SCP-140
notation: +5+x
open-book.jpg

Une reproduction de SCP-140.

Objet # : SCP-140

Classe : Keter

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-140 ne doit jamais se trouver à moins de quinze (15) mètres de la moindre source d’encre standard, de sang humain, ou d’un autre fluide pouvant être utilisé pour écrire. Toute contamination par du sang ou de l’encre doit être immédiatement signalée. Toute copie de SCP-140 créée durant l’édition initiale doit être trouvée et détruite le plus vite possible. Seul SCP-140 doit être conservé pour étudier, cataloguer, enregistrer et alerter sur l’existence de tout SCP dérivant de son sujet.

SCP-140 est confiné au Site-76, dans une chambre forte scellée contenant un bureau. Actuellement, aucune recherche ne doit être effectuée sur l’exemplaire original de SCP-140 ; les chercheurs souhaitant le lire doivent utiliser des copies préparées à cet effet, ne comportant pas la signature de l’auteur, qui n’ont pas les propriétés de l’original. Dans le cas où une recherche serait approuvée sur l’original, SCP-140 ne doit pas être retiré de la chambre forte, et ses lecteurs ne doivent pas rester en contact avec lui pendant plus de neuf (9) heures. L’accès nécessite une autorisation écrite du chercheur à la tête du département, et ne peut être obtenue qu’à des fins de tests. Un garde armé posté à l’entrée de la chambre forte répondra à toute tentative de vol en ouvrant le feu.

Si n’importe quel membre du personnel commence à montrer des signes d’obsession au sujet de SCP-140 ou des signes de possible contamination mémétique, celui-ci doit se faire administrer un Amnésique de Classe A, se faire implanter de faux souvenirs si nécessaire, puis se faire transférer sur un autre projet. Tout membre du personnel transféré doit être surveillé pour éviter toute rechute.

Description: SCP-140 est livre relié moderne, possédant une reliure noire commune et un nombre inconnu de pages blanches. La jaquette du livre est absente, mais le titre, “Une Chronique des Daevas”, est clairement lisible. La couverture intérieure est signée par l’auteur, dont le nom est indéchiffrable. Le texte est copyrighté de l’année 19██. Un examen attentif révèle qu’il y a beaucoup plus de pages à l’intérieur de la reliure qu’il ne devrait être possible.

Les lecteurs admettent ressentir un malaise, de la paranoïa et d’occasionnelles nausées à la lecture de SCP-140, même si cela peut être expliqué par les sujets traités par l’ouvrage. Malgré cela, la quasi-totalité des lecteurs décrivent SCP-140 comme fascinant, et ils expriment un intérêt continuel, en dépit de son contenu fréquemment dérangeant. Un (1) lecteur sur quinze (15) rapporte sentir une faible odeur de sang séché provenant de SCP-140.

SCP-140 est une chronique détaillée sur une ancienne civilisation originaire du sud de la Sibérie actuelle, nommée les Daevites. Même si, comme toutes les cultures, les Daevites ont évolué et changé avec le temps, il semble y avoir certaines constantes inhabituelles dans leur histoire. Les traditions de la culture Daevite, à toutes les époques, comprennent le militarisme, les conquêtes, la vénération des ancêtres, l’existence de centres urbains dominant une vaste population d’esclaves, et la pratique de sacrifices humains sanglants, ainsi que celle de rituels thaumaturges, apparemment efficaces. De nombreuses reliques et créatures produites par la culture Daevite, si l’on en croit la chronique, auraient été suffisamment anormales ou dangereuses pour justifier à elles seules leur confinement.

Lorsque SCP-140 entre en contact avec un fluide permettant d’écrire ou avec du sang humain, la chronique de l’histoire de la civilisation Daevite s’étend. Le sang humain semble être la substance la plus “puissante”, mais dans tous les cas, la quantité de nouvelles informations ajoutées n’est pas proportionnelle à la quantité de fluide impliquée. Même si ces nouveaux segments contiennent parfois de nouvelles descriptions de rituels, de nouveaux détails culturels, ou de nouvelles illustrations en rapport avec des informations déjà présentes auparavant, ils contiennent plus fréquemment de nouveaux évènements plus récents chroniquant l’histoire de la civilisation Daevite, ou des descriptions de nouveaux individus et artefacts. Les batailles auparavant décrites comme des défaites décisives deviennent de simples revers ; de nouveaux personnages historiques et lieux sont ajoutés. Les archéologues de la Fondation ont déjà découvert des artefacts et des traces de la civilisation Daevite dans les sites et les strates géologiques correspondants, et ce, dans certains cas, dans des sites de fouilles qui avaient déjà été soigneusement explorés.

Même si, à certaines époques, les Daevites étaient une fédération de cités-états, ils semblent être retournés régulièrement à une forme d’impérialisme, mené par une aristocratie théocratique (les “daeva”), thaumaturge et adepte du cannibalisme. Initialement, les chercheurs de la Fondation pensaient que les daeva étaient une caste héréditaire, réutilisant sans cesse les noms d’individus célèbres; cependant, certains indices ajoutés aux évènements du ██-██-20██ suggèrent que les daeva possédaient une longévité anormale, résultant de [SUPPRIME]. Plusieurs chercheurs, notamment le Professeur ███████, ont conclu que les daeva divergeaient tellement des êtres humains modernes qu’il devaient constituer une espèce distincte ; cette conclusion est appuyée par certaines représentations graphiques visibles dans SCP-140 et par [DONNEES SUPPRIMEES].

SCP-140 est remarquablement détaillé comparé aux standards de ce genre de document, et ressemble plus à une biographie qu’à une documentation historique. Il comprend des descriptions scabreuses et macabres de rites sacrificiels, des détails très précis concernant la vie quotidienne ou les champs de bataille, et le récit de la vie de plusieurs individus célèbres, des citations et leur date de naissance. Plus de ███ individus distincts ont été identifiés à ce jour (y compris l’individu désormais appelé SCP-140-A), mais seulement ██ d’entre eux sont clairement déclarés morts.

Des archéologues de la Fondation ont découvert plusieurs sites contenant des ruines cohérentes avec la culture supposée des Daevites dans plusieurs endroits à travers la Sibérie, le nord de l’Iran et la Mongolie. Des artefacts et des traces de conflits inter-culturels et de contacts ont été découverts dans les Carpates (limite maximale à l’ouest), ainsi qu'au nord du Pakistan et de la Chine (limite maximale à l’est). Ces artefacts incluent SCP-███.

Addendum 140a :
SCP-140 fut à l’origine découvert dans le bureau de l’historien décédé ███████ ██████. Le propriétaire précédent fut découvert dans son bureau à l’Université de █████, ayant succombé à des lacérations qu’il s’était auto-infligées sur les deux poignets. Il n’y avait aucune trace du sang de ██████ dans le bureau. Les collègues de ██████ déclarèrent, au cours des interrogatoires, avoir découvert une note écrite à l'encre de la main de ██████, quasiment effacée, à côté de SCP-140. Un Amnésique de Classe A fut administré à tous les témoins et de faux souvenirs leur furent implantés.

La note écrite par ██████ disait :

Il fallait que je sache. Je suis désolé.

Tous les textes situés dans un rayon de quinze (15) mètres, mis à part plusieurs livres ayant trait à l’histoire de la région, avaient été effacés ; les livres restants incluaient des interactions supposées entre la civilisation Daevite et la culture relatée dans le livre, ou des discussions au sujet de l’histoire ou de la culture Daevites. Ces textes ont été confisqués.
Toutes les feuilles imprimées et les formulaires présents sur le bureau étaient vierges. Tous les stylos, tampons encreurs et cartouches d’encre étaient vides.

Addendum 140b :
Malgré le fait que SCP-140 ait été publié au XXème siècle, le ton du livre suggère qu’il s’agit en partie de souvenirs personnels d’évènements, d’individus et de pratiques que l’écrivain inconnu de SCP-140 se remémorerait. Les enquêteurs de la Fondation ont pu retracer la publication de SCP-140 jusqu’à l’imprimerie [DONNEES SUPPRIMEES], qui aurait imprimé un lot de ██ copies, financées à compte d’auteur par un individu aisé nommé ci-après SCP-140-A. La signature de SCP-140-A présente sur le contrat correspond à la signature illisible présente à l’intérieur de SCP-140.

Plus de 4█ copies produites dans ce lot ont été apparemment vidées de toute leur encre par les ██ copies restantes. Actuellement, les Agents de la Fondation ont retrouvé et détruit ██ de ces copies restantes, mais entre █ et ██ sont encore introuvables. Deux expansions de l’histoire Daevite ont été rapportées au cours de périodes où SCP-140 n’a ni été exposé à un fluide, ni retiré de sa chambre forte.

Une enquête et une chasse à l’homme ayant pour cible l’auteur de SCP-140 sont en cours. Dans l’éventualité d’un contact, les Agents ont pour ordre de [DONNEES SUPPRIMEES].

Addendum 140c :
Après avoir étudié SCP-140 et certains objets liés à la civilisation Daevite, des chercheurs de la Fondation ont conclu que, transposée à l’ère moderne, la résurgence d’une civilisation Daevite hostile dans l’Histoire à une date ultérieure à 1███ après JC constituerait une menace grave et peut-être rétroactive pour la Fondation et la civilisation moderne telle que nous la connaissons. Les scénarios les moins alarmants basés sur la résurgence des Daevites à l’époque moderne suggèrent une restructuration de classe CK de la société moderne et un conflit mondial avec des pertes humaines estimées au moins à [SUPPRIME], ainsi que la fin de l’existence secrète de la Fondation.

Addendum 140d :
Le journal de ███████ ██████, retrouvé sur son PC familial à [DONNEES SUPPRIMEES], indiquait qu’à sa première lecture de SCP-140, celui-ci se terminait par la destruction totale de la civilisation Daevite et par le génocide de tous les daeva connus en 2██ avant JC, par l’armée du général chinois Qin Kai. A cause de toutes les brèches de confinement ultérieures, y compris celles mentionnées dans le journal, d’énormes quantités de nouvelles informations ont été ajoutées depuis, décrivant le regroupement des survivants, leur migration vers une région de la Sibérie centrale, la reconstruction de leur empire, et la reprise de leurs progrès technologiques et culturels. Actuellement, l’empire est décrit comme écrasé par Genghis Khan au cours de ses premières conquêtes, malgré le fait que le sort de nombreux personnages importants et de plusieurs villes demeure ambigu. Des archéologues de la Fondation vont être envoyés à [SUPPRIME] pour enquêter sur ce sujet.

Addendum 140e :
Suite à l’incident du ██-██-20██ au site de fouilles [DONNEES SUPPRIMEES] ayant causé plus de ███ victimes, tous les archéologues de la Fondation fouillant des sites suspectés de contenir des ruines ou des artefacts Daevites doivent être accompagnés par une équipe de sécurité armée. SCP-140-1 a été neutralisé. SCP-140-2 n’a pas encore été retrouvé. Tous les artefacts et contacts anormaux encore présents ont été détruits par le tir d’un missile de croisière sur le site de fouilles. L’Agent ██████ a reçu un éloge et a suivi une thérapie pour soigner son stress post-traumatique. Le Dr. ████ a reçu un éloge posthume pour son courage.

L’enquête portant sur l’implication possible de SCP-140-A ou d'un de ses contacts dans les évènements du ██-██-20██ est en cours.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License