SCP-1088
notation: +4+x

Objet # : SCP-1088

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Le confinement de SCP-1088 consiste principalement à empêcher les accès non autorisés. Dans ce but, toutes les portes et fenêtres du rez-de-chaussée doivent être verrouillées et une barrière doit être érigée autour du bâtiment. Deux gardes doivent se tenir à l'entrée de cette enceinte pour dissuader tous civil tentant d'entrer. Trois gardes supplémentaires doivent patrouiller la maternité en seconde ligne de défense. Seul des membres du personnel de sécurité de sexe masculin doivent être assignés à SCP-1088. Le personnel de sexe féminin n'est pas autorisé à l'intérieur excepté en cas de tests.

Dans le cas d'une exposition accidentelle d'un membre du personnel de la Fondation aux effets de SCP-1088, la grossesse résultante doit être interrompue et la victime recevra des amnésiques de Classe A pour éviter tous dommages psychologiques. Cette même procédure doit être suivie pour tous les cas d'exposition de civils.

Description : SCP-1088 est la désignation donnée à l'hôpital ███████, un hôpital situé dans la ville de █████████ aux ██████-██████. Il fut fermé en ████ après avoir fait faillite et rien ne montre que ce dernier a manifesté des phénomènes anormaux avant cela. Le bâtiment est resté abandonné et a été confiné par la Fondation environ trois ans après sa fermeture car il fut reporté comme "hanté". Le bâtiment est actuellement maintenu en bon état.

SCP-1088 ne montre aucune propriété anormale tant qu'une femme fertile n'entre pas. Tous les individus de la sorte ont reporté entendre une lamentation éloignée, des pleurs ou des gargouillements similaires à ceux émis par des enfants. Les hommes les accompagnant ne rapportent pas avoir entendu de tel sons et même les femmes cliniquement sourdes déclarent l'entendre, ce qui suggère fortement qu'il s'agisse d'un effet psychique. Les individus affectés sont attirés par ces sons jusqu'à leur origine, ce qui les conduira finalement jusqu'à la maternité de l'hôpital.

Une fois arrivés à cet endroit, les sujets vont essayer de trouver un coin isolé, à la suite de quoi [DONNÉE SUPPRIMÉE]. Cela va généralement engendrer l'implantation de 2 à 5 embryons dans la paroi andométriale de l'utérus de la femme. Les victimes sont confuses et déambulent hors de l'hôpital en quelques minutes. La plupart semblent avoir subi un certain degré d'amnésie vis-à-vis de ce qu'il leur est arrivé à l'intérieur.

Les analyses génétiques des embryons en développement ne révèlent pas de lien entre ces derniers et leur hôte ce qui peut, dans certain cas, amener à des incompatibilités qui provoquent une fausse couche. La comparaison avec les archives récupérées de l'hôpital ███████ montre que les embryons créés par les effets de SCP-1088 correspondent génétiquement à des fœtus morts-nés ou à des bébés décédés peu après l'accouchement nés à l'hôpital (Voir Addendum 1088-8). Bien que les archives ne soient pas suffisamment complètes pour permettre la confirmation, il semble fort probable que chaque embryon soit en réalité un clone d'un enfant qui serait décédé peu avant ou après la naissance à la maternité de SCP-1088. Le mécanisme à l'origine de cela est inconnu.

Il existe trois types de développement de l'embryon issu de SCP-1088. Une grossesse causée par une exposition à SCP-1088 pourra se dérouler avec des embryons répondant à n'importe quelle combinaison de ces trois cas.

Cas 1 (~ 43 %) : La grossesse continue de se dérouler normalement pendant une période d'au moins 23 semaines. Arrivé à ce stade, dans de nombreux cas, le développement va simplement s'interrompre indéfiniment. Le fœtus reste dans un état constant et la mère n'accouche jamais. Les tests n'ont pas montré de limite maximale de la durée pendant laquelle cet état peut persister. Si une césarienne est tentée, le fœtus meurt lorsqu'il est extrait de l'utérus, peut importe le matériel médical utilisé. Cela semble se produire lorsque le fœtus correspond à un mort-né.

Cas 2 (~ 54 %) : La grossesse se déroule de manière banale et le bébé est mis au monde normalement. Toutefois, à un certain moment généralement dans les trois mois, la croissance de l'enfant s'interrompt. Encore une fois, cet état persiste indéfiniment. Cela semble arriver dans le cas où le bébé correspond à un qui est mort dans l'hôpital. Le temps s'écoulant avant que le bébé n'arrête de se développer semble correspondre exactement au temps indiqué par les archives de l'hôpital avant que le bébé correspondant ne meure.

Cas 3 (~ 3 %) : Le personnel de Niveau Trois ou plus doit consulter l'Addendum 1088-8 pour plus d'informations.

Bien que les individus affectés montrent souvent des symptômes de troubles de stress post-traumatique, la plupart se réjouissent de leur grossesse et de l'enfant qui en est engendré.
Par conséquent, en dépit du stress physiologique de porter plusieurs fœtus pendant une période de temps prolongée, peu d'entre eux vont vouloir mettre fin à leur grossesse. De la même façon, les victimes résistent aux tentatives de confiscation des bébés provenant d'embryons du Cas 2 pour la recherche ou l'adoption, en dépit de la pression psychologique et financière causée par la garde d'enfants qui ne grandiront pas davantage.

Addendum 1088-8 : Dans le Cas 3, la grossesse est aussi banale et le bébé naît et se développe normalement. Même si aucune anomalie n'est à noter dans le Cas 3, les tests génétiques ont montré une correspondance avec des enfants nés à l'hôpital ███████ qui ont survécu jusqu'à l'âge adulte. Il est intéressant de constater qu'un nombre disproportionné de personnes associées à un enfant dans le Cas 3 ont un casier judiciaire et que, parmi eux, la plupart montrent des signes de Trouble de Personnalité Antisociale.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License