SCP-1280
notation: +2+x
hookworm.jpg

Necator americanus x mnemosyne montrant ses pièces buccales

Objet # : SCP-1280

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Les cultures de SCP-1280 doivent être maintenues à 20°C et inspectées une fois par semaine pour vérifier la viabilité des spécimens. Tous les chercheurs travaillant sur ces cultures sont tenus de suivre les procédures appropriées pour les substances de Biosécurité de Niveau 2 et de soumettre chaque semaine des échantillons de leurs selles pour permettre la détection d'une infection accidentelle. Si des œufs ou des larves sont détectées, une dose d'albendazole devra être administrée jusqu'à ce que l'infection soit éradiquée. Selon la culture ayant causée l'infection, des amnésiques peuvent être donnés à la discrétion du chercheur en chef.

Les colonies humaines suspectées d'infestation de SCP-1280 doivent être investies par la FIM Beta-7 ("Chapeliers Maz") sous couvert d'une organisation d'aide humanitaire. La population dans son intégralité doit être traitée pour une infection d'ankylostomes et une intervention d'hygiène standard doit être effectuée (incluant mais ne se limitant pas à l'établissement de latrines scellées et à l'élimination des tas d'ordures). Selon l'étendue et la durée de l'infestation, des amnésiques et des soutiens psychologiques supplémentaires peuvent être requis pour rétablir les limites sociales.

Description : SCP-1280 est un parasite de type nématode, en apparence identique à Necator americanus (Ankylostome du Nouveau Monde). Son cycle de développement est similaire à celui de N. americanus, avec des jeunes filariformes se frayant un chemin à travers la peau, atteignant les poumons par le système sanguin, et éventuellement l'intestin grêle, où ils mûrissent et se reproduisent. L'infestation cause tous les symptômes d'une infection d'ankylostomes chez les humains, incluant perte de poids, lassitude et anémie.

SCP-1280 diffère de N. americanus en plusieurs aspects. La comparaison du génome des spécimens avec des organismes de référence a révélé plusieurs modification évidentes. Une "séquence de marquage"1 apparaît de façon répétitive dans des sections appartenant à l' "ADN poubelle" de l'organisme de référence. Plus significativement, plusieurs nouvelles séquences sont apparues à la place de gênes redondants de N. americanus. Ces séquences ne sont pas reconnues dans la base des génomes de la Fondation, et il est probable que les enzymes et les hormones codées par ces séquences soient responsables des effets anormaux de l'organisme. Pour ces raisons, SCP-1280 a reçu l'appellation provisoire de N. americanus x mnemosyne.

Les vers adultes dans les intestins relâchent périodiquement une mixture complexe d'hormones et de neurotransmetteurs modifiés dans le système sanguin de l'hôte. Certaines de ces molécules sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique et de causer des changements subtils dans l'hippocampe et d'autres régions du cerveau via un mécanisme incompris. Ces modifications ont deux effets majeurs.

Les hôtes ressentent des améliorations significatives de leur mémoire visuelle et spatiale, augmentant considérablement au fil du temps, jusqu'à ce que le stade de la mémoire photographique soit quasiment atteint. La mémoire formée avant l'infection n'est pas sujette à un souvenir eidétique. Les mémoires sensorielles autres que visuelle sont affectées à des degrés différents.

De plus, le cerveau de l'hôte commence à sécréter des messagers chimiques dans le système sanguin en retour, qui sont filtrés hors du sang par les vers et stockés dans un diverticule externe. Grâce à un mécanisme peu compris, certaines de ces molécules sont reçues par leurs œufs. Périodiquement, les vers adultes régurgitent de minuscules quantités de ces molécules, causant un rappel involontaire de visions aléatoires en atteignant le cerveau. Il semble que chaque "paquet" de ces composant corresponde à un seul souvenir visuel.

Puisque les vers "héritent" de certains de ces paquets grâce à leurs parents, les vers adultes détiennent une mixture de souvenirs encodés de chacun des hôtes de leur lignée, dont la clarté et l'abondance dépend de la distance générationnelle entre l'hôte actuel et celui d'origine. Les hôtes répondent aux messages étrangers de la même façon que les messages endogènes : de soudains souvenirs d'événements dont ils n'ont pas eux-même fait l'expérience. Une fois vécus de cette manière, les souvenirs étrangers sont stockés normalement dans le cerveau et peuvent être rappelés par des stimulus appropriés.

L'organisme répond normalement aux traitements vermifuges. Une fois que tous les vers sont neutralisés du corps, les pouvoirs de mémoire anormaux se détériorent jusqu'à retourner à la normale. Tous les souvenirs formés durant cette période sont conservés.

Dans des villages avec des règles d'hygiène insuffisantes, ces effets peuvent avoir un impact sérieux sur la structure sociale de la communauté. Dans des villages avec des latrines ouvertes, les membres échangent constamment des populations de vers. De tels échanges de souvenirs peuvent mener à une disparition de l'identité, puisque les membres perdent la notion de ce qu'ils ont directement vécu et les souvenirs qu'ils ont reçus. Lors d'un cas d'infestation extrêmement avancé, les membres d'un village entier se référaient à un seul nom et affichaient des relations observées seulement dans des colonies d'insectes sociaux.

L'organisme fut d'abord identifié durant une épidémie dans [SUPPRIMÉ] en Afrique de l'Ouest en 200█. Les nématodes étaient d'abord limités dans une zone de 4km de diamètre autour du village et plusieurs traces d'utilisation d'aérosol ont été relevées, vraisemblablement effectuée depuis un avion d'épandage. Par la suite, ██ infections supplémentaires furent découvertes dans des zones rurales d'Afrique Subsaharienne et d'Asie du Sud, avec un petit nombre en Amérique centrale et dans le sud des États-Unis.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License