SCP-1726
notation: 0+x
challenge.jpg

SCP-1726

Objet # : SCP-1726

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Le chemin menant à SCP-1726 doit être bloqué par un poste de garde géré par la Branche Chinoise de la Fondation sous la bannière de l'Armée de Libération du Peuple. Aucune autre sécurité n'est nécessaire pour empêcher les interférences extérieures.

Il est interdit aux chercheurs de pénétrer dans SCP-1726 sans être accompagnés par au moins une instance de SCP-1726-1. Le personnel ne doit pas rester dans SCP-1726 durant des périodes dépassant quatre heures. Les objets découverts à l'intérieur de SCP-1726 ne doivent pas être retirés de SCP-1726. 

Tout contact avec les spécimens de SCP-1726-1 doit être mené en accord avec le Document 1726-CO.

Tous les documents recopiés au sein de SCP-1726 doivent être stockés à l'Archive de Stockage 18.

Description : SCP-1726 est un bâtiment de plain-pied situé dans la Province de [SUPPRIMÉ], en Chine. Aucune anomalie n'est présente dans les matériaux utilisés pour construire SCP-1726, et la construction originale est estimée dater des alentours de 1200 ap. J.C.

L'intérieur de SCP-1726 est une anomalie spatiale stable, mesurant approximativement quatorze kilomètres carrés de surface. Cet espace consiste en une bibliothèque, entourant un petit jardin et une fontaine. Le contenu de cette bibliothèque est composé essentiellement de textes historiques, philosophiques et théologiques, accompagnés d'artefacts provenant de civilisations d'Asie de l'est et d'Asie centrale, dont un grand nombre provient de cultures inconnues de l'anthropologie générale. Les plus anciens artefacts contenus dans SCP-1726 sont un ensemble de tablettes Yeren datées d'approximativement 30000 avant J.C. On compte entre autres civilisations notables représentées les dynasties Shambhaliennes, les peuples de la rivière Lémurienne, les dynasties de Mu et l'Empire Daevique.

Un pilier de pierre se dresse dans le jardin central de SCP-1726, s'élevant par un trou dans le toit jusqu'à une altitude inconnue et escaladable grâce à un passerelle de bois montant en spirale autour de la structure. Ce pilier existe au sein de l'anomalie spatiale de SCP-1726, et ne peut pas être vu de l'extérieur. Sa hauteur exacte est inconnue : le plus haut point atteint par les agents de la Fondation est de 12,8 km.

challenge2.jpg

SCP-1726-1-15

SCP-1726-1 est un groupe de cinquante-quatre constructions humanoïdes connues, composées de porcelaine. Ces constructions sont creuses, entièrement articulées et apparaîtront généralement comme des représentations stylisées d'archétypes culturels de figures intellectuelles. Les spécimens de SCP-1726-1 sont conscients et parlent plusieurs dialectes de langues chinoises et anciennes, ainsi que d'autres dialectes éteints ou obscurs. SCP-1726-1-03, SCP-1726-1-20, et SCP-1726-1-44 parlent français. Le comportement de SCP-1726-1 consiste essentiellement à étudier le contenu de SCP-1726 et à guider les visiteurs à travers SCP-1726.

Lorsqu'un individu reste à l'extérieur de SCP-1726 pendant une longue période de temps (entre une et six heures), un spécimen de SCP-1726-1 émergera de la structure et proposera d'emmener l'individu visiter la bibliothèque. Au moment de d'arriver à l'entrée, l'instance de SCP-1726-1 prononcera la phrase suivante en chinois classique : "J'ai vagabondé pendant longtemps, et j'ai appris dix mille choses." Une entrée non-accompagnée à l'intérieur de SCP-1726, même après avoir utilisé le signal verbal approprié, résultera en l'expulsion immédiate de la structure par une force invisible. Passer une longue période de temps à l'intérieur SCP-1726 (plus de quatre heures) résultera en des désorientations, des pertes de mémoire et des nausées dues aux effets de la compression spatiale. Escalader le pilier central ne générera pas cet effet.

Addendum-01 : Extraits de textes notables :

“Et tandis que je regardais derrière moi, je vis que mon foyer était perdu dans le sillage de la Bête. Le bateau était secoué par les vagues tandis que je regardais les derniers feux s'éteindre sur les collines de Mu. Le désespoir s'empara de mon cœur, car tant avait été perdu dans notre folie.”

Tiré de “Les Mémoires de la Destruction de Mu”, (vers 25000 av. J.C.), un ensemble d'histoires courtes écrites par un certain Kai-Zuun-Loo, un survivant de la destruction du continent. 

“Les Daevas revinrent en triomphe, Ab-Leshal à la tête d'une colonne de soldats et de grandes bêtes-de-guerre qui s'étendait jusqu'à l'horizon, ramenant avec eux des trophées de bronze des terres lointaines et entraînant des peuples enchaînés dans leurs fosses à esclaves. Je les vis, et je connus la peur.”

Tiré du Fragment C de “Le Livre du Voyageur” (vers 11000 av. J.C.), récit d'un individu anonyme observant l'Empire Daevique. L'événement décrit est la marche triomphale de Daeva Hhu Rie en 11039 av. J.C., tel qu'elle est décrite dans d'autres sources du Bas Âge Daevique.

“Regarde ici, regarde là, regarde derrière et regarde devant. Toute chose est connectée, tout comme les lignes de ces mots sont connectées, et le cycle tourne encore davantage. Regarde ceux qui se croyaient des dieux : ils ont été renversés par ceux qu'ils avaient réduit en esclavage. Les esclaves deviennent les maîtres, pour être renversés par leurs propres esclaves, et le cycle continue de plus belle, pour toujours, jusqu'à ce que la terre soit noircie et que les dernières étoiles ne meurent. Car les Grands ont disparu, et Mu a disparu, et les terres du Sud et de l'Ouest ont disparues, et l'Empire a disparu.”

Une citation tirée d'une œuvre inconnue, trouvée dans le Rouleau 8 du “Tya Jhalil”, (vers 9000 av. J.C.), un compendium de philosophie écrit peu après l'effondrement de l'Empire Daevique.

[Illisible] était là.

Graffiti gravé dans la fontaine du jardin central, date inconnue, présumé dater d'au moins 150 ans. Écrit en français.

chemin.jpg

Photographie prise du pilier central à une altitude de 2300 m.

Artefacts notables découverts au sein de SCP-1726 :

  • 1 machine à mouvement perpétuel non-fonctionnelle datant du Haut Âge Daevique (vers 15000 av. J.C.), ainsi que les schémas de réparation.
  • 4 colliers à esclave fonctionnels du Bas Âge Daevique (vers 10000 av. J.C.).
  • Restes de 2 créatures hexapèdes ressemblant à de petits cétacés, Origine inconnue.
  • 6 fragments d'horloge de bronze très endommagés et inactifs. Les fragments portent des mantras gravés du Bas Âge Daevique.
  • Un échantillon de tissu provenant d'un organisme inconnu. Le tissu contient un fort taux de minéraux, et comporte des strates visibles. L'échantillon est libellé "Tiré de la Bête qui Détruisit Mu". 
  • 1 lanterne en fer forgé, date inconnue. La flamme à l'intérieur ne peut être éteinte, et l'ajout de carburant ne provoque aucun changement.
  • 102 cartes de civilisations cataloguées dans SCP-1726. 

Addendum-02 : ██/██/20██ : Une entité inconnue a été observée par des chercheurs, décrite comme un humanoïde trapu doté de membres semblables à ceux d'une arachnide. L'entité a été vue en train de ré-arranger des livres, et s'est ensuite enfuie en grimpant le pilier central. Les recherches générales au sein de SCP-1726 sont stoppées pour le moment.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License