SCP-1132
notation: +3+x

Objet # : SCP-1132

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1132 doit être confiné dans une cellule standard, équipée d'un lit et d'une icône religieuse appropriée. Une muselière doit être fournie à SCP-1132, avec l'instruction de la porter lors de toute interaction avec le personnel. Cette muselière doit complètement couvrir la bouche et immobiliser la mâchoire inférieure. Afin d'améliorer la sécurité du personnel, l'accès à la cellule de SCP-1132 doit être annoncé verbalement ou en frappant à la porte afin de donner le temps au sujet de mettre ladite muselière si jamais celle-ci n'était pas utilisée à ce moment. Dans la situation où la muselière se détacherait, les membres non-armés du personnel doivent maintenir une distance de sécurité d'un mètre par rapport au sujet jusqu'à ce que la muselière ait pu être rattachée. Une souris lyophilisée réhydratée doit être fournie au sujet une fois par jour dans sa cellule. Le sujet a l'autorisation de se déplacer de manière limitée et accompagnée dans le site où celui-ci est confiné.

Les efforts visant à apprendre l'anglais à SCP-1132 ont jusqu'ici été contrariés par l'analphabétisme du sujet. Jusqu'à ce que le sujet ait appris à comprendre l'anglais oral et/ou ait appris à écrire n'importe quelle langue, un membre du personnel assigné à SCP-1132 doit savoir parler couramment le dialecte huasteca oriental du nahuatl moderne.

Description : SCP-1132 est une femme humaine d'origine Mexicaine, âgée d'environ 25 ans. La langue du sujet, son œsophage, son estomac et ses deux intestins ont été remplacés par un serpent Bothrops asper (fer-de-lance ou nauyaca), ne laissant intact que 6 cm du rectum du sujet. La connexion entre le reptile et le système digestif du sujet est totale. En raison de sa condition, SCP-1132 est incapable de parler, mais respire normalement. Le sujet ne possède pas d'utérus, bien qu'aucune trace d’hystérectomie ou d'autre opération similaire ne soit présente ; la manière dont l'organe a été retiré n'a pas pu être déterminée pour le moment.

Approximativement 0,6-0,7 mètres du corps du serpent sont enroulés à l'endroit où l'estomac du sujet devrait se trouver, permettant au serpent de jaillir hors de la bouche du sujet. Tant que la bouche du sujet est fermée, le serpent est incapable de forcer celle-ci à s'ouvrir. En dehors de sa situation anormale et de sa longueur excédant considérablement celle des spécimens normaux de B. asper, le reptile est sous tout autre aspect un membre normal de son espèce, possédant une morsure venimeuse et considérant SCP-1132 comme un territoire à défendre. Sa consommation de nourriture semble suffire à la survie de SCP-1132 ainsi que de lui-même, et il doit se nourrir plus fréquemment que la normale pour un serpent, mais bien moins qu'un humain normal.

Dans les rares occasions où SCP-1132 se fait mordre par le serpent, le sujet tombe dans un coma pouvant durer d'une à vingt-quatre heures. Le traitement par anti-venin peut réveiller le sujet prématurément, mais s'avère contre-indiqué compte tenu du fait que le serpent demeure actif et non-restreint pendant cette période. Le sujet décrit ces périodes comme un sommeil sans rêve et ne rapporte aucun effet secondaire physique en dehors de la douleur et du gonflement dus à la morsure.

Addendum : Les entretiens avec le sujet consistent en des questions ne nécessitant qu'une réponse par oui ou non ; par conséquent, les informations portant sur l'origine de la condition du sujet ont été difficiles à rassembler.

Lors de sa récupération à ██████████, à Hidalgo, au Mexique, plusieurs connaissances de SCP-1132 déclarèrent lors d'entretiens croire que le sujet avait été puni pour avoir profané une relique sacrée appartenant à la déesse aztèque Coatlicue, et avait été chassé de la société pour cette transgression. Les tests effectués sur des fragments de l'objet en question n'ont révélé aucune propriété anormale.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License