SCP-1427
rating: +1+x
Ryugyong_Hotel_._August_27._2011_.Cropped.jpg

Complexe de confinement de SCP-1427, Pyongyang, RPDC, Vue extérieure

Objet # : SCP-1427

Classe : Keter

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1427 doit être confiné sur place au Centre d'Opérations de Confinement Ryugyong ("COCR"), dirigé par la Fondation en partenariat avec l'Armée Populaire de Corée ("APC"). En raison des effets de l'artéfact, le personnel de la Fondation ne doit pas entrer en RPDC, approcher à moins de 130 km de la zone d'exclusion de SCP-1427, ou tenter d'interagir directement avec l'objet lui-même. Le personnel de la Fondation doit procurer un soutien éloigné au personnel de la RPDC sur place. En aucun cas le personnel de la Fondation ne doit tenter de dissuader le personnel de confinement de l'APC d'opinions incorrectes ou inhabituelles concernant la nature de leur devoir en RPDC ou la nature de leur gouvernement national.

Les traits de personnalités de soumission à l'autorité assurant une immunité conditionnelle au signal émis par l'artéfact, les membres du personnel de la Fondation assignés à la surveillance hors-site doivent remplir les critères de tests psychologiques suivants :

  • Degré de Conformité à l'Expérience Standardisée de Milgram : >71
  • Degré d'Ouverture IPIP1 : <39
  • Degré de Soumission à l'Autorité RWA2 : >17
  • Degré de Conventionnalisme RWA : >31

À ce jour, seuls trois gouvernements nationaux possèdent des citoyens avec un conditionnement permettant le confinement de SCP-1427 : la République du Turkménistan, la République de l'Union du Myanmar et la République Populaire Démocratique de Corée ("RPDC"). Des trois zones de confinement possibles, des enjeux politiques font de la Corée du Nord le seul gouvernement permettant un confinement à long terme. Par conséquent, tout associé de la Fondation intégré aux états membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies ne doit prendre aucune mesure tendant à déstabiliser la RPDC, promouvoir la démocratisation ou permettre l'entrée d'étrangers non-psychologiquement conformes dans la zone rouge de 600 mètres encerclant le complexe Ryugyong. En cas de démocratisation, de déstabilisation ou de guerre nucléaire, les liaisons intergouvernementales de la Fondation doivent tenter de transférer l'objet dans un site secondaire de confinement prédéfinit.

Dans le cas où aucun site secondaire de confinement n'est disponible, le site primaire de confinement et ses environs doivent être thermiquement stérilisés, sans faire usage de la force nucléaire et au mépris du risque de victimes civiles. En usant des techniques actuellement disponibles, la stérilisation thermique de Pyongyang et de ses environs présente un risque de 91 % de brèche de confinement. Les prévisions indiquent qu'une brèche de confinement catastrophique constituera un événement de Classe-EK, résultant en l'extinction de toute la conscience humaine en approximativement 215 jours.

Description : SCP-1427 est une stèle monolithique en bronze-béryllium de 14 m x 2 m x 2 m. Bien qu'initialement découvert dans un état inactif, l'artéfact produit actuellement une pulsation électromagnétique directionnelle toutes les 7 ns. Perturber ou brouiller la pulsation réduit mais n'élimine pas les effets primaires de l'artéfact. Il a été théorisé que les effets électromagnétiques sont porteurs, ou effets secondaires, de la fonction primaire du système.

Les cibles sont aléatoirement sélectionnées parmi les 20 736 (12^4) sujets humains les plus proches, ignorant ceux présentant déjà les effets de la pulsation, mais incluant ceux qui y sont immunisés. Le système ne semble pas avoir de portée effective maximum : à plusieurs occasions, le système a manifesté la capacité d'émettre au-delà de l'horizon jusqu'à des sujets autrement occultés en déviant son signal par l'ionosphère terrestre. Les moyens pour l'artéfact de détecter la conscience humaine et le mécanisme sous-jacent causant ses effets sont actuellement inconnus.

Dès la réception du signal, les sujets éprouvent une influençabilité accrue permanente, aboulie sévère, et perte de mémoire à court terme. Ces effets sont secondaires à l'effet primaire de l'artéfact, qui est une réduction conséquente du signal préfrontal SQ2. Grâce aux informations obtenues de SCP-███, les chercheurs de la Fondation pensent actuellement que ce signal SQ2 réduit correspond à une réduction significative ou à une destruction totale de la conscience subjective du sujet. Les traits de personnalité de soumission modérée à l'autorité assurent une immunité conditionnelle aux effets de l'émission ; par conséquent, depuis son activation, les protocoles de confinement exigent un placement dans des zones à haute densité de population sujettes à des gouvernements totalitaires.

SCP-1427 a été initialement récupéré dans un monastère Cistercien dans le Sud-Est de l'Algérie par les forces spéciales Italiennes en janvier 1938. Les notes de laboratoire de cette période mentionnent un revêtement extérieur en carbure de rhodium, estampé de lettrages dans un alphabet Sémitique connu mais pauvrement caractérisé. Ce revêtement extérieur est présumé détruit ou perdu par les chercheurs Italiens avant le transfert de l'objet à Leipzig en 1944. Entre 1938 et 1944, les gouvernements allemand et italien ont tenté d'activer l'artéfact, les deux sans succès. Immédiatement après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l'objet était gardé sous la surveillance de l'Allemagne de l'Est. Le gouvernement Est-Allemand n'a pris aucune mesure connue à l'égard de l'artéfact.

En 1947, le gouvernement Est-Allemand transféra SCP-1427 sous contrôle Soviétique, qui l'a déplacé à Kychtym, dans l'Oblast de Tcheliabinsk en URSS. En Septembre 1957, les chercheurs Soviétiques ont intentionnellement activé SCP-1427. Bien que l'artéfact affectait des cibles humaines dans ses environs immédiats, les caractéristiques existantes du gouvernement Soviétique empêchèrent la fin de Classe-EK de la conscience humaine. Après avoir tenté une stérilisation nucléaire de la zone affectée, le gouvernement Soviétique a contacté la Fondation par des liaisons intergouvernementales et l'artéfact fut transféré sous la garde de la Fondation au site 67, au Sud-Ouest de Tchernihiv en Ukraine. Depuis son confinement initial, l'artéfact n'a été transféré qu'une seule fois : en 1986, à cause de l'instabilité prédite dans le gouvernement Soviétique, l'artéfact fut transféré en République Populaire Démocratique de Corée.

Peu après, la Fondation commença la construction du Complexe de Confinement Ryugyong, où l'objet a été gardé depuis son achèvement en 1988.

Addenda :

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License