SCP-1220
notation: +2+x

Objet # : SCP-1220

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1220 doit être confiné dans trois (3) cassettes compactes, sur lesquelles seront clairement marquée leur désignation. Ces cassettes seront scellées par des rubans anti-effraction, et stockées dans un tiroir verrouillable avec toutes les notes de recherches associées à SCP-1220.

En raison de la nature sensible de SCP-1220, tout enregistrement de SCP-1220 en train de parler ne sera digitalisé qu'avec la permission d'au moins trois (3) membres du personnel de niveau quatre (4) ou plus. Si il y a digitalisation, les données doivent être stockées sur un ordinateur hors-ligne, afin d'empêcher tout accès non-autorisé à SCP-1220.

En attendant une analyse plus poussée, aucun membre du personnel n'est autorisé à s'exposer, eux ou qui que ce soit d'autre, à SCP-1220.

Description : SCP-1220 est une langue inconnue, peut-être morte. Elle ne semble appartenir à aucune famille linguistique. C'est un langage tonal, semblable au mandarin, avec qui elle partage une structure semblable pour former les mots complexes. Cependant le nombre de phonèmes utilisés dans SCP-1220 est largement plus élevé que ceux utilisés dans toutes les autres langues ; certains phonèmes enregistrés semblent être uniques, comme le Phonème ████ ("Pépiement A"). Plusieurs des phonèmes ont des prononciations que les cordes vocales humaines ne sont pas conçues pour former, bien que la seule personne connue dont c'est la langue natale ne semble pas avoir de difficultés à les reproduire plusieurs fois en succession rapide.

Le seul enregistrement connu de SCP-1220 est un ensemble de trois cassettes contenant deux (2) heures et trente-quatre (34) minutes d'enregistrement. Il s'agit de l'enregistrement d'une enquête linguistique avec une femme âgée. L'interviewer commence par présenter la femme comme étant une certaine Mme. ████, et explique que c'est l'une des dernières personnes à parler une langue identifiée uniquement sous le terme de ████████. L'interviewer continue en expliquant que Mme. ████ a proposé de raconter une histoire dans sa langue natale, et une seconde fois en anglais. Une fois son explication terminée, l'interviewer pose l'enregistreur sur la table et Mme. ████ commence à raconter l'histoire. Une fois l'histoire terminée en SCP-1220, elle la répète encore une fois en anglais, et l'enregistrement se termine.

L'histoire est une variante de l'histoire du 'déluge' présente dans de nombreuses cultures méditerranéennes. L'histoire parle d'une grande inondation qui aurait recouvert le monde, et d'un homme qui y aurait survécu. L'homme, se retrouvant dans un monde stérile, aurait ramassé quelques poignées d'argile et lui aurait appris son nouveau rôle, sur quoi l'argile aurait éclatée en une poignée de blé, un bœuf, un autre être humain et [DONNÉES SUPPRIMÉES].

Les instances enregistrées de SCP-1220, telles que celles sur les cassettes, semblent être inertes et possibles à étudier sans danger. Cependant, lorsqu'un sujet vivant vocalise SCP-1220, une zone d'espace anormal est créée. Le mécanisme à l'origine de cette zone est à ce jour indéterminé, bien que les résultats soient les mêmes avec tous les sujets de test. La zone a été mesurée pouvant s'étendre à plus de 10 m de l'orateur, bien que la zone soit généralement plus petite, s'approchant d'une sphère de 2 m. La nature exacte de la zone dépend de la nature de la prononciation. Cette propriété a été découverte par le Dr. █████ (1/1220), qui a, le 9/5/████, prononcé le morphème ███ (Feu), sur quoi la manche de sa blouse a commencé à fumer. Le Dr. █████ a été soignée pour des brûlures au second degré, et sa blouse a été placée en confinement, où elle continue de fumer. Suite à cet incident, des précautions plus strictes ont été instaurées concernant l'accès à SCP-1220, et les tests proprement dits ont commencé. Pour plus d'informations, veuillez vous référer aux journaux de tests attachés.

Addendum : 
Journal de test du Dr. ███████, 9/14/████
Sujet de test : Assistant Jr. ██████, 1/1220
Langue natale : Anglais, dérivation américaine
Mot prononcé : Morphème ██ 'Pluie'
Résultat : Il s'est mis à pleuvoir dans une zone s'étendant dans un rayon de 3,11 m autour du sujet. La pluie n'est pas apparue de l'humidité atmosphérique ambiante, et est tombée suivant un angle suggérant la présence de vent, qui n'a pas été ressenti en dehors de la zone. Le sujet a rapporté que la pluie était agréablement chaude, et un échantillon a permis de découvrir que la précipitation était composée d'eau et de quelques particules de matière. Il a été découvert que la zone suivait le sujet, et que l'humidité laissée derrière le passage de la zone restait persistante, même après que l'anomalie ait cessé. Le sujet a rapporté des irritations de la peau apparues une (1) minute après la fin de l'anomalie, qui se sont étendues avec le temps. Le sujet a été lavé dans une douche d'urgence sur place, et a plus tard été traité pour des brûlures chimiques modérées. L'examen de l'échantillon de pluie a révélé après ça que l'eau s'était changée en une solution aqueuse de HCl. La concentration enregistrée de l'échantillon était bien supérieure à ce que suggérait la réaction du sujet. Les tests en continu ont révélé que la concentration de la solution de HCl augmentait avec le temps, jusqu'au point où, une heure après la fin de l'événement anormal, l'échantillon ne contenait plus que du Hcl gazeux.

Note : Suite aux événement du test, les protocoles ont été révisés pour interdire les tests sur tout membre du personnel n'étant pas de Classe-D.

Journal de test du Dr. ███████, 9/25/████
Sujet de test : D-423/1220
Langue natale : Anglais, dérivation américaine
Mot prononcé : Morphème ██ 'Argile'
Résultat : Le sol entourant D-423 sur 2.01 mètres a été transmuté en argile rouge. L'effet a commencé sous les pieds du sujet, avant de se propager autour. La vague a continué jusqu'à atteindre les limites de l'anomalie, après quoi elle s'est brutalement stoppée. Il a été demandé au sujet de se déplacer sur l'argile, qui s'est avéré être stable. Les limites de l'anomalie se sont déplacées avec le sujet, et l'argile laissée en dehors de la zone anormale s'est rapidement retransmutée en son état initial, alors que la surface entrant dans la zone anormale se changeait à son tour en argile. Le sujet a récupéré un échantillon de l'argile grâce à une truelle en acier inoxydable, laquelle n'a montré aucun signe de réaction. L'échantillon s'est avéré être doux et suffisamment souple pour être déformé à la main. Une fois la pression relâchée, l'échantillon a retrouvé sa forme originale, démontrant qu'elle avait un sorte de 'mémoire de forme'. Le sujet a rapporté que l'argile semblait abrasive au toucher, comme du papier de verre grossier, bien qu'il portait les gants de travail qui lui avaient été remis. L'échantillon a été mis en sachet et retiré de la zone anormale. Il est resté argileux après avoir été retiré, et est actuellement disponible à l'étude.

Cinq (5) minutes après l'événement anormal initial, le sujet a rapporté une douleur lancinante dans le pied gauche. Une inspection sur place a permis de trouver un organisme enfoui dans la plante du pied de D-423, lequel avait pour cela dû traverser 4 cm de caoutchouc. L'organisme, désigné SCP-1220-a, a été retiré sur place par le personnel médical du site, et placé dans un sac d’échantillonnage, avec un échantillon additionnel d'argile. Il s'est avéré que SCP-1220-a était une forme de ver parasitaire terrestre, long de 6 cm, possédant un exosquelette renforcé et une bouche élargie, dotée d'excroissances dentaires similaires dans leur forme et dans leur fonction à des dents de lamproie. SCP-1220-a est en vie à l'heure de l'écriture de ce rapport, et est actuellement disponible à l'étude.

Le sujet a demandé une chaise, suite à sa rencontre avec SCP-1220-a. La requête a été acceptée, et le sujet est resté assis durant le reste du test.

Dix (10) minutes après l'événement anormal initial, le sujet à rapporté que la chaise était instable. Rapidement après cela, l'argile a commencé à se liquéfier, suivant un comportement semblable à des sables mouvants. Il a été demandé au sujet de rester sur place étant donné que que la chaise s'enfonçait dans l'argile. D'autres instances de SCP-1220-a ont été découvertes autour de la chaise, alors que la zone d'argile transmutée commençait à rétrécir. Le sujet a à ce moment violé la procédure expérimentale en sautant de la chaise, pour essayer d'éviter l'immersion dans l'argile. La zone anormale a suivi le saut de D-423, et lors de son atterrissage le sujet a été complètement immergé dans l'argile. Il a été envisagé de lui venir en aide, mais avant qu'un plan ne puisse être mis en place, la zone anormale avait disparu. Nous ne savons pas à ce jour ce qui est arrivé à D-423.

La chaise pliante utilisée pour l'expérience a été abîmée par le mouvement de la zone anormale, et les morceaux restants semblent avoir été séparés du reste de la chaise par une lame très affûtée.

Journal de test du Dr. ███████, 10/4/████
Sujet de test : D-424/1220
Langue natale: Espagnol, dérivation mexicaine
Mot prononcé : Morphème █ "-ité/avoir la qualité de"
Note : Après les deux tests précédents, le Dr. ███████ a demandé des tests sur des phonèmes non nominaux.
Résultat : Aucune zone anormale observée au cours de ce test. Le sujet a rapporté l'impression 'd'être observé', ainsi que d'occasionnelles odeurs de pneus brûlés et une sensation poisseuse le long de son bras. Les observateurs extérieurs ont été incapables de confirmer l'odeur ou l'altération du bras du sujet avant que l'anomalie n'ait cessé.

Journal de test du Dr. ███████, 10/5/████
Sujet de test : D-424/1220
Langue natale : Espagnol, dérivation mexicaine
Mot prononcé : Morphème ██ composé du morphème █ "Argilosité/Avoir les qualités de de l'argile."
Résultat : Là encore, aucune zone anormale n'a été observée au cours du test. Le sujet a rapporté se sentir physiquement en forme, d'être 'robuste' et inamovible. Deux (2) minutes et vingt-six (26) secondes après la vocalisation initiale, le sujet a rapporté avoir les membres rigides. Deux (2) minutes pplus tard, la peau du sujet est devenue argileuse, en partant de sa bouche puis en se propageant. Le sujet était incapable de communiquer avec l'équipe au cours de la transmutation, qui finit par recouvrir l'intégralité du corps de D-424. Les échantillons collectés après cela montrent que la transmutation était totale, et que toute la masse de D-424 avait été transformée en argile.

Journal de test du Dr. ███████, 11/28/████
Sujet de test : D-425/1220
Langue natale : Mandarin
Mot prononcé : Morphème ███ "Alliance/Communion/[DONNÉE SUPPRIMÉE]"
Résultat : Immédiatement après vocalisation, et durant trente-trois (33) secondes après vocalisation, le Secteur de Recherche-██ a subit une activité sismique, enregistrée à 3.2Mw. Le phénomène sismique s'est graduellement calmé, s'arrêtant complètement après (2) minutes. Le sujet a commencé à rapporter des sensations de contact, décrivant que sentir des mains sur sa peau. L'équipe dans un rayon de 10 m autour de D-425 a rapporté avoir eu des sensations similaires. Ces sensations sont devenues écrasantes après quatre (4) minutes et quinze (15) secondes, moment auquel D-425 s'est effondré. Le sujet a rapporté des hallucinations visuelles, auditives et tactiles. Ces hallucinations incluaient : une volée de chauve-souris, être couvert de plaques osseuses blanchies, des fourmillements autour du sujet, une cité faite de verre fondu, une grande silhouette avec une tête ressemblant à un œil arraché, entourée par des 'plaques' de lumière sans source. Au moment où il rapportait la dernière hallucination, la silhouette décrite est devenue visible pour tout le personnel se trouvant à l'intérieur de la chambre de test. La silhouette a saisi le sujet et tous deux ont disparu. Plus tard, le visionnage des vidéos de surveillance a permis de montrer que la présence de la silhouette, désignée SCP-1220-b, n'avait pas été enregistrée.

Note : L'expérimentation approfondie avec SCP-1220 est suspendue indéfiniment, en attendant une analyse plus poussée.

Les agents rencontrant des instances de SCP-1220 dans la nature n'ont pas le droit d'interagir avec ceux qui le parle, et doivent à la place avertir leur bureau local. Des actions précises devront ensuite être entreprises au cas-par-cas.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License