SCP-113
notation: +2+x

Objet # : SCP-113

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-113 doit être conservé dans un casier standard du Site-23. SCP-113 peut-être tenu avec des gants de laboratoires. Aucun organisme ne doit être exposé à SCP-113 sans approbation préalable. Tout membre du personnel exposé à SCP-113 doit être gardé sous surveillance médicale pendant sept(7) jours.

Description : SCP-113 a l'apparence d'un petit morceau de jaspe rouge poli. Les analyses montrent que SCP-113 n'est pas composé de jaspe mais [CENSURÉ] composition similaire à celle d'autres objet retrouvés.

Lorsque SCP-113 arrive au contact de la chair d'un organisme possédant des chromosomes sexuels, les caractéristiques physique de l'organisme associées au genre et au sexe biologique sont transformées (incluant les caractères sexuels secondaires et génétiques), soit inversées soit altérées.

Ce processus se déroule en quatre étapes:

Étape 1: Dure environ 0.2 seconde. SCP-113 se lie avec les cellules en contact et déclenche un changement chimique non-identifié. Ce processus cause des dommages aux tissus concernés similaires à des brûlures légères, et SCP-113 ne peut être retiré du sujet avant achèvement de toutes les étapes.

Étape 2: Dure environ 20 secondes. SCP-113 émet une vague d'ondes électromagnétiques de basse intensité qui traverse le corps du sujet. Les sujets peuvent expérimenter des nausées et vomissements, ainsi qu'une sensation perçante dans le corps entier.

Étape 3: Dure environ 60 secondes. Durant cette étape, la composition cellulaire du sujet est temporairement transformée. La composition des cellules altérées varie largement d'impossibles à identifier jusqu'à une variation unique de cellules souches partiellement différenciées. Le sujet va expérimenter une intense stimulation de ses nerfs senseurs durant les dernières 20 secondes de cette étape, et décrire cette partie du processus comme étant extrêmement douloureuse. Les sujets en mauvaise santé peuvent mourir du choc durant cette étape.
À la fin de cette étape, le sexe biologique du sujet est altéré de façon permanente. Dans les cas standards, le sexe biologique du sujet sera changé en son opposé. Les caractères sexuels primaires et secondaires sont altérés en conséquences.

Étape 4: SCP-113 se désolidarise du sujet et devient inerte.

Les sujets avec un genre chromosomique atypique pour leur espèce (comme les humains androgynes) sont affectés par SCP-113 de manière imprévisible. Chez les humains androgynes, il apparaît que le processus soit influencé par le genre identitaire; ces sujets peuvent ne pas être affectés, ou leur corps peut changer pour correspondre à une femme ou un homme (avec le caryotype sexuel correspondant), ou d'autres résultats peuvent avoir lieu. Généralement, le changement semble correspondre au genre identitaire durant l'utilisation initiale, si le genre est atypique. L'impact de la présence d'un genre identitaire atypique sur les effets de SCP-113 est toujours sous étude.

Le genre identitaire n'est pas typiquement altéré par SCP-113. Chez les sujets avec des genres identitaires atypiques (typiquement un genre ne correspondant pas à leur sexe biologique pré-exposition), il résulte habituellement des effets psychologiques positifs. Chez les sujets avec un genre identitaire standard (genre correspondant au sexe biologique pré-exposition), les effets psychologiques sont très majoritairement négatifs. Cela apparaît comme une réaction psychologique naturelle et non un effet direct de SCP-113.

L'exposition à SCP-113 donne des effets inhabituels sur certaines espèces. Chez le Varanus Komodoensis (le dragon de Komodo), un échantillon d'individus XX/XY a été transformé en caryotype YY au lieu de XY/XX, ce qui a été à chaque instance fatal.

Chez le Caenorhabditis elegans (un nématode), aucun mâle ne fut produit malgré la particularité du C.elegans d'avoir deux genres (hermaphrodite et mâle). Les sujets mâles sont devenus hermaphrodites, et les sujets hermaphrodites n'ont pas été affectés. (Note: dans la nature, les mâles C.elegans sont extrêmement rares).

Les sujets de sexe unique, ou d'espèces hermaphrodites, (comme le ver de terre) ne seront pas transformés par SCP-113 ; le processus s'arrêtera à la seconde étape et l'objet deviendra inerte.

Les sujets déjà exposés à SCP-113 peuvent ré-endurer les effets de SCP-113 après approximativement 60 secondes. Par contre, dans 25% des cas, une seconde exposition immédiate à SCP-113 échoue à transformer le sujet correctement. La nature des échecs de transformation varie, mais inclut généralement d'importants dommages aux tissus musculaires, organes et os, ainsi que l'oblitération partielle ou complète des organes génitaux. Ceci résulte communément en une mort par traumatisme des organes ou hémorragie interne.

Le taux d'échec peut être influencé par l'absence de nouveaux contact avec le sujet pendant une longue période, ce qui varie d'un sujet à l'autre; un possible schéma est à l'étude. Dans des circonstances normales, le taux d'échec de transformation augmente exponentiellement avec le nombre d'expositions. Les sujets qui survivent à des expositions rapides et répétées sont parfois transformés [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Des anomalies plus importantes continuent à apparaître avec l'augmentation du nombre d'expositions.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License