicile sous forme de flyers contenant une version abrégée du texte d'origine,
  • imprimées au dos d'un document de consignes de sécurité incendie du Hangar de Stockage des Objets Anormaux du Site ██,
  • collées en deux (2) exemplaires sur le mur du couloir principal du quatrième étage du bâtiment B du Site Aleph,
  • punaisées en six (6) exemplaires sur un panneau d'affichage dans le hall du Site ██ (les caméras de surveillance révèlent que lesdites instances étaient auparavant des documents non-anormaux punaisés au panneau avant de devenir des instances de SCP-177-FR),
  • scotchées sur la totalité (plus de cinquante (50)) des moniteurs du bâtiment principal du Site Yod.

Quelle que soit la manière dont les instances physiques sont envoyées, celles-ci semblent toujours apparaître spontanément dans les locaux de la Fondation (phénomène confirmé par les caméras de surveillance). Cette propriété n'a pas encore pu être expliquée.

SCP-177-FR, en tant que lettre de revendication émise par le Groupe d'Intérêt "Némo et le Nautilus" visant spécifiquement et explicitement à nuire à la Fondation, a été conçu par ses auteurs de manière à ne pas pouvoir être confiné via des méthodes de confinement conventionnelles.

Tout individu considéré comme "un employé de la Fondation" entrant en contact physique ou visuel direct avec une instance de SCP-177-FR, qu'il soit ou non capable d'en lire et d'en comprendre le contenu, devient le véhicule d'un effet anormal et est dès lors désigné SCP-177-FR-1. Les instances de SCP-177-FR-1 se comportent involontairement comme des passes-partout universels et déverrouillent automatiquement tout type de dispositif verrouillé situé à moins de dix (10) mètres d'eux (la zone d'effet est une sphère de vingt (20) mètres de diamètre autour de l'instance de SCP-177-FR-1). Les portes sécurisées s'ouvrent, les ordinateurs s'allument et se connectent à une session d'utilisateur, et tout type de mécanisme ou de structure visant à maintenir quelque chose fermé se désactive (verrou physique, mot de passe informatique, etc). Tout dispositif déjà ouvert, en revanche, n'est pas affecté par cet effet.

Suite aux recherches et aux tests effectués sur l'objet depuis le 16/08/2006, il a pu être déterminé que l'objet considère comme "un employé de la Fondation" toute personne présente dans les locaux d'un Site appartenant à la Fondation toute personne agissant en connaissance de cause dans l'intérêt de la Fondation (définition modifiée suite à l'apparition de l'instance du 24/02/2007). Il a également pu être déterminé que les sujets ayant oublié l'existence de SCP-177-FR (notamment au moyen d'Amnésiques) cessent d'être des instances de SCP-177-FR-1.

Tout objet considéré comme "une propriété de la Fondation" (c'est à dire utilisé par toute personne présente dans les locaux d'un Site appartenant à la Fondation toute personne agissant en connaissance de cause dans l'intérêt de la Fondation (définition modifiée suite à l'apparition de l'instance du 24/02/2007)) utilisé pour déplacer, manipuler ou détruire SCP-177-FR cesse immédiatement de fonctionner, voire est immédiatement détruit. Cet effet s'applique à absolument tout type d'objet servant à déplacer, manipuler ou détruire une version physique de SCP-177-FR (gants, outils de bureau, robot piloté à distance, système automatisé, arme à feu, arme blanche, lance-flamme, eau, acide, etc) ainsi qu'à tout dispositif informatique utilisé pour effacer ou modifier une version digitale de SCP-177-FR (antivirus, pare-feu, logiciel de traitement de texte, logiciel de traitement d'image, etc).

Incident 177-01 du 06/08/2006

07h47 : Le Chercheur Junior A. C███████ arrive au Site ██, consulte sa messagerie interne sur son ordinateur personnel, et ouvre un e-mail envoyé aux dix-sept chercheurs affectés au projet ███████. Le contenu du mail est non-anormal ("Merci de bien vouloir prendre connaissance des nouveaux éléments ci-joint. Cordialement, S. F██████"), et l'adresse de l'expéditeur ne diffère que d'un caractère de celle du Chercheur S. F██████, placée à la tête du projet.

07h48 : Le Chercheur Junior A. C███████ ouvre la pièce jointe, nommée "AVQLC.pdf", qui s'avère être la première instance de SCP-177-FR reçue par la Fondation. Le Chercheur Junior A. C███████ devient sans le savoir le premier cas de SCP-177-FR-1 recensé.

07h50 : Le Chercheur Junior A. C███████ marque le mail comme malveillant et contacte un technicien informatique afin de signaler une attaque virale potentielle. Le seul technicien informatique disponible sur le site dans cette tranche horaire, I. W███████, demande à recevoir une copie du mail et de sa pièce jointe afin d'évaluer le risque.

07h54 : I. W███████ ouvre la pièce jointe "AVQLC.pdf" après l'avoir scannée sans détecter de risque viral, et devient le second cas de SCP-177-FR-1 recensé. Elle envoie néanmoins par acquis de conscience un message à l'ensemble du Site, déconseillant d'ouvrir tout mail contenant une pièce jointe nommée "AVQLC.pdf".

08h31 : Un membre du personnel de sécurité constate qu'il est devenu impossible de fermer certaines portes du Site dans l'aile consacrée au projet ███████ et signale le problème avec un niveau de priorité bas, l'aile en question ne comportant aucune zone de confinement.

08h56 : Le Chercheur Junior A. C███████ signale au personnel de sécurité que depuis son arrivée sur le site, environ une heure auparavant, tout ordinateur situé à proximité s'allume tout seul et se connecte à une session d'utilisateur (celle-ci semble être d'un niveau de sécurité bien supérieur au sien). Un rapprochement est fait avec l'impossibilité de fermer les portes de l'aile du projet ███████.

09h15 : L'aile du projet ███████ est isolée par la sécurité le temps de découvrir quelle est l'origine de l'effet anormal.

(…)

09h33 : Il est demandé à I. W███████ d'intervenir sur un ordinateur situé dans l'aile C du Site ██, appartenant au Chercheur V. P████████, pour un simple problème de connexion au réseau. Pour se rendre dans cette aile, I. W███████ passe par le rez de chaussée du bâtiment principal.

09h38 : Une brèche de confinement d'une entité de classe Euclide est en cours au niveau -1 du bâtiment principal. Une alerte est déclenchée par le personnel de sécurité, mais il s'avère impossible de fermer les portes du niveau -1. Il devient rapidement clair que la totalité des cellules de confinement du niveau -1 ne peuvent plus être fermées ni verrouillées.

09h45 : De multiples brèches de confinement d'entités de classe Euclide sont en cours au niveau -1 du bâtiment principal. Une procédure d'évacuation temporaire du Site est lancée, exceptée l'aile du projet ███████, toujours isolée par la sécurité. Les sas de sécurité (ouverts en temps normal) du niveau -1 sont fermés afin d'isoler l'ensemble du niveau -1 et d'y confiner temporairement les entités ayant quitté leur cellule.

10h14 : L'évacuation temporaire du Site est en cours depuis près de trente (30) minutes lorsque les membres du personnel de l'aile C sont à leur tour évacués via le rez de chaussée du bâtiment principal. I. W███████ (instance de SCP-177-FR-1) se trouvant parmi les membres du personnel évacués, sa présence suffit à désactiver les sas de sécurité du niveau -1. Deux (2) entités, SCP-███-FR et SCP-███-FR, parviennent à s'échapper du bâtiment principal.

(…)

14h48 : La brèche est considérée maîtrisée par les membres de la sécurité. Quatre (4) victimes et neuf (9) blessés graves sont à déplorer parmi les membres du personnel.

15h31 : L'ensemble du personnel évacué, dont I. W███████ (instance de SCP-177-FR-1), réintègre le Site, provoquant involontairement une nouvelle brèche de confinement massive au niveau -1 (voir Incident 177-02).

Note du 03/10/2015

"Si l'Incident 177-01 nous semble aujourd'hui facilement explicable grâce aux propriétés désormais connues de SCP-177-FR, plusieurs jours ont été nécessaires pour découvrir que la brèche avait été causée à l'origine par une pièce jointe attachée à un mail reçu par une minorité des membres du personnel, et qui n'avait été lue, au final, que par un total de deux personnes, dont une qui n'était pas la cible du mail d'origine. Plusieurs mois furent ensuite nécessaires pour comprendre l'effet de SCP-177-FR, au cours desquels de nombreux autres incidents furent causés par ses propriétés. Le protocole "Ruche" actuellement mis en place et impliquant une Force d'Intervention non-composée de membres du personnel de la Fondation, et ignorant qu'ils agissent dans l'intérêt de celle-ci, est aujourd'hui la meilleure solution dont nous disposions pour gérer les incidents liés à SCP-177-FR." - Directeur ███████

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License