SCP-1204
notation: +1+x

Objet # : SCP-1204

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1204 est confiné dans SCP-1204-A. SCP-1204-A doit être confiné dans une cellule de confinement standard de dimensions 4m x 4m, équipée de détecteurs infrarouges et de caméras. Cette cellule peut être meublée à la discrétion du Directeur de Site, tant que lesdites modifications de l'espace de confinement ne compromettent pas la sécurité. SCP-1204-A n'est pas autorisé à quitter sa cellule à moins d'être accompagné par au moins deux gardes armés ayant subit un test psychologique. Tout contact physique avec SCP-1204 n'est pas recommandé. Le sujet n’est pas autorisé à quitter sa cellule tant qu’une décision n’est pas prise à propos du transfert de SCP-1204-A ou de son élimination.

Description : SCP-1204 n'est pas visible à l’œil nu, et est insensible à la plupart des interactions physiques, excepté les champs électriques. Sa composition est à l'heure actuelle inconnue. Des scans tomographiques ont révélé une masse amorphe semblable à une tumeur dans le cerveau de SCP-1204-A-50 (une femme d'origine hispanique, âgée d'approximativement 21 ans) près de l'hippocampe, même si les images varient grandement d'un scan à l'autre, montrant la masse à des endroits différents dans le cerveau.

REMARQUE DES CHERCHEURS: Il fait consensus parmi les chercheurs que la masse est une masse hautement mobile, de la même taille qu'un cœur humain adulte, même si les résultats sont peu concluants.

L'entité en elle-même ne semble pas avoir d'impact physique dangereux sur SCP-1204-A pendant la phase normale du parasitage, mis à part une influence notable sur l'équilibre hormonal du sujet, ceci ayant pour conséquence de fortes sautes d'humeur. Voir Document 1204-18 pour des détails sur les effets d’un parasitage prolongé.

SCP-1204 restera à l’intérieur de SCP-1204-A jusqu’à son transfert vers un nouvel hôte. Le processus menant à ce transfert semble être lié à une contraction de la "masse", se déplaçant près du pharynx du sujet et sortant par la bouche de SCP-1204-A. Le processus a pour conséquence le déplacement de SCP-1204 vers un nouvel hôte, et dure entre 6 et 12 minutes. Le processus nécessite un contact oral prolongé entre les deux sujets ; les tentacules observés entre les deux ouvertures via une surveillance infrarouge ont révélés que le processus de "synchronisation" entre les deux sujets est relativement lent. SCP-1204 semble également engendrer de l’euphorie chez SCP-1204-A et son nouvel hôte pendant la courte durée du transfert, ce qui peut être analysé comme une mesure visant à assurer la réussite de la migration. SCP-1204-A décède d’hémorragie interne à l'issue du processus. Des tests ont révélé de petites déchirures, fatales, au niveau du fond de la cavité nasale ainsi que dans la zone ventrale du cerveau de SCP-1204-A après le transfert. Cela suggère un phénomène de traction sur le tissu encéphalique pendant la migration. Les raisons de la mortalité du transfert chez SCP-1204-A ne sont pas connues, étant donné que, dans les circonstances habituelles, l’entité semble pouvoir se déplacer dans les différentes parties du corps du sujet sans conséquence majeure. Des examens ultérieurs ont révélé l’absence d’hippocampe chez les sujets décédés.

Les nouveaux hôtes de SCP-1204 ne semblent pas être conscients de l’existence de SCP-1204 et ne rapportent aucun changement sensitif ou affectif significatif sous l’influence de SCP-1204, même si des expériences répétées ainsi que les observations ont révélé que les sujets sous influence de SCP-1204 développent un tempérament hypersocial, et dévouent une part significative de leur temps libre à la recherche d'un contact physique. SCP-1204-A va commencer à ressentir un "fort sentiment de solitude" ainsi qu’une idolâtrie extrême à l’égard d’un partenaire romantique potentiel. Les rapports sexuels ne semblent ne pas avoir d'incidence sur l'influence de SCP-1204.

SCP-1204 fut découvert après qu’une étrange vague de ‘meurtres’ et de ‘suicides’ fut constatée par les algorithmes de recherche de la Fondation en analysant les journaux locaux d’une partie du Sud/Sud-Est des États-Unis, allant de Palm Harbor en Floride à Clarksville dans le Tennessee. Cette suite d’incidents liés semble avoir eu lieu pendant à peu près 10 ans, et impliqua plus de ███ personnes avant que SCP-1204 ne soit détecté par la Fondation et récupéré. L’origine de SCP-1204 n’est pas encore connue en raison d’incohérences dans les archives publiques.

Document 1204-12 :
Préface : Le document suivant est un extrait du journal de SCP-1204-A-45.

Je vais juste commencer par dire que j’ai toujours ressenti que je ne pourrais jamais être trop proche de toi. Je ressens ça depuis un moment. J’espère que tu es en paix, où que tu sois maintenant. J’ai l’impression que tu es si loin à présent… Je ne sais pas comment je vais réussir à passer le cap…

[DONNÉES HORS-SUJET SUPPRIMÉES]

S’il-te-plaît ne m’en veux pas pour mon rendez-vous avec ██████ ce soir. J’ai juste mal, j’ai tellement mal… J’ai besoin que quelqu’un apaise cette douleur.

Pourquoi est-ce qu’il a fallu que tu meures ?

Document 1204-13 :
Préface : Le document suivant est issu d’une note trouvée au domicile de SCP-1204-A-20.

Quand on s’enlace et tout, j’ai juste envie d’être plus proche de toi, tu vois ? Genre je peux pas être plus proche de toi que possible. C’est comme, je sais pas !.. C’est une sensation tellement étrange, comme si quand on est allongés tous les deux je voudrais, je sais pas, être toi juste une seconde ?

Haha, j’espère que je suis pas trop flippante. JTM ! Envoie moi un sms ! <3 <3

Document 1204-17 :
Préface : Le document suivant est un e-mail trouvé sur l’ordinateur de SCP-1204-A-43.

J’ai sauté sur le premier mec que j’ai vu à la fête. Pas de bisou ni rien. Je suis vraiment un cas, tu trouves pas Grace? Paul me détesterait s’il savait ce que j’ai fait. Je suis juste tellement seule, putain. Peut-être que j’essaie de secouer Paul. J’en ai plus aucune idée.

Passe à la maison plus tard pour qu’on parle, okay ?

-███

Document 1204-18 :
Préface : Le document suivant est un témoignage écrit par l’hôte actuel de SCP-120, SCP-1204-A-50, un Classe-D souffrant d’oneirophrénie. La maladie semble être due à la combinaison d’une isolation prolongée et des effets de SCP-1204. Le Classe-D a commencé à montrer une instabilité grandissante, comprenant des crises psychotiques, des pensées absurdes et dans certains cas des tentatives d’attaque sur des chercheurs pendant les tests .

va te faire foutre va te faire foutre va te faire foutre va te faire foutre laisse moi sortir putain de connasse tu veux avoir le dr.███ pour toi toute seule connasse espece de connasse jalouse c’est pour ça que tu m’as enfermée ici parce que tu.le.veux.pour.toi.toute.seule. Tout ça fait partie de ton plan débile abrutie jen avais rien à foutre de cette pédale de condamné va te faire juste balancer ici pour que t’aies dr.███. tu sais que je suis mieux que cette pédale. laisse moi rentrer. il te veut. il ne me veut pas je.ne.me.veux.pas, il dit que je peux etre avec toi. si j’arrive jusqua toi. on peut tous les deux etre avec toi. quand je peux etre avec toi

Note : La santé mentale de SCP-1204-A-50 semble se détériorer avec le temps, et la mâchoire du sujet semble grandir, la bouche apparaissant clairement plus large. La décision d’éliminer ou de transférer SCP-1204 est actuellement débattue chez les directeurs de site.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License