SCP-146
notation: +2+x
SCP-146.jpg

Note: Les photos de SCP-146 se sont révélées inoffensives.

Objet #: SCP-146

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Les procédures de confinement ont été revues lorsqu'il est devenu évident que les précédentes procédures augmentaient les effets de SCP-146 dans des proportions dangereuses (une benne de stockage sécurisé standard, d'un demi (0.5) mètre cube). La benne doit cependant rester disponible afin de permettre aux chercheurs d'effectuer des tests impliquant SCP-146 à haute puissance. Tout membre du personnel désirant enfermer ou couvrir SCP-146 pour une période de plus de deux jours doit disposer d'une autorisation de niveau 3.

En dehors des tests, SCP-146 doit être posé sur un piédestal en marbre dans sa pièce de confinement, située [DONNÉES SUPPRIMÉES]. La pièce dans laquelle SCP-146 est habituellement entreposé doit mesurer au moins vingt (20) mètres carrés, avoir des murs stuqués et un plafond peint pour ressembler au ciel d'une journée dégagée. La pièce doit rester bien éclairée (l'équivalent d'une belle journée) en permanence, équipée d'un assortiment de plantes en pot (qui doivent être entretenues quotidiennement) et décorée dans le style de la République romaine tardive (120-80 av. JC.). Des expériences menées dans différents styles d'intérieur ont montré que SCP-146 semble préférer celui-ci, et que ses préférences esthétiques concordent avec celles de l'aristocratie romaine de cette époque. Bien que ce confinement soit celui en vigueur actuellement, tout chercheur de niveau 2 ou plus peut conduire des expériences avec des conditions de confinement différentes afin de modifier les effets de SCP-146.

Bien que SCP-146 soit immobile, et ne requière donc intrinsèquement que peu de sécurité, les membres du personnel entrant dans la zone de confinement ou manipulant l'objet ne doivent pas croiser son regard. Toute tentative visant à couvrir SCP-146 afin d'éviter son regard est interdite, cet acte augmentant les effets de SCP-146 de manière imprévisible. En général, après un (1) jour couvert ou enfermé, SCP-146 sautera la phase initiale de ses effets, et commencera par les souvenirs les plus traumatisants. Après trois (3) jours, SCP-146 s'est avéré capable de produire ses effets sans avoir besoin d'être d'abord regardé dans les yeux. Après sept (7) jours, les effets de SCP-146 sont plus puissants et s'étendent au delà du champ de vision de l'objet. Des chercheurs présents dans une pièce voisine ont été affectés, et l'un d'entre eux a été [DONNÉES CENSURÉES] de manière permanente. Les expériences au delà de sept (7) jours sont interdites sur ordre de O5-█.

Description : SCP-146 est une tête de bronze creuse, qui faisait apparemment partie d'un buste ou d'une statue complète, et qui représente une jeune femme couronnée, ou peut être un jeune homme efféminé. La tête présente d'importantes quantités de vert-de-gris sur une grande partie de sa surface. La couronne de SCP-146 est incrustée de décorations en argent, et ses yeux (source apparente des effets de SCP-146) sont en argent martelé, et polis pour être légèrement réfléchissants. A ce jour, SCP-146 n'a montré aucun signe de mouvement, mais ses réactions face à certaines décorations de sa zone de confinement indiquent un certain degré de perception, voire une véritable conscience. Si SCP-146 est capable de communiquer, il ne l'a pas encore montré.

SCP-146 montre une capacité à accéder et à rappeler certains souvenirs chez les sujets qui croisent son regard. Ces souvenirs sont généralement accompagnés d'un sentiment de honte ou de culpabilité chez le sujet. Après qu'un premier contact visuel a eu lieu, la présence du sujet dans le champ de vision de SCP-146 suffit à accentuer l'intensité des souvenirs et des sentiments qui y sont associés, même si soutenir son regard accélère le processus.

Lorsque le regard du sujet croise pour la première fois celui de SCP-146, des souvenirs d'événements récents vont commencer à lui revenir. Par exemple, des sujets qui ont ignoré un ami dans le hall, ou qui ont dépassé la limite de vitesse s'en souviendront, et commenceront à se sentir légèrement coupables, indépendamment de leur préoccupation pour ce genre d'événement en temps normal. Si l'exposition au regard de SCP-146 se poursuit, le sujet commencera à se souvenir d'événements plus anciens de manière plus précise, avec une augmentation conséquente de la sensation de honte. En général, après trente (30) minutes d'exposition, les souvenirs vont passer de l'état remémorations précises à celui d'hallucinations intenses, le sujet devenant incapable de distinguer le passé du présent ou le réel de l’imaginaire. La personnalité des sujets a aussi montré des signes de régression, en particulier chez les sujets chez lesquels des souvenirs d’épisodes traumatisants ayant eu lieu pendant l'enfance ont été ramenés. Les sujets de tests exposés plus de trente (30) minutes devraient être attachés, tant pour leur propre sécurité que pour celle des autres. A ce jour, tous les sujets exposés à SCP-146 pendant soixante (60) minutes s'enferment dans leurs hallucinations; jusqu'à aujourd'hui, aucun sujet de ce type n'a pu être tiré de cet état catatonique et ramené à la conscience. De tels sujets doivent être nourris par intraveineuse et ne répondent à aucun stimulus extérieur autrement que par des murmures occasionnels cohérents avec leur régression.

Il a également été noté que lorsque les sujets se rappellent d'un événement honteux, ils vont souvent se sentir obligés de se racheter pour les actes concernés. Ce n'est généralement pas un problème dans le cas d'offenses mineures, et a dans certains cas permis de renforcer l'unité entre membres du personnel. Cependant, des problèmes apparaissent lorsque le sujet ne peut se racheter, que ce soit parce que la victime n'est pas joignable, ou parce que la faute est irréparable. Parfois, le sujet redoublera d'effort afin de "contrebalancer" sa culpabilité. Cependant, dans la plupart des cas, le sujet plonge dans une profonde dépression et/ou a recours à des formes d'auto punition comprenant l'auto mutilation et le suicide. Pour plus de détails, veuillez vous référer aux rapport d'expériences attachés.

SCP-146 a été récupéré chez Mr. ████ ███████ à Birmingham, en Angleterre. Mr. ████ ███████ a acquis SCP-146 au cours d'un vente de biens d'un philanthrope renommé et récemment décédé, ████████ ██████████, Lord de █████████████. L'objet a été acheté dans un lot comprenant de nombreux autres artefacts, pour la somme de █████£. Quand Mr. ███████ a commencé à ressentir les effets de SCP-146, il a commencé à consulter un psychiatre, l'agent sous couverture UA33-56G. Mr. ███████ a été placé dans une institution et SCP-146 a été confié aux soins de la Fondation. Les notes de UA33-56G concernant l'état mental de Mr. ███████ sont disponibles pour étude pour les chercheurs de Niveau 2 ou plus, sous la référence Document SCP-146-A.


Rapport d'expérience #146-01
Afin de calibrer une base pour les effets de SCP-146, une pièce d'interrogatoire standard de quatre (4) mètres par quatre (4) a été séparée en deux par un rideau opaque. SCP-146 a été placé dans une boîte de protection en plexiglas posée sur une table, d'un côté du rideau. De l'autre côté du rideau, le sujet de test D-044323 était entravé de manière à regarder directement la position de SCP-146. Les chercheurs communiquaient de manière continue avec le sujet via un intercom tout au long du processus de test.

Le rideau fut baissé, amenant le sujet à regarder SCP-146 directement dans les yeux. Le sujet a immédiatement exprimé son inconfort et a fermé les yeux. Son rythme cardiaque a augmenté de 15 bpm. Sur demande, le sujet a raconté les souvenirs dont il se rappelait, en commençant par des troubles mineurs du comportement. Le sujet relate ensuite plusieurs altercations avec d'autres prisonniers avant son embauche par la Fondation, incluant en particulier une description imagée de [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Les chercheurs ont noté qu'à mesure que le temps passait, le sujet devenait de plus en plus coopératif, et que sa façon de s'exprimer se modifiait et rappelait celle d'une personne sous thérapie par hypnose.

Après quinze (15) minutes, le sujet a commencé à éprouver des troubles de l'élocution, et son EEG ressemblait à celui d'une personne qui ferait un rêve intense. Le sujet a commencé un demi dialogue au cours duquel il tenta de briser ses liens. Après plusieurs minutes, le sujet cessa de se débattre et se mit à pleurer. Il commença, apparemment, à implorer quelqu'un dans son hallucination : "Stop. Reprenez le. Je ne le referai plus. Je suis désolé. Je ne veux pas. Plus. Stop… s'il vous plaît…" Ce comportement a continué jusqu'à ce que le sujet cesse de s'exprimer et que son EEG concorde avec celui d'une personne dans le coma, après cinquante quatre (54) minutes d'exposition. Après une nouvelle heure, aucun effet supplémentaire n'a été observé. Le sujet a été retiré de la salle et euthanasié. L'autopsie de son cerveau a révélé des niveaux anormaux de █████████ et de █████-███████, que le Dr. █████████, neurologue, a décrit comme révélateurs de [DONNÉES SUPPRIMÉES].

(NOTE : A cette époque, SCP-146 était conservé parmi d'autres artefacts achetés à la vente, car l'effet n'était pas attribué à SCP-146 seul. Je suppose que ce confinement était assez proche du confinement "favorable", et qu'il a maintenu la puissance de SCP-146 à son niveau de base. -Professeur Skali █████████)

Rapport d'expérience #146-04
La première expérience conduite après qu'il fut déterminé que SCP-146 n'était constitué que de la tête en bronze a eu lieu alors que SCP-146 avait été conservé dans une benne de stockage standard d'un demi (0,5) mètre cube, dans laquelle il était resté durant deux (2) jours. Le sujet de test D-044784 et SCP-146 ont été placés de part et d'autre d'une salle d'interrogatoire standard, comme lors des précédentes expériences. Le sujet était entravé comme lors des précédentes expériences. Lorsque le rideau fut baissé, le sujet a rapporté un mal de tête immédiat, et s'est mis à pleurer. Le rythme cardiaque du sujet est monté à 180 bpm, avant de tomber rapidement à 40 bpm, suite à quoi le sujet a perdu connaissance. Le personnel médical est entré dans la pièce et a commencé à examiner le sujet, qui a alors repris connaissance. Son rythme cardiaque est remonté à 175 bpm. Le sujet a violemment lutté contre ses entraves, et a rapidement été en mesure de libérer son bras droit, en l'endommageant fortement, ainsi que sa main. L'auxiliaire médical D. █████████ a été blessé lorsque le sujet l'a frappé pour récupérer son kit de premier secours. Le sujet a ensuite été en mesure d'attraper un petit scalpel et de le planter dans son cou avant que les gardes ne puissent reprendre le contrôle de la situation. Le personnel médical a administré les premiers secours, mais le sujet est décédé durant les opérations chirurgicales d'urgence du fait de la perte de sang.

(NOTE: Après plusieurs incidents similaires, il a été déterminé que les facultés de SCP-146 étaient affectées par les moyens employés pour son confinement. Toute personne souhaitant entreprendre des recherches doit tenir compte de cela, car une exposition accidentelle, même brève, peut s'avérer dangereuse. -Professeur Skali █████████)

Source : SCP-146 | Auteur original : Skali SharpnoseSkali Sharpnose

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License