SCP-1433
notation: 0+x
433.jpg

SCP-1433, tel qu’il est rangé.

Objet # : SCP-1433

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Une unique copie de SCP-1433 doit être conservée dans un coffre ignifugé dans les archives du Site 72. Tout appareil non sécurisé permettant de lire une cassette audio est interdit sur le Site. Aucun membre du personnel n’est autorisé à écouter SCP-1433, exceptés les membres du personnel de Classe D choisis comme sujets de test ; les tests en question doivent être réalisés dans une pièce totalement insonorisée.

La Fondation doit contrôler tous les moyens physiques et digitaux de distribution audio afin de vérifier qu’aucun enregistrement ne présente des propriétés similaires à celles de SCP-1433. Tout autre enregistrement présentant ce type d’effet doit être confisqué et détruit, et toute personne affectée doit être éliminée ou enrôlée en tant que membre du personnel de Classe-D.

Description : SCP-1433 est un enregistrement d’un artiste inconnu jouant 4'33", un morceau musical d’avant-garde composé à l’origine en 1952 par le musicien John Cage. La seule copie connue de SCP-1433 est actuellement confinée sur une cassette audio d’un type largement répandu dans les années 1980. L’enregistrement est présent sur les deux faces de la cassette. Lorsque celui-ci est placé dans n’importe quel dispositif permettant de lire une cassette et que celui-ci est mis en marche, l’enregistrement est diffusé dans son intégralité à un volume constant de 30 dB, quel que soit le réglage du volume sur l’appareil. Toute tentative d’arrêter la diffusion de SCP-1433 en stoppant, mettant en pause ou débranchant l’appareil a jusqu’ici été inefficace ; seul le fait de déconnecter le lecteur de ses haut-parleurs s’est avéré efficace. Toutes les copies de SCP-1433 présentent les mêmes propriétés anormales que l’enregistrement audio, et ce quel que soit le système de stockage utilisé.

Comme pour la version originale de 4'33'', l’enregistrement débute par les bruits que fait l’artiste en s’asseyant sur un tabouret et en refermant le couvercle d’un piano. Après trente-trois (33) secondes, que l’artiste compte au moyen d’un chronomètre, le couvercle est de nouveau ouvert puis refermé. Cette action est répétée après deux (2) minutes et quarante (40) secondes. Après une (1) minute et vingt (20) secondes de plus, l’artiste ouvre le couvercle une dernière fois, se lève, puis s’éloigne. Les seuls autres bruits présents sur l’enregistrement sont la respiration de l’artiste, le son de pages de partitions que l’on tourne, ainsi que des bruits imprévus probablement émis par le public.

Les résultats d’EEG de personnes écoutant SCP-1433 montrent une activité électrique atypique, communément associée à une amnésie antérograde et à une agnosie musicale. Les personnes écoutant SCP-1433 rapportent entendre une voix masculine grave parler brièvement après la seconde fermeture du couvercle. Les analyses acoustiques de SCP-1433 n’ont pas permis d’identifier cette voix sur l’enregistrement d’origine. Les descriptions des paroles prononcées par la voix ne sont pas identiques, et peu de personnes exposées ont rapporté avoir entendu la même phrase. En revanche, toutes les personnes exposées à SCP-1433 rapportent que la voix est masculine et prononce une phrase unique, en anglais, véhiculant en général un sentiment nihiliste, et faisant référence à la musique populaire anglaise du 20° ou du 21° siècle. Les rapports mentionnent que les phrases prononcées par la voix incluent :

  • "The words of the prophets are written on the subway walls."1
  • "I don't believe in the Beatles."2
  • "It's better to burn out than to fade away."3
  • "There is no dark side of the moon, really; matter of fact, it's all dark."4
  • "Not a word was spoken, the church bells all were broken."5
  • "It's all been done, it's all been done, it's all been done before."6
  • "Et maintenant, on est cool ?"

Suite à l’exposition à SCP-1433, les sujets présentent des symptômes d’un handicap psychologique similaire à de l’amusie ; l’individu est complètement incapable de reconnaître, entendre ou ressentir toute forme de musique rythmée, qu’elle soit chantée, parlée, jouée sur des instruments physiques ou synthétisés, ou diffusée grâce à un enregistrement. Les personnes affectées ont déclaré qu’elles étaient complètement incapables d’entendre toute musique jouée ou diffusée en leur présence, y compris lorsque l’instrument sur lequel celle-ci est jouée se trouve dans leur champ de vision et qu’elles ont conscience qu’une musique devrait être audible. Les enregistrements EEG réalisés sur des personnes affectées de la sorte montrent une absence d’activité cérébrale dans la région détectant habituellement certains signaux auditifs. Cet état est permanent et n’est apparemment pas affecté par l’administration d’un Amnésique. En dehors des troubles psychologiques chroniques indus par le fait de ne plus percevoir de musique, aucun autre effet à long terme de l’exposition à SCP-1433 n’a pu être noté.

Addendum : Le ██/██/20██, un test fut réalisé sur D-85702, un homme caucasien de soixante-sept (67) ans, qui fut exposé à SCP-1433. Au cours des tests suivants, D-85702 rapporta qu’il était toujours capable d’entendre de la musique du genre hip-hop lorsqu’on la lui diffusait. Dans une interview ultérieure, D-85702 exprima un fort dégoût pour le rap et le hip-hop, déclarant que c’était "juste du foutu bruit", que "ça ne compt[ait] pas comme de la vraie musique", et qu’il était incapable d’entendre les parties de ces chansons qui avaient été "samplées" d’une chanson existante d’un autre genre musical. Une hypothèse veut que l’amusie induite par SCP-1433 a un rapport avec la notion que la personne affectée a du concept de "musique". D’autres tests ont été estimés nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License