SCP-1555
notation: +4+x
mountain.jpg

Extérieur de SCP-1555, avec canon visible. Au moment où cette photo a été prise, le canon était sensiblement plus long que d’habitude. Cliquez pour agrandir.

Objet # : SCP-1555

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Un périmètre de cinquante (50) kilomètres établi autour de SCP-1555 doit être classé comme une réserve naturelle en accord avec la Charte de Protection des Espèces en Voie de Disparition des États-Unis, compte tenu du fait qu’il s’agit d’un lieu contenant l’une des dernières populations de mulots de Robertson. Comme le terrain entourant SCP-1555 est très accidenté, aucune patrouille de garde n’est nécessaire ; une grille et une maison de garde (déguisée en station de recherche pour des scientifiques étudiant la faune locale) doivent être maintenus sur la route d’accès. Les bruits émis par SCP-1555 doivent être attribués au tonnerre, à des avions survolant la zone ou à des phénomènes climatiques en altitude par les équipes de désinformation de la Fondation. La Force D’intervention Gamma-29 ("Les Vieux Sages de la Montagne") est assignée à l’exploration de la surface extérieure de SCP-1555 et à la récupération des spécimens. L’exploration de l’intérieur de SCP-1555 doit être exclusivement conduite via des sondes ou des membres du personnel de Classe-D.

Description : SCP-1555 est un bâtiment d’origine inconnue installé dans des tunnels situés sous un pic rocheux anonyme dans le Parc National de ████████. Il semble occuper presque la totalité de l’intérieur de la montagne, et s’étend en dessous du niveau de la mer sur une distance inconnue. Les relevés sismiques et les scanners ont permis de mesurer les limites externes du bâtiment, bien que son agencement interne semble se modifier régulièrement (dans des proportions très limitées). Une entrée existe, mais toutes les tentatives visant à explorer le SCP ont échoué, avec pour conséquence la perte d’un Agent de la Fondation (l’Agent Harris), d’une Force D’intervention Mobile (FIM Epsilon-12, "Ingénieurs du Bâtiment" – voir le Rapport Audio/Télémétrique Epsilon-12-1555), et de ██ membres du personnel de Classe D.

door.jpg

La seule entrée connue en surface de SCP-1555. Cliquez pour agrandir.

La structure des tunnels de SCP-1555 (désignés SCP-1555-1) culmine au niveau du sommet de la montagne ; en haut de la structure (à environ vingt (20) mètres du sommet), un tube d’acier orienté au nord-est dépasse de la montagne sur une longueur d’environ trois (3) mètres selon un angle de vingt-sept (27) degrés par rapport à l’horizontale. Le tube possède un champ de tir de 1:20 et ressemble, de part sa construction, au canon d’un obusier de cent cinquante-cinq (155) millimètres. Il a été observé que le tube change parfois de forme ; une observation du tube au microscope pendant la transformation indique que des cristaux de fer apparaissent à la surface du tube sans que leur source soit visible. Les transformations prennent généralement la forme d’une embouchure de canon différente ou d’un dispositif de recul, bien que d’autres types d'ajouts aient pu être observés. Ces ajouts ne restent en place que pendant un seul tir, et disparaissent peu après de la même façon qu’ils sont apparus.

SCP-1555, à un intervalle irrégulier (jamais supérieur à dix (10) jours entre chaque évènement), lance un projectile (désigné SCP-1555-2) depuis le tube. L’obus est habituellement projeté à une vitesse standard pour un obusier de cent cinquante-cinq (155) millimètres, mais des variations ont été rapportées. Dans presque tous les cas, l’obus atterrit, intact, dans une vallée située à six (6) kilomètres au nord-est du SCP et libère entre cinq (5) et seize (16) mulots de Robertson, désignés SCP-1555-3. Dans la majorité des cas, ces mulots sont impossibles à distinguer de mulots de Robertson sauvages (Apodemus robertsonii), et la répartition des sexes est de 50/50. Les mulots présentent des variations génétiques normales la plupart du temps, bien qu’environ quinze pour cent (15 %) des obus contiennent des mulots au génome identique. Après que les mulots ont été relâchés, l’obus (dans la plupart des cas) rouille et tombe en poussière en l’espace de deux (2) heures.


Voir également : Rapport audio télémetrique epsilon-12-1555
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License