SCP-1265
notation: +3+x
velocity1.png

Une instance de SCP-1265-A. Image récupérée via un appareil photo, à l’intérieur de SCP-1265. Photographie de l’Agent Alain Bénéteau.

Objet #: SCP-1265

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Le Site 1265, qui contient SCP-1265, doit être présenté publiquement comme une réserve naturelle entretenue par Safe & Clean Planet Initiative, une compagnie écran appartenant à la Fondation. Les découvertes scientifiques faites par la Fondation concernant l’écosystème de SCP-1265 peuvent être publiées à condition que des preuves correspondantes soient disponibles dans les archives fossiles.

Les civils souhaitant traverser SCP-1265 doivent se voir administrer des Amnésiques de Classe D (antérogrades, sélectifs) afin qu’ils soient incapables de se souvenir des instances de SCP-1265-A avec lesquelles ils sont entrés en contact. Tous les civils non traités qui s’avèrent avoir été en contact avec des instances de SCP-1265-A doivent se voir administrer des Amnésiques de Classe A (rétrogrades, généraux), se faire implanter de faux souvenirs, puis être relâchés.

Tous les six (6) mois, les œufs pondus par les instances de SCP-1265-A doivent être récoltés pour incubation et étude avant d’être relâchés dans la nature une fois arrivés à maturité. Les procédures complètes de soin des jeunes spécimens de SCP-1265-A, y compris les procédures d’empreinte, sont consultables dans le Document 1265-I.

Description : SCP-1265 est un territoire de forme irrégulière mesurant 50km2 dans le bassin du Congo, en Afrique. SCP-1265 se situe principalement en République Démocratique du Congo, mais approximativement 15km2 se situent en République du Congo. La majeure partie de SCP-1265 est inhabitée, mis à part quelques villages tribaux, et comporte une flore typique du bassin du Congo.

SCP-1265 est peuplé par plusieurs espèces disparues, la plupart issues du clade Dinosauria. Ces animaux, collectivement désignés SCP-1265-A, apparaissent spontanément par groupes de cinq (5) individus approximativement une fois tous les trente (30) jours, et n’appartiennent pas obligatoirement à des espèces fossiles originaires d’Afrique ; à la place, ces espèces semblent sélectionnées en fonction du climat sous lequel elles vivaient pendant l’Ere du Mésozoïque. Les instances de SCP-1265-A sont incapables de quitter SCP-1265, car elles se dématérialisent dès qu’elles franchissent les limites de SCP-1265, et réapparaissent dans une zone située à trois (3) kilomètres de cette limite, endormies par des sédatifs. Les SCP-1265-A ne sont pas non plus spécifiques à une période du Mésozoïque en particulier, mais celles du Crétacé et du Jurassique sont les mieux représentées, avec une population éparse de dinosaures de la période du Trias. De plus, plusieurs reptiles non-apparentés aux dinosaures, tels que des ptérosaures, existent à l’intérieur de SCP-1265, mais ne sont aperçus que rarement.

Les instances de SCP-1265-A, y compris les carnivores, ne montrent aucun comportement agressif envers les êtres humains à moins d’avoir été provoquées ; à ce jour, les trois (3) membres du personnel de la Fondation tués à l’intérieur de SCP-1265 sont morts après avoir accidentellement provoqué une instance de SCP-1265-A et non après avoir été activement chassés par des espèces carnivores de SCP-1265-A.

Notons que peu de grandes espèces de dinosaures carnivores ou herbivores sont présentes en tant qu’instances de SCP-1265-A, ainsi qu’une relative rareté des espèces dont les fossiles ont été découverts en Amérique du Nord. Par exemple, des espèces telles que Tyrannosaurus rex et Brachiosaurus n’ont jamais été aperçues à l’intérieur de SCP-1265, mais des espèces telles que Spinosaurus et Kentrosaurus sont relativement communes. En termes de proportions, il y a un ratio de 5:1 dinosaures non-américains par rapport aux espèces américaines.

Enfin, plusieurs instances de SCP-1265-A n’ont pas encore été découvertes via les archives fossiles, et sont collectivement désignées SCP-1265-α. Les instances de SCP-1265-α sont inhabituellement agressives, et chargent ou attaquent régulièrement les chercheurs et les autres animaux présents à l’intérieur de SCP-1265 de façon indifférenciée. Actuellement, les chercheurs de la Fondation sont encore incapables de déterminer l’origine de toutes la plupart des instances de SCP-1265-α ; certaines ont été découvertes dans les archives fossiles ultérieurement, et en tant que telles, ont été reclassées comme instances de SCP-1265-A. Notons que les instances de SCP-1265-α reclassées comme SCP-1265-A perdent toute tendance agressive.

On suppose que SCP-1265 existe depuis au moins deux cent (200) ans, d’après les archives historiques. Plusieurs instances de SCP-1265-A ont été intégrées au folklore de certaines tribus vivant aux abords de SCP-1265. Pour plus de détails, voir l’Entretien 1265-01.  

Entretien 1265-01 : Un entretien mené par le Dr. Welles dans un village Mboshi situé à cinq kilomètres et demi (5,5 km) du périmètre de SCP-1265, portant sur les apparitions de SCP-1265-A. L’ensemble du dialogue est traduit de la langue Lingala.

<Début du Rapport>

Dr. Welles : Que pouvez-vous me dire sur les monstres ?

█████ : Il y en a plusieurs dans la forêt, la plupart dans l’eau. Ils ne dévorent pas les gens, par contre ; la plupart ne le font pas, à part Nguma-monene1. Nguma-monene est comme un grand serpent avec des pattes, qui marche à quatre pattes comme un chien, avec une grande crête sur le dos. S’il vous attrape, il vous dévore2.

Dr. Welles : Parlez-moi du Mokele.

█████ : Mokele-mbembe3 est le plus grand de tous. Il est assez grand pour arrêter les rivières, et il fait monter le niveau des lacs. Il peut respirer sous l’eau, mais ce n’est pas un poisson, et la Terre tremble quand il marche. Il y a aussi Mbielu-Mbielu-Mbielu, la bête avec des planches sur le dos.

Dr. Welles :[présente des illustrations de Camarasaurus et Kentrosaurus] Est-ce que ce sont Mokele et Mbielu?

█████ : Oui, et non.

Dr. Welles : Non ?

█████ : Ils n’ont pas de plumes. Tout le reste leur ressemble, mais Mbielu a des plumes ; Mokele aussi. A cause de ça, ils sont presque comme des oiseaux, mais ils ne volent pas. Ce qui volent, par contre, n’ont pas de plumes.

Dr. Welles : Que pouvez-vous me dire d’autre sur cette région ?

█████ : Elle est maudite, les Mokeles et les Mbielus et tous les autres ne peuvent pas s’en aller sans disparaître. C’est pareil pour leurs œufs et leur viande ; il y a des années, des chasseurs ont essayé de rapporter la carcasse d’un Mokele. Tout le village a dû participer, et dès qu’ils ont atteint la frontière de la région, tout a disparu.

Dr. Welles : Combien de personnes sont venues dans cette région au cours des dernières années ?

█████ : Beaucoup. Ce sont des chasseurs, mais ils ne viennent pas pour tuer. Ils veulent trouver Mokele, et rien d’autre. Ils n’y arrivent jamais, pour une raison quelconque. C’est parce qu’ils ne regardent pas au bon endroit pour trouver Mokele, nous leur disons que c’est un lieu dangereux, et c’est vrai. Tout le monde sait que la région est dangereuse, et personne ne s’en approche.

Dr. Welles : Ce sera tout. Merci pour votre coopération.

<Fin du Rapport>
Note : L’administration d’amnésiques a été jugée superflue compte tenu de la familiarité de la majorité du village au sujet de SCP-1265.

Notes Collectées Concernant SCP-1265-A : Notes prises au cours d’une expédition d’un mois dans SCP-1265 par le Dr. Neill.

Je trouve fascinant que la plupart des instances de SCP-1265-A (enfin, les dinosaures, du moins) possèdent des plumes et non des écailles. Nous n’aurions jamais pu deviner ça grâce aux archives fossiles !4 D’accord, il y avait Archaeopteryx, mais c’était plus un oiseau qu’un dinosaure. Si seulement nous pouvions rendre cela public, nous pourrions révolutionner la paléontologie. Malheureusement, c’est impossible tant que personne ne trouve un fossile de dinosaure à plumes hors du contrôle de la Fondation.

Comme cela est mentionné dans la description principale, la majorité des espèces appartient au clade Dinosauria, et sont bien adaptées au climat du Congo. La plupart d’entre elles sont quasiment amphibies, comme le Kentrosaurus, qui préfère passer son temps dans l’eau en retenant sa respiration pendant près d’une heure. En raison de cela, les Kentrosaurus présents dans la région ont de nombreuses algues qui poussent sur leurs plaques et leurs piquants, donnant parfois l’impression qu’ils sont un genre de buisson vivant. Les Kentrosaurus sont souvent très dociles, mais s’ils sont provoqués, ils se détournent de leur attaquant et tentent de l’empaler sur leurs piquants dorsaux.

En dépit de la théorie énoncée par M. Russell dans les années 1980, il n’y a aucune preuve permettant de penser que Troodon aurait pu évoluer en ce qu’il appelait un "dinosauroïde"5, mais les membres de l’espèce sont assez intelligents. Ils ont été observés en train d’utiliser des outils rudimentaires à la manière des chimpanzés afin de saisir des fruits dans les arbres, et en train de jeter des pierres sur des proies afin de les blesser.

Nous avons découvert une famille de Baryonyx aujourd’hui. Il s’avère qu’ils sont semi-aquatiques, et ils utilisent leur queue pour se propulser dans l’eau et poursuivre des poissons, qu’ils engloutissent comme le ferait un crocodile ou un gavial. Ils semblent être en conflit avec la famille de Spinosaures que nous avons suivie précédemment ; une dispute territoriale devrait bientôt éclater entre les deux espèces.

Nous avons fait une découverte incroyable : un dinosaure à quatre ailes, qui en possède à la fois aux pattes antérieures et postérieures. Weng suppose que c’est une espèce complètement nouvelle de Microraptor, comme on en trouve en Asie ; compte tenu du fait qu’il s’agit d’une espèce inconnue, il s’agit d’une instance -α, et ces choses sont assez vicieuses. Weng s’est fait arracher un doigt en essayant de l’endormir. Si jamais l’espèce est découverte dans les archives fossiles, nous la nommerons correctement, mais pour le moment, c’est juste Microraptor Foundationii.6

Nous avons enfin trouvé quelque chose qui n’a pas de plumes. C’est une espèce de crocodile, Postosuchus, du Trias supérieur. Il s’abreuvait au bord d’un lac quand une horde de Coelophysis a surgi et l’a attaqué. Plusieurs d’entre eux ont sauté droit à sa gorge en sectionnant la jugulaire ; dès que le sang a commencé à jaillir, ils se sont mis à le dévorer jusqu’à l’os. C’était incroyable, presque comme des piranhas dévorant une vache tombée dans l’Amazone.

Nous avons vu un combat magnifique entre un Therizinosaurus et un Carnotaurus. Le Therizinosaurus a pratiquement décapité le pauvre carnivore, qui était presque aussi grand que lui ; le Therizinosaurus a ensuite fait une chose curieuse : il a éventré le Carnotaurus, a plongé ses griffes à l’intérieur et a badigeonné les arbres environnants avec son sang. Je suppose qu’il s’agit d’un moyen de marquer son territoire ; c’est assez fascinant, bien que dégoûtant. Le Therizinosaurus n’a ensuite consommé qu’une petite partie de la chair du Carnotaurus avant de quitter les lieux.

Le Dr. Moore n’avait apparemment jamais vu de Dilophosaurus en dehors d’un certain film ; il était très surpris d'en voir un vrai et de constater qu’il ne s’agissait pas d’une créature de deux mètres se comportant comme un chien, mais plutôt d'une créature de six mètres qui avait l’air capable de lui arracher la tête. Il s’est enfui, mais nous avons pu prendre de bonnes photos. Nous avons aussi trouvé des empreintes appartenant à un sauropode inconnu.

Honnêtement… Je ne sais même pas ce que nous venons de voir aujourd’hui.

Nous avons trouvé une nouvelle instance de SCP-1265-α. Cela semblait être un cératopsidé, avec une corne unique et quatre petites pattes courtes. Mais il avait une longue queue qui traînait sur le sol, non-caractéristique des cératopsides, et il n’avait pas de collerette, mais plutôt des sortes “d’oreilles” molles au sommet de sa tête. Il était aussi assez agressif, et engagea le combat avec un Pachyrhinosaurus pour des raisons inconnues ; il a fini par éventrer cette pauvre chose. Nous avons décidé de regagner le site après cela.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License