SCP-1467
notation: +2+x
wall.JPG

SCP-1467 à son arrivée au Site-19, en 2008.

Objet# : SCP-1467

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1467 doit être confiné dans une cellule capitonnée avec pas moins de trois (3) enregistreurs audio installés aux murs. SCP-1467 doit être autorisé à utiliser ces enregistreurs comme bon lui semble. Pendant ses phases de sommeil, les appareils doivent rejouer les enregistrements en mémoire de façon répétée. Les batteries doivent être remplacées toutes les semaines. Le traitement médical de SCP-1467 est défini par le document 23-A et SCP-1467 doit effectuer une session avec un thérapeute une fois par semaine. Le personnel doit toujours désigner SCP-1467, lorsqu'il est présent, par “M. Smith”, puisque l'appeler ou l’interpeler par tout autre nom le plonge dans un état de panique et/ou de rage. Suite à de tels événements, SCP-1467 ainsi que plusieurs membres du personnel de recherche ont été blessés et les tentatives d'interroger le sujet et de stabiliser son état mental se sont révélées beaucoup plus difficiles. Le personnel de la Fondation désireux de rendre visite ou employer SCP-1467 dans le cadre d'expérimentations nécessite une autorisation expresse du thérapeute qui lui est actuellement assigné. Dans l'éventualité d'une brèche du confinement, l'exécution immédiate de SCP-1467 est autorisée. Les enregistrements audio de SCP-1467 doivent être analysés tous les mois et au moins six sauvegardes doivent être conservées en des lieux différents en permanence.

Description : SCP-1467 est un homme d'ascendance noir-américaine, âgé de 47 ans. À moins de constamment réaffirmer son existence, SCP-1467 s'efface lentement de la réalité. Cette disparition consiste en une diminution progressive de la capacité à percevoir SCP-1467 par tout moyen connu, jusqu'à ce qu'il finisse par s'évanouir. À noter que cela affecte également les objets et le personnel à proximité immédiate de SCP-1467. La Fondation n'est pas parvenu à déterminer quelles sont les limites de cet effet à un degré satisfaisant, mais les informations expérimentales actuelles suggèrent qu'il est limité à SCP-1467. Le sujet affirme qu'il est un ouvrier du bâtiment. Il affirme également que ses propriétés anormales ont apparu de façon progressive après la mort de sa femme et ses enfants dans un accident de voiture.

Pendant ce temps, SCP-1467 a développé plusieurs techniques de compensation pour garder sa lente disparition sous un minimum de contrôle : des habitudes telles que répéter son nom, vérifier son rythme cardiaque, continuer de parler aux autres, dessiner et écrire des descriptions de lui-même sur son corps et des surfaces à proximité et conserver des enregistrements de sa voix joués pendant qu'il dormait. Présentement, la Fondation n'a trouvé aucune preuve de l'existence de la femme, des enfants, de la maison, de la voiture ou de la famille éloignée évoqués par le sujet. Aucun accident de voiture dans la région désignée par le sujet n'a été signalé à la date indiquée, aucune tombe n'a été trouvée, l'adresse fournie par le sujet n'a jamais été utilisée et tous les numéros de sécurité sociale concernés n'ont pas été assignés, suite à ce qui semble être une erreur informatique.

La seule preuve de l'existence de SCP-1467 consiste en quelques collègues de travail qui se rappellent de lui, mais les témoignages varient fortement. Par exemple, ██████ ████████, un ouvrier du bâtiment, l'a décrit comme un “ami proche” sans être capable de se souvenir de la couleur de peau du sujet avec certitude. En conséquence de l'important stress subi par le sujet, il a développé une dépression bipolaire sévère à laquelle s'ajoute une insomnie chronique. Ses propriétés anormales continuent de s'aggraver. Les estimations actuelles de la Fondation suggèrent que SCP-1467 aura disparu d'ici ██/██/20██.

Addendum-1 : Veuillez noter que les procédures de confinement requièrent de désigner SCP-1467 par “M. Smith” en sa présence, uniquement à cause de son état psychologique instable. En toute autre occasion, le sujet doit être désigné par sa classification SCP. Il a été remarqué que le personnel affecté à SCP-1467 ne respectait pas cette directive. Tout manquement sera dorénavant sévèrement réprimandé. Restez professionnels. - Directeur ██████.

Journal d'expérimentation

Expérimentation n°16 :
Procédure expérimentale : SCP-1467 a été physiquement restreint et on l'a empêché de parler. Les assistants de recherche Reiner et Dieter se trouvaient dans la pièce et observaient continuellement le sujet. Dr. Thorns a supervisé le test d'une pièce voisine.
Date : ██/██/████.
Résultats :
0:10:12. Incapables de reconnaître le sujet comme étant SCP-1467.
0:14:32. Incapables de reconnaître les vêtements de SCP-1467.
0:19:07. Incapables d'identifier la complexion de SCP-1467.
0:24:00. Incapables d'identifier ce que SCP-1467 est en train de faire.
0:35:46. Incapables d'identifier par quel moyen SCP-1467 s'assied.
0:39:41. Incapables d'identifier quoi que ce soit, sinon la présence d'une créature humanoïde dans la pièce.
À ce moment, l'assistant de recherche Dieter a démarré un enregistrement de SCP-1467 se décrivant lui-même. Le sujet est revenu à un état descriptible, recroquevillé en position fœtale sur le sol. Aucune trace des moyens de contention physique sur la chaise ou utilisés sur le sujet. Les tests suivants ont présenté des résultats similaires, avec des variations mineures rapport au temps requis pour qu'ils se manifestent, qui tend à diminuer.
Conclusion : Il semblerait que le problème de SCP-1467 empire lentement et qu'il peut affecter d'autres individus en plus de lui-même. - Dr. Thorns.

Expérimentation n°19 :
Procédure expérimentale : L'expérience n°16 a été répétée. Au moment où la perception de SCP-1467 se résume à une créature humanoïde, les assistants de recherche ont été remplacés par deux membres du personnel de Classe D ayant déjà fait partie d'expériences avec des SCP. Ces deux membres du personnel de Classe D seront ci-dessous désignés par D-1 et D-2.
Date : ██/██/████.
Résultats :
Le personnel de Classe D est agité dès qu'ils perçoivent à moitié de la créature. D-1 gratte à la porte tandis que D-2 ne quitte pas des yeux ce qu'il reste de SCP-1467. La conversation suivante a été enregistrée :


Assistant Reiner : Décrivez ce que vous voyez, s'il vous plaît.
D-1 : [Juron supprimé], laissez-nous sortir !
D-2 : Je sais pas… Il y a… C'est… Il y a quelque chose ici ! J'arrive pas à le voir.
Assistant Reiner: Comment savez-vous qu'il y a quelque chose avec vous ?
D-2 : [Jurons supprimés.]
Assistant Reiner: Comment savez-vous qu'il y a quelque chose avec vous ?
D-2 : Je peux le sentir ! Mec, ça a disparu ! Fais les ouvrir cette [juron supprimé] de porte !
D-1 : J'essaie ! J'essaie !
Assistant Reiner : Restez calme, s'il vous plaît.
D-2 : Ça nous veut du mal ! J'vous dit que ça veut nous tuer !


À ce moment, D-2 a commencé à crier et D-1 à pleurer. Un enregistrement de SCP-1467 se décrivant lui-même a été joué et du personnel armé est entré dans la pièce. D-1 était recroquevillé en position fœtale à l'entrée et D-2 a été trouvé allongé par terre, un peu plus loin, inconscient et il a d'abord été confondu avec SCP-1467. SCP-1467 n'a d'abord pas été localisé, mais après environ 3 minutes et 19 secondes, a été trouvé collé au mur le plus éloigné, la tête prise dans ses mains, souffrant apparemment d'un accès de panique.
Conclusion : Est-ce que l'effet est contagieux ou est-ce qu'il… irradie brutalement de lui-même tout autour ? - Dr. Thorns.

Expérimentation n°20 :
Procédure expérimentale : Afin de définir si les propriétés de SCP-1467 sont contagieuses ou non, et si oui, dans quelle mesure, un (1) Classe D sera affecté à la cellule de SCP-1467 pour une période de trois semaines. Après cette période, le Classe D sera retiré et gardé en observation pendant une semaine. Le Classe D sélectionné est un homme non-violent de 27 ans, désigné par D-17321.
Date : ██/██/████.
Résultats : D-17321 a été libéré et exécuté sans qu'aucune propriété anormale ne se manifeste. Le thérapeute a rapporté une amélioration de la lucidité et du calme de SCP-1467 pendant cette période, puis un déclin par la suite. SCP-1467 a montré des signes d'inquiétude et a demandé de façon répété des informations sur le statut actuel de D-17321.
Conclusion : Non-concluant. Nous n'avons pas ordonné à D-17321 d'ignorer SCP-1467, et bien qu'ils aient été méfiants l'un envers l'autre la première semaine, ils semblent avoir formé un lien modéré à la fin de l'expérimentation. Expérimentation supplémentaire recommandée. - Dr. Thorns.

Expérimentation n°21 :
Procédure expérimentale : Le Classe D sélectionné est un homme non-violent de 32 ans, désigné par D-9452. D-9452 a reçu l'ordre strict d'ignorer SCP-1467.
Date : ██/██/████.
Résultats : Après approximativement quinze minutes, SCP-1467 agresse physiquement D-9452, qui a alors cassé le nez de SCP-1467. Les sujets ont été maîtrisés par les gardes. Expérimentation annulée. Le thérapeute rapporte une amélioration de l'état mental de SCP-1467.
Conclusion : Échec. J'ai franchement du mal à voir comment est-ce qu'il aurait pu réaffirmer l'existence de SCP-1467 plus fort. Apparemment, la “non-violence” des Classe D a ses limites, c'est quand SCP-1467 les bouscule et les harcèle physiquement. - Dr. Thorns.

Expérimentation n°22 :
Procédure expérimentale : Sous prétexte de chercher un traitement, on a convaincu SCP-1467 de coopérer dans le cadre de l'expérimentation. Le Classe D sélectionné est une femme non-violente de 37 ans, désignée par D-361. Le Classe D n'a pas reçu d'ordres spécifiques quant à ses interactions avec SCP-1467.
Date : ██/██/████.
Résultats : Après deux semaines et quatre jours, D-361 a disparu. Nous ne pouvons affirmer, présentement, si elle a contracté les propriétés anormales de SCP-1467, si elle les a seulement subi ou si elle s'est échappée du site. Aucun enregistrement ne semble avoir été contaminé et il apparaît qu'elle a disparu tandis que SCP-1467 dormait. SCP-1467 resta sans réaction pendant environ un jour après sa disparition, répétant seulement qu'il « ne voulait pas partir » tout en s'infligeant des égratignures sur les bras et les jambes. SCP-1467 resta craintif et les interactions avec lui difficiles.
Conclusion : À cause de la pression imposée à SCP-1467 par les tests, alors qu'il est déjà très stressé, et la nature apparemment très locale de ses propriétés anormales, cette séquence d'expérimentations a été suspendue. - Dr. Thorns.

Fin du journal d'expérimentation.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License