SCP-126-FR
notation: +2+x

Objet # : SCP-126-FR

Niveau de menace : Vert

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-126-FR doit être conservé dans une chambre forte de 3x3m, placée sous la surveillance d'au moins deux gardes armés. Il ne représente aucun danger en tant que tel, mais sa perte ou son vol pourraient avoir de graves conséquences.

Description : SCP-126-FR est un appareil constitué d'un boîtier mesurant 40x40x20 cm, muni d'un bouton rotatif, de deux boutons poussoir (un petit et un plus grand), et de trois diodes. Ce boîtier est relié à un casque dont la forme rappelle celle d'un casque intégral de motard.

Le boîtier ne comporte aucune inscription. De plus, il ne présente ni vis, ni marque de soudure, ni aucun autre indice quant à la manière dont il a été fabriqué. De fait, aucune méthode pour l'ouvrir sans le détruire n'a été trouvée. Un scanner a révélé une carte à puce et des composants qui ne semblent pas anormaux, connectés à un boîtier interne, probablement en plomb, dont le contenu est resté invisible.

Le casque, dont la visière a apparemment été remplacée par un dispositif de vidéo-diffusion, est relié au boîtier au moyen d'un câble. L'intérieur présente plusieurs petits trous desquels sortent des outils qui peuvent agir sur le cerveau du porteur. Deux demi cercles métalliques au niveau du cou permettent de maintenir la tête du sujet en place pendant l'opération. La fonction du dispositif de vidéo-diffusion reste inconnue.

SCP-126-FR semble en mesure de modifier l'état du cerveau d'une personne, pour le ramener à une date antérieure. La mémoire ainsi que la personnalité seront "restaurées" à condition que le cerveau n'ait pas subi de dommage physique dans l'intervalle de temps.

Lorsqu'un individu enfile le casque, la diode orange s'allume. Si le petit bouton poussoir est enfoncé, le sujet est immobilisé au moyen des arceaux métalliques. Les outils contenus dans le casque pénètrent alors son crâne pour entrer en contact avec son cerveau. Une fois cette opération terminée, la diode verte s'allume. Le bouton rotatif sert alors à régler la date, selon une échelle qui semble faire correspondre une année à un tour complet. Il ne semble pouvoir tourner que dans un seul sens.

Si le grand bouton poussoir est enfoncé, la diode verte s'éteint et la rouge s'allume. Le boîtier émet un léger bourdonnement pendant un temps qui semble varier en fonction du nombre de tours effectué ainsi que d'autres paramètres inconnus. Le sujet sera ensuite parcouru de spasmes pendant une durée qui varie, elle aussi, en fonction du nombre de tours effectué ainsi que d'autres paramètres inconnus. Une fois le processus terminé, la diode rouge s'éteint et la verte se rallume. Le sujet peut alors être libéré en poussant le petit bouton. Il aura la personnalité et les souvenirs qu'il avait à la date fixée.

La nature des opérations subies par le porteur du casque est encore mal comprise. SCP-126-FR ne s'active pas si le casque n'est pas porté par un sujet vivant. De fait, l'observation directe des outils contenus dans le casque s'est révélée impossible. Au vu des séquelles, il est toutefois supposé que, parmi le matériel dont SCP-126-FR dispose, se trouvent des perceuses médicales1 et un produit permettant de refermer les trous dans le crâne. Ce composé imite la dureté de l'os et n'a jamais entraîné de rejet de la part des sujets, mais reste détectable par un scanner. Des analyses sanguine ont également révélé l'usage d'un dérivé du propofol. Les quantités de ces produits dont SCP-126-FR dispose, ainsi que la manière dont il se réapprovisionne (si tant est qu'il le fasse) sont inconnues.

L'appareil ne semble pas avoir été conçu pour être branché, la source de son énergie reste inconnue.

L'appareil a été récupéré après que le Dr. ███ s'est plaint que son bureau avait été attribué à un autre docteur sans qu'il n'en ait été prévenu, et a signalé qu'il avait subi un enlèvement, suivi d'un interrogatoire lors duquel il avait été contraint de divulguer des informations concernant SCP-████ et le protocole ████-█████. Le Dr. ███ avait été relevé de ses fonctions et renvoyé à la vie civile 3 ans auparavant. Des amnésiques lui avaient été administrés.

Après interrogatoire, le Dr. ███ a fourni l'emplacement d'un local récemment abandonné dans lequel il s'était réveillé la veille, et dans lequel se trouvait SCP-126-FR. Des notes retrouvées dans ce local suggèrent que ceux qui se servaient de cet appareil ont pu avoir accès à d'autres informations sensibles concernant la Fondation.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License