SCP-1686
notation: +6+x

Objet # : SCP-1686

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : La zone comprenant SCP-1686 est considérée comme une extension du Site de Recherche 27 et doit être fermée à la circulation civile sous le prétexte qu’il s’agisse d’un terrain d’entraînement militaire. Si une ou plusieurs personnes non-autorisées sont découvertes dans la zone de SCP-1686, celles-ci doivent être détenues et interrogées selon le Protocole de Sécurité des Opérations sur Site Large 52-A.

Le périmètre de SCP-1686 doit être constamment surveillé par des membres du personnel de sécurité du Site 27, via cent vingt (120) caméras WFOV installées tout autour de la zone, ainsi que par l’imagerie fournie par le satellite dédié au Site, le Satellite 219-F. Un examen de la zone doit être effectué de façon hebdomadaire par les membres du personnel, en utilisant des véhicules sur les routes construites pour cet usage.

Dans le cas d’une activation de SCP-1686, tout le personnel de la zone doit rester sur le Site. Après la période d’activation, des équipes de recherche et de récupération doivent être déployées sur la zone couverte par SCP-1686 afin de récolter tout matériau organique produit par l’effet de SCP-1686. Ces matériaux doivent être répertoriés et examinés à l’intérieur du Site. Tout matériau de nature anormale doit être conservé pour étude, et tout matériau non-anormal doit être incinéré dans le Site.

Révision : 10/09/10 : Dans le cas où des matériaux non-biologiques seraient produits par SCP-1686, ceux-ci doivent être conservés pour étude en accord avec le Protocole 11-A des Objets Extra-Dimensionnels.

Description : SCP-1686 est une portion de terre d’approximativement sept-cent cinquante (750) kilomètres carrés, située dans le Comté de ██████, dans le Dakota du Sud. La topographie physique de la zone est constituée de plateaux herbeux et n’est pas de nature anormale. La faune et la flore de la région ne présentent pas non plus de propriétés anormales, bien que les niveaux de population animale dans la zone soit inférieurs à ceux des environs. La zone est actuellement inhabitée, à l’exception du personnel de la Fondation qui surveille le phénomène et s’occupe des recherches en biologie.

Une fois tous les vingt (20) à cinquante (50) jours, SCP-1686 entre dans un état actif. Au cours de cette période, des cumulonimbus vont se former au-dessus du terrain de SCP-1686, recouvrant généralement soixante (60) % de la zone totale. Ces nuages vont tourner au-dessus de SCP-1686 dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (vus d’au-dessus) et n’ont jamais été observés hors de la zone de SCP-1686. Lorsqu’ils ont atteint un développement normalement associé avec la production de précipitations liquides, ces nuages vont commencer à produire, via un mécanisme inconnu, un grand nombre d’organismes marins. Ces entités, principalement constituées de poissons et d’autres organismes aquatiques (voir l’Addendum SCP-1686-1), tombent ensuite normalement sur le sol. On estime qu’approximativement quatre-vingt treize (93) % de tous les organismes produits par SCP-1686 sont vivants au moment de leur production, bien que très peu survivent lorsqu’ils heurtent le sol. Les organismes qui survivent au voyage décèdent généralement peu après.

Les nuages produits au-dessus de SCP-1686 se dissipent généralement après une période de cinq (5) à sept (7) heures, même s’ils ont parfois persisté pendant une semaine. Lorsqu’il n’est pas dans un état actif, SCP-1686 ne présente aucune propriété inhabituelle, bien que les débris des organismes tombés à terre restent dans la zone pendant une période normale avant de se décomposer.

Addendum 1686-1 : Il a été noté que certains des organismes produits par SCP-1686 possèdent des propriétés inhabituelles et une physiologie ne correspondant pas à celle des espèces répertoriées dans les océans terrestres. Ces organismes comprennent, entre autres :

  • des Thunnus albacares (thon albacore) avec une nageoire dorsale très allongée (jusqu’à six (6) mètres) , et possédant une structure cartilagineuse particulièrement flexible,
  • des Caspiomyzon wagneri (lamproie de la mer Caspienne) dont la longueur excède sept (7) mètres,
  • une espèce inconnue de crustacé présentant des similarités avec les Nephropidae (homards) et les Conidae (coquillages cônes), capable de produire une substance chimique qui, lorsqu’elle est ingérée par un sujet humain, déclenche de vives hallucinations suivies d'une mort par hémorragie cérébrale seize (16) heures plus tard,
  • un spécimen de Carassius auratus auratus (poisson rouge commun) possédant trois (3) paires supplémentaires de nageoires dorsales avec une structure osseuse et musculaire développée, ainsi qu’un cervelet beaucoup plus gros que la normale (région cérébrale associée aux fonctions motrices),
  • un banc de près de trois cent vingt mille (320 000) minuscules Istiophorus albicans (Voilier de l’Atlantique), chacun mesurant approximativement trois (3) centimètres de long,
  • une espèce non-identifiée d’organisme marin prédateur, de classification taxonomique indéterminée, d’apparence similaire à une gigantesque Amanita muscaria (amanite tue-mouches), possédant un siphon faisant office de propulseur, ainsi qu’une série d’excroissances en forme de bulbes servant apparemment de système de navigation.

Addendum 1686-3 : 07/07/79 : Une espèce auparavant inconnue de champignon a colonisé une large portion de prairie dans la zone confinée ; on suppose qu’elle est originaire d’un organisme produit par SCP-1686. Des indices montrent qu’elle devait se trouver, à l’origine, dans la muqueuse d’un organisme non-identifié se nourrissant de plancton, d’apparence similaire à une Scyliorhinidae (roussette). L’infestation se poursuivit jusqu’à recouvrir une zone d’approximativement trois (3) kilomètres carrés au cours d’une période de vingt-trois (23) heures, pendant une averse. Les équipes de confinement parvinrent à mettre un terme à l’infestation après plusieurs tentatives. Des échantillons du champignon ont été conservées pour étude.

Addendum 1686-4 : 05/06/86 : Une forte augmentation de la proportion de Selachimorpha (requins) produits par SCP-1686 par rapport aux autres groupes a été rapportée. Les organismes présentent des anomalies similaires à celles présentes dans des spécimens précédemment récoltés, avec une taille souvent supérieure à la normale.

Addendum 1686-7 : 10/12/97 : Premier cas observé d’organisme mammifère produit par SCP-1686. L’organisme est génétiquement similaire à une Balaena mysticetus (baleine boréale). Des dégâts importants ont été subis par le centre de recherche suite à la collision. Histoire de couverture transmise aux tours de contrôle locales, disant qu’il s’agissait d’une expérience militaire portant sur des tests balistiques visant des cibles énormes. La reconstruction et l’extension du Site de Recherche 27 doivent désormais être souterraines, et une re-localisation doit être effectuée en fonction.

Addendum 1686-10 : 10/09/10 : Un grand navire (approx. trente (30) mètres de long), apparemment maritime, a été observé en train de tomber des cumulonimbus formés au-dessus de SCP-1686. Le navire a été en grande partie détruit par l’impact, mais les enregistrements vidéo et les examens indiquent que sa structure n’est pas cohérente avec un modèle de navire utilisé par quelque culture connue que ce soit, passée ou présente. Les échantillons récoltés indiquent également que les matériaux utilisés pour construire le navire, supposés être des structures fongiques très dures, ne correspondent à aucun matériau connu non plus. Un renforcement des protections des bâtiments du Site a été recommandée et est en attente de validation en cours (12/09/10).

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License