SCP-135-FR
notation: +9+x

Objet # : SCP-135-FR

Niveau de menace : Rouge

Classe : Euclide

scp-xxx

SCP-135-FR pris en photo par un touriste dans un musée à [DONNÉES EFFACÉES].

Procédures de confinement spéciales : SCP-135-FR doit être confiné dans une cellule standard de 5x5x3m dans l’Aile des Sûrs du Site Aleph, zone 113-B.
SCP-135-FR ne doit en aucun cas être recouvert par une quelconque surface empêchant d’entrer en contact visuel direct avec lui.
Chaque semaine, un membre du personnel de Classe-D non aveugle doit être envoyé dans la cellule pour établir un contact visuel direct avec l’objet. Le Classe-D devra être immédiatement récupéré et attaché une fois le contact visuel direct établi. En aucun cas le Classe-D ne doit être tué d’une quelconque façon autre que suite aux effets exercés par SCP-135-FR.
Si d’une quelconque façon, SCP-135-FR parvient à briser son confinement, la FIM Force d'Intervention Mobile Eta-10 ("Ne voient pas le Mal") doit être alertée et contacter l’ensemble des contacts de la Fondation liés au monde de l’art afin de relocaliser et de confiner à nouveau l’objet. Si jamais SCP-135-FR affecte des civils, la campagne de désinformation Gémini-29, stipulant que le tableau a dû être retiré pour cause de dégradation de sa peinture menant à la propagation d’hallucinogènes doit être appliquée.

Description : SCP-135-FR est un tableau datant du début du 20ème siècle, voire de la fin du 19ème siècle (détermination de la date de création au carbone 14 impossible dû aux effets de SCP-135-FR), représentant une femme de l’époque.
Tout contact visuel direct d’un être humain avec l’objet déclenchera l’application des effets anormaux de SCP-135-FR.

Le sujet rentré en contact direct avec SCP-135-FR passera par plusieurs phases :

  • Phase 1 – Débute immédiatement après exposition : le sujet va se sentir observé par le tableau, et suivi du regard par celui-ci.
  • Phase 2 – Débute deux jours après exposition : le sujet va commencer à apercevoir des formes semblables au tableau un peu partout : nuages, tâches diverses, etc. Jusqu’ici, l’état psychologique du sujet est stable.
  • Phase 3 – Débute une semaine après exposition : le sujet voit le portrait à la place d’autres portraits ou images représentants des êtres humains. Durant cette phase, de premiers signes de stress et de paranoïa apparaissent chez le sujet.
  • Phase 4 – Débute deux semaines après exposition : le sujet commence à voir le portrait absolument partout : images ne représentant pas des êtres humains, tâches diverses, autres portraits, tout type de supports artistiques, etc. A ce stade, les sujets ont tous montré des signes de démence.
  • Phase 5 – Débute trois semaines après exposition : en plus des symptômes précédents, le sujet aperçoit le visage du portrait y compris sur tous les visages humains qu’il va apercevoir. Les sujets atteignent un état de démence intense.
  • Phase 6 (existence non vérifiée à ce jour) – Débute 25 jours après exposition : il est impossible de savoir ce que les sujets ressentent à ce stade, de par leur incapacité à communiquer et la peur qu'ils éprouvent dès lors qu'un être humain entre dans leur champs de vision. Un changement drastique de leur comportement est tout de même à noter : tous meurent d’une crise cardiaque 30 jours après l’exposition, après 5 jours passés avec une expression de peur fixée sur le visage, et après avoir crié le mot « remarquable » juste avant de s’éteindre. La plupart des enregistrements démontrent des notes de terreur dans la voix des sujets à ce moment précis, ce qui laisse à penser qu’il existe bel et bien une phase 6.

Si les effets de SCP-135-FR ne tuent pas un être humain au moins une fois tous les 30 jours, celui-ci échangera sa place avec celui d’un tableau de maître, si possible en exposition dans un lieu fortement visité.

Toute tentative de recouvrir l’objet s’est soldée également par un transfert entre un autre tableau et SCP-135-FR.

Toute tentative de dégrader le tableau ou d’endommager la toile s’est soldée par la mort par crise cardiaque des Classe-D qui sont intervenus sur la toile.

Bien que la signature de la toile n'ait jamais pu être identifiée clairement, un mot y est inscrit au dos :

« A une femme remarquable. Puisse le monde ne plus jamais vous ignorer, ma chère, et maudire chaque seconde où il vous a délaissé.
Sommes-nous à nos aises, désormais ? »

Addendum : Le portrait serait celui de [DONNÉES EFFACÉES] Hoffman, une femme qui aurait vécu en Russie au début du 20ème siècle.
Selon les informations de la Fondation, elle aurait été servante d’une grande famille de Russes Blancs, et aurait entretenue une relation intime avec un certains [DONNÉES EFFACÉES], peintre itinérant. Elle mourut sans attendre la trentaine, dans des circonstances encore inconnues.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License