SCP-165-FR

Objet no : SCP-165-FR

Niveau de menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-165-FR est confiné dans l’antenne valaisane du Site Mayim, dans une cellule dotée de rochers, d’un mur d’escalade et de cordes pour l’enrichissement et une meilleure compréhension de l’anomalie, et d’un étang régulièrement alimenté de poissons vivants. La cellule doit être surveillée par des caméras et par deux gardes. La température à l’intérieur ne doit pas dépasser les 15 degrés. Dans le cas où la température dépasse les 15 degrés, l’entité doit être transportée dans une chambre froide, sous la surveillance des médecins du site. L’entité ayant peur du feu, il est déconseillé de fumer ou de cuisiner au gaz devant elle.
Avant d’entrer dans la cellule, pour nettoyage ou pour tests, le personnel doit neutraliser l’entité avec des armes étourdissantes. Du matériel de dessin, de peinture et de maquillage sont autorisés dans la cellule. Après les tests, le personnel entré dans la cellule doit vérifier s’ils ont encore toutes leurs affaires dans leurs poches. Dans le cas d’une brèche de confinement, des gardes équipés d’armes paralysantes et/ou étourdissantes doivent être envoyés pour pouvoir arrêter efficacement l’entité. Regarder au plafond est fortement conseillé par tout le personnel du site pour pouvoir éviter des attaques soudaines.

Lorsqu’il ne rompt pas son confinement, SCP-165-FR est régulièrement vu en train d’escalader les murs de sa cellule. Bien que le plafond ait été renforcé, cela est considéré comme un comportement normal. Deux fois par jour, du poisson cru (deux ou trois en fonction de leur taille) sont introduits dans la cellule afin de permettre à l’entité de se nourrir. Dans le cas de décès de Classe D, les cadavres peuvent être fournis à l’entité.

Lors des tests, la présence d’un psychologue, le docteur Selina Maudruz, et du vétérinaire du site, le docteur Floriane Darbellay, est requise afin de comprendre les expressions et gestes de l’entité. Le personnel assigné à SCP-165-FR doit savoir parler allemand ou utiliser un traducteur.

Description : SCP-165-FR est un humanoïde présentant une pilosité abondante et un prognathisme1 marqué. La largeur du bassin et la présence de mamelles indique une appartenance au sexe féminin. L'anomalie a des cheveux blancs, des yeux noirs, et mesure un mètre 56 pour un poids de 42 kilos au moment de la rédaction du rapport (30 kilos lors de sa capture). L’entité présente des membres anormalement longs et musclés, bien que plutôt minces, qui lui permettent de grimper sur tous types de parois, même les plus lisses. Ses griffes sont très aiguisées et lui servent à trouer les murs pour y créer des prises auxquelles s’accrocher pour grimper.

L’entité présente une brûlure sur la moitié droite du visage, qu’elle cache sous ses cheveux ou du maquillage. Il semble que cette brûlure ait provoqué des blessures oculaires, son œil droit étant aveugle. Il est aussi à noter que l’entité a trois doigts manquants (deux à la main droite, un à la main gauche). Au moment de sa récupération, elle portait un uniforme de secouriste en montagne. Le corps d’un sauveteur de la station de ski de Zermatt (Haut-Valais) a été retrouvé nu et à moitié dévoré quelques jours plus tard.

SCP-165-FR ne comprend aucune forme de langage humain et s’exprime par gestes, dessins et sifflements similaires à ceux des chats.

Mise à jour : Le capitaine Planieri a découvert fortuitement que l’entité comprend approximativement l’allemand, même si elle a des difficultés à le parler et déforme les mots. Elle sait dire des mots relatifs à la nourriture, ainsi que “bonjour” et “au revoir”, qu’elle prononce “Gutag” (Guten Tag) et “Auviderse” (Auf Wiedersehen). Lui apprendre l’allemand et ensuite le français a été proposé par le docteur Selina Maudruz et la requête est en attente d’approbation de la part du Comité d’Éthique et du docteur Parmelin.

Le régime alimentaire de SCP-165-FR se compose de souris, oiseaux et animaux sauvages qu’il trouve en montagne, avec une prédilection particulière pour le poisson, qu’elle attrape à mains nues dans l’étang de sa cellule lorsque le personnel du site Mayim ne lui en fournit pas. Ceci est considéré comme normal et faisait apparemment déjà partie du régime alimentaire de l’entité avant son confinement. Cependant, elle n’hésite pas à manger de la chair humaine lorsqu’elle en a l’occasion : lors de son confinement initial dans la Zone 33 et pendant une brèche de confinement, SCP-165-FR a tué et mangé un membre du personnel de Classe-D. Cela s’est de nouveau vérifié lorsque les docteurs Maudruz et Darbellay ont essayé de lui donner des cadavres de Classe D. Ce type de nourriture a ensuite été interdit par le Comité d’Éthique pour des raisons éthiques basées sur le respect des corps humains. SCP-165-FR ne semble pas comprendre les réactions négatives du personnel à le voir manger des cadavres humains.

SCP-165-FR n’est pas sociable ni coopératif envers le personnel et refuse la plupart du temps le contact physique si ce n’est pas pour manger. En cas de contact physique non désiré et prolongé, SCP-165-FR s’éloigne et dans certains cas, il fuit en grimpant aux murs. Dans les cas les plus extrêmes, il lui arrive de manger la personne avec laquelle il est en contact. Une intervention des gardes avec des fléchettes hypodermiques remplies d’anesthésiant est nécessaire si l’entité de ne se calme pas d’elle-même. En dehors de ces événements, l’anomalie fait preuve d’une intelligence entre l’humain et le singe. Elle observe le personnel durant les tests, ou les rondes des gardes, et a réussi durant ses nombreuses brèches de confinement à voler beaucoup de choses sans se faire remarquer. Ci-joint une liste non exhaustive du matériel dérobé :

  • Plusieurs outils aux techniciens (repris)
  • Brosse à cheveux et maquillage au docteur Maudruz (a pu les garder)
  • Poisson dans les cuisines (jamais retrouvés, le personnel suppose que l’entité les a mangés)
  • Des skis à la FIM-X (retrouvés cassés dans la cellule et assemblés en une sculpture)
  • Les lunettes de soleil du docteur Darbellay (reprises)

Après avoir volé du maquillage et une brosse à cheveux au docteur Maudruz, SCP-165-FR a été vu plusieurs fois se peignant les cheveux et utilisant les fards à paupières et les rouges à lèvres volés pour se peindre le visage et les mains, avec une préférence pour le bleu, le vert et le violet. L’entité se regarde dans l’eau pour ce faire, ce qui indique qu’elle réussit le test du miroir et qu’elle est donc consciente d'elle-même. Elle se maquille en particulier la partie brûlée du visage, essayant d’imiter la façon du docteur Darbellay de se maquiller.

SCP-165-FR sait où se trouve certaines caméras du site et en se déplaçant accrochée au plafond, elle peut accéder à certaines des parties de la structure, sans pouvoir les ouvrir toutes, car elle ne dispose pas de badges et lorsqu’elle en vole, elle ne sait pas comment s’en servir.
Au vu de son caractère non coopératif, SCP-165-FR s’approche peu du personnel ou tente d’attaquer s’il se sent menacé ou que le personnel continue ses tentatives d’approche. Cependant, elle semble avoir confiance en les docteurs Maudruz et Darbellay et accepte d’approcher lorsque du poisson lui a été donné au préalable.

SCP-165-FR supporte mal les températures élevées et a plusieurs fois perdu connaissance lorsque la température dépassait les 20 degrés. L’entité a également peur du feu et des liquides bouillants. Le docteur Darbellay suppose que cela est dû à la brûlure que l’entité a au visage.

SCP-165-FR a été observé plusieurs fois chassant des humains lors des brèches de confinement. Il grimpe au plafond et s’y accroche avec ses griffes acérées, attend qu’arrive un membre du personnel arrive et se laisse tomber du plafond sur lui, l’attrape et le mord au cou avec ses dents très pointues, lui perforant la carotide avant de le manger. Il a été remarqué que l’entité n’a pas assez de force pour emporter les cadavres dans cellule et les consomme sur place. L’entité mange aussi les os, en suçant l’intérieur grâce à une langue anormalement longue pour un humanoïde. La rapidité à laquelle elle dévore un cadavre varie entre ██ et ███ minutes. Il est à noter qu’après avoir mangé un être humain, SCP-165-FR refuse de manger pendant environ deux jours, probablement pour pouvoir digérer totalement sa proie.

Découverte : SCP-165-FR a été découvert en décembre 2017 à la frontière entre le Haut-Valais (Suisse) et la Vallée d’Aoste (Italie) après la découverte de plusieurs cadavres nus et à moitié dévorés de skieurs et d’un sauveteur en montagne portés disparus. Des témoins disaient avoir vu “un genre de démon avec des membres disproportionnés”. Le site Mayim a mené une opération conjointe avec la FIM-X Consequentia Glacialis pour capturer SCP-165-FR. L’entité a attaqué et fait quatre victimes avant d’être capturée et confinée au site Mayim. L’opération a été camouflée en attaque d’ours. Pour plus de détails, voir les addenda suivants.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License