SCP-156
notation: +1+x
SCP-156.jpg

Note: Un groupe de SCP-156.

Objet #: SCP-156

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Quand il n'est pas utilisé pour des expériences, SCP-156 doit être conservé dans l'unité de stockage réfrigéré 19c. Les sujets infectés par SCP-156 doivent être entravés et surveillés pour leur propre sécurité. Entre le 21 septembre et le 21 mars, les sujets infectés doivent être placés dans une unité de stockage sécurisé à moins que l'expérience à laquelle ils participent ne nécessite un autre traitement. Les deux installations de stockage doivent être sous surveillance vidéo. L'élimination et l'autopsie des membres du personnel de classe D assignés à SCP-156 doivent être ajournées au-delà du 21 mars. Sauf instruction donnée par un membre du personnel de niveau 3, la consommation de SCP-156 n'est autorisée que pour les membres du personnel de classe D.

Description : SCP-156 est un ensemble comprenant exactement 181 arilles de grenadier commun. Le nombre d'instances de SCP-156 est constant. Lorsque l'une d'entre elles est ingérée ou détruite, elle est instantanément remplacée par une nouvelle entité au sein du plus grand groupe d'entités contigües. Cela mis à part, les entités peuvent être déplacées sans problème. Après avoir été séparée du groupe (c.-à-d. après qu'elle ne touche plus aucune autre instance), l'instance se décomposera normalement, après quoi une nouvelle instance apparaîtra. Si les 181 instances sont détruites simultanément, elles réapparaîtront toutes aléatoirement à l'emplacement d'une des arilles détruites. Jusqu'à présent, les tentatives visant à mesurer le délai d'apparition à l'aide d'une caméra à grande vitesse ont échoué.

Les sujets ayant ingéré SCP-156 entre le 21 mars et le 20 septembre ne montrent aucun signe d'infection avant le 21 septembre à midi, date à laquelle toutes leurs fonctions vitales cesseront brusquement. Un effet similaire est observé immédiatement lorsque SCP-156 est ingéré après le 21 septembre. Bien que les sujets soient techniquement morts, les examens post mortem ont été incapables de révéler la cause du décès. Les sujets semblent avoir été en parfaite santé, exception faite d'affections préexistantes. Durant leur "mort", les sujets ne montrent aucun signe de décomposition, bien que des ecchymoses et des cicatrices évoquant des marques de torture fassent leur apparition sur les corps de plusieurs d'entre eux. Si la majorité des sujets présente ces blessures, certains sont épargnés, et aucun modèle fiable n'a pu être établi pour prédire si un sujet sera affecté ou non. Les sujets infectés restent dans cet état dormant jusqu'au 21 mars, à midi, date à laquelle leurs fonctions vitales redémarrent. Les sujets ont peu de souvenirs de cette période. La plupart des sujets ignorent complètement qu'il s'est écoulé du temps depuis leur mort apparente, mais certains disent se rappeler d'un visage d'homme pâle et d'un grenadier flétri.

Les sujets continuent de mourir et de revenir à la vie tous les ans, respectivement le 21 septembre et le 21 mars, jusqu'à ce qu'ils meurent d'une autre cause. La réanimation n'opère que sur les morts dues à l'ingestion de SCP-156.

Après avoir subi un seul cycle de mort-réanimation, les sujets commencent à présenter des niveaux de stress et de paranoïa élevés à l'approche du 21 septembre, et ce même s'ils ignorent l'existence du cycle. De plus, les sujets prendront des précautions extrêmes pour éviter tout risque ou danger pour leur personne, même s'ils présentaient des comportements à risque avant l'ingestion de SCP-156. Ces symptômes psychologiques se renforcent avec la succession des cycles mort-réanimation. Parallèlement, les symptômes physiques durant la phase dormante s'intensifient chez ceux qui y sont sujets. Les blessures physiques finiront par imiter des brûlures et des piqûres. Plusieurs sujets développent une phobie des chiens et des plantes mortes après 3 à 5 cycles. Après plusieurs morts causées par SCP-156, les tissus oculaires d'un certain nombre de sujets commencent à se nécroser. Ces tissus ne se régénèrent pas avec le reste du corps. Après la dixième réanimation, les fonctions vitales des sujets redémarrent mais les sujets restent souvent inconscients, dans un état comateux. Le cycle de mort et de réanimation se répète tous les ans même après que le sujet a atteint cette étape.

SCP-156 a été porté à l'attention de la Fondation après un incident à ████████, en Grèce, lors duquel ██ personnes sont mortes le 21 septembre 19██ sans raison apparente. Le Fondation a été impliquée lorsque des habitants locaux ont rapporté le retour au printemps de plusieurs des morts qui avaient été placés dans des tombeaux hors sol. Après interrogatoire, il s'est avéré que les sujets avaient tous participé à une fête chez une certaine A█████ K█████, qui avait été enterrée, et qui a été retrouvée asphyxiée dans son cercueil. SCP-156 a été découvert dans la maison, frais malgré les six mois qui s'étaient écoulés depuis l'incident. Les tests sur des sujets de classe D ont commencé le ██ août 19██. D-E15624, le premier sujet de test, est mort le 2█ septembre 19██ et a été autopsié. La cause de la mort n'a pas pu être déterminée. Le sujet a été laissé sous surveillance dans un entrepôt. Le 2█ mars 19██, le sujet a montré des signes d'activité cérébrale, et son cœur a recommencé à battre malgré les graves dégâts subis par son corps lors de l'autopsie. D-E15624 est mort peu après sans avoir repris connaissance. Le statut de SCP a été attribué aux arilles, et des tests sur le long terme ont été ordonnés.

Source : SCP-156 | Auteur original : OresthinOresthin

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License