SCP-1325
notation: +2+x
truffle_eggs.png

Oeufs de SCP-1325

Objet # : SCP-1325

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Tous les 111 spécimens de SCP-1325 que la Fondation a actuellement en sa possession sont conservés dans un grand paludarium situé dans la Zone de Recherche Biologique 7. La température et l'humidité du paludarium doivent être maintenus respectivement dans une fourchette comprise entre 25 et 30 °C et entre 50 et 60 % ; les spécimens doivent être nourris 2 à 3 fois par semaine avec des criquets, des sauterelles, des vers de terre et des souriceaux. Tous les œufs pondus par les spécimens durant la période de Pâques devront être fournis à l'équipe de recherche, après quoi ils seront soit utilisés dans le cadre de la recherche, soit donnés à manger à des membres du personnel de Classe D (afin de permettre la reproduction de SCP-1325), soit détruits.

Description: SCP-1325 est une espèce de grenouille ressemblant à la Rainette de White (Litoria caerulea). L'analyse génétique confirme qu'elle est proche de L. caerulea. Les zoologistes de la Fondation lui ont donné le nom de Grenouille de Pâques (Litoria pascha). Tous les spécimens sont mâles et, de ce fait, ne se reproduisent pas sexuellement. Le jour du Dimanche des Rameaux (défini comme étant le début de la semaine précédant la première pleine lune après le 21 Mars), un œuf commencera à pousser sur le dos de chaque spécimen adulte de SCP-1325. L’œuf grossira au cours de la Semaine Sainte, jusqu'au petit matin du Dimanche de Pâques, durant lequel il se détachera du dos de SCP-1325.

L’œuf commencera toujours à se développer lors du Dimanche des Rameaux et sera pondu le jour du Dimanche de Pâques, peu importe la date à laquelle ces fêtes se produisent chaque année. La plupart des instances de SCP-1325 se trouvaient dans des pays (Australie, Nouvelle Zélande, et les États-Unis) dans lesquels la vaste majorité de la population fête Pâques le jour de la première pleine lune après le 21 Mars. Les seules exceptions sont deux instances retrouvées à Port Moresby, en Papouasie Nouvelle Guinée. Bien que Pâques ne soit pas fêté (sous quelque forme que ce soit) dans la plus grande partie de la Papouasie Nouvelle Guinée, Port Moresby a adopté la culture occidentale de manière bien plus importante que le reste du pays, ce qui fait que la possibilité que le cycle de reproduction de SCP-1325 soit déterminé par la culture locale n'est pas à exclure.

La coquille protectrice de l’œuf est formée d'une épaisseur d'une substance identique au chocolat en goût, apparence et texture, certainement pour pousser les humains à la consommation. A l'intérieur de l’œuf se trouve un agglomérat de plus d'une dizaine de petits œufs ressemblant à de la gelée (semblables à ceux d'un amphibien normal) qui tirent leur nutrition du placenta et de l'albumen. Étant donné qu'il s'agit de clones du parent, tous les œufs sont génétiquement identiques. Des traces de Prazépam, molécule appartenant à la famille des benzodiazépines, ont été retrouvées dans le placenta et l'albumen. Il est considéré que les propriétés anxiolytiques et sédatives du Prazépam facilitent la consommation humaine en empêchant les sujets de se rendre compte du contenu de l’œuf.  

Lorsque l’œuf est complètement développé et prêt à se détacher, SCP-1325 recherchera des lieux où il est probable qu'il soit consommé par des humains (généralement au milieu d'autres confiseries) et le déposera. Le fait que SCP-1325 soit capable de déposer ses œufs de manière stratégique, ainsi que le fait qu'il soit capable de synchroniser son cycle de reproduction pour qu'il coïncide avec Pâques, suggère qu'il est inhabituellement intelligent pour un amphibien. Cependant, son comportement hors de son cycle de reproduction est identique à celui de L. caerulea.

L’œuf restera viable de 2 à 4 jours après qu'il se sera détaché de SCP-1325. Si et lorsqu'ils sont ingérés par un sujet humain, les œufs qui ont survécu à l'ingestion écloront pour donner naissance à des têtards en réaction à la température et au pH de l'estomac. Les têtards s'attacheront ensuite aux parois de l'estomac grâce à de petits crochets situés à la pointe de leur queue pour éviter qu'il ne soit entraîné par le chyme à travers le pylore pour partir dans le duodénum. Au cours des 10 à 12 jours qui suivent, les têtards se nourriront de la nourriture partiellement digérée présente dans le chyme tandis qu'ils grossiront et se métamorphoseront en spécimens adultes de SCP-1325. Durant cette période, l'hôte humain ressentira certainement de la gêne dans la région abdominale, de la diarrhée et une perte d'appétit à des degrés divers de sévérité.

Lorsque les spécimens de SCP-1325 sont totalement développés et sont en mesure de survivre en dehors de l'estomac, ils sécréteront par la peau des toxines émétiques entraînant de ce fait des vomissements violents chez l'hôte, ce qui leur permet de quitter l'estomac. Ils sécréteront également de fortes quantités de mucus afin de lubrifier leur passage à travers l’œsophage. L'hôte subira un syndrome de Boerhaave (rupture de la paroi œsophagienne) dans 25% des cas.1 Une fois que les spécimens ont quitté le corps de l'hôte, ils continueront à grossir pendant environ six mois jusqu'à atteindre leur taille adulte.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License