SCP-1717
notation: +1+x
1717.jpg

Incident SCP-1717-Kappa, opération de récupération.

Objet # : SCP-1717

Classe : Keter

Procédures de Confinement Spéciales : Les plantes infectées par SCP-1717 doivent être confisquées ou éradiquées par la FIM Theta-4. Les échantillons des espèces nouvellement infectées doivent être récupérés et remis au Dr Syril au Site Biologique-1 pour études. Les occurrences sauvages dans des zones d'une surface inférieure à 1 hectare peuvent être sécurisées ou détruites selon les ordres de l'officier en charge de la FIM Theta-4. Si une région affectée dans la nature a une superficie supérieure à 1 hectare, ou est manifestement un terrain cultivé de n'importe quelle taille, la région et une zone tampon de 1 km au-delà du périmètre de l'anomalie doivent être incinérée dans les 24 heures suivant la découverte.

Dans les pays développés, les opérations d'incinération doivent être conduites sous le prétexte d'incendies. Suite à l'élimination par le feu, l'herbicide de la Fondation GH-5Y doit être employé sur la zone affectée. Les propriétés foncières intégrées dans la zone doivent être acquises en accord avec le protocole Eminent Steward. L'ensemencement des terres arables acquises par ce protocole doit être proscrit pour les 10 ans suivant l'acquisition ; une fois que les tests ont confirmé que les terres sont cultivables sans danger, les propriétés peuvent être cédées à nouveau.

Dans les pays en dévelopement où la possession de terres est difficile à mettre en place, les incendies doivent être combattus à l'aide de l'herbicide de la Fondation XK-35Y

Description : SCP-17171 est une maladie végétale qui se manifeste seulement lorsque deux facteurs sont présents simultanément.

SCP-1717-1 est un pararétrovirus endogène présent dans le génome de tout les membres de la famille Poaceae2. Quant il est activé, il induit la production3 de la nouvelle enzyme CRC4, qui dégrade la chlorophylle en une molécule analogue incapable de participer dans la photosynthèse, tout en conservant la couleur de la chlorophylle bien après la sénescence des feuilles et des tiges. L'herbe tuée par le CRC peut, sans détection, se transformer en foin ou paille verte à l'endroit même où elle se trouve.

Avant la mort de la plante, d'importantes quantités de l'enzyme CRC sont exprimées dans l'albumen des graines affectées par la plante, parfois jusqu'à une concentration massique de 0,8 % dans certaines espèces de riz. De telles graines sont encore capables de germer, mais les pousses ne restent pas viables plus de 21 jours après la germination. Le goût des graines affectées reste inchangé, permettant à l'enzyme CRC de rester relativement indétectable dans la production alimentaire.

L'enzyme CRC peut se répandre des plantes en décomposition vers le sol, et est suffisamment inerte pour endommager plusieurs générations de plantes avant de se détériorer5 en sous-produits non toxiques. L'enzyme CRC présente une toxicité aiguë faible ou moyenne chez les animaux6 et l'homme7 ; cependant elle s'accumule facilement dans le foie et est toxique à long terme8. Une maladie de Parkinson idiopathique se développe généralement dans les 6 mois suivant l'accumulation de plus de 2500 mg/kg, accompagnée soit d'une ascite, soit d'un épanchement pleural, voire des deux. À ce stade, sans greffe de foie, une encéphalopathie hépatique se développe dans les semaines suivantes, suivie de la mort du sujet.

SCP-1717-2 est une substance inconnue qui induit l'expression du gène SCP-1717-1.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License