SCP-125
notation: 0+x

Objet #: SCP-125

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Les supports d'instances de SCP-125 doivent être conservés dans des boîtes capitonnées couvertes d'un film de nylon permettant l'observation, mais obscurcissant la surface du miroir d'au moins 25%. Ces supports sont des surfaces métalliques polies (actuellement du bronze plaqué argent) dont les bords ne sont pas tranchants, ne présentent aucune irrégularité, et doivent rester émoussés afin de prévenir toute déchirure du film protecteur. Afin de prévenir au mieux les incidents, toutes personne entrant dans la salle où SCP-125 est entreposé doit porter sur son visage un film de protection de même nature. Les miroirs constitués d'une vitre plaquée de métal sont déconseillés pour le confinement de SCP-125, celui-ci pouvant passer du verre à la surface métallique.

Toute surface métallique présente dans la pièce doit être dépolie afin d'éviter les reflets. Afin d'améliorer la sécurité, la salle doit être plongée dans l'obscurité et surveillée à l'aide de capteurs infrarouges et ultraviolets tant qu'aucune expérience n'y est menée.

Aucun miroir, ni aucune surface comparablement réfléchissante (comprenant, sans s'y restreindre, les stylos en métal, les lunettes de soleil, les ordinateurs portables et les objets en verre) ne doit être admise au sein de la pièce en dehors d'expériences contrôlées. Pour cette raison, l'objet ne peut pas être photographié ou filmé dans son état naturel.

Si un membre du personnel présent sur le site, et plus particulièrement un membre du personnel ayant récemment interagi avec SCP-125, dit voir des points noirs, les FIM Eta-10 et Chi-7 seront immédiatement mises en pré-alerte, et une alerte de niveau 2 de brèche de confinement sera déclarée. Les personnes contaminées subiront le protocole de confinement 125-b et ne pourront reprendre leur activité que lorsque l'instance de SCP-125 qui affectait leur cornée aura été totalement neutralisée.

Description : SCP-125 est un "être" apparemment conscient qui ne peut exister que dans une réflexion.

Au repos et vu de face, il prend la forme d'un cercle de 17,2mm de diamètre posé sur la surface réfléchissante. Sa première caractéristique anormale est d'apparaître comme un cercle parfait pour quiconque l'observe, et ce quels que soient l'angle de la surface, sa forme, ou la position du ou des observateurs. Au vu de ces propriétés, l'objet agit plus comme une sphère qui serait en contact avec la surface, mais qui n'aurait ni ombre ni relief, et ce même lorsqu’un obstacle, comme le film de confinement, révèle que SCP-125 ne s'étend pas au delà de la surface sur laquelle il s'est "imprimé".

SCP-125 ne reflète ni la lumière visible, ni les infrarouges. Cependant, une observation aux ultraviolets [DONNÉES SUPPRIMÉES] jusqu'à [DONNÉES SUPPRIMÉES] inclus. Pour des raisons inconnues, il émet continuellement une quantité faible mais mesurable de rayons X.

SCP-125 est capable de se mouvoir sur la surface sur laquelle il existe. Ce mouvement ne peut avoir lieu que sur une surface qui n'est pas interrompue par un angle (la surface soit suivre une courbe relativement continue) ou une partie non réflective. SCP-125 s'est révélé incapable de traverser les zones rayées, gravées ou dépolies d'une surface. Dans la plupart des cas, cependant, SCP-125 s'affranchira de ces difficultés en sautant vers une réflexion pour contourner un coin, ou en passant de la plaque de verre à la surface métallique dans le cas de miroirs verre-métal (c'est pourquoi les surfaces métalliques opaques doivent être privilégiées dans l'optique du confinement). Bien que capable de se déplacer sur toute la surface, SCP-125 reste généralement immobile près des bords, et s'il se trouve sur une surface immobile qui a une orientation particulière, il restera normalement dans le coin en bas à droite, et ce même si l'objet est déplacé par la suite.

Toute surface capable de réfléchir convenablement la forme de SCP-125 peut l'héberger. Jusqu'à maintenant, cela a compris une grande variété de surfaces réfléchissantes, des verres, des surfaces polies ou vernies (comme la pierre ou le bois), du plastique brillant et même des surfaces calmes de liquides ou des ongles vernis. Quand il est réfléchi par une autre surface, SCP-125 peut s'y "transférer" instantanément. Cependant, SCP-125 ne peut pas "survivre" ni se transférer vers des surfaces inférieures à sa propre taille (environ 2,32 cm²). S'il venait à y être contraint, il deviendrait rapidement translucide avant de disparaître complètement.

L'entité a montré un certain niveau de conscience, et même de connaissance. Bien que n'ayant aucune existence physique, elle ne semble pas "vouloir" être "touchée" directement, ni cachée à la vue de quelque manière que ce soit. Elle résistera aussi de son mieux aux tentatives visant à réduire sa liberté de mouvement, soit en "sautant" vers une autre surface, soit en se déplaçant très vite sur celle sur laquelle elle se trouve. L'entité "fuira" aussi les menaces qu'elle percevra, même des menaces peu évidentes exprimées oralement, faisant ainsi preuve d'une compréhension de la communication humaine. La façon dont elle arrive à cette compréhension, ainsi que sa capacité et sa volonté d'y répondre sont actuellement inconnues.

Dans son état normal, SCP-125 est complètement inoffensif et incapable de se multiplier. Il est cependant parfaitement capable de se déplacer sur une surface réfléchissante vivante, en particulier vers la cornée d'un animal vivant. En réalité, il va faire son possible pour en arriver là, indiquant un "penchant" naturel. Ceci fait, SCP-125 va diviser sa taille par 10 pour atteindre 1,72mm de diamètre. Tant que la surface sur laquelle il existe est un tissu vivant, SCP-125 devient capable de se multiplier et d'infecter un nombre potentiellement illimité de surfaces au lieu de simplement se déplacer. Cette multiplication a lieu sur la cornée, donnant rapidement à la victime l'impression de "voir des points". Passée cette étape, l'infestation de SCP-125 va rapidement (entre cinq et neuf jours après l'infection initiale) surpeupler le tissu, entraînant la cécité de l’œil. Après cette phase, les cellules de l’œil et le nerf optique semblent subir une apoptose massive, entraînant la formation d'un abcès non infectieux. Les raisons de ces événements sont inconnues. SCP-125 ne cesse d'être contagieux qu'une fois la phase apoptotique terminée. La seule manière efficace de traiter l'infestation par SCP-125 à ce jour consiste à garder couvert le ou les yeux infectés afin de prévenir une épidémie, et à administrer de puissants antibiotiques pour réduire les risques d'infection.

Des épidémies continuent d'éclater de manière erratique, ce qui suggère que SCP-125 est soit un phénomène naturel, soit qu'il a été répandu sur une grande partie de la planète à un moment donné précédent l'apparition de l'écriture.

Pour une liste des épidémies passées connues de SCP-125, se référer au document SCP-125-Delta.

Source : SCP-125 | Auteur original : Agent CirceusAgent Circeus

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License