SCP-1707
notation: +1+x
blank.png
wormskin-mouthparts-2.jpg

Image agrandie d'une pièce buccale typique de SCP-1707-A

Objet # : SCP-1707

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Chaque colonie de SCP-1707 doit être conservée dans une cellule de confinement sous surveillance constante, selon les protocoles de Biosécurité de niveau 3. Un minimum de deux (2) colonies matures et stables, ayant des cochons domestiques (sus scrofa domesticus) comme hôtes, doivent être préservées en permanence. Au moins une (1) colonie supplémentaire doit être préservée pour des besoins d’expérimentation. Les humains ne doivent pas être utilisés comme hôtes pour les colonies de SCP-1707 sans l’approbation du Chercheur Supérieur et du Directeur du Site.

Dans le cas d’une brèche de confinement d’une colonie sans hôte, tout le personnel à l’exception de l’équipe de reconfinement des menaces biologiques doit évacuer le périmètre. Un organisme adéquat doit être utilisé comme hôte afin de reconfiner la colonie. Dans le cas d’une brèche de confinement d’une colonie implantée sur un hôte, les protocoles standard concernant l’espèce hôte doivent être appliqués.

Aucune colonie de SCP-1707 ne pourra être supprimée sans l’accord écrit explicite du Chercheur Supérieur, quelles que soient les circonstances.

Description : SCP-1707 est un type d’organisme collectif composé d’une masse de créatures, individuellement désignées SCP-1707-A, similaires à différents annélides et helminthes. Plus précisément, tous les spécimens de SCP-1707-A mesurent entre 5 et 30 mm de long et possèdent des pièces buccales distinctives des autres espèces (voir l’image jointe au rapport).

Isolées, les colonies de SCP-1707 forment une masse plate, qui peut atteindre une épaisseur de 4-5 cm. Une colonie dans cet état va conserver un mouvement continu jusqu’à la détection d’un hôte adéquat, auquel cas elle va commencer à se mouvoir à environ 0,5 m/s vers sa cible.1 Les colonies de SCP-1707 ont montré une préférence constante pour les cibles intelligentes. Des études sont en cours pour comprendre ces mécanismes.

Les premiers spécimens de SCP-1707-A à entrer en contact avec l’épiderme de la cible vont administrer un agent paralysant à action rapide par leurs pièces buccales.2 Chaque spécimen va ensuite chercher à creuser l’épiderme de l'hôte afin de se sustenter, avant de s’ancrer dans le derme de l’hôte. Le reste de la colonie va alors suivre les premiers spécimens, et consommer approximativement 20 cm² de peau par seconde jusqu’à ce que l’épiderme entier de la cible ai été remplacé par une couche dense de SCP-1707. Ce processus peut être interrompu uniquement par la destruction de parties non implantées de la colonie.

Une fois établie sur un hôte, SCP-1707 ne démontre pas d’effet secondaires anormaux. Pour l’hôte, des effets secondaires physiques comme l’accroissement des besoins nutritionnels et l’augmentation des risques d’infections transdermiques se manifestent comme on pourrait l'attendre. Ces facteurs tendent à réduire grandement l’espérance de vie de l’hôte. Cependant, dans des conditions contrôlées, des colonies implantées de SCP-1707 peuvent être gardées vivantes et en bonne santé pendant de longues durées.

Lors de la mort d’un hôte, SCP-1707 entre dans une phase reproductive, consommant rapidement les tissus mous du cadavre. Durant cette étape, les spécimens SCP-1707-A vont se reproduire d’une manière similaire à celle de l’espèce ressemblante connue, bien qu’à un rythme grandement accéléré. Le processus conduit à une croissance de la colonie d’environ un facteur trois. Ce faisant, la nouvelle itération est capable de s’attacher à des hôtes plus grands.

Au moment de l’écriture de ce rapport, plusieurs colonies sont conservées :

SCP-1707-0 et SCP-1707-1 : Deux (2) cochons domestiques
SCP-1707-2 : Un (1) Cerf de Virginie
SCP-1707-3 : Un (1) Buffle d’Afrique
SCP-1707-4 : Un (1) Rat Brun
SCP-1707-5 : Un (1) Humain, anciennement Agent ████ █████, infecté par SCP-1707 lors de la découverte et le confinement initiaux.
SCP-1707-6-XXIV : Un (1) Humain, membre du personnel de Classe-D, infecté lors d’une procédure de reconfinement.

Il n’y a aucun moyen connu de guérir ou d’atténuer une infection d’un hôte humain par SCP-1707. Tous les essais d’ablation d’une colonie ont résulté en la mort du sujet dans les cinq (5) heures suivantes, sans que les traitements médicaux employés pour y pallier ne montrent d'effets. La cause de ce décès inévitable est actuellement le sujet de l’étude en cours.3

Note : Due aux effets psychologiques de l’infection d’un hôte humain par une colonie de SCP-1707, tous les hôtes humains doivent être surveillés en permanence pour réduire les risques d’une élimination non autorisée.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License