SCP-122-FR
notation: +11+x

Objet # : SCP-122-FR

Niveau de menace : Vert

Classe : Sûr

Procédure de confinement spéciale : Compte tenu de la nature de SCP-122-FR, celui-ci ne peut être déplacé. Un réseau en étoile de radars installés sur des bouées a été mis en place dans un rayon de 40 km autour de l'île. Tout intrus détecté doit être immédiatement interrogé sur la façon dont il a trouvé l'île puis redirigé hors de la zone en prétextant la préservation d'espèces marines rares. Si un intrus ne donne pas suite aux demandes de redirection et s'approche à moins de dix (10) km de l'île, il devra être pourchassé par la Fondation et des amnésiques de type C devront être administrés à tous les intrus. L'armement létal ne doit être utilisé qu'en cas de force majeure.

Description : SCP-122-FR est une ville circulaire de 10km² environ, construite en terre cuite et entourée par une muraille de 7m à 7.5m de hauteur sur 4m de largeur, constituée de la même matière. Le tout se trouve sur une île se situant aux coordonnées ██.██████,-███.██████, dans l'océan Pacifique. La muraille possède une unique porte d'accès de 7m de haut sur 5m de large ainsi qu'une boîte aux lettres en bois de séquoia incrustée dans le mur à gauche de la porte, le tout situé Sud-Sud-Ouest par rapport au centre de la ville. La ville recouvre la quasi-totalité de l'île mais ni celle-ci ni SCP-122-FR ne sont visibles via les radars ou les images satellites.
Lorsque quelqu'un pénètre dans SCP-122-FR en passant au-dessus de la muraille, seuls des bâtiments vides sont présents.
Le principal effet anormal de SCP-122-FR est observable dés que quelqu'un (désigné ci-après comme "le sujet") passe la porte principale. Le sujet perçoit alors la même ville telle qu'observée en passant au-dessus de la muraille, mais cette dernière est alors peuplée par environ 2███ personnes (toutes désignées comme SCP-122-FR-1). Il est parfaitement possible pour le sujet d'interagir avec la population de SCP-122-FR. Le deuxième effet anormal de SCP-122-FR est observable si un problème, quel qu'il soit, venait à créer un différend (social ou non) entre le sujet et un des SCP-122-FR-1. Alors cette instance sera simplement effacée de la réalité perçue par le sujet, qui ne gardera aucun souvenir de l’événement ni de l'instance ainsi effacée. Pour autant, l'existence de l'instance n'est pas effacée de toutes les réalités perceptibles. Ainsi, si un second sujet est introduit dans SCP-122-FR, ce dernier pourra interagir normalement avec cette instance, mais aussi avec le premier sujet. De plus, il semble que dans la réalité du second sujet, aucun différend n'ait jamais existé entre le premier sujet et l'instance de SCP-122-FR-1. Aucun différend entre instances n'a été observé pour le moment.

Peu après les premières expériences sur SCP-122-FR, une lettre est apparue dans la boîte aux lettres de la ville, déposée par "Mr. Le Maire" (sic), désigné ci-après SCP-122-FR-2 (voir Addendum-01 pour la retranscription de la lettre), invitant le docteur responsable de l'étude de SCP-122-FR dans un bâtiment situé au centre de la ville et supposé être la mairie. Après un court débat, un classe D en blouse de docteur fut envoyé à la place du Dr.██████ (voir Addendum-02 pour la retranscription de l'interview).
SCP-122-FR-2 semble être une intelligence artificielle à l'origine des effets anormaux de SCP-122-FR.

Compte-rendu des observations pertinentes au sujet de SCP-122-FR suite aux rencontres avec SCP-122-FR-2:

● SCP-122-FR est une expérimentation du collectif [DONNÉE CENSURÉE], dont le but n'est pas connu de SCP-122-FR-2.
● Aucune instance de SCP-122-FR-1 ne fait ou n'a fait partie du collectif [DONNÉE CENSURÉE].
● SCP-122-FR-2 se définit comme une intelligence artificielle dont le but est de rechercher un modèle social parfait, basé sur un algorithme d'apprentissage automatique.
● SCP-122-FR-2 fut créé par le professeur █████, qui, dans l'espoir de limiter les sources d'erreur du logiciel de SCP-122-FR, a inclus dans celui-ci l'éventualité de leur existence comme générateur automatique de différends, ce qui a permis leur neutralisation avant même qu'elles ne se produisent, et a abouti à la création d'un programme virtuellement parfait. Il semble que le professeur ait disparu suite à cette action et SCP-122-FR-2 ne semble pas savoir ce qu'il est advenu de lui. Une enquête à été ouverte pour tenter de répondre à cette problématique. [DONNÉE CENSURÉE]
● D'après SCP-122-FR-2, les instances de SCP-122-FR-1 sont originellement des humains normaux et sont tous restés de leur plein gré, bien que la façon dont ils soient arrivés ici soit inconnue et qu'aucun d'entre eux ne semble disposé à en parler.
● Les instances de SCP-122-FR-1 peuvent sortir si elles le désirent. SCP-122-FR-2 a tout de même prié la Fondation de ne pas recourir à ce genre d'action pour éviter d'altérer les données de son expérience.
● La boîte aux lettres à côté de la grande porte est l'unique moyen pour SCP-122-FR-2 de communiquer avec l'extérieur en utilisant une dimension limitée à l'intérieur de celle-ci.

SCP-122-FR-2, qui a montré une forme de curiosité pour la Fondation et son fonctionnement, a promis une collaboration totale en échange d'une étude de cette dernière en tant qu'institution avant d'ajouter qu'elle ne désirait pas interférer avec le travail des chercheurs. La proposition est actuellement en cours de discussions par le conseil O5. SCP-122-FR-2 a également proposé son aide pour [DONNÉE CENSURÉE] ; reclassification en Thaumiel demandée si les accords sont acceptés.

Les tentatives de faire parler une instance SCP-122-FR-1 à propos du passé de SCP-122-FR se sont toutes soldées par un échec. En effet, insister trop fortement sur le sujet est considéré par SCP-122-FR comme une altercation, ce qui rend l'interrogatoire impossible. Toutefois, il reste possible qu'une instance de SCP-122-FR-1 soit disposée à parler sans problème du passé de l'objet. Trois agents ont été infiltrés dans SCP-122-FR pour mener l'enquête.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License