SCP-1405
notation: +3+x
1405

SCP-1405 dans sa "pose" inactive

Objet # : SCP-1405

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1405 doit être conservé dans une cellule standard pour animal de grande taille une cellule de haute sécurité au Site de Recherche Biologique 13. La climatisation et l'éclairage de la cellule doivent imiter les conditions météorologiques moyennes du printemps ou du début de l'été du Midwest d'Amérique du Nord, ainsi qu'incorporer un cycle jour/nuit. La cellule doit comporter une végétation correspondant à une forêt à feuilles caduques d'Amérique du Nord, incluant plusieurs arbres permettant à SCP-1405 de se nourrir comme l'animal réel devrait le faire à l'état sauvage. Les matières végétales doivent comporter un supplément quotidien de 25 kg de fourrage frais de bonne qualité et une source d'eau potable. Des friandises hebdomadaires sous la forme de 5 kg de plantes en plastique ou en tissu peuvent aussi être fournies à l'objet en guise de récompense pour bonne conduite.

SCP-1405 doit être observé par une série de caméras de surveillance en circuit fermé en toutes circonstances. Les interactions avec le personnel ne sont actuellement autorisées que dans le cadre des repas et du nettoyage, afin d'éviter toute détresse chez le sujet. Tout autre accès doit être approuvé par le Dr Haury, vétérinaire du site.

Ajout aux Procédures de Confinement : Bien que SCP-1405 lui-même soit considéré comme un sujet à faible risque, suite à l'Incident 13-1405a (voir le Rapport d'Incident ci-dessous), le sujet doit être immédiatement relocalisé dans une zone de confinement de haute sécurité afin de réduire le risque d'une brèche de confinement par des forces extérieures. La sécurité du Bio-Site 13 doit être immédiatement renforcée, aussi bien dans la zone de confinement de SCP-1405 que dans le périmètre de l'ensemble du Site. Des caméras de surveillance supplémentaires doivent être installées sur les murs extérieurs de la zone de confinement, et les vidéos de surveillance doivent être contrôlées en toutes circonstances (voir les mises à jour des protocoles des Sites de Confinement à Faible Sécurité). Tout changement dans le comportement de SCP-1405 doit être enregistré et immédiatement rapporté à l'Agent McComb ou au chef de la sécurité.

Description : SCP-1405 est une maquette grandeur nature d'un paresseux terrestre géant du genre Megalonyx, d'une qualité similaire à celle d'une reconstitution visible dans un musée. Le sujet mesure 2,9 mètres au garrot lorsqu'il se tient sur ses pattes arrières, et pèse plus de 350 kg.

Dans son état inactif (ou camouflé), SCP-1405 ressemble à une maquette normale : les rayons x indiquent que l'objet est principalement composé de résine plastique moulée sur une armature métallique interne.

Les propriétés anormales du sujet ne deviennent évidentes que lorsque celui-ci reste immobile pendant une durée variable (généralement de 6 à 8 heures, mais pouvant aller de 45 minutes à 4 semaines). S'il n'est pas déplacé ou dérangé au cours de cette période, SCP-1405 va entrer dans sa phase active et commencer à se déplacer dans la pièce où il se trouve, en dépit du fait que sa structure ne comporte ni musculature, ni organes internes, ni même d'articulations. Les poils récupérés par le personnel d'entretien sont principalement constitués de fibre synthétique, mais un petit nombre d'entre eux (moins d'1%) sont des poils de mammifère dont l'ADN mitochondrial est proche de celui des paresseux modernes.

Le comportement de l'objet en état actif est comparable à la fois à celui des paresseux actuels et plus généralement à celui d'un grand herbivore. La majorité de son temps est consacrée au broutage de la végétation de son enclos, mais l'objet a également pu être observé dormant dans un nid construit au sol dans un coin reculé de l'enclos, frottant ou griffant des arbres, et jouant avec divers objets. L'examen de vidéos en haute définition montre des muscles bougeant sous un épiderme flexible et des mouvements de poitrine correspondant à une respiration, suggérant que l'objet traverse de considérables modifications morphologiques entre son état actif et inactif.

SCP-1405 consomme de la végétation à une vitesse correspondant à d'autres mammifères de sa taille, mais ne produit pas de déjections. L'objet préfère une alimentation d'herbivore, mais est capable de consommer de la viande, du bois, du plastique, du plâtre, et des morceaux de métal capables de tenir dans sa bouche. La manière dont l'objet métabolise sa nourriture est inconnue, et dans sa phase inactive, celui-ci ne semble pas avoir besoin de nourriture, d'oxygène, ou de sommeil. L'objet montre une préférence pour les plantes artificielles décoratives, ce qui semble avoir été la base de son alimentation avant d'entrer en possession de la Fondation.

Lorsqu'il est effrayé ou surpris, SCP-1405 retourne instantanément à son état inactif, prenant une "pose" assis sur ses pattes postérieures et levant une de ses pattes avant. L'objet semble capable de maintenir cet état indéfiniment, et ne réagit à aucun stimuli, y compris des blessures physiques. SCP-1405 garde cependant en mémoire les évènements se produisant pendant son état inactif : après le retrait d'échantillons de sa structure et autres tests conséquents, celui-ci demeure inactif plus longtemps que d'ordinaire et se comporte de manière agitée et nerveuse après être revenu à son état actif. L'objet peut potentiellement s'avérer destructeur s'il est agité, et celui-ci a occasionnellement endommagé sa cellule en tentant de briser le confinement. Pour cette raison, tout contact humain non-nécessaire a été suspendu jusqu'à nouvel ordre. Lorsque l'objet est actif, les dommages causés lors de son état inactif guérissent trois fois plus rapidement.

Rapport de Récupération : SCP-1405 a été initialement découvert exposé dans un grand diorama au Musée d'Histoire Naturelle de ████ ████ en 1992, dans la pose que l'objet adopte lorsque celui-ci est inactif. L'inventaire du musée indique que la sculpture d'origine avait été réalisée en 1978 par Alicia Mayberry, une artiste fréquemment employée par le musée. Aucune autre œuvre de l'artiste ne présente d'anomalie.

SCP-1405 était exposé depuis douze ans, et n'a présenté aucune anomalie au cours de cette période. L'objet a été porté à l'attention de la Fondation lorsque l'Agent McComb, infiltré au Département de Police de ██████, répondit à des rapports concernant des actes de vandalisme répétés au Musée d'Histoire Naturelle de ████ ████. En mai 1992, les portes du musée furent retrouvées forcées, comme si un objet massif propulsé à grande vitesse les avait heurtées. SCP-1405 lui-même était également très endommagé, et présentait notamment de longues éraflures irrégulières sur le dos et la tête, de larges zones sans poils, et plusieurs griffes et dents cassées. Il fut réparé et remis à son emplacement d'origine.

Des taches séchées d'un liquide transparent et collant, décrites par la police comme une sorte de colle, furent également retrouvées sur la porte, dans le hall d'accueil du musée et à proximité du diorama du sujet. Aucun test n'a été effectué sur le liquide, mais l'examen des photos de la scène indique que la disposition des taches est similaire à ce à quoi l'on pourrait s'attendre s'il s'agissait de sang perdu par un grand animal blessé.

Approximativement une fois tous les trois mois par la suite, les employés découvraient que toute la végétation artificielle décorant le diorama de SCP-1405 avait perdu ses feuilles. SCP-1405 lui-même semblait se détériorer rapidement au niveau des griffes et des dents, et perdait régulièrement de larges quantités de son faux pelage en dépit de restaurations répétées. L'Agent McComb contacta la Fondation, et SCP-1405 fut retiré de l'exposition et placé dans une cellule de confinement standard du Site-19. Les caméras de surveillance l'observèrent en état actif pour la première fois trois semaines après son arrivée, moment auquel il fut reclassé en tant qu'organisme vivant et transféré au Bio-Site 13.

Addendum A : Le Dr Haury a noté que les dommages récurrents subis par SCP-1405 lorsque celui-ci était exposé dans le musée (perte de poils, dégradation des dents et des griffes, etc) correspondaient à des symptômes de malnutrition chronique et d'espace vital insuffisant chez un grand mammifère, et que son comportement en état actif correspondait à celui observé chez des animaux de zoo ou de cirque subissant de mauvais traitements à long terme. Ces symptômes n'ont pas été observés depuis que les procédures actuelles de confinement ont été adoptées.

Addendum B : Des plans visant à habituer graduellement SCP-1405 aux interactions avec des êtres humains ont été approuvés en mai 2011, lorsque le sujet a été observé retournant à son état actif seulement dix minutes après que le personnel d'entretien ait quitté sa cellule. SCP-1405 est, depuis, plusieurs fois retourné à un état actif alors qu'un chercheur se trouvait dans la cellule de confinement, à condition que ledit chercheur reste immobile et silencieux, et est récemment resté actif alors que le personnel d'entretien était présent. On espère qu'habituer SCP-1405 à la présence humaine pourra permettre des recherches plus poussées sur son fonctionnement en état actif, ainsi, potentiellement, qu'une occasion d'étudier le comportement d'une espèce préhistorique.

Document 1405-1 : Notes Supplémentaires du Dr Haury, vétérinaire du Site

Les procédures de confinement actuelles de SCP-1405 donnent l'impression que le sujet est une sorte de statue qui s'anime périodiquement. Personnellement, je ne cautionne actuellement plus cette interprétation. Les évènements qui ont porté SCP-1405 à notre attention, ainsi que sa capacité à altérer considérablement sa physiologie entre son état actif et son état inactif, suggèrent pour moi que nous n'avons pas affaire à une sculpture magique de paresseux : ce que nous avons là est une entité distincte, qui a considéré qu'une sculpture représentant un paresseux était une cachette pratique. Cette hypothèse soulève la question du fait que l'entité ait choisi un paresseux, et s'il serait possible de la convaincre d'entrer dans d'autres objets afin de les animer. Peut-être un objet qui ne mangerait pas 200 kg de foin par semaine. —Dr Haury

Rapport d'Incident 13-1405a : A 1h25 le 13 décembre 2012, le mur extérieur nord de la cellule de confinement de SCP-1405 subit un impact violent à grande vitesse venant d'un objet non-identifié. L'objet possédait une masse et une vitesse d'impact suffisantes pour écraser le mur de briques extérieur et déformer le mur d'acier intérieur, bien que la cellule en elle-même n'ait pas été ouverte lors de l'impact. Les murs extérieurs présentaient de multiple et profondes marques de griffures évoquant celles laissées par un ours ou un prédateur de taille similaire.

Les caméras de sécurité du périmètre n'enregistrèrent aucun objet ou personne entrant dans l'enceinte du bâtiment. Une déchirure verticale dans le grillage situé au sud-ouest du périmètre fut découverte suite à l'incident : les mailles semblaient avoir été coupées à l'aide d'un couteau ou d'un objet similairement affûté. Une caméra extérieure située à proximité de la cellule de confinement de SCP-1405 enregistra l'impact et les dommages causés au bâtiment, mais l'objet causant ces dommages n'est lui-même pas visible sur l'enregistrement. Cette caméra ainsi que celles situées dans la cellule de SCP-1405 enregistrèrent des raclements et des grattements pendant quatre minutes après l'impact.

Pendant approximativement 24 heures suite à l'incident, SCP-1405 présenta des signes de détresse considérables, marchant constamment en long et en large et refusant de s'alimenter ou de boire. L'objet a été observé fixant intensément le mur nord de sa cellule et émettant des gémissements et des grondements. Deux heures avant l'incident, le sujet était entré dans son état inactif sans provocation apparente le justifiant, placé dos au mur sud, ses pattes avant levées et masquant sa tête, dans la seule déviation connue de sa pose inactive habituelle. Le sujet resta également dans cette position pendant deux semaines après l'incident, et se comporta de manière agitée pendant plusieurs semaines avant de revenir à son état actif habituel.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License